La Voix De Sidi Bel Abbes

Souvenirs,souvenirs il-etait-une-fois-le-cinéma

C’était le temps ou nous attendions fiévreusement les étrennes de l’Aïd pour se ruer littéralement sur une des nombreuses salles de cinéma et nous régaler d’un péplum, d’un western ou d’un film hindou. Nos héros s’appelaient : Hercule, Gary Cooper et Mangala et on portait à leur rencontre, dans nos habits neufs, comme dans un véritable rituel. Le cinéma était bien plus qu’un loisir, un rituel auquel nous nous adonnions avec une passion inégalée.

Chaque quartier avait sa salle qui se spécialisait dans un genre précis : le policer, le film d’aventures, de cape et d’épée et le film arabe avec une nette domination des Egyptiens avec les magistraux Youssef Chahine et Henri Baraket et les inoubliables chef-d’œuvre ou trônaient Faten Hamama, Abdelhalim Hafez …C’est cette culture dans laquelle nous avions baigné qui fera de nous des cinéphiles avertis, qui, plus tard, adhérions en masse aux cinés-club des lycée. Parce que chaque lycée avait son ciné-club que le cinémathèque faisait un devoir d’approvisionner de long métrages que les profs de français et d’histoire géo faisaient suivre de longs débats.

Il faut juste ouvrir une parenthèse pour que le cinéma servait alors de support pédagogique et à l’adolescence, nous connaissions déjà le néoréalisme italien, la nouvelle vague française et le cinéma soviétique, dont le gigantesque « Quand passent les cigognes », que nous avons alors découvert au lycée ! Parallèlement, le cinéma algérien n’était pas en reste et il nous fallait acheter nos tickets au marché noir pour voir «L’opium et le bâton», «La nuit a peur du soleil», ainsi que les fantastiques films ou Rouiched, alias Hassan, crevait l’écran. Et plus rien! Hormis quelques belles éclaircies comme le très caustique «Omar Gatlatou».

Végéter par la grâce et le bon vouloir des autorités en charge de la culture

Les années qui suivirent furent celles de la disette qui s’empara du 7éme art. On évoquera l’avènement de la télévision par satellite, et plus tard l’Internet, pour expliquer cette déshérence du cinéma. Faux ! Sous d’autres cieux, les nouvelles sorties sont accueillies avec enthousiasme et de nombreux films se comptabilisent en million d’entrées. Parce qu’avant d’être un art, le cinéma est aussi et surtout une industrie ou la plus rude des concurrences est livrées entre producteurs, réalisateurs, distributeurs, acteurs et tous les corps de métiers qui s’y greffent. En Algérie, ce genre de conglomérat était actif dans des structures étatiques telles que « l’ONCIC », devenu plus tard le centre de l’industrie cinématographique (CAIC), qui ont fini par rendre l’âme, faute d’intérêt plus que de moyens.

Depuis, le cinéma national périclite dans d’insignifiantes séries qui constituent une insulte à ce qui fut le cinéma des années 1970 : du fabuleux feuilleton «Dar Sbitar» et «El Harik» adapté de l’œuvre immortelle de Mohamed Dib, aux insanités qu’on nous sert en guise de sitcom, c’est la dégringolade. Même les acteurs ne savent plus jouer, du petit Omar et de la magistrale ‘’Chafia boudraa ‘’ aux bellâtres et aux actrices outrageusement maquillées. On mesure toute la décadence du cinéma qui prétend remplacer l’immenses Rouiched. Les ingérables Inspecteur Tahar et son apprenti ! Alloula et Medjoubi sont partis assassinées par les faiseurs de ténèbres parce que ces deux immenses artistes étaient des lumières, derrière la caméra ou sur les planches. Sirat Boumediène est mort de dépit. Fellag s’est exilé. Les quelques comédiens qui restent font de l’alimentaire en s’efforçant de paraître naturels.

‘’La lumière ne se fait que sur les tombes’’, chanter ce vieux «fou»de ferré. Les tombes de Alloula et Medjoubi ressemblent à celle de cinéma algérien confiné à végéter par la grâce et le bon vouloir des autorités en charge de la culture. On se souvient qu’il y eut un cinéma algérien, tué par la bureaucratie et les velléités morbides des agents de la foi qui n’aiment l’art, qui n’aiment le beau. Parce que le beau est subversif. Interdire, toujours interdire, au moment ou ailleurs, les foules se présentent pour voir des films en 3D. Les nôtres, les salles sont devenues des salles des fêtes ou les décibels des sonos et des ‘’Berrahates’’ ont remplacé le ronronnement des projections en 35 mm ! Triste fin.

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=13904

Posté par le Juin 6 2012. inséré dans ACTUALITE, ALGERIE, SBA PROFONDE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

58 Commentaires pour “Souvenirs,souvenirs il-etait-une-fois-le-cinéma”

  1. Hadj dekar sd

    je crois que c’est une belle époque que nous la souhaitons a nos enfants qui passent devant nos cinémas ex muséés livrées a l »abondon du hizb el wahed parti unique gestionnaire sans partage du décin programmé.

  2. Mohamed.G...

    Ah! oui c’était la belle époque,vous nous faites revivre notre jeunesse,quand on allait voire les péplums au cinéma Palmarium,les Hercule,Samson,Maciste,Ursus…c’était l’époque des body building et la musculation pour imiter nos idoles Steve Reeves,Gordon Scot,Marc Forest,Alan Steel,Serge Nubret…et c’était aussi l’époque des westerns spaghetti avec Giuliano Gemma,Clint Easwood,Franco Néro…
    C’était merveilleux quand on entrait aux salles
    de cinéma Vox,Olympia,Empire,Versailles et que la placeuse nous montrait notre place qui était numérotée,sans oublier d’avoir acheter les petites bourses de cacahuètes et de zerri3a qu’on consommait à l’intérieur même.
    C’était le bon vieux temps où l’on était tout simplement heureux!!!
    Merci pour ces souvenirs!!!

  3. benali abbassi d'alger

    grandeur et décadence cela dépend de ceux qui sont gestionaires élus a voir partir en lambeaux leur vlile

  4. Giselle de Marseille

    Bonjour le seul cinéma que j »avais connu dans l »année 61 est le versailles il est beau.Je vois que les articles de la voix de sidibelabbes suscitent souvent nos souvenirs et on se retrompe vite come cete fois ci a faire l’enumération des beaux films qui nous nous ont tous marqué.Trés bonne soirée amis lecteurs .et lectrices.

  5. benhaddou boubakar

    alors la vous avez èvoquè des souvenirs inoubliables du cinèma a sidi belabbes! vous m’avez touchè en quelque sorte! puisque je suis nè avec le cinèma! mon defunt père travaillait comme operateur cinèma ambulant dans les villages ou je partais avec lui chaque nuit,ensuite il fut engagè a « l’alhambra » ou j’ai connu tous les sortes de films,puis cinèma « moksi »,et depuis 1968 il fut engagè au cinema « vox » ensuite cinèma « olympia »! je ne ratais aucun film dans tous les cinèmas,pendant l’ètè il travaillait au cinèma « plein air » du jardin public, c’est des bons souvenirs qui sont restès gravès dans nos memoires sans citer les « chefs d’oeuvres » du cinèma! merci a la redaction pour ce bon reportage !

    • Mohamed.G...

      Ouah,si Benhaddou,je me souviens bien de ton défunt père 3ammi Bouziane, Allah yerhmeh,car on était des mordus du cinéma et on s’interressait à tout ,même les opérateurs de cinéma,et je te remercie pour avoir évoquer le cinéma « plein air « du jardin public où j’ai de nombreux souvenirs parce que je suis de Fg Thiers

      • benhaddou boubakar

        salam si mohamed g, le cinema plein air avec le theatre aussi et la piscine! c’est bien d’èvoquer les bons souvenirs d’autan!

  6. hanene

    quel le film qui ta le plus plus dans le western ,

  7. benhaddou boubakar

    il y’a plusieurs:je cite par ex: « la conquete de l’ouest », « le bon la brute et le truand »,autant en emporte le vent » etc….

  8. Z Leila

    Je me rappele quant mon mon pere nous accompagner avant four pendant ramadan au cinema soit vox ou Versailles et d Autre salles le Bon vieux temps des filles avec leurs byciclettes a sidi bel abbes meconaissable aujourd hui Elas

  9. zouaoui

    moi gt abonné au cinéma versailles a chaque apparition de film d’ou la belle actrice d’antan etait la foudroyante ROMY CHNEIDER,ah ses beaux films en particulier UNE FEMME A SA FENETRE.on passait vraiment de bons moments ,a l’entracte ,pour savourer les gateaux de la buvette ,et le decors interieur du versaille embellissant.ah g plus rien a dire.

  10. zouaoui

    celui qui vendait les cacahuettes chantait bien,que devient il est il vivant ou non?

  11. zouaoui

    cet article me passionne bcp,c notre passé privé,ou on savourait notre week end(samedi,dimanche) un calendrier hebdomadaire bien structuré et le cinéma faisait partie de notre quotidien en voici certains proverbes y’relatifs,

    Un beau soir l’avenir s’appelle le passé
    C’est alors qu’on se tourne et qu’on voit sa jeunesse.

    Les hommes qui, par leurs sentiments, appartiennent au passé et, par leurs pensées à l’avenir, trouvent difficilement place dans le présent.

    Se repentir du passé, s’ennuyer du présent, craindre l’avenir: telle est la vie. Seule la mort, à qui est confié le renouvellement sacré des choses, me promet la paix.

    Le passé ne meurt jamais complètement pour l’homme. L’homme peut bien l’oublier, mais il le garde toujours en lui.

    Le présent serait plein de tous les avenirs, si le passé n’y projetait déjà une histoire.

    Notre passé et notre avenir sont solidaires. Nous vivons dans notre race, et notre race vit en nous.

    Dans l’affection que je vous porte, il y a trop de passé pour qu’il n’y ait pas beaucoup d’avenir.

    Nous appelons notre avenir l’ombre de lui-même que notre passé projette devant nous […]
    Proust (Marcel)

    Mon passé, c’est les trois quarts de mon présent. Je rêve plus que je ne vis, et je rêve en arrière.
    Renard (Jules)

    Sur la terre, deux choses sont simples: raconter le passé et prédire l’avenir. Y voir clair au jour le jour est une autre entreprise.

  12. oueldserkhane

    en tant que villageois des environs de sba nous n’etions pas privés du cimema et dans chaque village il y avait une salle où on projetait chaque semaine un film ,certe la salle n’etait pas comme le vox mais elle peut servir pour regarder un film .

    • ghosne el bane

      Bonjour Ouelserkhane effetictivement les villageois avaient droit à des séances de cinéma de films projetées en plein air en commençant par les films de Charlot et laurel et hardy en passant par samia gamal etc…les villageois ramenaient leurs chaises parfois pour leur confort.je vous felicite pour l’amour que vous portez pour votre village et votre famille et bonne continuation pour votre site.Salem amical

      • Présent malgré tout

        Nous étions gamins et les séances en plein air,l’été,à Youb (ex berthelot) étaient toujours agrémentées d’un Charlot et autre dessin animés des années 40.J’ai souvenir aussi de projections du cinéma des armées,avec un petit dessin animé a visée éducative qui nous apprenait à ne pas marche rpieds nus pour éviter les contaminations par bactéries,les maladies apportées par l’eau stagnante,les larves de moustique dans les flaques,comment on les tuait en versant du pétrole sur l’eau ….Tout notre jeunesse

    • hamza

      salam oueldsekhrane moi je me rappel pour avoir passer des vacances a ain el berd le soir pour achra frank et tu n oubli pas ton banc tu vois un film a la télé il n avait qu une pour tout le village je te promet ceux qui n ais pas de sous se racontent des histoires pas mal quel souvenir

  13. saim

    merci si ould ould serkhane ton blog est bien continues

  14. saim

    merci si ould serkhane

  15. yahia

    Le cinéma ,c’était notre seul refuge après le stade.Il ne faut pas oublier que la télé n’éxistait pas dans ts les foyers et la radio était notre seul passe temps durant la soirée. Nous, entant que jeunes, avions un dimanche sur 2 pour pour aller au stade voir évoluer l’USMBA par contre le cinéma changeait de film 2 fois par semaine. Partir au ciné c’était un plaisir luxueux à notre époque car le billet valait tt de meme 3,68 FR et le balcon à 4,95 si ma mémoire est bonne.Le plus beau dans tt cela c’était le calme dans les salles et la bonne tenue,on respectait les familles qui venaient très nombreuses surtout en soirées. Ensuite et juste avant leur fermetures on a commençait à voir des gens siffler,applaudir et dire des gros mots avant que les salles ne ferment à jamais.Vivement le cinéma et vivement leur ouverture.

    • un parmi d'autres

      mon cher Yahia moi j’allais au cinéma avec mon frère rahimahou allah en 1956 notre papa qu’il repose en paix nous donnait 3echrine douros chacun (100)frs et l’entrée coûtait seta3ech douros (80frs) et il nous restait rab3a douros (20frs) chacun pour acheter des teraïcos (terraw -poichiche grillés et des kawkaw (cacahuètes) .Et avec tout cela nous étions heureux .Alors quand on voit le délabrement de ces lieux ou nous nous sommes rendus pour voir Eddie constantine ,Roger Hanin Lino Ventura, Clark Gable ,Alan Ladd,Roy Rogers ,Gary Cooper ,Anthony Quinn et l’idole des jeunes des années 50 qui fut James Dean ,le coeur se resserre en voyant l’état de ces lieux restés à l’abondant à croire que les le 1er magistrat de la ville (le maire ) ainsi que les responsable du service de la cuture sont désintéressés par ce 7ème Art ,car ce qui compte pour eux c’est la culture maraîchère qui leur remplit la panse;

  16. Claude.B

    Que de souvenirs ,je n’ai rien oublié ,lorsque nos parents nous amenaient ma soeur et moi à l’empire ,au versailles ,au vox ,pour nous ,enfants c’était la fête ,car ce n’était pas très fréquent .Cela peut prêter à sourire de nos jours ,mais à l’époque c’était déjà bien de pouvoir aller de temps en temps voir un beau film .
    Comme ces cinémas étaient beaux ,nous étions impressionnés par les lieux ,et étions sages comme des images .

    • Danielle B

      oui c’est vrai que nous attendions avec impatience le jeudi ou le dimanche pour aller voir nos films préférés quelle que soit la salle elles étaient toutes belles, nous n’aimions pas trop les actualités mais lorsqu’arrivait le dessin animé c’était l’explosion de joie, dommage que la télévision ait détroné dans le monde entier ce noble art au profit d’émissions insipides et puis ça nous faisait sortir, rencontrer des amis alors que maintenant même pendant les repas on ne peut presque plus parler à cause de ce petit écran débile

  17. Mr ouhibi reda

    Bonjour .Trés heureux de revoir nos fidéles lecteurs commenter

  18. madame mostefaoui SAB

    bonjour le sujet dur le cinema est trés bien il aborde touteun eproblématique de ce moyen culturel je salue madame Claude B au pasage pour sa participation avec nous dans le journal lien de sa ville

    • Claude.B

      Bonjour Madame mostefaoui SAB,
      Je n’ai pas souhaité quitter le navire pendant la tempête à cause de quelques mauvaises vagues ,et votre présent propos me conforte dans mon choix de rester parmi vous ,de continuer à lire et commenter les articles ,et se faisant ,de maintenir ,de renforcer même ce lien amical .
      Merci madame pour vos souhaits de bien venue renouvelés .
      Je salue et remercie aussi monsieur ouhibi reda pour ses témoignages de sympathie .
      Amicalement .

  19. madame mostefaoui SAB

    merci de nous offrir ces sujets souvenirs

  20. le gamin des 50s et 60s

    Les salles de cinéma(Vox,Empire, Versailles,Olympia,Colisée,Rio, Alhambra,Palmarium,Cinéma plein air du jardin public) représentent une valeur historique et sentimentale que les moins de 40 ans ne peuvent comprendre…Que l’on s’appelle Kaddour ou Paul ou José,il n’y a aucune différence….Ce sont des gamins qui ont vécu la même chose…Alors laissons svp les souvenirs coulés à flots et puis en quoi ca peut déranger quand on se rappelle des terraw et kawkaw et…des boites de ‘Primo’ ,Pax ou Bonux qu’ on collectait et présentait au guichetier en échange d’un strapontin à l’intérieur de la salle de cinéma…..Où pour amasser de l’argent on vendait les’ pignols'(Noyaux d’abricot)aux pharmaciens…..C’est notre enfance et personne n’a le droit d’y toucher .Nostalgiquement et amicalement!

  21. zouaoui

    j’aimais as le vox y’avait des souris qui interrompaient

  22. cp

    que de souvenirs!!!! ou sont passés nos salles de cinéma?bien que la plupart des gens ont le grand écran à la maison et tout un bouquet de chaines avec le HD etc….mais ça ne vaut pas une sortie le soir pour voir un bon film.bonnes vacances à tous.

  23. tewfikhayii

    Souvenirs.souvenirs, là, je suis revenu 30 ans en arrière. Je me rappelle le Berah qui venait annoncer les films plépums au jardin public avec sa trompette et sa voix de ténor pour nous donner le programme de la soirée sus citée en finissant son speech avec  » HAD EL FILM MCHAKHCHAKH  », mais les amis ,vous avez oublié la buvette qui existait aussi, où on servait toutes sortes de boissons. notre salle préférée était le cinéma VERSAILLES car c’était la salle la plus récente, et aussi elle projetait les films les plus à la vogue à cette époque et aussi les films les plus avant gardistes comme HELGUA (film qui nous expliquait comment on fait les bébés, et que ce n,est pas les cigognes qui les ramenaient), les films révolutionnaires comme État de siège du grand Yves Montand, et les merveilleux
    films de la grande et splendide Romy Shneider (entre nous, je les ai tous vus),chaque dimanche soir, sur la MHATMA (l’imposée) – RTA – il nous passait le TAOUNE (peste) EL MISRI
    alors mon frère, un ami intime, et moi programmions le film que nous allions voir, les séances commançaient à 9 heures et finissaient aux environs de minuit.Grâce au cinéma, nous avons appris à connaître les us et les coutumes des autres peuples du monde.Comme dit le dicton : les voyages forgent les personnes, moi j,ajouterai que le cinéma était très important car on n’avait pas les moyens de partir à l’aventure, mais on le faisait en 2 heures de film, qui nous permettait de partir avec le ou les héros et de revenir sur terre après 120 minutes ou plus.J’allais oublié aussi de parler de la BD(Tarzan, Akim, Miki le ranger,Blek le roc,
    Zagor et tous les autres), qui nous a appris à maitriser et à perfectionner la langue de molière et aussi à connaître en nous amusant, l’histoire contemporaine du monde moderne.Qui de nous, enfants, savait que les USA était colonisés par les anglais,
    s’il n’y avait pas Blek le Roc et les tuniques rouges, et le canada
    sans les fameux loups de l’ontarion, (du héros dont j’ai oublié le nom, mais que je saurai incessement de la part d’un frère Bédéphile). En ce qui me concerne, j’ai commencé à aimer la lecture grâce à la BD, et par la suite à la littérature grâce à nos chers professeurs algériens et aussi français coopérants, que je remercie beaucoup pour ce trésor donné.Mohamed G tu dois te rappeler qu’il nous arrivait de parler de certains livres que nous avions eu l’occasion de lire et de commenter, Je me rappelle et c’était des moments inoubliables.

  24. messafer ft sba

    beau sujet de vieux souvenirs

    • hadj dekar sd

      PourNABILA TSBAma fille la voix est un produit made in belabbes je voulais souvent connaitre ces 2ou 3intrus mais avec notre solidarité dans le bonsens faisons illuminer ce beau site Ceux qui viennent chahuter la bonne ambiance qui y régne ONT UN BUT mais je suis rassuré avec des hommes et femmes qui interviennent sagemment et puis je vois que les responsable sont trés calmes malgré que des fois il ya des gars qui se la foutent mal oui avec tous soyons vigilants

  25. Mohamed.G...

    Bonsoir,frère Tewfik,
    Heureux de te lire,très beau commentaire,tu as encore une bonne mémoire,Allah ibarek!!
    Tu sais les souvenirs d’enfance ne s’oublient pas facilement ,et quand tu parles de langue de Voltaire,c’est vrais,c’est à travers les bd qu’on s’est perfectionné.Tu m’as impressionné quand tu as évoqué le film Helga qui était à l’époque un sujet tabou.Pour ce qui des loups de l’Ontario,je croix Jim Canada ou Davy Crockett.
    Voila mon frère ,j’espère que tu va bien toi et ta famille,Rabi yehfadhkoum et à bientôt!!!
    Passe le bonjour à tous nos amis du Canada!!!

  26. Taibi .A

    je me souviens d’un monsieur qui collait les affiches des films il etait a velo avec un manche trés long avec un rouleau fixé au bout pour pouvoir colles les affiches le plus haut possible .
    je me souviens d’un gardien de velos juste en face du Versailles son nom Mehadji
    je me souviens du service d’ordre quand il y a un grand film ( PM police militaire )
    je me souviens du petit balcon du cinema l’Olympia
    je me souviens des actualites et surtout de l’entre acte et des buvettes
    je me souviens de ces habitues des salles qu’on trouvait toujours a la meme place
    je me souviens des groupes de jeunes qui commantaient le film vu dernierement en regardant les petites photos placardees et indiquant le film prochainement
    je me souviens de ceux qui doublaient le film et qui faisaient tout pour tuer le suspense
    je me souviens de la lueur de la lampe de poche de la placeuse qui vient prier un type de sortir prcequ’il parle ou fume
    je me souviens du cinema l’Empire quand Dalida , Fahed belam, Vigon et bcp d’autres sont passees pour chanter ds ce beau theatre-salle de cinema
    je me souviens du film Madame X qui a fait pleurer tout le monde
    je me souviens du jour ou notre billet etait tout simplement deux paquets de omo et primo vides qu’on jetai et entrait directement a la salle
    je me souviens de la sonnerie qui annoncait le debut du spectacle

    • Mohamed.G...

      Bravo Mr Taibi,que de beaux souvenirs,et surtout vous m’avez rappeler Vigon le Marocain que j’avais complètement oublié !!
      Merci pour tout !!!

      • Claude.B

        Bonjour ,
        J’avais moi aussi complètement oublié Vigon ,et il y a quelques semaines j’ai eu l’agréable surprise de le revoir à la télévision dans une émission de variétés  » the voice  » au cours de laquelle il a eu un franc succès .Il n’avait pas trop changé ,toujours aussi dynamique ,et sympathique ,une voix puissante ,ce fut très émouvant de le redécouvrir après tout ce temps .
        Cordialement

        • Un parmi d'autres

          Moi vigon je l’ai connu a Paris en 1969 le temps de la soul-music et il chantait dans les cabarets et dans les pianos-bars.C’est notre James Brown Marocain et Magrebin.

          • Mohamed.G...

            Bonjour Un parmi nous,
            Donc vous vous souvenez de son tube « Harlem Shuffle » (1967) qui a fait vibrer même le géant Ottis Reading,car Vigon était plutôt spécialisé dans le Rhymt and Blues.
            Son surnom est du à une faute de prononciation,en classe,au lieu de dire :wagon ,il a prononcé Vigon ,de son vrai nom Mouhcine Abdelghafour!!!

  27. HAKIM

    le cinéma est mort avec la mort des grands acteurs.La télévision a remplacé le cinéma et on est heureux en famille.

  28. Ennemi intime

    Je viens d’écouter Vigon « Harlem Shuffle » sur YouTube.
    C’est du Top et une mixture d’Otis et James Brown…Je vous conseille son dernier concert avec Sheetah et les frères Weismuller le 18 juin 2011.
    Pour un wagon…,Vigon est allé très loin camarade Mohammed G. Merci pour ce Revival !

    Quant à nos anciens groupes de Bel-Abbès,Oran et Alger des années 60-70.Que sont-ils devenus les Attar avant Raïna Raï ,le virtuose pianiste Chikhi Tarik,le guitariste de Blues Terkmani,le saxophoniste Boulenouar,les Students ,les aigles noirs et…les Turkish Blend… ?
    Eparpillés aux quatre vents par la censure ….

    • Claude .B

      Dans la récente émission « the voice » il a justement interprété « harlem shuffle « et  » I feel good « ,vous pouvez retrouver les extraits sur You Tube ,il a emballé le public .

    • Mohamed.G...

      Ennemi intime,je vous salue,en citant ces groupes et ces musiciens dont la plupart j’ai connu,vous me faites revivre mes belles années de jeunesse .Le 1ier groupe créé à Bel-Abbes fut Les Figures avec Fadlo Sekkal ,puis Les Basils Session avec les frères Boughrara,surtout quand ils interprétaient Call my name de James Royal (1967) puis vinrent les groupes que vous avez cités et d’autres…c’était la belle époque …quoi !!!
      Merci,mon ami,pour ces rappels!!!

      • nabila t sba

        Je ne vous connais pas mais j’ai aimé votre appel aux lecteurs il le fallait monsieur vous commentez trés sagemment et vous nous fournissez des détails riches sur plusieurs articles je crois que la voix est heureuse de compter des gens comme benhaddou madame mostefaoui bouchentouf g hanene memoria smiley sans reproche historica hadj dekar messafer benali gherbi kaddous mme claude giselle vezon un parmi tant d’autres qui est trés culitivé merci monsieurGmohamed

      • nabila t sba

        oh merci monsieur G mohamed vous nous soulagez par vos comentaires avec des détails c bien pour notre journal aideznous ale rendre bien j’ai vu votre appel

        • Mohamed.G...

          Bonsoir Nabila,
          Elle n’est pas belle la vie…? Evoquer nos merveilleux souvenirs de jeunesse et d’enfance,que de beaux rappels de la part de nos amis lecteurs (trices) sur notre belle ville Sidi Bel-Abbes,..et c’est ça l’amitié et la fraternité.A bientôt !!!

          • nabila t sba

            Pour moi la jeunesse est bien passée malgré on a grandi dans la peur terrorisme mais belabes a souffert beaucoup et nos parents nous rassuraient la vie a continue les etudes bien dans le cemkahina le lycee haoues et puis luniversité et chomage etANEM.

  29. MR OUHIBI REDA

    Des solides connaissances générales dans la musique et surtout vous nous donnez madame un lien voila une réaction ou plutot un commentaire positif.f

  30. hamza

    je ne sais pas si les jeunes de toba, beryanto,gambetat aller souvent au cinéma parce-que moi je suis aller au max 4 fois et c été quand j ai fréquenté mes amis de fb thier les zouaoui ,gouasmi et autres c ‘été cher enfin pour moi ou alors j été pas branché je crois que la plus part de nos amis les lecteurs ont plus de 57ans pour eux ça doit être la meilleurs époque ils ont de la chance

  31. HINTRIX SBA

    Evoquer le cinéma , c’était du pur bonheur surtout les séances « soirées » , les employés du cinéma étaient de vrais professionnels , les salles etaient toujours propres , c’était vraiment de grands moments de détente. Qui n’a pas pleuré du film  » love story »ou « Notre mére la terre » ou de « ALI mout waguef « .

  32. lalimi t gambetta

    je reviens sur le site et c’est bien de nous ressourcer

Répondre