La Voix De Sidi Bel Abbes

Signature d’une convention entre TDA et l’ASAL : La souveraineté nationale confortée en matière de diffusion de contenus audiovisuels

Cette réalisation technologique est une fierté pour l’Algérie.

Une convention cadre entre la Télédiffusion d’Algérie (TDA) et l’Agence spatiale algérienne (ASAL) portant sur l’exploitation «optimale» du satellite Alcomsat-1 pour les besoins de télédiffusion a été signée hier. La convention a été paraphée par le directeur général de TDA, Chawki Sahnine, et le directeur général de l’ASAL, Azzedine Oussedik, lors d’une cérémonie tenue au Centre téléport de TDA à Bouchaoui en présence du ministre de la Communication, Djamel Kaouane.

Les axes principaux de cette coopération s’articulent autour de plusieurs points. Il s’agit de l’exploitation des capacités du satellite dédiées à la radiodiffusion, de la définition d’une stratégie commerciale pour le développement et l’extension des services de radiodiffusion par satellite en Algérie, de l’exploitation et la maintenance des stations terriennes de radiodiffusion TV et radio, de la formation et du transfert de savoir-faire dans le domaine des services de radiodiffusion TV et radio par satellite et enfin des études, conception et ingénierie liées aux systèmes et services de radiodiffusion TV et Radio.
«Cette réalisation technologique est une fierté pour l’Algérie.
C’est là, l’aboutissement de nombreuses années d’efforts accomplis par les cadres algériens, soutenus par les pouvoirs publics, le Président de la République en premier, qui avait indiqué par le passé que la création de l’agence spatiale algérienne est un investissement qui portera ses fruits dans le futur, et c’est ce qui est arrivé.
Avec Alcomsat-1, notre pays fait partie désormais du cercle restreint des pays qui disposent de plates-formes de communication satellitaires», s’est félicité M. Djamel Kaouane au cours de son allocution.
Il a qualifié également d’«historique» la signature de cette convention entre les deux entreprises publiques, saluant le travail accompli par les groupes d’experts depuis le lancement le 10 décembre 2017 d’Alcomsat-1, premier satellite algérien de télécommunications qui place le pays dans le cercle des nations disposant de leur propre plate-forme de communication satellitaire.
«Les groupes d’experts travaillent d’arrache-pied pour rendre effective la mise en activité de ce satellite qui diffuse actuellement 5 chaînes publiques (Programme national, A3, Canal Algérie, TV Coran, TV Tamazight) en Haute définition (HD) et en diffusion standard (SD) ainsi que 55 chaînes radios et le fil d’Algérie Presse Service», a-t-il ajouté.

Les chaînes de télévision privées invitées à émettre à partir d’Alcomsat-1

L’exploitation du satellite algérien permettra donc, de «conforter» la souveraineté nationale en matière de diffusion de contenus audiovisuels. Les prochaines étapes de cette coopération concerneront la commercialisation et l’exploitation de ces capacités dédiées à la radiodiffusion TV et radio. Ce partenariat TDA/ASAL est le «gage» d’un développement «assuré» des services audiovisuels par satellite et ouvrira des perspectives «prometteuses» pour le secteur audiovisuel en Algérie dans la mesure où Alcomsat-1 couvre tout le territoire national ainsi qu’une partie des régions du Maghreb et du Sahel.
Aussi, au vu de toutes les opportunités qu’offre cette nouvelle acquisition de l’Algérie, le ministre a invité les chaînes privées algériennes à diffuser leurs programmes depuis le nouveau satellite. «Il est attractif du point de vue technique, car proposant notamment la diffusion en HD et en SD, ainsi que commercial a-t-il indiqué, précisant que les tests, toujours en cours, de transmission des chaînes publiques sont également «concluants».
Actuellement, sur les 9 transpondeurs d’Alcomsat-1 dédiés à la diffusion de chaînes de télévision et de radios numériques, deux sont utilisés pour les chaînes TV publiques algériennes et les 55 chaînes radios aux formats HD et SD. Les sept autres transpondeurs, pouvant recevoir jusqu’à 80 chaînes SD et 30 chaînes HD, sont ouverts à la commercialisation, a-t-on indiqué auprès de TDA.

Grille des programmes du ramadhan : le ministre déplore le «peu d’imagination»

Questionné à propos du programme de télévision diffusé depuis le début du mois sacré de Ramadhan par les chaînes TV privées, le ministre de la Communication a affirmé que celui-ci est «loin» des aspirations des téléspectateurs algériens. Un sentiment que partage d’ailleurs la majorité des citoyens lorsqu’on jette un coup d’œil sur les commentaires postés dans réseaux sociaux sur la Toile.
M. Djamel Kaouane a affirmé être «resté sur sa faim» et n’a pas caché par la même sa déception devant le «peu d’intérêt» de la plupart des séries télévisuelles, feuilletons Sitcoms, caméras cachées et autres talkshows et la «pauvreté» des contenus des programmes en général. «Nous regrettons le manque d’imagination et d’innovation des producteurs. Ces derniers ne consentent pas assez d’efforts et recourent plutôt aux idées et aux scénarios faciles», a-t-il déploré en regrettant également la «mauvaise» image véhiculée dans certains programmes où la violence est omniprésente, ce qui «ne reflète pas», selon lui, la réalité et va à «l’encontre» des traditions algériennes. Le ministre reconnaît en revanche la diffusion de quelques œuvres télévisuelles «intéressantes» et de «bonne» qualité et dont les auteurs se sont distingués par «l’innovation» et la «recherche». Autre reproche fait aux chaînes TV privées, le temps consacré aux spots publicitaires est jugé «excessif».
Pour le ministre, la pub accapare «beaucoup» de temps sur le petit écran et la durée légale dépasse «largement» les normes connues dans le monde audiovisuel. Ces dernières se limitent à 9 minutes par heure d’antenne. S’adressant aux annonceurs, le ministre de la Communication les invite à s’orienter à l’avenir vers le satellite Alcomsat-1 qui dispose de «grands» moyens techniques et commerciaux pour l’organisation de la publicité. «Les chaînes TV peuvent, elles aussi, profiter des technologies de pointe qu’offre ce satellite», a-t-il signalé.
Pour rappel, ce satellite a été lancé en décembre 2017 et sera opérationnel d’ici la fin de l’année en cours.

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=72645

Posté par le Mai 22 2018. inséré dans ACTUALITE, ALGERIE, CE QUE DIT LA PRESSE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez aller à la fin et répondre. Le Ping est actuellement interdit.

Répondre