La Voix De Sidi Bel Abbes

Algérie une page a été tournée

Ils croyaient fuir l’Algérie, mais elle ne cesse de les hanter, et tellement qu’ils la transmettent en héritage à leurs enfants. Héritage lourd àporter : intriguée, adolescente, par ce pays que sa famille ne nommait jamais : «L’Algérie, c’était le sujet de conversation à table, des disputes… Mais ça n’avait plus de nom. Ils disaient là-bas, chez nous, à la ferme». Outrée par les propos racistes de ses grands-parents, anciens colons près d’Oran, Anne Plantagenet  fut encore plus scandalisée quand elle comprit que sa famille lui avait menti : «Le choc violent, c’était que l’Algérie que décrivait le professeur, ce système archaïque fondé sur l’exploitation de l’indigène…, les inégalités, les humiliations, l’injustice…» n’avait rien de commun avec l’Algérie de sa famille, «les barbecues dominicaux sous la pergola, les virées à la plage, le phonographe où on écoutait Luis Mariano».A la mort de sa grand-mère, qui «n’aimait pas les Arabes», Anne Plantagenet décida de découvrir une Algérie à laquelle, gamine, elle se disait fière d’appartenir, quand elle se vantait devant ses petits camarades champenois d’avoir «des origines pieds-noirs». Accompagnée de son père, elle fit donc ce voyage auquel elle pensait depuis l’enfance et qu’elle raconte avec beaucoup de talent, de pudeur et d’intelligence dans Trois jours à Oran. Ce  récit se lit comme un roman et, de l’aéroport d’Orly à la visite de leur ancienne ferme, près d’Oran, il tient le lecteur en haleine, mais en même temps il s’enrichit d’évocations de la vie privée de la romancière, qui donnent plus d’épaisseur ou d’authenticité à son récit. Mais que de précautions avant de partir ! Le père, qui quitta l’Algérie à 16 ans, et sa fille vivent ce voyage comme une aventure.C’est le cas pour bien des Français, toujours un peu inquiets quand ils partent pour l’Algérie, tant ce pays reste pour eux enveloppé de fantasmes et de clichés. Mais Anne Plantagenet est sereine : sous prétexte d’un livre en chantier, elle a rencontré l’ambassadeur d’Algérie à Paris, qui la recommande à un ami dont le fils les attendra à l’aéroport. Pendant le vol, le père parcourt un guide, parle peu et pense à cette ferme de Misserghin, un village à 18 km d’Oran, où ses parents, à leur arrivée d’Espagne, avaient reçu de l’administration coloniale trois hectares à défricher. Anne songe, de nouveau, à l’attitude de ses grands-parents qui n’ont jamais admis l’existence d’une guerre en Algérie — la guerre, pour eux, c’était celle de 1940 — et qui disaient les événements, estimant qu’il s’agissait «d’actes isolés dans les montagnes…, commis par des voyous».L’avion s’apprête à atterrir, père et fille, émus et vaguement inquiets, oubliant le passé, vivent intensément la descente vers l’aéroport d’Oran. Le charme des voyages, ce sont les surprises qu’ils provoquent, l’inattendu qui surgit et souvent rassure ou ravit. Crispé lors du contrôle des passeports, le père d’Anne est tout surpris que le policier lui souhaite «Bienvenue chez vous, monsieur». Craignaient-ils d’être accueillis froidement par leur «accompagnateur» ? C’est un jeune homme souriant, Amine, aux cheveux très noirs décoiffés et «l’air franchement rigolard» qui vient à leur devant. Un contact sympathique, presque chaleureux s’établit aussitôt et tandis qu’ils parcourent la ville en voiture, le père d’Anne, décontracté, tutoie le jeune homme — «Tourne à droite à la prochaine» — et s’étonne qu’Amine s’y retrouve parfaitement quand il nomme les rues par leur ancien nom : «Là, il y avait le Lynx, là les Galeries de France….»Le plus sidérant, c’est qu’Amine renchérit sur ses propos et qu’il semble maîtriser parfaitement lui aussi l’ancienne topographie de la ville… «Vous savez, répond-il, tout le monde continue à dire rue d’Arzew, place Foch… Faut pas croire, on ne change pas les habitudes comme ça…». L’un des moments les plus émouvants pour le père de la romancière est la visite de son ancien appartement. Il hésitait, Amine a insisté, frappé et expliqué aux résidants, un couple âgé, qui étaient ces Français.  Tous sont gênés et se sentent coupables, les uns de jouer les revenants, les autres d’avoir pris leur place, mais, insistent-ils, longtemps après leur départ. Thé, gâteaux, photos : l’atmosphère se détend vite. Comme elle devient franchement amicale lorsqu’Amine et ses hôtes découvrent, après l’avoir longtemps cherchée, tant le paysage a changé, la ferme de Misserghin. A peine approchent-ils qu’un vieil homme surgit, fixe longuement le père, puis le prend par les épaules et murmure son nom. Comme s’il s’attendait à cette visite. Couscous, échange de cadeaux, photos de nouveau, rires et sourires : c’est presque la fête. Car tous se sentent légitimes : les anciens occupants, comme si, par leur présence, ils remettaient à cette famille les clés du domaine, et leurs successeurs, parce que leurs adversaires d’hier reconnaissaient enfin leur droit d’occuper cette terre et cette ferme. Puisse le beau récit d’Anne Plantagenet ouvrir les yeux de ceux qui, en France, n’en finissent pas de se lamenter sur l’Algérie «perdue» — une Algérie qui pourtant a tourné la page, ne ressasse pas les crimes que leurs ancêtres ont commis et reçoit leurs descendants  avec dignité et sympathie.

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=43001

Posté par le Avr 3 2014. inséré dans CE QUE DIT LA PRESSE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

38 Commentaires pour “Algérie une page a été tournée”

  1. bordji belabbes

    je suis sur que tout se passera mieux

  2. hamza

    c avec tristesse que je viens d’apprendre par le biais de belabbes infos la mort de notre amis et senateur bouaidjra nasreddine ( nasro) en cette douloureuse epreuve je presente en mon nom et aunom de tte ma famille nos meilleurs et sincere condoleances0

    • MILOUA

      Bouaidjera Nasro que DIEU l’acueille dans son vaste paradis etait tres serviable et modeste ALLAH YARMAH mes sinceres condoleances à sa famille

  3. Belamri abdelkader

    ALLAH YARHMAH oua yaghfar lana wa lahou .Amine

  4. Claude.B

    Bonjour ,
    Je travaille à la rédaction d’un livre destiné , uniquement ,à faire connaitre à nos descendants l’histoire de notre famille venue d’Espagne, d’Italie et de France ,puisque nous sommes la dernière génération née en Algérie .
    Le rejet de l’autre et le racisme ne faisaient pas partie du mode d’éducation que nous avons reçu ,nos amis étaient nos amis, qu’ils soient français ,algériens ,espagnols ,italiens ..cela importait peu .
    Arrivée en France ,je n’étais ni fière ,ni honteuse ,simplement malheureuse d’avoir quitté mes amies d’école .
    J’étais une Française ,soit ,mais déracinée .
    Nous avons fait notre vie en France ,aurions préféré la continuer où nous étions nés ,mais il était évident que la situation ne pouvait et ne devait pas perdurer .
    Ni vous ,ni nous ,ne pourront oublier ,mais nous devons tout faire pour tourner la page ,afin de permettre aux générations montantes d’être fières de nous ,fières que nous ayons pu panser toutes nos blessures et les voir cicatriser .
    C’est l’objectif de mon livre :raconter la vie en Algérie d’une famille Française qui fut elle aussi prise dans une tourmente qui bouleversa sa vie ,ce sera pour nos enfants un arbre généalogique, commenté en quelque sorte .
    Mon premier retour en 1986 m’avait déjà donné un aperçu du bon accueil chaleureux et sincère qui m’avait été réservé partout où j’étais retourné sur les traces de ma famille ,et je sais que le prochain le sera tout autant .
    Pour en revenir au livre objet de l’article ,il mettra en lumière ,vraisemblablement ,à quel point ceux que l’on appelle PN ,pouvaient être différents les uns des autres .
    A première vue ,le vécu de la famille de la romancière ,est très éloigné du notre .
    La lecture complète de son livre apportera confirmation ,je pense.
    Cordialement .

  5. Danielle B

    bonsoir à tous
    je rejoins Claude dans tout ce qu’elle vient de dire à propos de notre vécu en Algérie, je n’ai jamais été honteuse d’être PN bien au contraire puisque chez moi de l’autre côté de la méditérrannée je n’ai pas connu le racisme , personne dans ma famille n’a jamais rejeté qui que ce soit et j’avais des amies musulmanes avec qui je m’entendais trés bien
    les premières années ici ont été trés dures il a fallu se reconstruire une vie autre que celle que nous avions là-bas, famille dispersée, régions froides, grises et tristes sans parler de l’accueil plus que mitigé des métropolitains mais plus de 50 années ont passé, beaucoup de choses sont maintenant derrière nous, bien que la nostalgie prenne parfois le dessus sans oublier nous sommes passés à autre chose
    malheureusement je n’ai pas comme Claude des dons pour faire un livre, écrire des petits bouts de souvenirs oui mais là je pense qu’elle a de grandes capacités pour nous faire un sacré bouquin qu’il me tarde de lire
    bonne soirée

  6. Belamri abdelkader

    Maintenant que la réalité historique a repris ses droits et mis à nu le caractère mercantiliste de la colonisation et ses effets pervers sur les colonisés ,car toute colonisation se fait au détriment des peuples en leur gommant toute forme de personnalité et de fierté et les soumet à l’esclavagisme « civilisé ».et donc contredit toute thèse de développement et d’éducation en direction de cette population meurtrie par l’aliénation d’une partie de leur entité :la liberté ;il peut etre admis que le vécu humain et spirituel de certains pieds noirs,innocents des actes de leurs ainés,soit une douleur liée à une certaine nostalgie et un déchirement ,et qu’il est acceptable et compréhensible de lire une certaine douleur due au déracinement et à la dislocation de la personnalité partagée entre le vécu enfant et celui d’un adulte aux concepts existenciels differents mais essentiellement matériel.
    C’est pourquoi ,la tolérance dans les rapports avec ces enfants pieds noirs ,aujourd’hui devenus grands et sensés ,quelque peu perdus dans une histoire qu’il n’ont pas voulue ,doit guider notre relation et celle de nos enfants,car ils nous sont frères par le sol.

  7. Danielle B

    bonsoir mr BELAMRI
    d’après vous quels sont les effets pervers sur les colonisés????
    à mon avis il me semble que 52 ans après avoir obtenu l’indépendance vous avez eu largement le temps de vous redresser la barre et d’effacer tout ce que vous jugez néfaste venant de la présence française en Algérie vous ne croyez pas????
    3 générations sont nées depuis notre départ , ont-ils la même mentalité que vous, vos parents ou grands-parents???? c’est à eux maintenant de s’exprimer haut et fort , c’est à eux de mener la barque, la france n’est plus présente pour pouvoir l’accuser de tout ce qui ne va pas dans votre pays, mais il y a toujours ce refrain lancinant de la colonisation, il faut bien un coupable
    je n’ai jamais eu honte de mes ancêtres, je les ai toujours vu travailler et parfois trés dur pour élever dignement leurs familles, leurs actes??? ils étaient dignes et nobles , ils nous ont appris que sans travail et honnêteté on n’arrivait à rien dans la vie, maintenant ce qu’à fait la colonisation??? comme je l’ai déjà dit il y a eu du mauvais mais aussi du bon, et l’occulter du moins de ma part serait malhonnête
    nous avions des amis musulmans et je le dis haut et fort à qui nous devons la vie, alors que nous habitions à Oran , la maman s’est mise devant notre porte pour empêcher qu’on nous fasse du mal, oui c’est vrai nous sommes un peu perdus , nous sommes les cocus dans cette histoire (vis-à-vis de la france), mais nous n’avons pas à avoir honte d’avoir voulu rester français sur notre terre natale que nous chérissions et que nous aimons encore par dessus-tout
    bonne soirée monsieur

  8. essah

    Ils sont tres tres tres peu nombreux des 2 communautés a avoir su tourner la page sans la dechirer .D’autres l’ont completement effacé pour ne plus en entendre parler.
    C’est bien domage car il s’ agit bien de notre histoire à tous

  9. Cheniti Gh.

    @ mon amie Claude,Bonsoir !
    Très content de savoir que vous écrivez un livre qui sera, j’en suis convaincu,
    passionnant à lire et je me proposerai volontiers à organiser un Nadi-Net
    spécial Claude .B. Je compte sur vous pour m’envoyer une copie que je lirai
    et partagerai avec grande joie avec nos amis(es) et nos invités ! Bonne soirée!

  10. CHOT Lahcène

    chacun raconte sa vie comme il l’a ressent ….je peux vous dire que j’ai été élevé par les bonnes soeurs catholiques quand j’étais pendant des années à lhopital de Bugeaud …et que ma première langue fut le francais ….j’ai été un gaulois parmi les gaulois ,élevé parmi les gaulois ,de mentalité francaise de souche avec toute l’éducation qu’un petit francais européen pouvait etre éduquer avec tous les shémas d’un francais dit supérieur par rapport aux pauvres arabes .et patati et patata …de ce coté la rien de nouveau sous le soleil ….sauf qu’a un certain moment je devais retourner chez mes parents et apprendre que je suis arabe mes parents sont arabes ma culture est arabe et réaprendre l’arabe …et fier de l’etre ….merci Allah de m’avoir fait arabe ……et quand j’ai vécu l’expérience douloureuse de la violence des légionnaires je me suis sentis trahis par cela meme qui ont fait mon éducation …donc à l’instar de ses espagnols et autres qui se sentaient francais j’avais le meme sentiment d’appartenance ….de ce coté ci rien n’a apprendre des pn ….maintenant je comprend que tous ceux qui ont subit les violences directement ou indirectement sont les victimes de cette guerre ….je dénonce haut et fort les crimes du système coloniale ,qui represente que lui meme ,c’est à dire une machine infernale à broyer les etres humains ….le peuple n’est en rien responsable des méfaits ,commis en son nom ….tout individu sur ce site qui parle au nom de la France …ne represente que sa propre personne ….et rien d’autre

    ALLAH SEUL EST BEAU ET GRAND

  11. K/faraoun

    Chacun tire de son coté et la page ne sera jamais tournée avec des divergences pareilles et c’est malheureux de voir ou d’entendre que le mot pardon n’a pas la meme signification pour tous . il est fort possible que le rapprochement des deux rives se fera par une nouvelle ou future génération qui n’a pas vécu la guerre d’Algérie. La guerre a pris fin en 1962 mais pour certains elle continue encore.

  12. tewfikhayii

    Salam,
    Je me joins à la grande fratrie des ouled Sidi Bel abbès pour présenter mes sincères condoléances à notre ami et frère EL MAGHFOUROU LAHOU Nasrédine Bachir bouaidjra (Nasro) Rahimahou allah.que sa famille soit assistée par le tout puissant et les arme de patience devant cette catastrophe.INNA LILLAH WA INNA ILAIHI RAJIOUNE.
    Salam.

  13. CHOT Lahcène

    @Kefaroun

    ni divergences ni point de vue …chacun son vécu …marqué au fer rouge dans sa chair et sa mémoire …parler des rapprochement comme si deux peuples se sont fait la guerre ……ce n’est pas le cas ….les deux peuples frères sont toujours frères et depuis toujours ……sauf qu’il faut faire la différence entre un système coloniale dont l’ossature est l’armée,et à sidi bel abbes la légion était composés de mercenaires .qui violentaient la population civile ..tandis que les algériens que certain s’évertuent à appeller pn vivaient en paix comme tous citoyens faisant partie du peuple algérien …..il a fallut l(oas qui à entrainer certain extrèmistes politisés à outrance qui ont fomentés la division le fanatisme et la guerre civile ….la guerre a pris fin en 1962…et c’est fini …mais la mémoire demeure ……

    ALLAH EST LE PLUS BEAU

    • Albarracin de sidi bel abes

      @CHOT Lahcène

      Vous donnez le ton juste et réaliste d’une situattion dans les rapports PN/ population civile et musulmane! J’ajouterai que de nombreux PN/ ont partagé soutenus et compris ce que vous exprimez . S’agissant de/ des armées de métiers et tout particulièrement de la légion 3 fois hélas le statut de miltaire
      sous contrat est par définition d’exécuter les ordres !
      Le militaire par définition ne choisit pas l’adversaire au nom ou à la place du gouvernement qui est son employeur.
      On parle peu des déserteurs, des insoumis,, des réfractaires , l parmi les appelés!
      On parle peu des centres et hôpitaux de campagne aux frontiières ,où des soignants militants , français et autres apportaient leur concours généreux , et gratuit !
      Les protagonistes de cette époque ont la pudeur ou la faiblesse de ne pas en faire état! Bientôt ils ne seront plus en état de témoigner!
      Et enfin, la relation P N et algériens musulmans, tout au long du conflit a généré des élans de solidarité , de prudence voir m^me dans les campagnes
      des propositions de repli afin de les protéger!
      Vivant en 1952, dans un deux piéces, annexé à une écurie , nos voisins mulsulmans qui n’étaient pas mieux loti, nous invitérent en cas de mouvement suspect pouvant mettre en danger notre sécurité de lles rejoindre!
      J’eu le bonheur de les retrouver , de les visiter et de partager des beaux moments de fraternelles émotions!
      Leurs attitudes n’avaient rien d’équivoques ils étaient loyaux et militants de la cause algérienne:!

  14. MILOUA

    A PROPOS DES PIEDS NOIRS
    Je voudrais ici apporter un point de vue sur cette communauté de pieds noirs dont tout un chacun a un avis different .En effet tout depend par exemple dans notre ville sidibelabbes les avis sont partagés et differents que l’on habite Graba ,fillage rih,fillage abou,gambetta,monplaisir soient des quartiers à forte densite algeriens ou des quartiers barialto ( el bari alto =le quartier haut) ou cayasoune (el caya del sol =rue du solei) ou el mamelon,ou le faubourg perrin.soient des quartiers à grande densite pieds noirs.
    La vie dans ces quartiers entre algeriens et pieds noirs etait tellement convivial que bon nombre de proprietaires de maisons algeriens avaient comme locataires des pieds noirs et vice versa.Pendant la periode de la revolution bon nombre de nos voisins pieds noirs fermaient l-oeil devant ces visites nocturnes des moudjahidines qui regagnaient leur merkezes (lieu où passer la nuit) et quand la rupture s’est faite pendant la periode de l’oas beaucoup de familles pieds noirs ouvraient leurs portes à des jeunes pourchasses par l’oas et je citerai les familles Picon,Quessada,Henri,Raphaela,Gegou,Benhaim,GIL,Alonzo,Lopez,Vicente,Colas,Alzina,Savio toutes ces familles dont certains sont restes apres l’independance ont entretenu que de bonnes relations avec leurs voisins et n-ont jamais etaient inquietes.Certains sont revenus et ont ete reçus avec des embrassades et des pleurs comme quoi DIEU et notre prophete (QSSL) nous recommandent le pardon et la clemence

    • Claude.B

      Bonjour Mr MILOUA ,
      Merci pour votre témoignage honnête concernant toutes ces familles qui ont agi en leur âme et conscience et qu’il est bon de citer .Et combien d’autres ont refusé de perdre leur âme ,on ne le dira jamais ,mais l’essentiel est que cela ait bien existé .
      Nos témoignages seront peut être un jour entendus ,les vôtres le sont déjà ,la vérité chemine lentement ,mais surement .
      Encore merci ,pour eux ,pour nous tous .
      Cordialement .

  15. K/faraoun

    SI CHOT si les deux peuples étaient des frères pendant la colonisation alors pourquoi les français ont quitté l’Algérie ? et s’ ils sont encore des frères alors pourquoi il existe une séparation entre ces deux peuples? IL s’agit de tourner quelle page et de faire quel rapprochement ? peut etre celui des militaires français et algériens.
    ALLAH EST BEAU ET IL AIME LA BEAUTE

    • Mr (dit) Said Bonsoir;
      J’ignore a quel jeu vous jouez, car je tiens a vous signaler que meme avec ce faux pseudo, on sait qui vous e^tes, un que le journal lui a donné de l’importance. Au lieu de garder le lieu propre, non vous le salissez, mais ce n’est pas avec ce genre de réactions, que vous empêchez, vous ou ceux comme vous, de faire avancer la VDSBA. On a préféré de laisser le journal ouvert a tout le monde, certes il y a des dérapage, mais rarement de NOS AMIS.
      Pour les autres intervenants, si quelqu’un vous insulte, il ne faut accuser a tort une autre personne.
      Cordialement.

  16. CHOT Lahcène

    @Kefaraoun

    lisez le commentaire de Mr Miloua ….il est plus réaliste et conforme à la réalité …n’oubliez que tous le monde était francais ,donc il y avait un seul peuple …si on suit la logique le système coloniale faisant la guerre au peuple francais …il y avait une lutte de classe ….entre la domination de l’armée ,et le peuple sans défense …donc on ne peut pas parler de deux peuples ….en plus le peuple habitant en France n’était presque pas au courant des crimes que l’armée coloniale commettait en son nom …parler de raprochement pour nous qui vivons le plus normalement du monde en France ne veut rien dire ….car nous passons pas notre temps à parler de la guerre d’Algérie ….sauf sur ce journal sujet initié par les memes ……

    ALLAH EST GRAND

    • Amirouche

      @CHOT Lahcène
      moun prizidene
      non no no ! beaucoup de Français luttaient pour l’indépendance de l’Algérie ,on oublie généralement qu’il y avait même des combattants au sein du FLN et personnes n’en parle ! sinon que dites vous des :
      1/Jean Paul Sartre qui dès 1956 prend parti contre l’idée d’une Algérie Française et soutient le désir de l’indépendance du peuple Algérien, il a même risqué sa vie à deux reprises
      2/ L’aspirant Henri Maillot qui déserte son unité ,emportant avec lui un camion rempli d’armes et de munitions qu’il donne à l’FLN
      3/ Danielle Minne poseuse de bombe pour le compte du FLN
      4/ Pierre GHENASSIA jeune de confession juive qui rejoint le FLN et mort au combat …..etc
      Et la liste est longue .Leurs descendance n’a t-elle pas le droit de revenir en Algérie . Qu’avons nous fait pour ces « étrangers » qui ont combattu pour l’Algérie en terme de reconnaissance ; et on parle encore et toujours de tourner la page , ne pas tourner la page ??
      VIVE CHOT PRIZIDENE
      ALLAHOU AKBAR
      Cordialement

    • Mme CH

      Salam Mr CHOT, voilà que d’un coup on découvre les dons d’un grand philosophe…!!! Puisque vous nous étalez la déconfiture d’une nouvelle philosophie…!!! Au fait, vous appartenez à quelle école philosophique….?? Histoire d’avoir quelques références à toute fin utile….??? ‘Allahouma Zidni 3ilma’…!
      Tant mieux que vous vivez le plus normalement du monde en France, car il y a d’autres qui n’ont pas cette chance…d’ailleurs, il y a un article qui a été aussi publié sur la VDSBA sur le racisme qui ne cesse d’augmenter ces derniers temps…..!!!

      Cordialement…!!!

      • Amirouche

        @Mme CH
        Qu’insinuez vous par votre dernière phrase adressée à Monsieur CHOT ?!

        Dites lui directement , avec la montée du racisme  » WAJADE VALIZTEKE ANTA TANIK » (mdr)

        • Amirouche

          @VDSBA

          Mon commentaire est en attente de validation !!
          Pas de mauvaise intention ou insulte , d’ailleurs je ne me le permettrai jamais.Mais il n’y a aucun problème si le modérateur veut le supprimer ..l’essentiel qu’il ne reste pas entre terre et ciel
          Oh! pardon! j’ai compris pourquoi !! remplacer S.V.P le dernier mot par ANTA AUSSI

  17. BADISSI

    AVIS DE DECES
    avec une immense tristesse que nous apprenons le décès de MONSIEUR BENKHARROUBI AMINE prof de mathématique ,mes sincères condoléances a la famille ,

  18. Amirouche

    Bonsoir

    Pourtant Jacques SOUSTELLE ,membre de l’académie Française , disait que la page n’est pas tournée et a même écrit un livre qui porte ce titre.
    Ceci dit ,nous souhaitons la bienvenue à ses enfants et ses petits enfants mais pas à sa personne s’il était vivant ou à tous ceux qui ont tué nos parents.
    En plus ce n’est pas le cas de tous les PN de la rive nord .En effet une visite du site des  » pieds noirs-aujourd’hui « vous démontrera dès la première page tout le contraire !!
    D’un autre coté, pour être juste et honnête ,nombreux PN que j’ai rencontré sont pour l’amitié des deux peuples et je pense qu’ils sont sincères .

    Cordialement

  19. K/faraoun

    @ CHOT Le commentaire de notre ami Miloua parle d’une réalité ou il y avait que les bonnes relations qui ont engendré le bon voisinage entre les français et algériens à tel point ou les uns ne voulaient pas aux autres Mais à entendre la colonisation qui revient souvent sur les commentaires je dirai que la guerre n’est pas finie.
    ALLAH EST BEAU ET AIME LA BEAUTE

  20. K/faraoun

    @ Chot selon vous il y avait un seul peuple mais avec deux armées qui se battaient pour rien .

  21. CHOT Lahcène

    en tous les cas ceux qui veulent nous entrainer dans leurs théorie raciste pas raciste ,et faire porter l’etoile verte aux musulmans avec leurs victimisation de l’islamophobie ont le complexe du complexé .et porte la main de la bhlisation des esprits ..la théorie de Darwin n’étant point ma tasse de thé ,le racisme selon moi n’existe pas puisque une seule race existe c’est celle de l’etre humain ,et comme je crois que nous descendons d’Adam et d’Eve ca me conforte ds ma théorie …

    SEUL ALLAH EST BEAU

    logiquement le système coloniale faisait la guerre aux francais ,puisque à la base nous étions francais ….logique non?……mais des francais indigènes …cette guerre se situait plutot dans la lutte des classes des dominants et des oprimés qui au fil des temps sera la guerre contre les arabes musulmans suite logique des croisades …guerre sans fin contre le monde musulman….jusqu’a l’avénement du khalifat prélude de la fin des temps

    ALLAH EST GRAND.

  22. K/faraoun

    @ SI CHOT Bonjour
    On ne parle pas du racisme mais de de la haine qui continue d’exister malgré les 52 ans d’indépendance . Je ne vois pas pourquoi les articles mis en ligne ne parlent pas de la guerre d’ Algerie alors que certains commentateurs pour provoquer citent la colonisation qui est devenu un sujet au quotidien .Quand à l’islam notre religion nous conseille de pardonner et aimer l’autre et non pas le contraire .Laissons la colonisation et la guerre d’ Algérie à l’histoire et retroussons nos manches pour nettoyer la mekerra et la ville.Bonne journée.
    ALLAH EST BEAU ET AIME LA BEAUTE

    • Claude.B

      Mr K/faraoun,bonjour,
      Je vous rejoins dans vos propos ,et je pense , malheureusement que pour ceux qui citent la colonisation de façon récurrente et quel que soit le sujet de l’article proposé ,nous sommes un exutoire leur permettant d’évacuer un mal être qu’il est plus facile d’attribuer aux autres qu’à eux même .
      Mais allons de l’avant et fixons nous des objectifs de nature à mobiliser le maximum de gens de bonne volonté qui n’aspirent qu’à une chose :la paix retrouvée,et le bien vivre ensemble .
      Cela ne me parait pas utopique ,il suffit d’y croire et d’agir en ce sens ,sans se laisser déstabiliser par quiconque .
      Cordialement .

  23. Albarracin de sidi bel abes

    @Kfaraoun¨

    O Combien j’abonde dans votre remarque, Aujourd’ui le défi n’est pas dans le souvenir des périodes noires! Le défi est de redonner à la Mekerra sa vocation de oued digne non pas du temps de la période coloniale, mais digne de l’Algérie de toujours, et plus encore de l’Algérie de demain!

  24. mohamed

    @Albarracin il n ya pas que ce oued d ‘autres tares subsistes mais il ya de belles choses , convenons..bonne journée

  25. CHOT Lahcène

    le colonialisme est une tare inhumaine ,qu’il faut irradiquer à tout prix …ce monstre hybryde aux multiples tetes ,qui à fait des ravages ,en commettant les plus graves crimes contre l(humanité est à dénoncer en tout temps et tout lieu ….nous n(oublierons jamais les graves sévices subit ds nos chairs et notre sang .les tortures ,des femmes des enfants ,est une calamité inhumaine au meme titre que la shoa qui fait des millions de victimes .et le génocide des indiens …le système coloniale répressif a fait des millions de victimes …..ceux qui persistent à faire oublier les millions de victimes humaines ,qui est percu comme crime contre l’humanité ,ce font les complices de ces crimes …

    ALLAH EST GRAND

Répondre