La Voix De Sidi Bel Abbes

Vendeur de véhicules d’occasion : un métier bientôt réglementé en Algérie .

En Algérie, l’état va s’attaquer prochainement à la vente des véhicules d’occasion.  Les vendeurs ou négociants professionnels en véhicules d’occasion ne pourront plus faire leur business de manière anarchique et dans des marchés informels. 

C’et du moins ce qu’assure le ministre des Commerces, Amara Benyounes. D’après ce dernier, un projet de décret organisant le marché de véhicules d’occasion est en préparation au niveau du gouvernement. ”Il faut absolument qu’on arrive à organiser le marché de véhicules d’occasion. Nous allons mettre en place un groupe de travail pour préparer un projet de décret organisant ce marché”, a fait savoir ainsi Amara Benyounès lors d’un point de presse en marge d’une visite qu’il a effectuée au salon international de l’automobile, précise l’APS. D’après le ministre, le gouvernement algérien  ne veut plus laisser le marché de véhicules usagés en Algérie sans un cadre juridique spécifique. Jusqu’à aujourd’hui, les ventes de véhicules d’occasion échappant  à tout contrôle dans notre pays.

L’Algérie cherche ainsi à s’inspirer de certains pays européens où pour acheter et vendre des véhicules d’occasion, il est obligatoire d’utiliser un bon de commande et appliquer une garantie légale de minimum 12 mois. Dans ces pays développés, le passage au contrôle technique est également exigé.

Qu’en pensent nos lecteurs ?

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=59375

Posté par le Mar 22 2015. inséré dans ACTUALITE, CE QUE DIT LA PRESSE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez aller à la fin et répondre. Le Ping est actuellement interdit.

2 Commentaires pour “Vendeur de véhicules d’occasion : un métier bientôt réglementé en Algérie .”

  1. Nore

    ce sera ardu de pondre un texte et surtout l’application

  2. affane

    il etait temps ,beaucoup de gens ont été victimes d’escrocs qui ont vendu des vehicules volés avec de faux papiers, et ce sont malheureusement ces victimes qui se sont retrouvés poursuivis par la justice , alors que lesvrais escrocs sont rarement inquiétés car ils utilisent souvent une fausse piece d’idendité ou un faux permis de conduire , il faut surtout que le vendeur de vehicules exerce son activité dans un local pourqu’il puisse etre identifié en cas de probleme. par ailleurs et pour mettre fin aux transactions illégales qui touchent les vehicules et engins financés par les deniers de l’état , ansej , cnac et angem , il est imperatif de créer un fichier special aux niveau des dairas pour empecher leur vente ; affane

Répondre