La Voix De Sidi Bel Abbes

Sidibrahim: Du berrah Klioune qui annonçait les décès aux réseaux sociaux…

La technologie dans le domaine de la communication évolue à une vitesse vertigineuse, ce qui était hier utopique, devenu tangible aujourd’hui, cette technologie nous a raccourci le temps et les distances. Pourquoi bon s’exclamer quand on s’aperçoit que les mois et les années s’enchainent très vite et quand les points terrestres les plus distants apparaissent à proximité. Ces moyens de communication tels le téléphone portable ou l’internet ont trôné en anéantissant complétement les anciennes méthodes de transmission parmi lesquelles il y avait le moyen de faire passer oralement l’information dont la personne qui le maitrisait est appelée El Berrah.
Chaque village avait son Berrah, Sidi Bel Abbés en avait Bénadji El Berrah qui avait vécu tout en rendant volontiers son simple service à une modeste population. Mon village, Sidi Brahim, avait aussi son Berrah qu’on surnommait Klioune, je ne sais pas pourquoi ce surnom, il était de grande taille et plein d’énergie, fortement imposé à cette fonction par sa voix, forte et perçante pouvant atteindre les oreilles dans l’autre bout du village, cette voix lui rendait irremplaçable dans cette tache de Berrah qui consistait essentiellement aux annonces de décès. J’ai vu pas mal de fois Klioune, qui emprunta le long du boulevard en s’arrêtant à chaque rue pour annoncer le nom du défunt, l’adresse du domicile mortuaire et l’heure de l’enterrement .Très vite la nouvelle s’introduisit dans tous les foyers, peu nombreux à cette époque , aucun alibi fut valable pour ne pas assister à l’inhumation qui se déroula dans l’une des deux cimetières de Sidi Brahim ou de Sidi Ahmed Benaidja . Le pauvre n’exigeait pas ces honoraires,il acceptait ce qu’on lui donnait parfois il le faisait gratuitement par compassion à une famille démunie.

Pour moi ce nom de (Klioune) est synonyme de Berrah mortuaire ,parce que ,à part les annonces funéraires, je n’avait pas entendu ses appels pour d’autres circonstances comme les cérémonies de mariages par exemple sauf que pendant le mois de Ramadan il parcourut souvent toutes les rues avec un plateau sur sa tête plein de zlabia qu’il façonna par ses propres mains, on l’entendait souvent appeler à sa marchandise en psalmodiant par une voix perçante « Zlabia Wa el Banane ».
Le pauvre Klioune vit encore paisiblement dans son village, mais hélas, sa voix haute de Berrah n’est plus, détrônée à jamais par les bips du Short Message Service( SMS ) plus discret et plus rapide.
.
Dr. Douar.

screenshot_20161114-192912

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=69846

Posté par le Nov 14 2016. inséré dans ACTUALITE, SOCIETE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez aller à la fin et répondre. Le Ping est actuellement interdit.

5 Commentaires pour “Sidibrahim: Du berrah Klioune qui annonçait les décès aux réseaux sociaux…”

  1. BENHADDOU BOUBAKAR

    j’avoue que j’apprèciais beaucoup le « berrah » des temps passès,c’ètait le moyen de tèlècommunications et d’informations à l’èpoque! sincèrement on redemande ce genre surtout dans les quartiers populaires

  2. ABBES.2

    Bonjour
    D’après ce qu’on m’a dit le berrah existe toujours dans les villages.
    La semaine passée j’ai assisté à un enterrement à Sfisef, les consolateurs n’étaient pas nombreux, j’ai demandé pourquoi? on m’a répondu:on devait annoncer la mort à travers le berrah, un autre a répondu: il est malade.
    Wallaho a3lam

  3. SBA

    C’est vrai mais ils sont moins nombreux qu’avant Je dirai qu’ils font un rôle important dans la société. Certes il existe de nombreux nouveaux moyens comme la radio locale…. Et bien sûr l’internet

  4. chaibdraa tani djamel

    Depuis la disparitions du berrah, on ne sait méme pas de ce qui se passe dans notre ville ,surtout avec cet agrandissement

  5. chaibdraa tani djamel

    lire agrandissement de la ville

Répondre