La Voix De Sidi Bel Abbes

« USM Bel-Abbès: El-Hennani reprend la présidence du club », par Kadiri Mohamed

 


Par Kadiri Mohamed

 

 

 

——Depuis le départ officiel le dimanche 26 août passé de Hadj Hasnaoui Okacha, qui occupait le poste de président du conseil d’administration, il était prévu la tenue d’un conclave après le match contre le CS Constantine. Ceci surtout en raison de la grande confusion ayant régné au sein de la SSPA/USMBA et à l’instabilité qui a marqué ces derniers temps certains postes au sein de l’administration, avec la nomination de trois DG en moins de trois mois.

 

Hélas, la réunion de travail prévue jeudi 6 septembre pour aborder ces importants dossiers a été reportée, et ce en raison d’un accident de travail dont a été victime le sénateur El-Hennani Abdelghani.

Ce dernier avait même lancé les invitations aux membres de droit, et dont l’ordre du jour avait pour objectif de remettre de l’ordre au sein de la SSPA, en appliquant toutes les procédures en instance.

Aussi, ce n’est que mercredi après-midi que s’est déroulé ce conclave tant attendu afin de régler la situation administrative de la SSPA-USMBA.

A cet effet, on enregistre le retour de El-Hennani Abdelghani à la présidence de la SSPA. Il a été également procédé à la désignation de Belkacem Aïda comme porte-parole du club, alors que Kaddour Benayad préserve provisoirement son poste de directeur général de la SSPA. Pour sa part, Hadj Hasnaoui Okacha n’a pu assister à cette réunion en raison de son état de santé. Par ailleurs, on mentionnera le passage jeudi prochain d’une commission de la FAF au stade 24-Février 1956 où elle devait s’enquérir de l’état des lieux, en visitant le terrain, les vestiaires, la salle de conférences, la tribune officielle et autres espaces, information confirmée vendredi matin par Rayane Mohamed, actuel DJS de Sidi Bel-Abbès. Après cette visite d’inspection, la FAF saisira la CAF afin d’envoyer par la suite sa commission d’audit en vue d’homologuer le stade de Sidi Bel-Abbès, puisque l’USMBA est appelée à participer à la prochaine édition de la Coupe de la CAF. Quant aux protégés du coach Bououkaz Moez, ils affronteront ce samedi le NAHD à Alger et sont tenus de réagir au plus vite après leur mauvais départ.

Source/lien :  http://www.lequotidien-oran.com/index.php?news=5266545

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=74045

Posté par le Sep 22 2018. inséré dans ACTUALITE, ALGERIE, CE QUE DIT LA PRESSE, SBA PROFONDE, SPORTS. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez aller à la fin et répondre. Le Ping est actuellement interdit.

2 Commentaires pour “« USM Bel-Abbès: El-Hennani reprend la présidence du club », par Kadiri Mohamed”

  1. Argos

    Décidément L’ISEM’BIA comme dirait un vieux supporter admirateur du club de la Mekerra, fan des Abdi, Hamza, Soudani, Fellah et consorts, n’a pas fini de nous étonner pas ces changements inappropriés de pseudos dirigeants, même pas capables de s’entendre sur un objectif afin de redresser la barre et tirer le club de sa léthargie actuelle, empêtré qu’il est dans ses travers administratifs et financiers. Je me demande pourquoi Mr Hasnaoui Ok, un grand patron du privé qui a fait fortune en partant de presque rien dans les années 80, n’arrive pas à diriger un simple club de foot, quand une simple comptabilité entre recettes et dépenses suffirait à dire si le club vit au dessus de ses moyens ou pas ? Et je pense que le club s’étant professionnalisé avec des joueurs mercenaires sans âme, sans honneur, aux salaires exorbitants, vit au dessus de ses moyens. Les dérisoires subventions de l’état et autres « sadaka » de mise en scène, ne suffisent plus à le maintenir parmi les bons élèves du championnat, du reste, y en a-t-il encore ? Il faut dire aussi qu’aujourd’hui, dans le foot tout est faux, tout fout le camp. La recherche permanente d’efficacité pour gagner coûte que coûte, se matérialise sur le terrain par la spécialisation des tâches, le geste est devenu mécanique et le beau jeu qui autrefois faisait le spectacle avec des amateurs parfaitement libres sur le terrain, a disparu. Dans la joie du marqueur de but montrant son torse nu, dans les empilements obscènes des joueurs, dans les convulsions et les grimaces de l’avant centre prétendument fauché dans la surface de réparation, dans la prière à genoux sur le gazon que les dirigeants embrassent religieusement en vainqueur, dans la fureur des supporters en délire contre le pauvre arbitre qui ne sait que faire entre le sincère et le simulé, je ne m’amuse plus guère en regardant le foot, pratiqué par des comédiens amateurs, dépassés par les enjeux et paralyser par la peur de perdre le match en pensant surtout à la prime. Celui qui voudrait se soigner d’une quelconque névrose on ne saurait lui conseiller d’assister à un match de foot chez nous. Il y trouverait réunis la plupart des maladies sociales dont nous souffrons ; la violence, la tricherie, l’incivisme et…l’argent. Le foot c’est la guerre en champ clos. D’énormes forces de police sont présentent pour encadrer des supporters bariolés, déguisés, brandissant toutes sortes de projectiles, prêts à en découdre avec l’adversaire que dis-je l’ennemi pourvu que qu’il y est de l’ivresse ! Comme il y a des journées sans voiture pour lutter contre la pollution alors pourquoi pas un mois sans foot pour éduquer nos houligans ? Si Kadiri Où est passé Bessma.net qui nous permettait de faire ample connaissance avec des personnages sympathiques du terroir ?…………Revenons à de meilleurs sentiments pour faire revivre cette rubrique en mettant nos griefs dans un même sac et le noyer au fond du lac Sidi-Mohammed Benali. Cordialement

  2. MS

    Les footballeurs sont devenus les nouveaux gladiateurs, sauf que sous Rome ceux combattant dans l’arène n’avaient pas de salaire et y perdaient la vie.

Répondre