La Voix De Sidi Bel Abbes

Slim. Bédéiste et caricaturiste «Je ne cautionne pas avec ma présence la gabegie»

Le célèbre bédéiste et dessinateur de presse Slim, de son vrai nom Menouar Merabtène, celui qui a immortalisé les personnages Bouzid et Zina, pousse un coup de gueule à propos du Festival international de bande dessinée (Fibda).

Le Fibda est un événement annuel pour la BD. Le grand absent est Slim…

Je n’y vais plus depuis 2013 et on ne m’y verra pas de sitôt tant que les choses ne changeront pas. Dommage pour la BD algérienne.
Pourquoi vous ne participez pas au Fibda-2016 ?

Ce serait trop long à expliquer, et de plus je n’aime pas trop m’étaler dans la presse. Disons pour aller vite que dans ce «festival», il existe un conflit d’intérêts grave que je ne supporte pas. Mais à quoi bon s’expliquer quand on sait d’avance que tout le monde s’en fout et que ça correspond à l’air du temps. Tout le reste, c’est du «Pipeau» (en hommage à la BD italienne programmée cette année).

Où le bât blesse ?

Je ne peux pas en dire plus. Une semaine de vivats, de zorna et t’bal, de petits fours, de salamalecs, de «je t’invite» et «tu m’invites après», et dans tout ça quid de la BD nationale ? Rien, walou, nixt, circulez,  y a rien à voir.

Quelle sera votre démarche ?

Je n’ai rien à proposer, je suis un artiste, pas un entrepreneur. Je regarde les choses à travers mon prisme et je ris intérieurement. Je ne cautionne pas avec ma présence la gabegie. Encore une fois, dommage pour la BD nationale. J’ai une pensée pour mon pote Rachid Aït-Kaci, disparu récemment et qui était un inconnu il y a seulement quelques mois par les tenants de ce «festival».

Alors, ça planche ? Un nouvel album ?

Deux. Je sors pour cette rentrée deux recueils : Bouzid président et Chez Slim – Best Of qui seront disponibles très prochainement dans les rares librairies et au Salon du livre 2016 (stand Casbah Editions).

slimnb_2619178_465x348p

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=69477

Posté par le Oct 6 2016. inséré dans ACTUALITE, CULTURE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez aller à la fin et répondre. Le Ping est actuellement interdit.

4 Commentaires pour “Slim. Bédéiste et caricaturiste «Je ne cautionne pas avec ma présence la gabegie»”

  1. SBA

    Un artiste au talent reconnu dans la bande dessinée il honore le pays et notre wilaya de sidibelabbes. Il dit honnêtement ses raisons de sa non participation à cet événement et c’est explique dans son entretien. Bonne continuation notre artiste en attendant vos prochains recueils et productions.

  2. OUERRAD

    zid ya bouzid ,,,,, le president aura t il toujours son ,,,,, gatt mdigouti ?

  3. elabassi

    bof dans les pays arabe il fait chaud et les gens sont tout le temps dehors
    tu ne peux lire.
    dans les pays froid même arabe comme les montagne du liban ou de kabily les gens sont cloitrés chez eux a cause de la neige ils sont obligés de lire sinon faute de télévision ou de radio ils vont crever d’ennui.
    certain arabes vivant en Europe tentent de faire ce que fait un européen dans un milieu froid et l’extrapoler dans un pays chaud ça ne marche pas.
    si on veut faire de la littérature du bisness il faut faire une étude de marché ensuite il faut introduire le désir de lire il faut accroché le jeune des son jeune age.
    faut il parler de bande dessiné ou récit illustrés ou les deux ensembles??
    je pense que le récit illustré en noir et blanc pour les adolescents et en couleur pour les enfants est primordiale.
    sinon apres la vingtaine le désir de lire change et redevient plus technique finit le récit de fiction ici en Algérie pays chaud mais malheureusement ils vivent comme les européens cloitrés chez eux ils donnent le dos a la terre. Normalement de tel régions chaudes les gens sont h24 dans les jardins et les vergers entrain de faire des essais de croisements de plantation d’étude de croisement
    voila pour quoi la monoculture des céréale préféré parce qu’elle facile travailler que deux semaines dans l’année le reste du temps 10 mois l’homme dans sa djelaba assis sur une pierre ou sur une table de café et la femme devant sa télé.
    ils foutent rien dans leurs vies..une vie gâché pour rien ..certain gens de culture plate au gouvernement et infiltré dans le FLN nous imposent leurs vie plate et inutiles ils façonnent le pays a leurs mode de vie. la parlote la blabla les souk et la télé
    l’algerie apres 62 s’est fortement nomadisé de culture la culture nomade s’est imposé car elle ne nécessite aucun effort. ragda watamanji la misére
    le nomade ne lit pas n’a pas besoin de diplôme de connaissance de restaurant ne fait pas de voyage de tourisme. l’homme est ailleurs devant ces moutons il ne parle plus il va perdre son langage et la femme chez elle les enfants dehors. schéma typiquement algérien des année 80 après que les steppe c’est désertifie. faute de mouton dans les villes les nomades galbouha 3akare soug des appartements et des voitures..

    pour s’instruire vaux mieux allez je crois en Espagne pour voir leurs mode vie.car la France au moins du nord ne correspond pas au climat méditerranéen et ne serait une référence pour l’algerie au moins de son coté du littoral.

    il reste un grand effort a l’algerie de recouvrir sa culture. elle s’est détaché de la langue du colons mais elle s’est attaché a la culture de la facilité du nomadisme. elle perdu ces vergers ces jardins au nord et elle a perdu ces palmerais au sud. autrefois l’algerie etait le pays des parfums des roses et des arômes maintenant elle est redevenue nomade des souks de béton pour prendre 5 appartements et les revendre et des souks de voiture et de khourda..car le berger s’habille en khourda tu lui donne le poste de responsabilité il ne dit rien car il a perdu le langage et lorsque sa mere ordonne de ramener la khourda il le fait au niveau du gouvernement c’est la mere du berger qui ordonne qui fait la politique en algerie dommage..les cités des vergers et des palmerais ont reculé devant cette culture de khourda
    ou es tlemcen ou est blida ou est oran messreguine alger bedjai constantine le sud avec ces palmerais son horticulture leurs musique leurs haute couture leurs parfums leurs jardins leurs littérature leurs chants..

    il faut que ces villes revienne a la tache et bouscule le milieu politique..sur alger il faut un wali et un maire et des respnsables des vraie algerois sur tlemcen pareil sur oran pareil.. sur constantine pareil ..chacun doit retourné a sa culture et s’etabli responsable sur ces siens..

  4. chaibdraa tani djamel

    Salut l’artiste, on n’oubliera jamais « ZID YA BOUZID », qui concurencer BLEK LE ROC, AKIM, ZEMBLA . et autres .Merci milles fois pour avoir égaier notre enfance SAHITE KHAYI

Répondre