La Voix De Sidi Bel Abbes

Une lettre inédite de Freud sur le sionisme.

Le passé parfois ne nous laisse aucun répit et va jusqu’ à se transformer en effet de boomerang. Il frappe de plein fouet notre inconscient au point où le non-dit émerge des ténèbres et revient pour nous révéler des vérités qu’on a cherché à enterrer ou effacer. Et la vérité a horreur du masque surtout quand l’ampleur touche à l’Histoire. La lettre de Sigmund Freud qu’il écrivit le 26 février 1930, publiée par l’historienne Elisabeth RADUNESCO en 2004 dans la revue « Cliniques méditerranéennes » n° 69  tombe à point nommé pour signifier que le sionisme est en fait une invention de l’inconscient d’une diaspora juif subissant l’affreuse tragédie œdipienne de l’occident moderne, partagé entre le positivisme et le font religieux judéo-chrétien. Depuis l’affaire Dreyfus en passant par l’avènement d’Israël, le sionisme a ratissé large dans les identités d’Europe tissant une formidable toile d’araignée en vue de la marche sur Jérusalem qui rappelle étrangement la marche sur Rome des hommes de Mussolini. Muni de l’étendard représenté par l’étoile de Daoud, la conquête coloniale continuent férocement a dévoré lopin après lopin la terre palestinienne. la conséquence de cette logique d’expropriation sera l’illustrée à travers la bataille de Gaza et le crime contre l’humanité commis au pays des prophètes. Cette seconde phase du plan israélien considère qu’être sionisme c’est tuer le palestinien en sacrifice pour la bénédiction de la terre mère promise. En réponse Freud s’est expliqué. On comprend aujourd’hui pourquoi le philosophe Onfray s’attaque à Freud pour l’effacer et lui dénier sa notoriété de père de la psychanalyse, tout un débat.. Cette lettre écrite dans les années trente révèle à l’opinion public mondiale que le conflit est d’abord entre juifs eux-mêmes qu’il s’agit d’analyser , de comprendre et de le traduire dans la rue arabe . Une personnalité de la dimension de Freud laisse une réflexion inédite et cinglante en situant en tant qu’intellectuel et homme de science ses craintes sur l’idéal de Herzl et consorts qui contient en soi la frustration et l’obsession de la mère patrie dont la dérive a abouti à un crime contre le peuple palestinien depuis 1948 sous l’œil laxiste de l’Occident. Israël existe par la volonté des vainqueurs du nazisme et nie le droit du peuple palestinien. On parle du négationnisme antisémite jusqu’ è l’élever au rang de pêché capital en fermant les yeux sur le négationnisme sioniste lequel nie l’Etat palestinien en inventant un processus de paix trompeur. Et le regard freudien donne froid au dos, il démontre à quel point le sionisme peut se transformer en machine aveugle meurtrière jusqu’au sur-moi. Une phrase lapidaire du père de la psychanalyse extraite de la lettre résume son antisionisme « Je ne peux éprouver la moindre sympathie pour une piété mal interprétée qui fait d’un « morceau de mur  d’Hérode » une relique nationale et , à cause d’elle , défie les habitants du pays » . La sphère politique arabe possède là un argument imparable pour ajouter des preuves accablantes contre les bourreaux de Tel AVIV dont le sang des enfants, des femmes et des vieillards n’a pas séché. Ce document longtemps mis à l’écart est un signe qu’il faut décrypter et en faire une référence qui en même temps met le doigt sur pas mal de zone d’ombre sur la création d’un tel nationalisme dans le cœur du monde non comme un droit mais une punition payée par des victimes palestiniennes depuis 1948. Cette lettre est tombe du ciel pour anéantir la comédie que joue l’Europe sur la scène arabe.

Voici le texte de la lettre intégrale de Sigmund Freud :

« Je ne peux pas faire ce que vous souhaitez. Ma réticence à intéresser le public à ma personnalité est insurmontable et les circonstances critiques actuelles ne me semblent pas du tout y inciter. Qui veut influencer le grand nombre doit avoir quelque chose de retentissant et d’enthousiaste à lui dire et cela, mon jugement réservé sur le sionisme ne le permet pas. J’ai assurément les meilleurs sentiments de sympathie pour des efforts librement consentis, je suis fier de notre université de Jérusalem et je me réjouis de la prospérité des établissements de nos colons [3]. Mais, d’un autre côté, je ne crois pas que la Palestine puisse jamais devenir un État juif ni que le monde chrétien, comme le monde islamique, puissent un jour être prêts à confier leurs lieux saints à la garde des Juifs. Il m’aurait semblé plus avisé de fonder une patrie juive sur un sol historiquement non chargé ; certes, je sais que, pour un dessein aussi rationnel, jamais on n’aurait pu susciter l’exaltation des masses ni la coopération des riches. Je concède aussi, avec regret, que le fanatisme peu réaliste de nos compatriotes [4] porte sa part de responsabilité dans l’éveil de la méfiance des Arabes. Je ne peux éprouver la moindre sympathie pour une piété mal interprétée qui fait d’un morceau de mur d’Hérode une relique nationale et, à cause d’elle, défie les sentiments des habitants du pays. Jugez vous-même si, avec un point de vue aussi critique, je suis la personne qu’il faut pour jouer le rôle de consolateur d’un peuple ébranlé par un espoir injustifié. »

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=6853

Posté par le Août 4 2011. inséré dans ACTUALITE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

6 Commentaires pour “Une lettre inédite de Freud sur le sionisme.”

  1. keraouen f ain temouchent

    les ecrits de ce journal sont toujours interessants le niveau semble etre bien maintenu et cet article est d ‘un interet capital dans la tourmante mondiale ou le sionisme est conforte par les pays occidentaux l’auteur wahaheb mouar a su nous retenir et il su le faire avec ce retro nous emballes par le tube digestit

  2. laguer sofiane alicante

    un texte interessant continuez de nousdoner plus sur elbled et le monde.

  3. ouhibi reda universitaire

    le present article atteste du niveau du journal que je commence a apprecier allez da l’avant surtout votre travail est benevole vous aimez sidibel abbes nous aussi.saha ramdankoum

  4. ouhibi r

    le present article atteste du niveau du journal que je commence a apprecier allez da l’avant surtout votre travail est benevole vous aimez sidibel abbes nous aussi.saha ramdankoum

  5. nehari s..b.a

    oui le sionisme ratisse large les peuples arabes se derobent de leur mision sacree.

  6. ouhibi reda universt

    le regard feudien est venu a point nomme.beucoup d »analystes sesont evertuer a parler du sionisme sans se referer.les observateurs avertis qui ont pousse leur recherche n(ont pas neglige cet indispensabla socle dans leurs ecrits sur le sionisme

Répondre