La Voix De Sidi Bel Abbes

Une pensée d’une sœur à un frère: 13 an déjà.

Ce texte est hommage à mon frère Gherasselgoum Mohamed décédé en 2003 à l’âge de 53 ans. Un des premiers ingénieurs diplômé de l’INH de Boumerdes et qui fût celui qui a piloté le montage et le démarrage de l’usine de peinture de SIG.

Toi mon frère Mohamed Gherasselgoum qui nous as quitté subitement le 16 avril 2003 à l’âge de 53 ans juste au moment où des idées se bousculaient dans ta tête pour des projets innovants. Tu es parti discrètement pour rejoindre un monde meilleur, en cette journée du savoir et surtout le jour d’anniversaire de ta fille unique. Quelle drôle de coïncidence ! mais dieu en a voulu ainsi. Notre tristesse et notre douleur n’arrivent pas à s’apaiser, cependant, ton souvenir sera toujours dans nos pensées et dans nos cœurs.

Repose en paix cher frère.

Gheraselgoum Abassia

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=68031

Posté par le Avr 16 2016. inséré dans ACTUALITE, PENSEE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez aller à la fin et répondre. Le Ping est actuellement interdit.

7 Commentaires pour “Une pensée d’une sœur à un frère: 13 an déjà.”

  1. elabbassi

    ellah yar’ham el jami3

    l’essentiel mourir musulman
    walla tamoutouna illa waantoum mouslimoun

  2. Mme CH

    Allah Yarhmou Wa wassa3 3lih…!!! Mais tout ce que vous pouvez faire pour votre frère c’est de prier et faire l’aumône pour lui et prendre soin de sa petite famille…!!! Mais c’est bien qu’une sœur pense ainsi à son frère, au moment ou des frères et sœurs s’entredéchirent pour un héritage ou pour un rien…!!!

    Toute ma compassion…!

  3. mohamed

    rabbi yarham oumat mohamed

  4. Imène

    Allah Yarhamou , w yaj3al mathwahou el jenna ..
    Abassia : J’ai perdu DEUX FRERES à quelque peu d’intervalle ..ils avaient à peu près l’âge de Mohamed , ton frère – Allah yarhamou- inutile de te décrire l’immense douleur qu’est la mienne que rien – à ce jour – ne parvient à apaiser ..oh..même un clown en pleurerait ( sourire ). Ces deux épreuves ont littéralement pulvérisé ma mère – Allah yarhamha -sur les plans physique , psychologique , mental.. et l’ont plongé dans un état d’hébétude , de silence jusqu’à la fin .. J’ai longtemps crû que le sort s’acharnait sur les miens , et puis en lisant le coran avec un peu plus de concentration j’ai découvert le verset 2 de sourat  » Al 3ankabout , l’araignée , 29 ) y’en a d’autres mais celui ci est particulièrement expressif .. je cite  » Est ce que les gens pensent qu’on les laissera dire nous CROYONS ! sans les EPROUVER ? .. »
    J’ai appris peu à peu ce qu’est la notion de  » el ibtila  » mais surtout qu’on ne peut prétendre avoir la FOI sans être éprouvé (es ) par Allah soubhanou ..j’ai appris peu à peu à me familiariser, à ACCEPTER sereinement ( ?? difficilement , c plus juste ) les coups du destin , signe à travers lequel Allah tout puissant  » teste  » notre capacité à être patient , endurant , mais aussi reconnaissant ..et ce n’est qu’à ce prix que nous mériterons , peut être , in cha ALLah , une petite place au paradis ..
    Allahoma arham mawtana , leur souvenir restera à jamais vivace dans nos coeurs et nos pensées ..Salem Abassia , tlm .

  5. ABBES2

    Allah yarham jami3a mawta lmouslimines.
    Perdre quelqu’un de la famille c’est pas facile à oublier,mais vous pouvez lui offrir des hassanettes en lisant le coran et faire des aumônes pour lui et prendre soin de sa petite famille.Mais en temps penser comme ça à un frère c’est très rare.
    Vous m’avez rappelé chère sœur l’histoire d’EL HAJJAJ WALI EL3IRAK, tout le monde sait qu’il tuait sans pitié c’était un vrais dictateur comme on dit aujourd’hui.
    Un jour ce HAJJAJ a rencontré dans le désert une femme en compagnie de son mari et son frère. Alors le wali d’Irak voulait s’amuser et tester l’intelligence de cette femme. il lui dit: Chère dame je vais tué deux de vos compagnons lequel voulez vous qu’il reste en vie.Alors cette femme a répondu avec une grande éloquence:الزوج موجود،والإبن مولود ،والأخ مفقود
    Trouver un mari c’est facile,avoir un enfant de lui c’est facile aussi, mais qui peut me donner un frère?

  6. ABBES2

    Lire SVP Mais en ce temps.
    J’ai pas fini l’histoire du wali d’IRAK.
    En entendant la réponse de la femme arabe EL HAJJAJ l’a remercie pour son intelligence en la laissant partir avec ses trois compagnons.

Répondre