La Voix De Sidi Bel Abbes

Traumatisme des mémoires et mémoire des traumatismes. Autour de la guerre d’Algérie. 11 octobre 2017, Auditorium-Hôpital Européen Georges Pompidou

Président : Pr Amine Benyamina. Coordination scientifique : Dr Mohammed Taleb

La Société Franco-Algérienne de Psychiatrie organise le 11 octobre 2017 à l’Auditorium de l’Hôpital Européen Georges Pompidou à Paris, un colloque consacré aux aspects mémoriels liés aux traumatismes de la guerre d’Algérie. Notre objectif est de traiter des traumatismes de la mémoire et de la mémoire des traumatismes en croisant divers regards sur la question : ceux d’historiens, d’universitaires, de psychiatres, d’écrivains, de neuropsychologues, … Ce colloque devrait contribuer à mieux comprendre pourquoi la guerre et les drames vécus il y a près de 60 ans continuent de produire des effets particuliers sur la mémoire. Quels en sont les mécanismes, les processus en cause? La particularité de la Guerre d’Algérie est qu’elle est l’objet d’une chape de plomb collective et d’un silence général embarrassé et, comme le disait Paul Ricoeur, « Je reste troublé par l’inquiétant spectacle que donne le trop de mémoire ici, le trop d’oubli ailleurs, pour ne rien dire de l’influence des commémorations et des abus de mémoire – et d’oubli. »

Il semble assez clair que la mémoire individuelle entretient des liens étroits avec les représentations collectives et la manière dont sont traités les événements historiques par le corps social dans son entier. Il est probable qu’elle soit soumise à de nombreuses influences, évolutions et changements que lui imprime « la conscience » (et/ou l’inconscient) collective. Il y a intrication entre traumatismes, mémoire individuelle, mémoire collective et mémoire historique dans des mouvements multidirectionnels. Ces mêmes phénomènes peuvent être appréhendés en tenant compte des mécanismes biologiques et neuropsychologiques de la mémoire et, à l’inverse, il est difficile de comprendre ces mécanismes sans prendre en compte des influences sociales et collectives. Il est bien entendu difficile de répondre à de telles questions mais il est essentiel de souligner la nécessité d’une approche multidimensionnelle. Une lecture qui consisterait à réduire les traumatismes de la mémoire à une configuration personnelle singulière ou celle encore qui relèverait d’une démarche exclusivement sociale et politique, au risque de dissoudre l’expérience subjective personnelle dans une approche historique globalisante, risquent d’être restrictives et réductrices. Au même titre que l’existence d’une problématique individuelle en rapport avec les états post-traumatiques, pourrait-on invoquer une forme de traumatisme propre à la société toute entière pour expliquer certaines manifestations de souffrance individuelle. On voit là toute la complexité de ces questions auxquelles la psychiatrie est soumise.

Pour toutes ces raisons, nous nous inscrivons dans une démarche que l’on pourrait qualifier de « centripète » et à travers les divers analyses d’historiens, de neuropsychologues, psychiatres, universitaires, écrivains, … sur les liens entre mémoires individuelles, collectives, historiques et mémoires traumatisées, tenter de comprendre un peu mieux les particularités liées à la guerre d’Algérie. Et pour illustrer « l’amnésie collective » qui entoure cette guerre, il est assez significatif de constater la rareté des travaux des psychiatres des deux pays sur cette question essentielle contrairement à d’autres guerres ou conflits qui on donné lieu à une littérature scientifique plutôt abondante.

Mohammed Taleb

Programme

8h00-8h30 : Accueil des participants

8h30-8h45 : Allocutions

8h45-9h00 : Introduction. Pr Sadek Beloucif, Médecin-Chef du service d’anesthésie-réanimation à l’hôpital Avicenne (Bobigny).

Session 1. Président : Pr Tramor Quemeneur

9h00-9h30 : L’articulation mémoire individuelle/mémoire collective. Denis Peschanski (Directeur de recherche au CNRS).

9h30-10h00: Lien entre le traumatisme colonial, son omniprésence dans le présent et l’impossible mémoire collective. Pascal Blanchard (Chercheur LCP/CNRS et Groupe de recherche Achac)

10h00-10h30: La Guerre de libération nationale (1954-1962) dans la mémoire des Algériens. Mohand-Amer Amar (Historien, Chercheur au CRASC, Oran)

-10h45 : débat

10h45-11h15 : pause

Session 2. Président :Pr Pierre Michel Llorca

11h15-11h45 : 13 Novembre : un programme de recherche sur les mémoires traumatiques. Pr Francis Eustache. Directeur de l’unité Inserm-EPHE-Unicaen (Neuropsychologie et Imagerie de la Mémoire Humaine), Caen.

11h45-12h15 : Mémoire et identité après un traumatisme complexe. Fabrice Berna (Psychiatre, Praticien Hospitalier – Inserm, Strasbourg)

12h15-12h30 : débat

Session 3. Président : Pr Sadek Beloucif

14h00-14h30 : Les immigrés algériens en France pendant la guerre d’Algérie. Traumatismes et identités. Benjamin Stora (Historien, Professeur des Universités))

14h30-15h00 : Retour sur le modèle du « traumatisme historique ». A propos du vote Front National chez les pieds noirs. Eric Savarese (Professeur de Science Politique à l’Université de Montpellier)

15h30-16h00 : Harkis : Rapatriés ou réfugiés ? L’épreuve d’une identité singulière. Fatima Besnaci-Lancou (Historienne).

16h00-16h15 : débat

Session 4. Président : Pr Pascal Blanchard

16h15-16h45 : Fictions, mémoires et post-mémoires de la guerre d’Algérie dans la littérature française. Catherine Brun (Professeur Université Sorbonne Nouvelle – Paris3)

16h45-17h-15 : La mémoire traumatisante dans quelques romans et nouvelles d’auteurs algériens d’expression française. Désirée Schyns. Professeur à l’Université de Gand.

17h15-17h30 : débat

17h30 : Conférence de clôture : Connaissance des faits, tabou du récit, silence… Alexis Jenni, lauréat du Prix Goncourt 2011.

Pour toute inscription : http://www.katanasante.com/nos-evenements/congres-afmp

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=71239

Posté par le Juin 28 2017. inséré dans ACTUALITE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez aller à la fin et répondre. Le Ping est actuellement interdit.

8 Commentaires pour “Traumatisme des mémoires et mémoire des traumatismes. Autour de la guerre d’Algérie. 11 octobre 2017, Auditorium-Hôpital Européen Georges Pompidou”

  1. Mémoria

    Il y a lieu de préciser que le docteur Taleb Mohamed est originaire et a exercé pendant des années en tant que psychiatre à Sidi Bel Abbés !

  2. Mme CH

    Salam…!! Merci Grand frère pour l’Info et pour la prrrrécision….!!! Un titre qui m’a beaucoup plu: « traumatismes des mémoires et mémoire des traumatismes »…?? C’est toujours bon d’organiser des colloques, mais cela dépend de la couleur des organisateurs et de la direction dominante du courant, espérons seulement que ce ne sera pas un grand trou d’air…!!!

    Les Algériens ont toujours eu une bonne mémoire concernant les différents traumatismes que la FaFa coloniale barbare leur a fait subir et dont l’impact perdure jusqu’à ce jour…!!!

    Quant aux Corneilles noires et les autres, ils auraient pu éviter certains traumas s’ils ne s’étaient pas installés sur la Terre des autres….!! Il ne fallait pas suivre un agresseur, un voleur, un violeur et un criminel,…..vous connaissez les conséquences maintenant, hein..??

    Je pense qu’il ne faut pas toucher à la mémoire des traumatismes, car « Un peuple qui oublie son passé se condamne à le revivre »…….., par contre, il faut soigner les traumatismes de la mémoire de ceux qui érigent des stèles de l’OAS, des nostalgériques, des racistes, des Islamophobes……. et des fouteurs de pagailles… ici et là bas chez-nous….!!!

    Alors Bon courage aux Psys, surtout, car ils ont du pain sur la planche, on peut vous envoyer du renfort….en cas où…!!???

    Bonne fin de soirée.

  3. Point de vue

    Bonjour,
    Chère Mme CH, vous avez toujours une vision très manichéenne du passé Franco Algérien !!! Le Blanc et le noir, le bon et le mauvais !!!
    Est-ce que je peux vous donner mon avis sans me faire étriper !!!
    La majorité de ceux que vous nommer, depuis de nombreuses années, les affreuses corneilles noires, n’ont pas été pour une grande majorité d’affreux voleurs et tortionnaires qui ne pensent toujours qu’à une chose « la revanche ».
    Pour vous aucune relation de respect et de fraternité ne peut exister sur les cendres de notre passé commun.
    Ce n’est pas mon avis, et je ne suis pas le seul, parmi ces affreuses corneilles noires à penser cela.
    Oui, Madame, ne vous en déplaise, cela est possible de vivre des relations Franco Algérienne apaisée dans le respect des uns et des autres, sans rien oublier de notre passé commun, et sans oublier les traumatises de notre passé douloureux.
    Je pense que 55 ans après, il faut simplement le vouloir et œuvrer pour cela se réalise, cela n’en sera que bénéfique pour nos deux peuples !!!!

    • Mme CH

      Bonsoir Point de vue…!!! Cher monsieur (je suppose), dans la colonisation, il n’y a que du noir , même pas du gris, alors sous quel angle voulez-vous que je vois l’horreur qui a été imposée par la force à mes ancêtres…????

      La majorité des Corneilles noires ne sont pas toutes affreuses…??? Enfin, tout dépend de leur chant, mais elles ont raté le grand virage de l’Histoire lorsqu’elles se sont opposées à l’indépendance de l’Algérie, lisez les différentes vérités historiques et vous verrez, pire encore d’autres Corneilles ont constitué une branche terroriste pour assassiner les français et les algériens, parce qu’elles ne voulaient pas entendre parler d’Algérie Algérienne, alors que voulez que je vous dise…!!???

      Cependant, je suis d’accord avec vous lorsque vous dites que des relations de respect et de « fraternité » peuvent exister, moi je dirais, sur les braises de notre passé, mais il faut d’abord assainir la situation et que les affreuses Corneilles cessent de glorifier les assassins et d’envenimer la vie sociale et politique sur les deux rives…!!! Vous savez, entre le peuple français et algérien, il n’y a pas de problème, la preuve: « L’indépendance de l’Algérie est perçue comme un événement bénéfique aux deux pays. Plus des deux tiers des Français estiment que la fin de la colonisation a été une « bonne chose » aussi bien pour l’Algérie (69%) que pour la France (71%). »

       » La majorité de Français se montre favorable à des excuses sur les exactions commises par la France en Algérie (52%). »

      « L’opinion française soutient massivement le rapatriement en Algérie des restes mortuaires de militants algériens morts durant la guerre. Interrogés sur la polémique autour des crânes de combattants algériens détenus dans les réserves du Musée de l’Homme à Paris et réclamés encore récemment par ministre Tayeb Zitouni, les Français se montrent favorables à une écrasante majorité (88%) à la restitution de ces restes mortuaires. » (Ifop, octobre 2016)

      Quand Macron a qualifié la colonisation française de « crimes contre l’humanité » qui a élevé la voix pour faire de la pression….??? Les Affreuses mais pas seulement….!!!!

      Non bien au contraire, ça me plairait de vivre des relations Algéro-françaises apaisée dans le respect des uns et des autres, dans un partenariat gagnant-gagnant entre deux pays souverains, sans rien oublier de notre passé et les traumatismes que le peuple algérien a dû subir pendant 132 ans…mais bon, un jour peut être le rêve deviendra réalité…!!!!

      Cher monsieur, nous ne demandons qu’à voir sur le terrain une oeuvre, et non pas une manœuvre, pour construire des relations normales entre les deux pays…!!!

      Au fait, le mot étriper est très mal placé, (« les Fellagas » ne sont pas les terroristes), votre avis est le bienvenu sur la voix de toutes les voix…et le respect doit être mutuel….!!!

      Bonne fin de soirée.

  4. abbassi

    bof fakou les algerien ont donné le dos a ce genre d’histoire..ça y est l’histoire a été pressé comme un eponge pour servire des interets maintenant elle redevenu un chiffon..
    d’accors si on la cite dans un cadre d’histoir mais son exploitation et sa recuperation ne donne plus rien. nous sommes en 2017..le maraboutisme dans sa periode d’apogé a été exploité par les colons maintenant ya plus de colons tout le monde est entré chez elle.finit le reve finit l’epopé des conquette des iles..les iles marquise n’offrent plus le reve du cocotiers on les appele maintenant les rochers…
    donc il faut innover pour rester en vie..les methodes du siecle dernier ne donnent plus de resultats ne font plus d’effet..faut jetter les anciens anuels ça ne servent a rien..qu’a entretenir un reve devant un chauffage a gaz..y’a meme pas la cheminée ni le tas de bois dehors dans le jardin..
    faux innover..les gens courent a droite et a gauche et de travers pour capter un éventuel client et le fideliser…le maraboutisme est terminé

  5. Mme CH

    Hé bien, bof Fakou, les ex H, les News H et les orbitons de HF n’aiment pas qu’on parle de ce genre d’histoire, l’histoire d’un peuple qui a été traumatisé par le colonisateur barbare durant 132 ans….!!!

    Il faut adresser ce beau disssssscours aux Corneilles noires, aux Nostalgériques …etc…..etc…, et leur dire que ça ne sert à rien d’entretenir le rêve du Paradis perdu et qu’il n’y a plus « de cheminée ni le tas de bois dehors dans le jardin.. »..!!! Et par la même occasion dites leur de ne plus faire pression sur leurs politicards, de ne plus attiser la haine, le racisme et l’Islamophobie, de ne plus créer des foyers d’incendie dans certaines régions du pays pour aspirer à un printemps zarabe et de ne plus ériger des stèles à la « mémoire » des assassins de l’OAS qui ont d’abord massacré les français puis les Algériens……après…de notre côté la vie sera cool….!!…….etc…etc….!!!

  6. abbassi

    bof y’a d’autre corneille qui exploitent tout pour parler de tout sauf de l’etentiel..l’essentiel en algerie les lots de terrains le commerce exterieur les credits bancaires assurés les licences d’importation les licences taxis les licences de tout genre..
    d’accord on ne doit pas oublié le passé par entretient de meoir pour que la future genration ne tombera dans le meme petrin sinon a quoi aurait servi de faire une experiene une histoire?? pour la lire d’un conté de conte devant une cheminé ou dans une ecole universitaire des partis politique avec analyse du passé du present et projection dans le cours et moyens terme..
    on veut faire comme les anglais ne parler 90% du temps que bizness et non débat creux comme les francophone de France..les immigrés et les français sont entretenue dans un debat creux pendant ce temps une poignée de profiteur profite des richesse de france..pendant que tu parle révolution islame et harki l’autre est entrain de faire les vendanges..lorsqu’il termine les vendange les gens sortent du débat fatigué rien dans les mains..si une petite allocation chaumage de quoi s’acheter une clope a Paris et visité les vitrine lecher sans y toucher..ou faute de pouvoir donner une dote a une epouse les gens descendent vers bruxel et lecher les vitrine sans y toucher

    video lecher les ecran
    youtube.com/watch?v=st1hsqlVvsM

  7. Imène

    Rien que de voir ces abrutis de soldats entrain d’humilier ces hommes …c’est assez traumatisant ! Révoltant ..
    Bandes de sauvages , soyez maudits !

Répondre