La Voix De Sidi Bel Abbes

Une pensée de wlad Sidi Brahim à Khalti Fatna

Balayer devant chez soi, n’est ni un talent ni une besogne.

Balayer devant chez soi, n’est pas un talent et ne demandant ni savoir ni matériels exorbitants ni muscles fermes, simplement un balai et une aptitude décidée à tenir ce balai. Khalti Fatna en est le modèle vivant et significatif à méditer. À 80 ans, elle a toujours des calories à épuiser. Sa devise étant logique, tant que le cœur bat et rebat dans sa loge purifiée de tous tracas et tant que le sang circule de haut en bas dans un corps soutenu par des jambes, on n’a nulle raison de dire « ça y est, la vie est terminée ».
Khalti Fatna est toujours matinale, elle quitte son lit avant que le muezzin lance l’appel à la prière du fajr. Après un temps habituel d’ablution suivie de prosternation et d’invocation, elle prend son balai et sort de son domicile en franchissant, à petits pas fragiles, le seuil de la porte. Une fois dehors, elle survole d’un œil explorateur le secteur qui l’entoure à la recherche de l’infime miette à proximité, elle n’admet aucune épluchure trainée sur la terrasse de sa maison située dans un boulevard perturbé, de jour comme de nuit, par les remous de la foule qui sème toutes sortes de déchets. Avec des gestes réduits par la sénescence mais tant mesurés au centimètre, elle commence à balayer le sol, à ramasser un gobelet jetable par ci, une bouteille en plastique par là . Ainsi, chaque matin, sans lassitude, Khalti Fatna nettoie devant chez elle et à chaque fois qu’elle le fait, elle procure un soulagement au sol en le chatouillant par des coups de balai… La terre, lui en sera reconnaissante.
Khalti Fatna a tiré sa révérence le soir du 12 janvier 2015 . elle s’éteignait en silence et sans souffrance après un bref coma . Allah yerhamha.

3241526973_2_3_uIe2JMXm

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=61743

Posté par le Juin 17 2015. inséré dans ACTUALITE, PENSEE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez aller à la fin et répondre. Le Ping est actuellement interdit.

6 Commentaires pour “Une pensée de wlad Sidi Brahim à Khalti Fatna”

  1. zlaoui

    C’est ça les vraies algerienne d’antan, ils restent encore hamdoulah..devise  »on ne laisse personne faire du pénage devant chez soit » c’est le moindre du nif algerien.
    Ou es l’argent que le FLN sencé distribué sur ceux qui ont été spolié par les bandits d’avant 62? Cette femme n’avait pas fait nourir les anciens moujahidine? N’a pas abrité chez elle des anciens moujahidate?
    Alors comment cet etat ose offrire le coufin de ramadhan? Si les gens n’ont pas d’argent pour manger ça reste collé sur ton dos..tu as devier la’rgent de gens tombés momentanement dans le besoin et tu le donnes a d’autres qui le jettent l’argent par les vitre de leur 4×4 sous forme de boiteille de bierre.
    On colle ce probléme de consiance sur ce gouvetnement en début de ce ramadhan. Il doit se coriiger en offrant des retraites aux gens necessiteux et de bruler ce coufin de la honte..
    Si les monarchie sont habitué aux coufin, nous on l’acceptera jamais..

  2. Mme CH

    Merci Mr Douar…!!! Allah Yarhamha wa Ywassa3 3liha….!!!! Malgré son âge Khalti Fatna, a donné l’exemple plutôt une gifle à ceux et celles qui sont la source de la pollution de la ville…!!! « Wa I3tabirou Ya Ouli El Albeb…!!!!

    Merci Khalti Fatna…!

  3. Mustapha T

    Zlaoui a tout bien résumé . Bravo pour ton écrit cher ami !

  4. Hassan

    Je suis toujours touché par les interventions du Dr. Douar. Ces contes et légendes refflétent notre conscience et parfois nous font rire ou nous interpellent sur notre devenir. On sent a travers ses écrits , le pédagogue qui veut nous inculquer quelque chose. Khalti Fatna (Allah yarhamha), nous est chére et nous touche au plus profond de nous même. Qui ne connait pas Une  »khalti flana ». nous avons tous dans nos familles et nos proches des  »Khalti Flana ». Pendant la guerre de libération combien de khalti ont nourri , guidé, et soigné nos valeureux moudjahidines et moudjahidates qui ont tout sacrifié. pour notre Patrie. Je parle ici des véritables combattants pour la liberté de notre peuple. Khalti Fatna est le symbole de notre patrie qui chaque jour et chaque matin que le bon dieu , dans sa bonté ,nous gratifie, nous interpelle sur ce qu’on a fait de l’idéal des algériens :La liberté farouche, la propreté du milieu et l’hospitalité légendaire de notre peuple. Notre Patrie a vieillie sous tous les maux qu’elle endure: L’injustice, la corruption, la Hogra etc…etc..
    On nous dit parfois qu’il suffit de suivre correctement notre religion et tout cela sera balayé, oublié a jamais. Hélas les hommes ne sont pas des anges et le paradis n’existe nulle part dans l’univers des vivants. D’autres nous expliquent que tout n’est que question d’économie
    et que si l’on change les modes de redistribution des richesses au sein des masses laborieuses il n’y aura plus de pauvres et tous deviendront des travailleurs comme khalti Fatns . Ils se réveilleront a l’heure ou blanchie la campagne et travailleront avec abnégation pour la création des richesses qui seront redistribuées d’une juste maniere : »A chacun suivant son travail et chacun doit pouvoir subvenir a ses besoins fondamentaux: L’éducation, la santé, le bonheur terrestre.
    Que nenni diront d’autres ce n’est pas les être humains qui régissent les interactions entre les hommes , mais les lois du matérialisme dialectique: La loi de la négation de la négation, la loi de l’unité et de la lutte des deux extrême etc..
    Khalti Fatna n’avait cure de tout cela : Elle faisait ce qu’elle sentait qu’elle devait faire pour le bien de son entourage et de la société.Elle nous enseigne que nous devons avant tout faire consciencieusement notre travail, quelque soit notre travail. Elle nous enseigne le respect d’autrui pour que nous même nous soyons respectés. Elle nous enseigne le savoir vivre en collectivité.
    Paix a son âmes et mon profond respect pour toutes les Khaltis et Khouali qui , dignes fils de l’Algérie, travaillent chacun comme il peut et ou il peut pour alléger un tant soit peut des difficultés existentielles de notre sublime peuple dirigé par des …….
    Ramadan Karim a tous .
    Ma profonde gratitude pour le R. de notre Douar et mes meilleurs salutations.

  5. Imène

    Tout à fait Hassan !
    Na Fatna est un symbole de ces femmes qui ont tout donné à la patrie avec honneur et dévouement sans rien attendre en retour ! ni égards , ni décorations..
    A la vue de cette frêle silhouette , sourire aux lèvres , son balai à la main… je sens comme un élan de tendresse qui submerge mon coeur pour elle !
    Allah yarhamaha , et lui accorde une place de choix dans son vaste paradis …

  6. Mme CH

    Oui, c’est un très beau récit Mr Hassan (Saha Ramdanek)…!!!! vous avez résumé toute la situation en un tour de clavier Ya3tik Essaha…!!!
    Effectivement, je pense que les lois du matérialisme aveugle et sauvage ont tout bousillé et ont fait sauter tous les fusibles: la religion (le socle), l’économie, la société, les relations entre les peuples…ect….!!! Tous les humains (ou presque) sont manipulés, dupés, corrompus, déroutés, matraqués, abusés, volés…..etc..etc….par la pieuvre du mal et ses sbires un peu partout dans le monde dit moderne et civilisé, le tout S/c de la mondialisation et la Démocrassie…!!!!

    Merci Mr Hassan, c’est toujours un plaisir de vous lire…!!!! Et Saha shourek

Répondre