La Voix De Sidi Bel Abbes

Socièté : Quel monde ? Ces personnes qui décident de leur mort : «Je quitterai la vie aujourd’hui vers midi. Il est temps».

Jonathan-GillianCe sont par ces mots affichés sur internet que commence un texte dans lequel Gillian Bennet, une Néo-Zélandaise de 85 ans vivant au Canada, explique sa décision de mettre fin à sa vie. Gillian savait depuis trois ans qu’elle était atteinte de démence. En août, sa maladie avait progressé au point qu’elle avait presque perdu conscience elle-même, ainsi qu’elle le dit elle-même.  «Je veux en finir», écrit-elle, «avant le jour où je ne pourrais plus évaluer ma situation ou faire ce qu’il faut pour mettre fin à ma vie». Son mari, Jonathan Bennett, un professeur de philosophie à la retraite, et ses enfants ont respecté sa décision. Pour ne pas les exposer au risque de 14 ans de prison, Gillian a refusé qu’ils participent à son suicide de quelque manière que ce soit. Elle a donc été obligée de faire tous les préparatifs nécessaires par elle-même, alors qu’elle en avait encore la capacité. Heureusement, pour la plupart d’entre nous la vie est précieuse. Nous voulons continuer à vivre parce que nous avons des projets ou des attentes, ou tout simplement parce que nous apprécions la vie, la trouvons intéressante ou stimulante, ou bien parce que nous voulons aider des proches. Gillian était arrière-grand-mère, si son état avait été meilleur elle aurait voulu voir grandir ses arrière-petits-enfants. L’évolution de la démence de Gillian la privait de toutes les raisons de vouloir continuer à vivre. Il est difficile de nier que sa décision était à la fois rationnelle et éthique. En se suicidant elle n’abandonnait rien de ce qu’elle désirait ou de ce à quoi elle pouvait raisonnablement tenir. «Tout ce que je perds est un nombre d’années indéfini à l’état de légume dans un hôpital, financé sur l’argent du pays, mais n’ayant pas la moindre idée de qui je suis». Sa décision était aussi éthique car sa référence à «l’argent du pays», suggère qu’elle ne pensait pas seulement à elle. Les adversaires de la légalisation de l’euthanasie ou du suicide médicalement assisté disent parfois que si la loi change, des pressions s’exerceraient sur les malades pour qu’ils mettent fin à leur vie et évitent d’être un poids pour les autres. Ce n’est pas l’avis de la baronne Mary Warnock, la philosophe et moraliste qui a présidé la commission britannique qui a publié en 1984 le Rapport Warnock qui établissait le cadre législatif de la fertilisation in vitro et de l’utilisation des embryons dans la recherche. Elle a évoqué l’idée qu’il n’y a rien de mal à penser que l’on doit mourir, tout aussi bien dans l’intérêt de la société que de soi-même. Dans une interview publiée en 2008 dans le magazine Life and Work [Vie et travail] de l’Eglise d’Ecosse, elle défend le droit des malades souffrant de douleurs intolérables de mettre fin à leur vie. Et elle ajoutait : «Si une personne veut absolument, désésperement mourir parce qu’elle constitue un fardeau pour sa famille ou la société, je pense qu’il faut l’autoriser elle aussi à mourir». Le Canada prenant en charge les personnes atteintes de démence qui ont perdu leur autonomie, Gillian savait qu’elle ne serait pas un fardeau pour sa famille ; néanmoins elle se préoccupait de la charge qu’elle serait pour le budget du pays. Dans un hôpital elle aurait peut-être survécu une dizaine d’années dans un état végétatif pour un coût qu’elle estimait entre 50 000 à 70 000 dollars par an. Comme Gillian ne retirerait aucune satisfaction de ce supplément de vie, elle considérait les soins qu’on lui prodiguerait comme du gaspillage : «Les infirmiers et infirmiers qui croient faire un métier des plus utiles, se retrouveraient à changer mes couches et à noter les changements physiques d’une coquille vide. Une telle situation serait ridicule, et injuste, un gaspillage.» On peut refuser de qualifier une personne atteinte de démence avancée de «coquille vide». Mais ayant vu ma mère et ma tante dans cet état – alors qu’elles étaient toutes deux des femmes intelligentes et pleines de vie – réduites à se retrouver allongées et inertes sur un lit pendant des mois ou des années (dans le cas de ma tante), cette description me paraît parfaitement juste. Au-delà d’un certain degré de démence, la personne que nous connaissions n’existe plus. Si une personne ne veut pas vivre dans cet état, pourquoi maintenir son corps en vie ? Les ressources d’un système de santé, quel qu’il soit, sont limitées et devraient être utilisées lorsque cela bénéficie au patient ou lorsqu’il le souhaite. Pour les personnes qui ne veulent pas continuer à vivre une fois qu’elles ont perdu leurs facultés intellectuelles, décider du moment de mourir est difficile. En 1990, Janet Adkins qui souffrait de la maladie d’Alzheimer s’est rendue dans le Michigan pour mettre fin à sa vie avec l’aide du Dr Jack Kevorkian qui a été largement critiqué pour cela, car au moment de sa mort Janet Adkins était encore en assez bonne santé pour jouer au tennis. Néanmoins elle a choisi de mourir parce qu’elle risquait de ne pas pouvoir mettre en œuvre sa décision si elle la retardait. Dans son éloquente déclaration Gillian pensait au jour où la loi autoriserait les médecins non seulement à respecter les directives anticipées d’un patient qui s’oppose à tout acharnement thérapeutique, mais aussi à répondre à sa demande d’administration d’une dose létale d’un produit quand il atteint un certain degré d’invalidité. Cette réforme délivrerait les patients frappés de démence dégénérative de l’inquiétude de voir leur vie prolongée trop longtemps sans pouvoir y mettre fin. La législation que souhaite Gillian permettrait aux personnes comme elle de vivre aussi longtemps qu’elles le souhaitent – mais pas davantage.

Traduit de l’anglais par Patrice Horovitz

*Professeur de bioéthique à l’université de Princeton. Il enseigne aussi à l’université de Melbourne. Il a écrit plusieurs livres, dont Practical Ethics, Rethinking Life and Death, et publié deux livres conjointement avec Helga Kuhse, A Companion to Bioethics et Bioethics: An Anthology.

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=54427

Posté par le Sep 13 2014. inséré dans ACTUALITE, CE QUE DIT LA PRESSE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

34 Commentaires pour “Socièté : Quel monde ? Ces personnes qui décident de leur mort : «Je quitterai la vie aujourd’hui vers midi. Il est temps».”

  1. Hamza

    Salam que va devenir ce monde ou on va , il n y a pas de place pour les fous ? les malades et autres ont ne peu vivre que riche et on bonne santé ? elle est ou la solidarité le plaisir de s occuper des autres rappeler vous de chaque famille qui avait un malade parmi eux ils étaient plus activent plus heureux que plein d autre il y a plus d une année j ai vu une personne age mourant je lui est dit tu es entre de bonnes mains je le penser j ai vu comme ils s occuper de lui je suis sur que sa vie est très utile au mois pour les visite régulières des frères et sœurs qui se retrouve et plein d autres chose mes amis la tayassou min rahmata allah mes amitié Hamza

  2. MOH

    ’euthanasie qu’on appelle passive est tout à fait légale juridiquement selon les éléments scripturaires avancés. Et qu’il est peut-être préférable de pratiquer ce genre de procédé que de maintenir les patients dans une vie artificielle et les empêcher de répondre à l’appel du seigneur gloire à lui !
    Quant à l’euthanasie active, elle est absolument interdite en islam , car elle relève de l’homicide même lorsqu’on est devant une situation désespérée. La seule chose permise dans ces cas, c’est de laisser le patient mourir naturellement sans lui procurer un médicament dérisoire ou lui attribuer une vie éphémère.
    Cela ne concerne bien évidemment pas les médicaments qu’on prend pour alléger la douleur, ou pour calmer la crise.

    • Danielle B

      Si cette personne a décidé de mettre fin à son passage sur terre ça ne regarde qu’elle
      elle se savait trés malade et proche de la folie, elle n’a plus voulu continuer ce combat inutile contre la maladie, elle a voulu mourir dignement sans imposer à sa famille la douleur de la voir sombrer dans un asile
      personnellement je trouve sa décision héroique et personne n’a le droit ni de la juger ni de la condamner c’est une affaire entre elle et Dieu
      de la compassion, de la pitié, voilà ce que nous devons éprouver au lieu de lui jeter la pierre sans lui trouver la moindre excuse
      l’église aussi condamne le suicide , hé bien moi en tant que chrétienne je me mets à la place de cette dame et j’espère qu’elle trouvera sa place au paradis,
      si un jour je me trouve dans la même situation je ferais comme elle et je demanderai à tous ceux que j’aime de me pardonner mais aussi de respecter mes dernières volontés

      • membre de la h'cira

        C’est exactement de cette réflexion sordide apparue et devenue à la mode tardivement que la notion d’extermination ethnique est venue caractériser la nature humaine;comme chacun peut avoir droit de mettre fin à sa vie ,l’appliquer à l’autre il n’y a qu’un pas à faire.Souffrir c’est quoi ? c’est seulement apprécier la vie à l’état primaire et donner à réfléchir à ceux qui croient que la course vers le matériel allait leur fournir le bonheur.Ce dont dont nous souffrons est un signe de Dieu pour nous réveiller de notre turpitude et suivre le droit chemin et admettre la nécessaire solidarité entre les êtres en ce bas monde.Ce qui nous arrive n’est pas fortuit mais le résultat de notre comportement irrationnel.

    • Hamza

      Salam MOH Merci pour les précisions Hamza

  3. FouziaT

    En Islam c’est l ‘enfer qui attend chére ami mais je respecte les opinions

    • Danielle B

      @ FOUZIA T bonsoir ma belle
      et c’est vous qui dites cela ma chère Fouzia???? je suis étonnée de vos propos
      l’islam n »est-elle pas une religion, de paix, d’amour et de tolérance????
      en tout cas c’est ce que j’entend en permanence mais apparemment je me suis trompée
      dans la chrétienté , la seule punition qu’il y a pour un suicidé, il ne reçoit pas l’absolution de l’église, mais aucun prêtre ne lui souhaitera d’aller en enfer
      bonne soirée

      • OUERRAD

        Non , vous ne vous trompez pas , l ISLAM ? C est tout cela et bien plus , sauf que certain y vont vite en besogne pour decider a loa place d ALLAH ? LE MESIRICORDIEUX .
        Que de fois dans notre RELIGION , n avons nous pas entendu parler de mecreants aller au PARADIS , juste pour avoir abreuver une bete .
        IL NE FAUT PAS CONFONDRE / ALLAH PARDONNE TOUT ENTRE LUI ET L ETRE HUMAIN SAUF LA NON CROYANCE EN LUI .
        ALLAHOU AKBAR .

        • Houari

          SALAMWALEIKOUM

          Le Jour du Jugement Dernier, tous les morts seront ressuscités ; ils seront jugés équitablement ; toutes leurs actions, commises sur terre, défileront devant eux : ils seront récompensés pour les bonnes actions et châtiés pour les mauvaises
          Ayons conscience du fait que tout au long de notre vie ici-bas, nous devons rendre compte de nos actions , dans l’enfance, à nos parents ; ensuite à nos enseignants et éducateurs ; parvenus à la vie active, nous devons obéir à nos supérieurs ou employeurs, aux règles de notre profession et aux lois et coutumes de notre société, de l’administration de notre pays, etc. Aucune nation ne pourrait fonctionner sans lois pour la régir.
          L’Etat récompense et honore ses bons et loyaux serviteurs et punit, parfois sévèrement, les transgresseurs, ce que nous trouvons juste et logique. La même logique nous amène à admettre et à croire en la Justice Divine, pour pallier les manquements de la justice humaine. En effet, nombre de délinquants, d’escrocs, d’assassins et autres rusés parviennent à échapper à la justice humaine, mais nul ne pourra échapper à la Justice Divine. On voit que beaucoup de prêcheurs commencent déjà à recevoir le début de leur châtiment dans ce Monde, avant même leur mort. Il est dit dans les Livres Saints, qu’Allah a beaucoup de Patience et qu’Il laisse du temps à sa Créature afin qu’elle se repente, mais que rien ni personne ne peuvent lui échapper.
          Wa Allah AALAM

        • Danielle B

          @ OUERRAD Bonjour
          si je comprend bien, il faut croire en Allah et pas dans ces disciples???
          donc vos prêcheurs ne vous disent pas la vérité???? tout comme vous je crois en Dieu mais plus en l’Eglise qui en 62 n’a pas été du côté de ses ouailles, à cette époque beaucoup de curés, d’évêques nous ont abandonnés alors depuis ce jour-là pour moi l’église a cessé d’exister mais DIEU est toujours dans mon coeur
          Vous dites également qu’Allah ne pardonne pas la non croyance en lui et étant donné que lorsqu’on parle de Dieu il n’y a pas de x a la fin, cela voudrai dire qu’il n’existe qu’un seul Dieu???? alors pouvez vous m’expliquer pourquoi toutes ces guerres de religion ???????pourquoi cette intolérance??????????????
          bonne journée

          • OUERRAD

            A mon sens les religions n ont jamais precher va guerre , s il y a guerres c est entre les humains .Ces pretextant la religion , se cachant derriere disent et font des monstruosites que ni la religion et encore PLUS DIEU
            n admettent .
            NOS PRECHEURS COMME VOUS DITES SONT DES HUMAINS ET CHACUN Y VA DE SES CONCEPTS .
            Toutes les religions montheistes se rejoignent ,et ne tolrent pas tout ce qui se passe en ce moment bsur ce bas monde .
            ALLAH , a decide que l etre humain a ete cree pour l adorer et jouir de la vie ici , comme il va en jouir dans l au delà suivant ses actes ici bas .Toutes les religions ,veulent le bien etre de l etre humain , mais c est lui qui cherche à se detruire en allant à l encontre de la volonte d ALLAH
            L INTOLERENCE C EST LA CREATION HUMAINE CES DERNIERES ANNEES . LES RELIGIONS SONT TOUTES INNOCENTES DES MEFAITS DE CES NOUVEA1UX PROPHETES .

      • Mme CH

        « La question de l’euthanasie est sans doute l’une des plus complexes qui soit, faisant intervenir le domaine du privé, ainsi que des problèmes à la fois éthiques et humains. L’euthanasie à toujours été un sujet très discuté de par les valeurs juridiques et morales qu’elle représente. Elle ne correspond pas aux idéologies religieuses et encore de nos jours elle va a l’encontre des normes de notre société. Certaines personnes voient cela comme une aide à obtenir une « bonne » mort, une mort  » digne » tandis que d’autres, considèrent cet acte comme un homicide et une dégradation de la dignité de la vie humaine. Cela explique pourquoi les débats sont si houleux et partagés. Et ce débat n’est pas finit, la « cause » est les Baby Boumers. Aujourd’hui nous avons affaire à de plus en plus de demandes d’euthanasie parce que la population en âge avancé est de plus en plus nombreuse. Notre société n’a jamais apprit à s’occuper de personnes dépendante de l’autre que sont les personnes âgées……….. »

        « L’euthanasie active est interdite en France, et reste assimilée à un homicide volontaire. Dans le code pénal aucune loi ne traite spécifiquement de l’euthanasie. La mort donnée à un patient (euthanasie active), quel que soit son état et son vœu, est considérée comme un homicide : un acte de tuer volontairement. Ces pratiques sont donc sévèrement punies par la loi. Le code pénal précise en effet que le « meurtre », la « non-assistance à personne en péril » et « l’empoisonnement » sont des crimes passibles d’un procès devant les assises. Ces crimes sont punissables de peines allant de 30 ans de réclusion criminelle à la perpétuité. Le code pénal prévoit aussi l’interdiction d’exercer la profession de médecin pour ceux qui se rendent coupable de cet acte considéré comme criminel.
        En Janvier 2011 et en février 2012, une loi était censée passer au sujet de l’euthanasie, mais cela n’eu finalement pas lieu. Les directives européennes sur l’euthanasie active rejoignent les lois françaises. Le droit européen prévaut sur le droit français, c’est pourquoi il est important de citer la loi européenne qui s’applique dans les cas d’euthanasie. Le Conseil de l’Europe a adopté le 26 juin 1999 une recommandation sur la protection des droits de l’Homme et de la dignité des malades incurables et des mourants, condamnant l’euthanasie active, c’est-à-dire l’acte de donner la mort à un malade, mais autorisant l’arrêt de l’acharnement thérapeutique : l’euthanasie passive.
        C’est donc en 2003, à la demande du prédisent Jacques Chirac que Jean Leonetti , médecin et député des Alpes-Maritimes est chargé d’une « mission parlementaire sur l’accompagnement de fin de vie »
        Le 12 avril 2005, le Sénat adopte son texte de proposition de loi. Cette loi, relative aux droits des malades et à la fin de vie, permet d’arrêter un traitement ou de refuser un acharnement thérapeutique. Cependant, il ne légalise absolument pas l’euthanasie. »

        « On observe une réelle hétérogénéité chez les opposants mais leurs revendications sont toutes plus ou moins identiques. Tous voient que la vie est un don, ils ont peur des dérives, d’une banalisation et ainsi de tomber dans la facilité. »

        « le droit à la vie est le premier des droits de l’homme, personne ne peut disposer de la vie d’autrui » Tous ces opposants prônent l’amélioration des soins palliatifs, et les chiffres leurs donnent raison ; aux Pays-Bas – où l’euthanasie est autorisée, mais où les progrès en soins palliatifs ont été considérables – les demandes d’euthanasie ont fortement diminuées grâce à l’amélioration de l’accompagnement. En France si l’euthanasie est acceptée et que l’accompagnement reste inchangé on délaisserait la possibilité de soins palliatifs, car l’euthanasie reviendrait moins chère, et on la pratiquerait même quand la nécessité ne serait pas absolue….. »

        Ah…!!! Les Minus Créatus ne cessent de mener le bateau vers le naufrage dans les plaines abyssales…….!!!

      • Fouzia T

        @Mon amie Danielle B J’ai formulé mon opinion et je suis vos posts avec plaisir Bonne journée

  4. Hamza

    Salam Mme Danielle B je ne suis pas entraine de juger ni même parler de religion juste je voulais vous montrer qu un malade peu apporter plus qu ont peu croire socialement humainement , et même économiquement dans la recherche et autre bref je peu vous donner plus d exemple mais je suis pas bon pour développer avec deux trois phrase cordialement Hamza

    • Danielle B

      @ HAMZA Bonjour Monsieur
      rassurez vous je vous ai parfaitement compris
      le suicide n’est pas une affaire de religion, relisez bien le pourquoi de cette dame qui a voulu mourir car elle savait qu’elle allait souffrir et faire souffrir encore plus dans les mois à venir
      vous accepteriez que votre mère, ou soeur ou femme souffre de cette manière sans dire à un médecin d’arrêter ses souffrances ??????? allez dans les hopitaux et vous comprendrez
      parfois il faut laisser parler son coeur , nous sommes des êtres humains et non des machines
      cordialement à vous et bonne journée

      • Hamza

        Salam Mme Danielle B excuser moi si je ne suis pas claire , j ai travailler dans des maisons de retraite dans un hôpital croyez moi j ai vu comment le travail des infirmières et femmes soignantes est difficile mais j ai vu aussi l absence des proches j ai vu des malades qui ne voulaient que dialoguer qui se plaignez même pas ont n est plus des humains j ai passer des bon moment avec des personne ages grasse a eux je remercie mes parents et je tien a ma religion je que ça vous plais pas mais je suis sincère cordialement Hamza

        • Danielle B

          @ HAMZA bonsoir Monsieur
          pourquoi voulez-vous que vos propos me déplaisent????
          relisez mon post je ne crois pas avoir été désobligeante
          que vous teniez à votre religion??? mais c’est tout à votre honneur monsieur qui vous a dit le contraire?????
          là où je suis d’accord avec vous c’est lorsque je dis que nous ne sommes pas des machines et nous avons tendance à oublier que nous avons un coeur et une âme, le monde est devenu dur, impitoyable et malheureusement ceux qui ne s’endurcissent pas coulent
          bonne soirée monsieur
          cordialement

  5. OUERRAD

    c est aller contre la volonte d ALLAH
    Seul ALLAH decide quand comment et ou l etre humain doit quitter ce bas monde .Bof qu a cela na tiennes chacun est libre de decider de ce qu il veut avoir comme vie anterieure et elle depend du lien de celui ci avec son createur : ALLAH .

  6. BADISSI

    Grave très grave cette méthode satanique que certains occidentaux et franc maçon encourage , il y a quelques années les occidentaux jeter leur parents dans les maisons de retraite , aujourd’hui ils les aident a se suicider , pour nous se suicider c’est l enfer garantie , la maladie takhfife e dounoubes , et on est tous solidaires pour s occuper de nos parents et nos malades , et on seras bien récompenser , mais on voit bien la décadence de la société occidental .

  7. Mme CH

    Allons, les musulmans savent que le suicide est Haram quelque soit la raison ou le nom qu’on lui donne….!!! Maintenant pour les autres, ils sont libres de faire ce qui leur convient et plus tard ils sauront la vérité, mais il sera trop tard….car les dés auraient été jetés….!!!
    Leurs Virus ont envahi la planète, pourvu qu’on ne fasse pas comme eux, car des 9awm Toubbe3, il y en a, surtout avec tout ce qui se passe sur cette planète…..!!!

    Certains appellent ce geste l’euthanasie ou le suicide assisté ou la mort commandé pour le différencier du suicide tout court, alors que la finalité est la même…!! Donner à un patient les moyens pour mettre fin à sa vie ou de l’esprit de sel ou une corde, c’est kif Kif…..il ne faut pas nous leurrer..les gars…!!!! « Lakoum « Dinoukoum wa Liya Dini » sachant que même leurs religions leur interdisent ce genre de suicide, mais ils s’en foutent……!!! Alors ils veulent qu’on s’en foute nous aussi….sinon nous serons traités d’arriérés et de tous les autres mots que vous connaissez…….!!!
    Vous voyez pourquoi, entre autres, le terrorisme a été crée dans les tunnels sans bout des Trois Nord, c’est aussi pour semer la confusion et la zizanie dans les esprits des Musulmans concernant les concepts de leur religion, enfin je parle des maillons faibles de la chaîne…..!!!!!

    la « FOI », c’est la clé de touts les maux et mots….!!!

    • Danielle B

      Bonjour à tous
      encore une fois je viens de lire le post haineux d’une personne qui n’admet pas qu’on ne raisonne pas comme elle
      nous les chrétiens n’imposons rien aux autres religions, j’ai juste donné mon point de vue quant à ce que je ferai si un jour j’étais confrontée à un tel drame
      tous les chrétiens ne pensent pas comme moi,et quoi qu’elle en dise
      ON NE S’EN FOUT PAS
      le suicide est une trés grande détresse humaine mais comme cette personne n’a pas de coeur et qu’elle ne se mettra jamais à la place de ceux qui souffrent elle ne pourra pas comprendre les motifs de la personne qui en arrive à cette extrémité
      la politique revancharde, la méchanceté voilà la moteur et la raison de vivre de cet être que je ne qualifie pas d’humain puisque la pitié, l’amour , la compassion etc…….
      ELLE NE CONNAIT PAS
      quant au paradis, çà m’étonnerait qu’un jour Allah lui permette d’en franchir les portes

  8. A.Dennoun

    En ce qui me concerne, le paradis et l’enfer existent sur cette terre.
    Personne ne pourra nous prouver physiquement qu’ils existent ailleurs, a moins qu’ils ont fait un aller-retour.
    A.D

    • MADANI

      DENNOUN ces gens là n’acceptent pas la différence dans les sujets de la vie il faut raisonner comme eux , être hypocrite comme eux , être con comme eux , être un roublard comme eux enfin tout ce qui fait la pensée unique même dans le mode de vie les exemples sont légions etc……. ils vont vous répondre ces génies de la vie et de la mort attendez vous à des insultes ?

  9. Albarracin de Sidi Bel Abbés

    @Point de vue
    Bonjour et merci pour votre contribution sincère, rassurez vous elle est sans réserve partagé par tous ceux et celles qui s’aventurent à échanger ,comme le trapéziste qui s’élance dans le vide , conscient des risques et heureux de saisir son objectif!, parfois de justesse ! Je suis convaincu que nos échanges sont comparables à cet exercice un peu sur réaliste que de nous prendre pour de drôles d’oiseaux! Nos échanges ne sont pas vains, ils donnent aux uns et aux autres la possibilité d’exprimer cette part de nous même , , et surtout de découvrir la complexité de la nature humaine! Les conséquences des traumatismes que génèrent les conflits, les différentes lectures que nous faisons de l’histoire et surtout l’extraordinaire pouvoir attractive de la terre natale.. Matrice indélibile,incontournable ,notre véritable patrie! La difficulté de l’exercice , » cet Aporie « , pour Aristote est une difficulté à résoudre » mise en présence de deux opinions contraires et également raisonnées , en réponse à une meme question » « Chez les modernes dont nous sommes, « difficultés logique d’ou l’on ne peut sortir..; »
    Ce qui donne à Aristote la conclusion suivante « Dieu est tel qu’il n’a pas besoin d’amis »
    Nous sommes là au coeur de la difficulté dans nos échanges et dans les approches qui touchent aux croyances !
    Comme vous j’ai eu le bonheur de séjourner chez des anciens voisins , parmi ceux qui avaient de visus, et au delà , ont été témoins d’une certaine réalité du vécu des PN:s dans la diversité des conditions sociales !
    Mais une hirondelle ne fait pas le printemps!
    Nous partageons en commun, d’être en pays de la Loire, proche de la Vendée, vous avez sans doute constatée que le vécu sur une terre, et que les traditions forgent des postures ; dont il n’est pas facile de se soustraire !
    Cordialement et bonne journée

  10. Imène

    Ah…Quand la santé fout le camp ! Le sujet est lourd , difficile , triste ..je ne sais si on peut  » en rire  » mais …Allez ! un peu d’humour ça ne nuit à personne ! voilà ce qu’ils ont dit sur l’euthanasie :
    – L’autre solution, pour regler le problème des retraites, c’est l’euthanasie à 50 ans ( Ruquier. L ) !!!
    – L’euthanasie n’est qu’une mesure d’économie pour éviter d’avoir à construire de nouveaux hospices ( Bouvard. P) !!!
    – De l’euthanasie à l’état nazie , il n’ y a que quelques lettres d’INDIFFERENCE
    ( Chrawnowski .L ) waw !!!!
    Ya rabbi arhamna birahmatik ! Que Dieu vous prête santé , santé et encore une excellente santé jusqu’au bout ! salem Tous !

    • Hamza

      Salam Mme Imène les humoristes ne sont jamais loin de la réalité AH si Colluche été vivant , bref moi je ne voulais dire qu une chose qu avec les malades il y a plus de vie qu avec les autres y a qu a voir les associations des handicapées le handisports mes amitiés Hamza

      • Imène

        Bjr Hamza , Tous !
        Tout à fait raison : l’humour s’inspire de la réalité , ce n’est pas de la fiction..la réalité est tellement affligeante qu’il vaut mieux prendre le parti d’en rire ( que d’en pleurer !! ) c’est vrai aussi que le contact permanent ( soit dans la vie , ou par le travail ) avec les personnes souffrantes, les grands malades ( surtout les personnes âgées ou les enfants ) ça nous transforme complètement et nous rend quelque part meilleurs ! il ya un tel bonheur à rendre les autres heureux ( en dépit de nos propres problèmes ) ! je vais vous faire un aveu Hamza : pour moi , c’est tout tracé ! si Dieu me prête vie, après la retraite je vais me consacrer – à titre bénévole- à l’assistance et aide aux personnes âgées , ou enfants souffrants..j’ai acquis une solide expérience avec ma mère –
        ( elle même grabataire, trés malade ) ! je voulais vous dire – sur le sujet en ligne – qu’ au dela des considérations religieuses, le suicide est TOUJOURS l’expression d’une profonde détresse psychique, d’une grande solitude..
        mais qui peut être aussi juste un appel au secours , un besoin pressant d’un petit bout d’affection..d’être aimé (e ) ..si au moins, si juste on prenait le temps ! mes amitiés à vous Hamza .

  11. Mohand

    « Dès qu’on dépasse 60-65 ans, l’homme vit plus longtemps qu’il ne produit et il coûte alors cher à la société. En effet, du point de vue de la société, il est bien préférable que la machine humaine s’arrête brutalement plutôt qu’elle ne se détériore progressivement. On pourrait accepter l’idée d’allongement de l’espérance de vie à condition de rendre les vieux solvables et créer ainsi un marché. « 

  12. Mohand

    La société est malade, elle veut tuer les personnes âgées et elle tue en masse les futurs enfants.En France il y a un avortement pour trois naissances, c’est incroyable.220 000 avortements par an, c’est énorme.

    • Point de vue

      Est que c’est mieux ce genre de situations dramatiques ????
      Selon un rapport de l’OMS, dans la région Afrique du Nord entre 160 et 260 femmes meurent chaque année des suites d’avortements non médicalisés, qui sont au nombre de 100.000.

  13. BADISSI

    quand on a la foi on fait confiance a ALLAH qui nous a créer , et c ‘est lui qui décide de notre fin , un femme de ma famille est décédée le mois d août a l age de 94 ans ,elle me disait souvent je prie ALLAH que je ne serais jamais alitée sur un lit , un certains jours du mois d août elle se réveille le matin prends son café , prépare sa valise pour partir chez sa petit fille a Oran , après le déjeuner elle accomplie la prière du Dohr , elle appel son fils et elle rendit l âme , son vœux a été exaucer elle marcher ne dépendait de personne , voila quand a la foi

    • Point de vue

      Vous avez entierement raison M. BADISSI, et comme cela on pourrait faire des économies en suprimant tous les hôpitaux qui ne serviraient plus à rien car il n’y aurait plus de malade !!!!!!!!!!!!!
      Bon d’accord les médecins et les infirmières seraient au chomage, ils faudraient qu’ils se reconvertissent à faire autre chose !!!!!!!!!!

Répondre