La Voix De Sidi Bel Abbes

Suite à l’enquête diffusée par Ennahar TV, Mebarki limoge le DG de l’Onou.

Le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Mohamed Mebarki, a décidé, avant-hier, de mettre fin aux fonctions du directeur général des œuvres universitaires (Onou), Mohamed-Hadi Mebarki, remplacé par le directeur régional de l’Onou  de la wilaya de Béjaïa, Abdelhak Boudra’â.

Des sources syndicales nous ont confirmés l’information, au moment où il nous a été impossible de la confirmer officiellement. Selon certains syndicats estudiantins que nous avons pu joindre hier, ce limogeage est en relation « direct avec la diffusion par la chaîne Ennahar TV d’un reportage sur les conditions de vie dans certaines cités universitaires pour filles ». Les mêmes sources affirment entre autre que le reportage en question n’est que le prétexte vu que les cités universitaires connaissent une situation de délabrement généralisé depuis un certains nombre d’années. «  C’est surtout la gestion des cités qui pose problème. Il y a eu de graves incidents, notamment à Béjaïa et Sétif, des cas d’intoxication, des vols, des infractions. », nous confie-t-on.

D’autres sources au fait du dossier parlent d’une volonté « d’étouffer l’affaire Ennahar suite au dépôt de plainte pour diffamation », et rappellent que le ministre avait ordonné l’ouverture d’une enquête administrative qui a été élargie à la gestion des œuvres universitaires.  En effet, au lendemain de la diffusion du reportage, le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique avait déclaré, lors de son passage au forum de nos confrères d’El Moudjahid, qu’une enquête administrative allait être ouverte en plus du dépôt de plainte pour  « diffamation ».  Objectif, lever le voile sur les « disfonctionnements et éventuelles complicités qui ont permis à une équipe télé de pénétrer dans une cité universitaire sans y être autorisée».  Selon les étudiants affiliés à l’Organisation nationale des étudiants algériens (Onea),  que nous avons pu joindre au téléphone, le ministre a conclut qu’il fallait opérer  « des changements ».  « Le directeur de l’Onou qui a été relevé, avant-hier,  de ses fonctions, est à l’origine du pourrissement des cités U.

Ce qui a poussé le ministre à mettre fin à ses fonctions  », a-t-on appris auprès de la section de Ben Aknoun de l’Onea. Chez les étudiants des différentes résidences universitaires que nous avons pu joindre, ce limogeage n’est qu’un prétexte pour étouffer les vrais problèmes des résidences universitaires et la gestion catastrophique qui y prévaut. «  Tout le monde aura l’impression que le ministère a réagi. En réalité, même si le reportage en question a porté atteinte à l’image des étudiantes, il a le mérite de révéler une situation que peu de gens connaissent », nous confie une étudiante. Au lendemain de la diffusion du reportage, plusieurs sections syndicales sont montées au créneau pour réclamer le départ de plusieurs directeurs de résidences universitaires. «  Ce n’est pas en remplaçant les personnes que l’on va changer quelque chose. Ce sont les politiques, la gestion et les mentalités qu’il faut changer », nous confie-t-on. Les étudiants souhaitent voir d’autres changements s’opérer dans le secteur.

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=36539

Posté par le Jan 16 2014. inséré dans ALGERIE, CE QUE DIT LA PRESSE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

11 Commentaires pour “Suite à l’enquête diffusée par Ennahar TV, Mebarki limoge le DG de l’Onou.”

  1. Ahmed Khiat

    Si l’information se précisait, qui dirait que la presse privée ne sert à rien? Lorsque l’on dénonce avec des preuves tangibles, les choses bougent peu ou prou. Sinon, au moins, l’opinion publique est alertée, et c’est déjà beaucoup.

  2. Belamri Abdelkader

    C’est de la manipulation politique a-t-on dit lors de la diffusion de ce reportage;tant de précipitation dans la dénonciation de la tv ENNAHAR est abjecte et peut s’apparenter à la réaction d’une mafia bousculée dans son antre ,alors qu’elle ne fait que réveiller les consciences des algériens sur la situation des résidences gérées à la manière des hammams -dortoirs sans se soucier de la responsabilité,la double responsabilité de gérer l’infrastructure et veiller aux bonnes mœurs dans les lieux sacrés.Mr MEBARKI n’est pas dupe ,car il est d’abord citoyen d’en bas avant d’être Ministre et il connait tout ce qui est lié au monde de l’université,pour avoir goûté aux responsabilités.Comme cela était perçue la rumeur concernant la Banque Khelifa faisant soulever l’ire des suceurs et autres intéressés ,jusqu’à ce que la vérité éclate au grand jour ,mettant les algériens devant leur désarroi.Soyons réalistes et appelons un chat ,un chat.

  3. Abbes

    Monsieur Mébarki est un bon ministre qui enlève toujours le mal par les racines

  4. fethi

    Dans ce cas de la chaine nahar il ya abus et manipulation tendancieuse

  5. Abbes

    Au lieu de contribuer à la construction d’une meilleure société la chaine Ennahar est en train de détruire tout ce qui est positif . C’est une chaine purement hypocrite.

  6. Obs

    Mr Mebarki en homme avisé sait que le mal est beaucoup plus profond que ça, il fait dans le strict minimum ‘(changement de DG, qui plus est, est du secteur), c’est toute une réforme de fond en combles qu’il faut pour assainir ce secteur des œuvres universitaires.

  7. ami

    Les oeuvres universitaires avaient leur raison d’être quand il n y avait que 3 ou 4
    grandes universités .En 1971,il n y avait que onze résidences universitaires alors
    que maintenant il y en a plus de 380 a travers les 48 wilayas de notre pays.
    L’université a été rapprochée à l’ étudiant de son lieu de résidence.Par contre avant,
    l’étudiant devait se « tapait » des centaines voire des milliers de kilomètres pour
    rejoindre ces lieux du savoir( et où la recherche de la formation,des sciences,de la
    technologie etc….avaient leurs prix ).Maintenant la recherche du savoir est reléguée
    après la recherche de la ‘nourriture’ et l’ obtention d’ une chambre ,certes légitime,
    mais le hic est que la notion de résidence doit être ré-étudier.Du moment ,que
    l ‘étudiant réside dans le même lieu que l’université pourquoi ces Onou continuent
    – ils d’exister ?????

  8. Nass

    La chaine ennahar, n’a revélé qu’une infime partie de ce qui se passe dans les cités U..celà ne sert a rien de se cacher derrière un tamis…les cités U sont devenus sources d’enrichissement pour certains au détriment des étudiants et étudiantes…quand on voit les sommes astronomiques qui dotent ces cités, et quand on voit l’état de délabrement de ces cités…il est normal que les etudiants et étudiantes aillent ailleurs pour se défouler…aprés tout ils sont majeurs et libres…

  9. John Q

    Une seule personne n’est pas responsable de tous ces maux, mais il faut continuer à dénoncer , et c ça notre pouvoir , le pouvoir de changer.

  10. Zzz

    L’affaire ennahar est fomentée par les islamistes integristes dont le cerveau vide
    balance comme un pendule entre HALAL-HARAM toute la journée.
    Tout ce montage pour inciter les parents pour arrêter la scolaritė de leurs filles.
    Ces filles sont majeures ,donc libres selon la loi Algerienne.

Répondre