La Voix De Sidi Bel Abbes

Sidi Yacine un 15 mai 1962

Suite à ,l’article du 31 mars 1962( sidi yacine : retour et témoignage  sur une nuit d’enfer),le directeur de la bibliothèque  Naïmi Abdelkader ,Mr Hachemi et a l’occasion du 49 eme anniversaire de l’indépendance  a organisé le 04 juillet  2011 une table ronde  sur le sujet du massacre de la famille Zaïdi , qui a  été animé par un témoin oculaire en la personne, et notre ami, et frère, Mr Boudjakdji  mohamed dit Hamdane.  Cet évènement  a permis  à l’orateur de rencontrer  la 7eme victime  du massacre  qui a échappée à la mort  un certain 15 mai 1962 date à laquelle des mains d’assassins  ont froidement  abattus toute sa famille ,le père la mère ses deux frères  Boubekeur et Slimane  ainsi que ses deux sœurs  Rziga et khadra ,il ne restait  que Houaria  âgée à peine de trois ans qu’ils avaient évacuée vers Tlemcen  pour être soigné des balles qu’elle avait reçue .   Ce 04 juillet 2011, dit notre confrère Boudjakdji, a été pour lui une  occasion sans pareille, c’est d’avoir  rencontré  après 49 ans  la petite fille qui avait trois ans à l’époque  et  dont il avait pris soin  lors de son séjour  à l’hôpital de Tlemcen. Il n’a pas pu  caché ses larmes en présence  de cette dame  après lui avoir remis  une photo de son ami Slimane et après l’avoir révélée  que  ses parents  n’ont pas étaient  reconnus  comme étant  des martyrs  de la révolution , et que jusqu’à présent  aucun droit ne lui a été  reconnu . mais il est de son devoir de faire appel aux  autorités  de la wilaya de Sidi Bel Abbes et en occurrence  l’association des Moudjahidines  pour commémoré  la  nuit sanglante  qu’ont vécus tout les habitants de la dite cité  et spécifiquement  au quatrième étage dans l’appartement 209 du Bâtiment F2 occupé  par la famille Zaïdi   et de rendre justice à leurs fille pour quelle puisse  rentrée dans ses droits comme toute les victimes de la révolution  de Novembre.

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=5982

Posté par le Juil 8 2011. inséré dans ACTUALITE, SBA VILLE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

15 Commentaires pour “Sidi Yacine un 15 mai 1962”

  1. Kamel sy.

    On t’a connu quand tu était tout jeune hamdan,c’est vrai tu avait du courage et en lisant ton article j’ai eu les larmes au yeux ,slimane était notre ami à tous,je te rappelle qu’on avait formé une équipe de foot et notre tenue était de couleur vert et rouge ,il y avait Mahmoud, Mérad,Chadli, Ayad,petit zorro,c’était la belle époque .ALLAH YARHAM ECHOUHADA.

  2. benchohra ali

    Ce qui m’étonne le plus c’est que, aucun de la famille Zaïdi ne c’est manifesté pour nous confirmer cette histoire .je dirai même ,ou sont passé ceux qui ont habité sidi yassine .

  3. djendouli present

    un des zaidi etait ala coupole quand hamdane avait aborde son precieux temoignage si benchora.cela se passa pendant la remise des prix aux vainqueurs 22

  4. benali

    on habitait le bt f2 et vous ne pouvais jamais imaginé le grand respect qu’on avais pour elle et pourtant on était jeune trés jeune

  5. dekar hai doha

    une bibliotheque qui active bon courage hachemi

  6. Kébir.M

    oui mon frère hamdan, on a pas oublié cette nuit d’horreur et ce que tu fais Dieu seul te le rendra .Continu sur ta voix et bon courage .

  7. amel de sba

    monsieur hamdane je te félicite pour cette table ronde qui a regrouper mad sellak née zaidi qui a ete la seul vivante de ce massacre qui a marqué l’histoire de sidi yacine ,par contre je doit remercie mr le directeur de la bibliothèque naimi aek pour ce travail.

  8. mellali

    bel abbes à connu ces carnages commis par l occupant mais aussi bel abbes a ses heroiques enfants morts pour l Algerie .parmis un fiai nommer benchohra il etais le bras de l AlN dans la ville de sba malgres le nombre important de soldats et de harkis .avec des caserne en plein ville ce glorieux a frapper en maintes reprises surtout ce qu il a fait a un vendu dans un bar ou tout le monde on vu la scene . depuis ce jour les harki n ont plus oser montrer leur nez à el graba .et les bouchkara se sont terroriser .un de ses amis qui etais persent du nom de nahal el hadri et qui a ete prisonnier à bel arbi m a raconter que meme ceux qui les interroger avaient peur de nous . donc les belabesiens n etaient pas toujours des brebis ils se sont defendu bien comme il faut il y avaient des hommes qui rendaient coup pour coup .

  9. Hamdane

    Je vous dirai encore plus que dans la prison de Belarbi ex Baudens le plus jeune Moudjahid parmi les prisonniers était de Sidi Bel Abbes ,a savoir Lassouli Bel Abbes ,qui mérite lui aussi d’être honoré par notre journal .

  10. arbi zazou

    chiche vas y kechef et plus vous etes dans cette equipe selon mes echos et c tant mieux alors c pour quand hamdane

  11. A.Dennoun

    Salam Boudjakji,
    J’etais a quelques metres de cette tuerie.
    Tot le matin,tous les voisins se sont precipiter vers le lieu du massacre pour assister les blesses.J’ai vu les membres de la famille Zaidi egorges et cribbles de balles,Boubakar.l’aine etait la premiere victime,gisant dans une mare de sang,il tenait dans sa main un poel [parait-il pour se defendre].
    La p’tite fille innocente ne savait pas ce qui s’est passe,elle etait au milieu des corps inertes de ses parents,elle a ete immediatement lavee du sang et evacuee.
    Elle a ete elevee par sa tante et grandit avec ses cousins,les autres Zaidi,Hocine « el Lobo »,H’mida,Yassine,Miloud,Cheikh etc…..
    Tristes souvenirs de cette nuit.
    Quelques heures avant le massacre,les tueurs en tenue militaires,accompagnes par quelques civiles ont defonces notre porte,nous ont terrorises avant de repartir.
    Le lendemain,tous les habitants de cette cite ont pris refuge dans d’autres quartiers.Directions filege errih pour nous.
    Slimane etait un ami de quartier,Boubakar jouait bien au foot.
    Allah yarham la famille Zaidi.
    A.Dennoun

  12. elhadj abdelhamid

    Le massacre de Sidi Yacine peut être lié à une expédition punitive criminelle après l’accrochage d’un groupe de l’ALN avec des légionnaires .
    Le groupe, commandé par Si H., replié chez les B. de Monplaisir était sorti pour défendre la population suite à des informations faisant état d’attaques contre les habitants .
    Si H. était en compagnie de S. , H. ( dit le Kabyle ) et d’une Moudjahida M. dont les parents habitaient le bâtiment.
    Poursuivi par des Jeep de légionnaires à travers les rues Pasteur puis Falière ( Si H. avait abattu deux légionnaires ), le groupe décide de se replier vers la maison proche des parents de M. ; S. monte les premières marches mais le groupe se ravise, lorsqu’il aperçoit les premiers légionnaires tout proches, pour éviter de mettre les habitants en danger .
    H. dit le Kabyle est blessé à la jambe mais le groupe parvient à s’extirper de l’étau des légionnaires ( des renforts avaient afflué ) et avait quitté la zone vers Sidi Bouazza El Gharbi .

  13. Hamdane

    Tôt le matin, j’était le premier a découvrir les corps des Zaïdi qui gisaient par terre au milieu d’une marre de sang. La petite houaria âgée de 3 ans a été élevée par son oncle(le marchand de meuble de la rue turgot) ,sans jamais avoir osé demander les droits de cette innocente fille .Quand Je l’ai revue après 49 ans ,je n’ai pas pu retenir mes larmes et tout le cauchemar de cette nuit d’horreur m’est revenu a l’esprit.
    Dans toute cette histoire Mrs ,le comble est que l’état n’a pas reconnue cette famille en tant que martyrs de la révolution ,ni la fille comme étant fille de « chauhadas » j’ai bien dit CHOUHADAS.
    Allah yakhoud el hak.

  14. zaidi houaria

    je sais que je suis en retard pour vous remercier pour tout ce que vous avez fait pour honorer la mémoire de ma famille merci et bon courage

  15. FRIC

    on n’oubliera jamais .

Répondre