La Voix De Sidi Bel Abbes

Un grand hommage rendu par notre journal (VDSBA) a Feu Abdeddaim Salah l’un des meilleurs enfants de Sidi Bel Abbes

Le journal la voix de Sidi Bel Abbes avec le précieux concours de maitre Kerma Mohamed de Megherbi Abbes a rendu cet après-midi dans la maison de l’avocat a l’un des meilleurs enfants de notre ville  FeuAbdeddaim Salah; cadre de l’éducation  nationale; joueur et dirigeant de l’USMBA et également ex élu de l ‘APC  de notre ville  Et si parler du présent de l’avenir de notre ville de Sidi Bel Abbes de ses projets en cours des multiples dysfonctionnements ; sans omettre de lutter pour mettre fin aux défaitisme ambiant qui nous entoure tout entreprenant  le travail de mémoire ainsi que le devoir de connaissance tout cela figure rappelons-le  dans les objectifs et missions de notre journal la VDSBA, qui a décidé d ‘entreprendre ainsi ce modeste hommage à l’un des dignes fils de notre ville de Sidi Bel Abbes Feu Salah Abdeddaïm, dont c’est le deuxième anniversaire de son décès.  Des membres de sa famille des amis et de nombreux Bel Abbésiens ont honoré de leur présence cette belle initiative pleine démotion et marquée par de poignants témoignages autour de la riche carriére du défunt qui méritait amplement ce devoir de reconnaissance a tenu à rappeler si Kadiri Mohamed  pour avoir marqué son époque en servant loyalement sa ville natale en occupant plusieurs postes clés dans l’administration ainsi que dans le secteur sportif et qui décéda le lundi premier février 2014 à l’âge de 76 ans des suites d’une longue maladie Cela fait déjà deux années. Pour le bref rappel Ce brillant
cadre de l’éducation nationale qui fut un sportif très connu dans les sports collectifs fut un dirigeant actif avec un passage remarqué à l’USMBA sous l’ère du président Hassani Abdelkader avant d’accepter de prendre les destinées du club en 2013. Il y a lieu de rappeler également que le défunt a occupé diverses et importantes fonctions au sein de l’OPOW, l’APC, la DJS et de l’Académie après une carrière d’enseignant en français et puis celle directeur du CEM du centre-ville la Kahina et ce après enseigné a Boukhanéfis dans l’école Bachir el ibrahimi ( »’ex louis Lumiére )au Cem Mallek haddad. Toute une carrière bien remplie. Assurément la ville de Sidi Bel-Abbès a perdu l’un de ses meilleurs enfants conclut l’un des fondateurs de ce
journal et journaliste du quotidien d’Oran. En effet les morts ne sont vraiment morts qu’à l’ instant où s’éteint le dernier d’entre ceux qui les ont connus. Il était fait de cette argile dont on faisait les grands hommes. Une argile qui semble de plus en plus rare. Il vouait une vénération absolue au travail bien accompli Lui qui était fait d’un seul bloc : capable de grandes colères tout autant que de grande générosité spontanée envers les autres. Néanmoins en fouillant j’ai retrouvé sur la VOIX  DE SIDI  BELABBES ce poignant témoignage sur ce grand serviteur de Sidi Bel Abbes signé par notre ami Tewfik Adda Boudjellal et ce dès l’annonce de son décès il y a deux ans de cela et nous reprenons « Ce matin,  après avoir déposé  mes enfants au lycée,  je me suis surpris entrain d’écrire «vocalement» au volant de ma voiture -, un hommage à mon Maître  de Français, Mr Salah-Eddine Abdeddaïm. A peine la troisième phrase entamée, ma gorge se noua, j’avais du mal à respirer et  de chaudes larmes, commençaient à couler  sur mes joues. J’ai vu défiler  en un instant, le film de ma jeunesse, car  J’ai eu l’immense privilège  de l’avoir comme professeur de langue Française dans le cycle moyen. Il était sévère mais juste. Une race d’enseignants qui a disparu du paysage. Nous fumes étonnés mes camarades et moi de la nouvelle méthode de notre maître. Cette dernière consistait à nous faire travailler par groupe de 5 élèves assis autour de 2 tables collées l’une à l’autre. Une méthode révolutionnaire à l’époque, qui nous a beaucoup rapprochés entre nous et qui nous mettait  en perpétuelle compétition Une méthode révolutionnaire à l’époque, qui nous a beaucoup rapprochés  entre nous et qui nous mettait  en perpétuelle compétition. Une compétition bonne enfant qui nous  propulsait,  mes 4 camarades et moi, à la tête du peloton. Mr Salah Abdeddaïm nous appelait le groupe des 5 fois 20. On avait une chance de compter parmi nous, le Mr Dictionnaire, en la personne de mon ami  Mustapha Hakem. Ce dernier avait comme livre de chevet le fameux Larousse. Il était incollable sur la signification, synonymes, homonymes etc   de n’importe quel mot. La maîtrise de la langue de Molière je la dois à notre maître Mr Salah Abdeddaïm. Un homme singulier qui nous  a tellement apprit,  on lui doit beaucoup mes amis et moi d’être ce que nous sommes aujourd’hui. Il nous a inculquer les vraies  valeurs de la vie et a fait de nous des citoyens de ce monde. Il fut un modèle d’honnêteté, de bravoure, de sagesse, de courage, de compétence et la liste est encore longue. Je me rappelle un jour, avoir posé une question à un monsieur de grande expérience de la vie. J’ai dit ceci : « comment se fait-il que ce pays tient encore debout ? », après un long moment de silence,  il me répondit  : « tu sais mon fils, dans ce pays, seuls  5% de la population travaillent avec cœur et les 95% autres s’activent à lever le drapeau. Une réponse lourde de sens. Mr Salah-Eddine Abdeddaïm fait partie de cette petite minorité. Essayer de retracer son parcours dans celle ville qu’il portait dans son cœur par-dessus tout est impossible. Il fut un modèle unique. »

Ce samedi ceux ne sont pas les témoignages qui manquaient ou tour a tour Maitre Kerma mohamed, Megherbi Abbes qui prirent la parole en cette rencontre suivie d’autres intervenants a l’image de maitre Allal Fethi, Chambi, Mahfoud, Allal Hamdene, Hassani Mustapha,  Khiat Ahmed Doct Reguieg.
Mr Khelladi K ont apporté eux aussi de précieux témoignages que le décés a Oran de l’ancien joueur de l’USMBA des années cinquante Daouadji  Ahmed qui est un natif de notre ville fut au menu de cet hommage marqué par la présentation d’une vidéo élaborée par notre ami.
Hachemi Lahcene retraçant l’itinéraire de Feu Abdeddaim Salah et ce au début de ce conclave qui fut très bien apprécié par l’assistance présente composée d’enfants de la ville  dont certains présents ce jour, ont annulé leurs déplacements pour y assister.

Franchement un vibrant hommage qui fera date

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=70352

Posté par le Fév 5 2017. inséré dans ACTUALITE, BESSMA/SBA. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez aller à la fin et répondre. Le Ping est actuellement interdit.

20 Commentaires pour “Un grand hommage rendu par notre journal (VDSBA) a Feu Abdeddaim Salah l’un des meilleurs enfants de Sidi Bel Abbes”

  1. OUERRAD

    INNA LILLAH WA INNA ILLAYHI RAJIROUN,,,,, no comments ,,, cette race disparait au gres du temps ,,,, SIDI BEL ABBES ,,, n aura plus des HOMMES de cette TREMPE ,,, et c est DOMMAGE . ALLAHOU AKBAR .

  2. chaibdraa tani djamel

    Un grand hommage à un grand homme ,SALAH ABDEDAIM , pour moi c’est le 2éme HASSANI ABDELKADER (allah yarahmah) de cette ville ,il cotoyait tout le monde ,il aimait sa ville ,en tant que responsable ,que ce soit en tant que directeur de l’OPOW (stade 24 fevrier),ou responsable des travaux de la commune de SIDI BEL ABBES on le voyait bosser avec les agents communaux en prenant méme la péle comme un simple agent de nettoyage. Son prénom SALAH a été bien choisi par son pére 3ami ALI (allah yarhamah).ALLAH YARAHMAK YA SALAH, on ne peut trouver des gens pareils et salhines YA SALAH.

  3. chaibdraa tani djamel

    Merci à LA VOIX DE SIDI BELABBES de penser chaque fois aux enfants de cette ville.

  4. SBA

    Ce matin au boulot. De grand échos des plus admirateurs de cette bonne initiative. Allah yerhmah

    • SBA

      Bjr. J’ajouterai que sur Facebook les invités ont partagé cette initiative louable c’est que nous sommes à l’instant de voir en groupe d’amis. BarakaAllahfikoum!

  5. bachir bouaidjera fayçal noréddine

    السلام عليكم و رحمة الله وبركاته
    ………قبل البدء في الكتابة أردت هذه المرة أن أنظر و أتمعن في الصور.
    وجوه عباسية صنعت و لا زالت تصنع الحدث حضرت لتترحم على صالح عبد الدايم و الحاضر الأكبر بسمة ,ليس من السهل إنتقاء شخصية تتذكرها أو تكرمها أو,..أو و خاصة و أن ولاية سيدي بلعباس تزخر بالمواهب و الشخصيات البارزة .
    صالح عبد الدايم رحمه الله درّس ,درّب,عمل,صاحب باكالوريا عام 1960 تفانيه في كل المسؤوليات التي تقلّدها و ترعرعه في حي المجاهد سي عبد الكريم لم يأت بالصدفة,الكثير من الحاضرين إجتمعوا على كلمة واحدة وهي « كان يكد و يعمل دون أن ينتظر المقابل » البعض منهم درفت عيناه من الدمع و لم يستطع الكلام
    ,أوكلت له مهام و مناصب راقية رفضها ,السؤال مطروح لماذا الرفض ,الجواب ظاهر باين بالنسبة لشخصه هو أنّه خارج ولاية سيدي بلعباس ,حبّه للولاية كان كبير مما يتصوره البعض .

  6. bachir bouaidjera fayçal noréddine

    صفحة و تحية خاصة إلى السيد محمد قاديري لما يبدله من جهد لأنه ليس بالأمر السهل يحضر المواضيع على الورق و على الكمبيوتر يحضر الصور للشخصية و المحيطة بها يبعث الرسائل القصيرة و الطويلة و الأمر الصعب اختيار الشخية شكرا أخي و ألف شكر يا أستاذي و إلى كل من يساعده في الخفاء
    لأن بضع ساعات من التكريم تحتاج أيام من التوجاد

  7. benattou

    Pour ce grand monsieur si Salah la vie était vraiment simple, il n’a jamais eu cette pensée de la rendre compliquée, il avait cette confiance intérieure.A force de donner, les problèmes deviennent des solutions chez les sages… Si Salah avait le pouvoir de changer des choses à sa façon sans attendre, sa douleur était derrière son sourire, il tendait son amour avant sa colère. Si kadiri Mohamed est toujours au bon moment pour des valeurs à long terme,il agrandit l’avenir tout en évoquant le passé. Beaucoup d’émotions Si Kadiri votre commentaire de la vidéo était une réussite, bravo tous les invités pleuraient…Celui qui donne ya Si Kadiri sait que les bonnes actions donnent de bons résultats et que les mauvaises actions donnent de mauvais résultats, il possède la vue juste.Le geste de la voix de SIDI BEL ABBES est un geste concret et il a du poids.Belles photos Si Mustapha.

  8. hachemi

    انه لمن دواعي الفخر و الاعتزاز ان اكون ضمن الفريق الذي نضم هذه الالتفاتة الحميمية اتجاه استاذي صلاح الدين عبد الدايم الذي اكن له كل الاحترام و التقدير

  9. bouchentouf

    Salem
    Combien j’aurai aimé rencontrer Monsieur Salah Abdedaïm pour lui signifier ma profonde reconnaissance et ma gratitude de m’avoir permis un jour de rejoindre la 6 iéme du lycée Azza Aek en 1963, trois mois après la rentrée scolaire, j’étais reçu d’office (sans examen de passage) mais sans un trousseau complet que je ne pouvais pas réunir, impossible d’être parmi les lauréats de l’internat à l’époque. C’est une vieille histoire que j’avais déjà raconté auparavant dans un commentaire ayant trait à la rentrée scolaire de nos jours. Sans la pertinence de ce « Moniteur » mon premier instituteur arabe post indépendance, je n’aurais peut être jamais pu continuer mes études et donner un sens à ma vie. Il avait compris que cette élève sage comme une image qui gagnait tous les bons points, n’avait pas sa place en classe de certificat d’étude où on l’avait destiné et avait tout fait auprès d’un oncle bienfaiteur pour constituer ce fameux trousseau, sésame d’un avenir radieux. Qu’Allah te récompense pour cet acte généreux que je n’ai pas oublié Si Salah et pour tout ce que tu as fait de bien à la société comme en témoigne ici tous ceux qui t’ont connu et côtoyé. Un grand merci à tous ces « Monitrices » et « Moniteurs » qui ont su prendre la relève avec les moyens du bord mais avec beaucoup de courage et de conviction………Cordialement
    PS : J’aurais bien aimé voir à cette occasion mémorable mes amis de Bessma, Ghalem Ch, Mohammed Gh et Boubakar B, à moins qu’ils ne fussent pas au courant et c’est bien dommage car ils sont à l’origine de ce genre de rencontres amicales que je soutiens fraternellement.

  10. Hadri. Khelladi

    Salam,
    Évoquer le nom de notre père et frère de tous les jours, feu Salah Abdaim, Allah yerhmeh, c’est parler de deux notions de la vie qui meublaient son quotidien: Le travail et l’éducation.
    Mr
    Ami Salah, restera un modèle de droiture dans les coeurs des vrais Bel-abbesiens.
    Bravo à toute l’équipe qui a pensé à réunir les enfants de la ville pour lui rendre un vibrant hommage.
    Salutations sportives

  11. DOUAR

    Se fut un événement grandiose, l’après midi du samedi passé, à la maison de l’avocat où l’assistance était à la hauteur de ce RDV en rendant un hommage à un autre emblème de SBA tout en évoquant chacun son témoignage qui ne fait que démonter combien cet homme était Grand en âme et en esprit, et combien était estimé par amis et ses concitoyens. J‘étais très ému en voyant quelques uns en toute incapacité de retenir leurs larmes en évoquant Salah Abdedaim.
    Merci si Kadiri et si Magharbi, l’âme sensible se voit dans les yeux.

  12. sidi yacine

    Un grand hommage rendu à monsieur Salah Abdedaim ça ce mérite… Khouna Kadiri est modéré dans ses actions, il fait de bonnes choses ,il fait son devoir de louer les bonnes actions . Quand il évoque monsieur Salah il parle de ce personnage de ce citoyen qui n’avait d’autre remparts que l’honnêteté.
    Il est des choses excellentes que l’individu seul ne peut faire, et qui ne se peuvent en secret. Aimez les associations de bienfaisance, et si vous en avez le moyen, propagez-les, ranimez-les lorsqu’elles s’engourdissent, redressez-les lorsqu’on fausse leur but. Ne perdez pas courage pour les sottes railleries que les avares et les oisifs n’épargnent jamais à ces âmes laborieuses qui travaillent pour le bien de l’humanité.
    Citation de Silvio Pellico ;

  13. Zoubir BOUMOUS

    L’hommage rendu à Monsieur Salah ABDEDAÏM a été une initiative très louable qui a permis de rassembler, deux ans après sa disparition, quelques amis et proches d’un des meilleurs enfants de Sidi Bel Abbes pour évoquer, avec une intense émotion, quelques sublimes facettes du parcours honorable de cet homme d’une grande valeur morale qui a servi avec amour et abnégation sa ville et le « club de son cœur ».
    Sa vie, brièvement relatée, a été une succession de combats passionnés, pleine de positions courageuses et honorables au service de la collectivité, privilégiant toujours l’intérêt général au dessus de toute autre considération. Cet après midi, l’ombre de Salah a plané sur la salle. La vie de Salah mérite d’être enseignée à nos enfants.
    Pour ma part, informé tardivement alors que je me rendais à Oran au chevet de ma sœur ainée gravement malade, j’ai du rebrousser chemin et j’ai eu l’honneur de vivre ces instants mémorables en compagnie de figures emblématiques de Sidi Bel Abbes et de l’USMBA et je n’ai pas laissé passer l’occasion d’y participer, modestement à ma façon, avec quelques reportages vidéos de ses émouvants témoignages que j’ai publié pour vous (sur ma page Facebook et sur la page du groupe « bélabésiens bélabésiennes »).
    Un grand merci aux organisateurs.
    Zoubir Boumous

  14. Hakem Abderrahmane

    Si Salah Allah yerhmeh était réellement utile à notre ville et à tous les belabésiens.Il méritait bien son prénom.

  15. Dahou BACHUR BOUAIDJRA

    Un grand hommage pour un grand homme de notre ville, allah yerrahmah, inshallah il servira d’exemple pour nous la jeune gènèration belabèsienne, merci a ceux qui ont participer et organiser cet bel hommage

  16. MILOUA

    LES ABSENTS ONT TORD DIT-ON !!! Devrais-je faire mon mea culpa si du moins j’avais ete convié et je n’ai appris que par mon ami Djemai Zouaoui qu’mapprenait que plusieurs proches s’etonnaientt de mon absence.Ceux qui m’ont oublié se reconnaitront .Certes j’applaudis cette initiative mais je pense etre parmi ceux qui ont accompagné mon ami que dis-je mon frere Salah.Je ne m’etalerais pas sur toutes les belles aventures que nous avons vecues ensemble mais je citerai les meilleures episodes avec les evenements et leurs lieux. Post independance la Focesba et les Semaines de l’ecole Annnes 70 Usmba lui la section hand ball -moi la section volley
    Annéé 80 lui directeur de la jeunesse et des sports -moi directeur de la briquetterie et du planetarium
    Annee 90 lui sous directeur accademie puis apc-moi representant des directeurs d’ecoles pour tout ce qui touchait l’entretien et travaux des etablissements scolaires
    2002-2012 les annees JASMIN de notre tandem a l’apc avec toutes les missions nobles accomplis ensemble
    LES 2 MEILLEURS CADEAUX DE SALAH
    Les annes 70 alors qu’il etait secretaire a l’USMBA il m’a choisi pour la mission a ELKHROUB en compagnie du taxi-man de du club Kouider « llagraa » pour recruter le grand arriere axial dont j’ai oublie le nom et les annees 97 lors de son mandat apc il a choisi ma famille pour representer sidibelabbes a la grande emission culturelle televisee 3AYLA HAYLA Il ne faut pas oublier qu’il a fait partie de la DEC qui gerait les APC pendant la decennie noire.Voila parfois comment l’histoire le plus souvent s’ecrit avec des non-dits en oubliant des temoins en l’occurence aussi Lalimi Sid Ahmed dont il vient de me dire qu’on ne l’a pas invité.

  17. DAHO A.

    Je tiens à féliciter M. KADIRI M. pour cette initiative qui est celle de rendre hommage à feu ABDELDAIM Salah qui fut un des citoyens honorables de la ville S.B.A. Ce dernier a été mon professeur de français dans le cycle Moyen plus exactement à Bretaudeau (lycée ENNADJAH). C’est d’ailleurs un peu grâce à lui que j’ai aimé la langue de Molière.
    Il était un personnage de grande culture, aimant transmettre les connaissances et les valeurs humanistes aux apprenants que nous étions. Il ne ménageait aucun effort pour expliquer les leçons en usant de sa forte et chaude voix si bien que nous l’écoutions avec attention et admiration. Merci donc pour cet hommage rendu à un enfant de Belabbes même s’il est à titre posthume car Belabbes ne doit pas oublier ses enfants.

  18. abbes benali

    effectivement grand homme au grand coeur que j ai eu au courant de ma carriere a la wilaya de sba a cotoyer et collaborer avec lui tjrs souriant et prompt a rendre service a son prochain en perdant un a un ses hommes de bonne famille sba est en train « de s eteindre » la vie devient morne en cette ville que nous aimons tous (n oubliez pas ceux qui sont a l etranger et qui suivent )

    • j’ai quitté Sidi Bel Abbès en 2003 en laissant derrière moi de nombreux amis dont Salah Abdeldaim, un gars d’une grande gentillesse et toujours disponible. Je me suis souvient qu’un jour, alors que j’étais à le recherche d’un bureau pour faire démarrer l’inspection d’EPS, le défunt m’a assuré de son totale soutien au cas ou j’aurais besoin de mobilier. Le sourire toujours aux lèvres il incarnait la générosité. Paix à son âme. Sa famille et Sidi Bel Abbès ont raison d’être fiers d’un tel Homme.

Répondre

x Shield Logo
This Site Is Protected By
The Shield →