La Voix De Sidi Bel Abbes

SIDI LAZHARE LE GUÉRISSEUR! Par Amirouche

Mon beau-frère m’avait raconté l’histoire de deux jeunes amis, sans un sou en poches, ils ont eu l’idée de construire un mausolée pour gagner de l’argent et l’ont surnommé le saint marabout Sidi Lazhare. Son emplacement était choisi dans une contrée lointaine de leur village, au pied d’une colline de rochers, ils l’ont couvert de grands foulards verts, de bougies tout autour et encens pour éloigner les mauvais esprits.Comme stratagème, un des deux jeunes, bâton dans sa main, faisant l’aveugle, est allé au village le plus proche pour demander à ses habitants où se situe le Marabout sidi Lazhare , leur disant que ce dernier a la baraka, donne la chance , guérit les malades et chasse les « jnounes ». Le lendemain, le jeune aveugle est revenu au village sans sa « canne » en criant : « ya nesse ! Je ne suis plus aveugle, je vois, rani nchoufe grâce à sidi Lazhare »…La nouvelle est entendue par tout le monde. Au fil des jours, femmes, hommes et enfants venaient voir sidi Lazhare pour être guéris, devenir riche, se marier avec un bel homme ou même d’avoir des enfants. En même temps les offrandes devenaient abondantes et l’argent coulait à flot pour les deux amis. Un jour, un des deux s’est absenté une semaine pour voir ses parents. A son retour, son ami lui a dit « rahi nachfa , je n’ai rien encaissé durant ton absence, walou! même pas un dinar ! », « Arrête de mentir, tu es un voleur », lui dit l’autre, « pour te croire, jure que tu n’as rien volé » et son ami lui a dit : « je te jure par Sidi Lazhare que je n’ai rien volé »…Si j’ écris cette histoire irréelle bien sûr, c’est juste pour savoir si le maraboutisme est une réalité ou une fiction ? Un mensonge ou vérité ?!
Dans une étude sur l’exploitation des marabouts dans l’action de colonisation, monsieur Bekkouche avait écrit que « la colonisation du territoire de Sidi-Bel-Abbés était engagée tant au niveau régional que local, et se demande ce qui a justifié l’implantation des camps militaires auprès des marabouts. A l’évidence, ces lieux impliquent comme en témoignent les traces des cheminements constatés, l’existence d’une population aux alentours. Eu égard aux mobiles qui animent les visées coloniales, il est certain que le lieu est stratégique du fait de ses facultés attractives, culturelles et symboliques. Mais l’idée de s’intéresser à ce type d’édifice, trouve aussi une explication dans des calculs visant à contraindre les populations en tirant parti des faiblesses entretenues par les Turcs comme l’éloignement de l’aristocratie religieuse des Arabes de l’usage des armes et de la direction des affaires publiques. La force coloniale a exploité aussi le fait berbère pour diviser plus la population algérienne ».
Pour Sidi-Bel-Abbès, la position des cantonnements avait pour objectif primordial de décimer les troupes de l’Émir Abdelkader. C’est alors qu’est utilisée, outre la guerre et l’embargo, la manœuvre visant à exploiter les fractures entre différentes factions de religion commune… », Comme on le sait tous, la France coloniale avait pour objectif de « diviser la population pour régner »…
Chers historiens et anciens belabéssiens, je me demande si tous les marabouts, autour des villes et villages, ont réellement existé avant ou après la colonisation ? .Qu’en est-il de Moula Sidi Abdelkader d’El campo, Sidi Abdelkader de Gambetta, Sidi Bouazza el gherbi de la Bremer, Sidi Amar de Sidi Djillali, Sidi El Mokhtar de Faubourg Thiers, Sidi El Bachir de Cal del Sol, Sidi Bicinti le basque, Sidi Ali de hay el Badr, Sidi Omrane un peu loin de la ville …et la liste est encore longue.
Par ailleurs et à ce jour, des visiteurs de Sidi Abderrahmane à Alger font un rituel de sept tours autour de son mausolée « inspirés » des rites du pèlerinage et les circumambulations de la Kaâba !! Ceci n’est-il pas une forme d’associationnisme ?! Ne devrait-on pas revoir la notion de la « sainteté » tout en restant respectueux de nos « salihine » et nos vertueux théologiens ?
N’oubliez surtout pas de prendre du sel et le faire tourner sept fois autour de la tête de vos enfants pour leur « esquiver » le mauvais oeil  » des voisins …Parole de Sidi Lazhare.

marabout-tebessa

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=62872

Posté par le Déc 16 2015. inséré dans ACTUALITE, EVOCATION. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez aller à la fin et répondre. Le Ping est actuellement interdit.

24 Commentaires pour “SIDI LAZHARE LE GUÉRISSEUR! Par Amirouche”

  1. OUERRAD

    Paroles de SIDI LAZHARE ?alors sans voir SIDI LAZHARE c est toi sahbi @MIROUCHE .
    Sinon , comment se fait il que tu connaisses toute l histoire ?
    SIDI LAZHARE , est une fiction me dis tu mais ya SAHBI SPIKI KIFECH l aveugle a retrouve la vision ?Si je ne m abuse lzhare veut dire chance et lalla la chance ne sourit qu aux audacieux ,,,, efham ni wella la ,,,
    fafa , en venant exploiter notre region qui etait tres riche à ce moment là ,,,pas comme aujourd hui ou il ne pleut meme plus aux bons moments s est fait tres audacieuse car se mettre à cote d un marabout est trop risque ,, ,mais qu à cela ne tiennes elle a du ecouter les notres et voulut faire comme eux ,,, avoir la benediction des marabouts tout en oubliant qu il n y a qu un SEUL DIEU .
    Car , vouloir la benediction du makhlouq ,,, c est faire abstraction du KHALIQ.
    Mon pere RABI YARHMOU , n y croyait pas du tout , un jour ,, un de mes s est renverse ma mere meskina ,, s est ecrie ya SIDI ABDELKADER , mon pere repliquat ;;; gouli leh yarfdeh ,,,
    ceci pour l histoire , qui fait de nous une famille qui ne croit pas à ses sottises .
    Autrement , il se raconte du cote de chez nous et ti connai pitettt :TESSALAH , la majestueuse ,,, un colon voyant son raisin chaparde par les notres ,,, pas tous hein on n est pas des voleurs au TESSALAH .Ce colon , a trouve l astuce de construire de nuit un marabout sur la bas cote de son vignoble ,,, et depuis ne s y approchat plus ,,,,hhhhh mon oeil quand je veux du raiosin je le prends marabout ou pas .
    Sinon pour ce qui est des mRABTIN de SIDI BEL ABBES , autour de lui et lui meme ,,, ma parole goulli win rahoum ,,, à part sidhoum biscinti qui se trouve bien là ou il est ,,, randah ezzhar ,,, on devrait l appellait SIDI LAZHARE ,,,,tous les autres ont disparus engloutis par le beton .Meme , le saint patron de la ville a ete saccage , malmene ,,,,,,il n en reste que des vestiges ,,,,
    Question à zuj douro ,,,,, s ils etaient aussi forts ,,, pourquoi ne sont ils pas defendus ?
    NB/aya wa ha&di sahbi , DOC DOUAR , ne va pas etre content ,, mais tu es là toi SIDI LAZHARE ,,,, pour me defendre .

    • Amirouche

      OUERRAD
      Le jeune n’était pas aveugle, retrouver sa vue était simplement une ruse pour tromper les villageois, il a fait, en quelque sorte, de la « promotion » pour Sidi Lazhare.Je t’informe que le phénomène maraboutique existe toujours dans notre société.On dit qu’à Ouargla les marabouts sont plus nombreux que les palmiers !
      Salam l’ami

      • OUERRAD

        je le sais qu il n etait pas aveugle sahbi ,,, hassabni nakoul men wadniah ,,, une nouvelle toute fraiche pour toi le OMRANI,,,, le nouveau gierrisseur chez toi aux AMARNAS ,ce n est plus sidi lazhare ,,, mais CHENFARA ?
        Tu le savais ça ,,, sa renommee a fait le tour de l ALGERIE ,,,,, avec la pub qu on lui a fait fi ramdan ,,

  2. mohamedDD

    Salem,

    « Sidi el-Bachir est à Oran, à la fois un mausolée du quartier Plateau St-Michel et un faubourg »wiki et + et « Sidi El Bachir de Cal del Sol, » dixit votre article. Lequel est vrai ou les 02 sont imaginables???? Si Amirouche, ne me dites pas que ton Sidi El Bachir rouho et celui d’Oran est brun!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    • Amirouche

      mohamedDD
      Salam
      Sidi el Bachir que je cite était un mausolée à « Cal del Sol » de la rue Saber Khamliche en parallèle des 3 frères Zaoui donnant sur le stade, je ne sais pas s’il existe encore.Il était à coté de la famille DJERRIR,non loin, il y avait aussi une petite pièce qui faisait office d’école coranique dans laquelle cheïkh Attou, Hallouch, Khamisse apprenaient le coran.Je ne me souviens pas du nom du Fkihe Allah yarhmehe,(si un lecteur pourrait me faire rappeler son nom ). Ce fkihe faisait ElAdhane à l’ancienne mosquée Omar Ibn El Khattab; un jour son fils s’était noyé dans le lac Sidi Mohamed Benali…Oh! je viens de citer un autre nom de saint marabout…
      Mohamed, un peu de patience, je ne peux pas me mettre dans la peau d’un historien qui pourrait donner une réponse à notre questionnement sur ces mausolées et marabouts.
      Allah yarheme mawtana
      Cordialement

  3. Imène

    Salem 3mirouche , Tlm..
    Pour faire trés simple : tout homme qu’il soit un saint , un cheikh , un marabout , un devin ,un guerisseur ou tout ce que vous voulez ..à partir du moment où il devient objet d’adoration , de culte , pour qui on érige mausolée , dôme ( avec visites régulières , zerdat occasionnelles , offrandes , sacrifices …) et surtout à qui on attribue un quelconque pouvoir , bénédiction , ou baraka ..alors ça devient -non pas une forme – mais de l’associationnisme avéré .
    L’associationnisme – le shirk- est un péché majeur , que Allah soubhanou ne pardonne pas à ces serviteurs ..le shirk est un acte annulatif de l’islam de l’homme .
    Pour moi , ni sidi abderrhmane , ni sidi el houari , ni sidi el khayyer , ni sidi zekri ..
    Salem !

    • Amirouche

      Imène
      Salam!
      J’adhère pleinement à ce que tu viens d’écrire, mais c’est la question historique qui me taraude.Quand les marabouts,mausolées et welia ont été construits, pourquoi et par qui ?. A l’exception de Sidibelabbès mort vers 1780 !, on ne connais pas la biographie des autres marabouts ni les dates de construction de leurs mausolées dans les quartiers de la ville.Selon « Wikipédia « Les premières installations tels que les remparts et les rues se réalisent lentement entre 1849 et 1857. Les casernes militaires et l’hôpital datent de la même époque. Les édifices publics et les constructions privées sont construits plus tardivement. »
      C’est vers 1860 que les colons commençaient à arriver à SBA, la construction des mausolées ou l’inhumation de ces saints marabouts(5 ou 6) dans la ville a été donc faite logiquement plus tard et dans un temps très court sinon nos parents nous l’auraient dit…Des preuves historiques s’imposent dans ce cas.Notre ami OUERRAD avait dit une chose très importante « ,,, on n est pas des voleurs à TESSALAH .Ce colon a trouve l astuce de construire de nuit un marabout sur la bas cote de son vignoble ,,, et depuis on ne s y approchait plus ,,,,hhhhh mon œil quand je veux du raisin je le prends marabout ou pas .Sinon pour ce qui est des mRABTIN de SIDI BEL ABBES , autour de lui et lui même ,,, ma parole goulli win rahoum ,,, à part sidhoum biscinti qui se trouve bien là ou il est ,,, » !!!
      Embrasse mam.
      Salam

  4. Ayadoun Sidahmed

    SALAM Mr Amirouch, j’ai lu avec plaisir votre article et franchement il faut tirer des enseignements sur les effets du maraboutisme qui sont néfastes. Comme vous je suis en attente que les historiens locaux nous renseignent sur l’emplacement des différents mausolées de Sidi Bel Abbés que vous avais énuméré dans votre papier.

  5. ABRAHAM

    En 1035 Yahia Ibn Ibrahim chef berbère de la Tribu Djoudala entreprend un pèlerinage à la Mecque qui le marqua profondément, à son retour. Constatant le manque de connaissance de ses hommes en matière d’islam Yahia Ibn Ibrahim fait appel à un autre religieux du nom de Abdalah Ibn Yasin de la tribu Lemtuna d’obédience Malékite et puritain. Ils fondèrent le mouvement des Almoravides en 1042 dont l’objectif premier était la purification de l’islam pratiqué depuis le VII e siècle.

    Constatant que son enseignement était rejeté Abdalah Ibn Yasin fondât un Ribât (couvent militaire, d’où le nom Al Murabitun « gens du ribât ») sur l’île de Tidra En Mauritanie d’où il commence à asseoir les bases doctrinales du mouvement Almoravide.

    En 1055 les Almoravides menés par Abdllah ibn Yasin , s’emparent de Sijilmassa, grande ville commerciale et importante au Moyen-âge, cette ville est située près de Meknès, dans la région du Tafilalet au Maroc. Sijilmassa était un centre important des berbères Zénètes qui pratiquaient le sufisme, une des branches Kharidjisme de l’islam. Ce dogme sufisme est un mouvement de révolte contre les Arabes (Abbassides, Omeyyades…) qui imposaient fortement les berbères.

    Les premiers Almoravides parvinrent rapidement à imposer par la force leur doctrine religieuse aux autres Sanhadja, fondèrent des armées, et partirent à la conquête vers le nord comme le sud.
    Plus tard les « ribâts » devinrent des zaouïas.
    Les zaouïas formèrent des ascètes qui à leur tour partirent conquérir d’autres contrées. C’est ainsi que ce mouvement est arrivé en Kabylie (entre autres). Beaucoup de Kabyles ont été formés dans ces zaouias par ces missionnaires ont adopté le nom des Almoravides en se faisant appeller imravdhen (Al burabitun= gens du ribat). Ils ne sont ni de descendance Mahométane ni n’ont une quelconque auréole divinatoire.

    Le nom Al murabet, Amravedh (almoravide) fut francisé en Marabout et amalgamé avec les fameux marabouts d’Afrique subsaharienne sorciers guérisseurs, qui eux pratiquent une forme de chamanisme.

  6. Mme CH

    Quand un croyant cherche un ou des intermédiaires entre lui et Allah, il tombe, parfois sans le savoir, dans l’associationnisme (opposé de l’Unicité) qui est l’adoration d’autres qu’Allah, quelle que soit la forme qu’ils prennent…..!!!! Ah ! Ignorance quand tu nous tiens… !!!!

    Allah, Le Très Haut, a dit : « Certes Allah ne pardonne pas qu’on Lui donne quel qu’associé. A part cela, Il pardonne à qui Il veut. Mais quiconque donne à Allah quel qu’associé commet un énorme péché » (Sourate 4 – V:48 )

    « Dis : « Qui vous attribue de la nourriture du ciel et de la terre ? Qui détient l’ouïe et la vue, et qui fait sortir le vivant du mort et fait sortir le mort du vivant, et qui administre tout ? » Ils diront : Allah. Dis alors : « Ne le craignez-vous donc pas ? »(Sourate 10, V.31)

    Parmi certains Musulmans, cela se manifeste « par la croyance que les âmes des saints et des autres êtres connus pour leur piété peuvent affecter les affaires de ce monde, même après leur mort. On attribue à leur âme le pouvoir de répondre aux besoins des humains, de repousser les calamités et de porter secours à tous ceux qui font appel à eux. Ainsi, les adorateurs de tombeaux attribuent aux âmes humaines la capacité divine de causer des événements de cette vie », ce qui est en fait du ressort exclusif d’Allah.

    Cependant ce phénomène a pris une ampleur grandissante pendant l’ère du colonisateur barbare pour un double but. D’abord cultiver le phénomène des superstitions et faire croire que les saints représentent vraiment l’Islam, ensuite semer l’incroyance même chez les citoyens cultivés pour les détourner de leur religion et les gagner au projet de l’assimilation. Les clivages et les contradictions ainsi bien entretenues devaient servir la domination coloniale de FaFa…!!! Car, dès les premiers jours de leur agression, l’Islam fut la cible d’attaque constante de la part des partisans de la colonisation dont la politique culturelle contenait le processus d’effacer toutes les marques distinctives de la société musulmane. Ainsi « Eradiquer l’Islam » pour soumettre le peuple musulman à leur dictat était l’un de leurs buts primordiaux…. !!!

    Alexis de Tocqueville, dans son Rapport de 1847, écrivait : « Nous avons réduit les établissements charitables, laissé tomber les écoles, dispersé les séminaires. Autour de nous les lumières se sont éteintes, le recrutement des hommes de religion et des hommes de loi a cessé. C’est-à-dire que nous avons rendu la société musulmane beaucoup plus misérable, plus désordonnée, plus ignorante et plus barbare qu’elle n’était avant de nous connaître »

    Le 31 août 1858, le ministre responsable de l’Algérie expliquait sa politique d’assimilation en ces termes : « nous sommes en présence d’une nationalité armée et vivace qu’il faut éteindre par l’assimilation ». Son but était « la dislocation du peuple arabe et la fusion ». La politique de dépersonnalisation était exposée par le général Ducrot, en 1864, lorsqu’il expliquait l’offensive des généraux de la conquête sur le front de la culture : «…. Tendons, en un mot, au désarmement moral et matériel du peuple indigène »

    Louis Veuillot, qui fut secrétaire du maréchal Bugeaud, écrivait : « Les Arabes ne seront à la France que lorsqu’ils seront Français et ils ne seront Français que lorsqu’ils seront chrétiens »….!!! Et ne croyez pas que c’est fini, bien au contraire, frère Jacques, dormez-vous…???

    Débarqué à Alger, le général de Bourmont, s’adressant aux aumôniers militaires au cours d’une cérémonie religieuse, déclarait : « Vous venez de rouvrir avec nous la porte du christianisme en Afrique. Espérons qu’il y viendra bientôt faire refleurir la civilisation chrétienne qui s’est éteinte »

    « Le programme du cardinal Lavigerie était : « Faire de la terre algérienne le berceau d’une nation grande, généreuse, mais chrétienne, d’une autre France en un mot ; répandre autour de nous les vraies lumières d’une civilisation, mais dont l’Evangile doit être la source et la foi ; les porter au-delà du désert jusqu’au centre de ces immenses continents encore plongés dans la barbarie ; relier, enfin, l’Afrique du Nord et l’Afrique centrale à la vie des peuples chrétiens, telle est dans les desseins de Dieu notre destinée providentielle »

    Les Pères Blancs cherchèrent à évangéliser les orphelins qui avaient survécus à la famine. Malgré une politique particulièrement offensive dans certaines régions, comme la Haute Kabylie, les conversions au christianisme restèrent extrêmement marginales et le peuple algérien opposa une farouche résistance à cette colonisation par la croix.

    La République laïque apporta un fidèle soutien à l’action de l’Eglise qui faisait office de précieux appuis dans sa lutte contre l’Islam. Du 3 au 7 mai 1939, se tint à Alger le congrès eucharistique qui se réunit avec l’appui officiel du gouvernement laïc soutenu par l’assemblée élue en 1936 sur le programme du Front Populaire. Dans son discours aux congressistes, le cardinal Verdier affirma sa volonté d’évangéliser l’Algérie et au-delà l’ensemble de l’Afrique : « Si vous êtes venus tenir ici vos assises eucharistiques, c’est surtout, vous ne l’ignorez pas, afin d’y célébrer le centenaire d’un évènement à jamais mémorable pour l’Eglise et pour la France. En 1839, Alger, la ville blanche, dressait ses terrasses sur la mer comme un défi aux peuples chrétiens. Voici que sur un de ses minarets, s’élève la croix du Christ, et Alger devint soudain la porte lumineuse par où pénétra, chaque jour plus rapidement jusqu’au cœur du continent noir, le flambeau de la révélation »

    « Analysant cette politique, Chekib Arslan remarquait que la France laïque se comportait comme une puissance chrétienne dans le monde arabo-islamique car la fille aînée de l’Eglise était « imbue de l’idée qu’elle doit en pays musulman paraître en soutane » ….

    Alors maintenant chantons: Hamed Khouya Rak Mazdouh….????

  7. Mme CH

    C’est pour cela que les Oulémas sont partis en croisade contre les marabouts et les zaouïas. Cette croisade avait démarré en 1914 à la suite de la publication, par cheikh Abdelkader El Medjaoui de son ouvrage « Elloumm’ fi nothom el bide3 ».

    Cheikh Ibn Badis (Allah Yarhmou) « combat le maraboutisme qui cultive les superstitions et déforme le sens véritable de l’Islam, d’une part, et professe la soumission au régime colonial dont il se fait le complice et l’auxiliaire, d’autre part. Dès 1925, il entreprend de l’attaquer, en tant que système rétrograde, hostile à la renaissance et à la rénovation. »
    Ibn Badis condamne la Faction de l’ordre maraboutique des Tidjaniyya qui prétendaient que leur fondateur était le plus grand des saints et que leurs adeptes étaient promis à la félicité éternelle (Ach-Chihab, septembre 1938). Ibn Badis, montre que Tidjani ne saurait avoir plus de mérites que le Prophète de l’Islam qui n’a jamais prétendu ni
    à la sainteté ni à l’infaillibilité. Pourquoi les mystiques auraient-ils plus de droits que les autres croyants? Les maîtres soufis n’ont jamais prétendu à une quelconque supériorité; rien ne les autorise à accomplir des miracles ou des prodiges. Ceux qui leur attribuent ces vertus sont des charlatans et des mystificateurs que l’Islam, en tant que doctrine rationnelle, rejette avec vigueur. L’ordre des Tidjaniyya sape les fondements de la religion musulmane dont il dénature les enseignements; il exploite et entretient l’ignorance des masses. C’est là une évolution que le fondateur de l’ordre n’avait pas prévue, mais ses successeurs en sont responsables (Ach-Chihab, septembre 1938).
    D’une manière générale, les ordres maraboutiques ont encouragé les superstitions populaires, recommandé la résignation et la paresse, renoncé à la diffusion de Fins fraction, contrairement à leur mission première; ils sont devenus peu à peu les instruments et les alliés du régime colonial oppresseur de leurs compatriotes. Ibn Badis leur demande de modifier leur attitude, déclarant qu’il est prêt à s’entendre avec ceux d’entre eux qui voudraient rejoindre la communauté et cesseraient tous rapports avec l’administration coloniale ((Ach-Chihab, mars 1938).

    Il a été confirmé que le Prophète (saws) a dit:  » Les Juifs se sont séparés en 71 troupes. Les Chrétiens se sont séparés en 72 troupes. Cette nation se divisera en 73 troupes, toutes entreront l’Enfer sauf une.  » Les Compagnons ont dit :  » Qui est-ce? Ô ! Messager d’Allah!  » Il a dit:  » Ceux qui suivront la même voie que la Mienne et celle de mes Compagnons  »

    Allah, le Tout Puissant, a dit : « Ceux qui émiettent leur religion et se divisent en sectes, de ceux-là tu n’es responsable en rien : leur sort ne dépend que d’Allah. Puis Il les informera de ce qu’ils faisaient. »

    Merci Khouya Amirouche, salam Khaytical….!

    • Amirouche

      Mme CH
      Salam !
      C’est moi qui vous remercie du temps que vous avez pris pour nous tenir informés avec cette vue historique très importante sur ce phénomène.A croire les info et les dires, j’ai peur que le culte des saints aurait de beaux jours devant lui.Loin d’être « en voie de disparition », le maraboutisme et le « devinisme » reviennent avec force dans notre société mais beaucoup plus chez nos voisins, là où les sanctuaires sont encouragés par d’importants dons et enveloppes d’argent afin que le peuple « yabkka fi 3mehe ».
      Khayicalement

  8. BADISSI

    El hamdoullah qu il y a eu l association des oulémas Algériens a leur tete le savant
    Abdelhamide Ibn Badis , qui a combattues le maraboutisme et ce grand chirk ,la plupart de ces mausolées sont vide , une création du colonialisme

  9. mohamedDD

    Et pour appuyer (ou confirmer) vos commentaires très instructifs pour ceux qui ne savent pas!!!! is’al fi dinik ya muslim moughafal Allah yahdina wa yahdik amin
    A Oran rue Hadj Salah ville nouvelle (médina djadida pour nos ainés), il y avait pas si longtemps un « Sidhoum X  » avec le soit disant mkadem, des gens qui venaient l’ « implorer ». Depuis quelques années (7 à 10) le « mkadem » est mort, les visites ont cessé et depuis 02 ans, sur le même lieu agrandit il y a kebab, hamburger,… c’est incroyable!!!!! et les adeptes de ce SidhoumX où sont-ils????
    Bien même, une personne soit respectée, estimée, honorée…. elle n’égalerais pas Sayidina Abou Bekr, Sayidina Omar ibn El-Khattab, Sayidina Othmane ibn Affan, Sayidina Ali ibn Abi Talib

  10. Hassan

    A mon humble avis le terme  »Marabout » est inadéquat , il faudrait employer le terme » Rijel eddine Essalihines ». Ces saints hommes (et Femmes) étaient pour la plupart des soufis et ils sont apparus à l’aube de l’ISLAM. Parmi eux un des plus prestigieux mystique c’est Sidi Abd El Kader Ejilani qui a vécu et est enterré en Irak. Il faudrait aussi signaler le Maître des derwichs tourneurs (Hamdaouas) Djallal Eddine Eroumi, qui composa de magnifiques diwans de poésie. Au Maghreb et en particulier à la place de la Mauritanie actuelle, il existait des  »Ribats » sortes de zaouias (Monastéres musulmans) ou vivaient des guerriers qui apprenaient les sciences religieuses et le maniement des armes. C’est eux qui prirent le nom des Mourabitines et conquièrent la totalité du Maghreb. Il ne faut pas oublier qu’à un moment de notre histoire le Maghreb était chiite (Fatimide). Dans le Chiisme le culte des saints est recommandé. Les mausolées sont apparus en Algérie bien avant le colonialisme, pour preuve, dans le livre de Sidi Lakhdar Ben Khlouf, le mausolée de Sidi Belkacem de Mazafran existait depuis 1555. Il est rapporté qu’une grande bataille entre les espagnols et les algériens , appuyés par des janissaires envoyés d’Alger par Kheir Eddine (Barberrousse), eu lieu à proximité du mausolée. Les espagnols furent battus à plat couture et rejetés à la mer ou leurs bateaux les attendaient. Il faut signaler que Sidi Boumédiene, le saint patron de Tlemcen, a combattu les croisés en Palestine ou il perdit un bras. Il étudia les sciences religieuses en Syrie et en Arabie, puis revint enseigner à Bédjaya( Bougie). On constate donc que les Wallis existaient bien avant l’occupation française. Les zaouias ont joué un grand rôle dans la diffusion de la culture en Algérie, bien avant cette occupation , puisque 70% de la population algérienne savait lire et écrire avant l’occupation. Aprés cette dernière les mausolées commensérent à pousser comme des champignons et ce surtout à l’ouest de l’Algérie , à un tel point que les anciens racontent que dans la région de Sfisef en une nuit au lieu dit Mcid ont apparu quarante  »Wallis » de Mahadja dont l’un trés petit avec une étroite porte d’entrée que les gens appelaient  »Lala Bghaira » (petite chamelle). Il parait que toute personne qui se comporte mal et qui viendrait à rentrer dans cette  »lalla Bghaira » se verrait enfermé sans pouvoir s’en sortir . Il est clair que ces constructions ont été surement faites la nuit par quelqu’un dans le but d’influencer la population.
    Certaines confréries ont joué un grand rôle dans l’éveil de la population pour combattre le colonialisme. C’est le cas des Derkaouas dont des centaines d’adeptes moururent les armes à la main durant la guerre de libération national. Leur Maître spirituel, Essanhidji, se rendait dans les douars et villages et apprenait aux fellahs que notre pays était libre et gouverné par la dynastie des Sanhadjas à un moment de notre histoire et qu’il fallait libérer notre Patrie. Il marchait dans les souks hebdomadaires et criait aux français  »Ebni ou Ghali roh ou khali  »( Construit et éléves des constructions puis part et laisses tout). Dans le sud ouest algérien la zaouia des Kountas joua un grand rôle dans la préservation de l’Islam . Sidi Belkheir combattit l’influence juive dans la région . Comme on le voit la réalité n’est pas toute à fait noire et pas toute à fait blanche . Il y a des zones grises. Parmi les saints hommes de notre histoire il y a ceux qui méritent notre respect mais pas notre adoration. Chaque peuple a son histoire faite de haut et de bas et il en est de même pour nous. Nous
    devons connaitre notre histoire avec nos hommes et nos femmes , même ceux qui ont servi sous l’occupation à l’instar de la  »Caida Halima ». Cela est le rôle des historiens mais pas de gens comme moi:  »Abed Edda3if ».
    Merci de votre attension.

    • Amirouche

      Hassan

      Salam !

      Dans ma vie et depuis mon jeune age, je fais des « ziyaratte » à deux « marabouts » avec du méchoui, paella et M’tarede t3ame pour faire la fête… Je fais des milliers de kilomètres par an pour les visiter et les voir .A chaque fois, c’est toujours avec des bras tendus et grands sourires qu’ils me reçoivent , sans se lasser de moi et sans me demander des offrandes ou argent, ils me font gratuitement des invocations contre toute source de chagrin, à aucun jour je n’ai douté de leur sincérité, ces deux là ont vraiment la baraka, si je suis malade leurs adjurations ne s’arrêtent pas jusqu’à ma guérison, en cas de souci, je n’ai qu’à leur demander « el tesshile » et Dieu seul sait combien de fois j’ai emprunté des chemins semés d’embûches et je m’en suis sorti « indemne » face à des épreuves difficiles grâce à eux.El hamdou liAllah.
      Mes deux « marabouts » à moi sont mes parents,tant qu’ils sont vivants, « abi wa oumi « qui même à un age très avancé, s’inquiètent pour ma personne et ma famille, moi qui suis quinquagénaire !
      Quant à ce sujet, je pense qu’il n’y a que Mohamed (SAAW) comme notre guide , il est le seul pour tous les musulmans, n’a t-il pas dit :« لاَ تُشَدُّ الرِّحَالُ إِلاَّ إِلىٰ ثَلاَثَةِ مَسَاجِد »

      « Ô Seigneur, pardonne-moi ainsi qu’à mes parents, et fais-leur miséricorde à tous deux comme ils m’ont élevé lorsque j’étais petit ».

      Merci Hassan , ne nous prive pas de tes belles annotations.
      Respectueusement

      • Imène

        Oulaaaaa 3mirouche !!!! Que dire de plus ??
        Oh oui…nos parents sont les plus doux , les plus grands , ls plus merveilleux  » guerisseurs  » que la terre n’ait jamais porté ! Que Dieu te garde les tiens bro longtemps , trés longtemps, et leur prête santé et l’hna..tu sais quiquagénaire ou pas , à leurs yeux t’es toujours un enfant ..leur enfant ! Salem..
        Une pensée pieuse et tendre à tous ceux et celles qui nous ont quittés..Allahoma Arham abaana wa oumahatina , Allahoma Aj3lhom min ahli el djenna..

  11. ABBES2

    Les Commentaires de mes amis lecteurs m’ont rappelé l’histoire d’un mausolée qui a était battit par un cousin( rabbi yarhmou) au temps du colonialisme.
    Avant sa mort on lui rendu visite parce qu’il était un peu malade. Ce cousin était plus âgé que mon père (rabi yarham el jami3).Mon frere a voulu discuter avec lui pour casser le vide.Alors 3ami MED tu doit demander pardon à dieu pour le mausolée que tu a battis.
    3Ami MED lui a répendu (allah yasmahanna.on était des ignorants).
    alors comment cette guoubba a était battis?
    Un couple français habitait une ferme prés de notre famille, leurs unique fils a était convoqué pour le service militaire.savez vous ce que sa mère a dit à mes oncle?
    Si mon fils sera inapte pour le service militaire je bâtirais un mausolée.
    Et c’est comme ça que cette guoubba a était battis.

  12. karim10

    Bonjour Mr Amirouche,Votre histoire se veut didactique, elle vise à faire ressortir l’importance de l’histoire de Sidi bel-abbes comme solidairement liée à l’histoire critique de son patrimoine, son urbanisme et aussi son architecture.Le travail de Madame Professeur A.Bekkouche souligne aussi cette importance, mais aussi celui de la méthode historique tout autant que les archives notamment les rapports de Tocqueville dont elle s’est servi pour comprendre les mécanismes de création de la ville.
    Il n’existe que de rares documents historiques à ma connaissance qui peuvent répondre à votre questionement (cartes).Toutefois,je peux vous dire que seul quatre marabouts ont cette chance d’éxister avant 1830 ; El-Bouzidi bien évidemment Moulay aek , sidi Amrane (A) et peut etre bien aussi sidi yacine.Vous pouvez ainsi former votre carré d’ombre.Les autres marabouts ne servent qu’au décor familier du stock des souvenirs perdus à jamais.Hélas ! La prosopographie ni peux rien ! A part peut-etre le vrai Sidi-Amar (mais non pas celui de Lazari).

    Il ne s’agit pas ici de faire l’histoire ,mais je voulais surtout vous rapporter en plus du sujet qui abusait de la naïveté des populations locales,ces liens étroits entre ces « maraboutisme sans frontières » et le phénomène de « l’attente du sauveur » et donc ce charisme qui participe à la construction du héros mythique local. La croyance en un Sauveur est une croyance individuelle et collective. Elle est une adhésion à un projet communautaire. Voilà pourquoi l’administration coloniale se laissé obséder par le phénoménal danger des « chefs indigènes».Elle les a donc banalisé « délibérément ».
    A lire votre texte Mr Amirouche ,j’ai l’impression qu’il renferme aussi plusieurs descriptions de « banalisation » d’un fait sociologique local. Sidi-Amar ,par exemple , je peux vous l’assurer ! Ce héros local a vraiment exister. Autre chose ! C’est surtout à travers le sahara et le sahel et……le Maroc que se sont diffusées les confréries à partir du 16 siècle pour certains auteurs et plus sûrement à partir du début du 18 siècle pour d’autres historiens. Mais,tout s’est joué dans la 2 moitié du 18.A partir de 1830,l’administration coloniale française, ne s’est pas trompé. Le pacte passé avec les mouvements confrériques est, à cet égard, significatif. Toutefois,le problème des confréries n’était pas le seul problème de la société musulmane algérienne.
    Salutations amicales.

    • Amirouche

      Karim 10
      Bonjour monsieur,
      Votre annotation explique bien mon approche sur les marabouts et me donne beaucoup plus d’éclaircissements, je vous en remercie.Une approche que j’espérai historique avant d’être sociologique .L’approche sociologique a été bien expliquée par messieurs Hassan, Abraham, Mohamed DD, Abbes 2 ainsi que Madame CH;
      En résumé, on peut dire donc, que selon les rares documents historiques, seulement EL BOUZIDI existait et probablement Moulay AbdElKader (Au fait! ce dernier ne figure pas ainsi que Sidi Yacine sur la carte « Bastide » 1845 dans la situation de la redoute entre Mekerra et glacis). Aussi par élimination, on peut ne pas considérer le héros SidiAmar comme tel.
      Pour Sidi Amrane situé derrière la ferme « El Gonté » vers Les Hlaycha, il y a aussi un doute ! ce marabout n’est pas dans la ville de Belabbès donc pas concerné.
      Le prochain sujet sera Sidi Boukermaja,debahe el djaja (rires)
      Merci beaucoup Karim
      Bien amicalement
      Salam

  13. SBA

    Le lecteur est toujours bien avide de renseignements. Nous vous sommes bien reconnaissant surtout sur l’histoire des mausolées

  14. zlaoui

    Si vous permetez je peux seulement donner un avis..la chose importante a ne pas oublier c.est la formation de Al Daoud comme ya eu A’lou Ibrahime et Al Imrane..Chez les juifs ces trois faction chacun avait reçu un livre sohouf  ibrahima wa moussa et.zavour Daoud et Injile Issa pri en charge par la famille Imrane car imrane etait le pere de Marie donc le grand pere de Jesus qui etait le petit fils de Imrane comme imrane etait tres riche comme d.ailleur la famille du peophete mohamed banou hachime donc ils avaient le nerf de la guerre ..L.argent donc ils pouvaient investire leurs argent en politique pour faire balancer la decission de leur cotè..en algerie de 1830 toutes ces.chose existaient bien avant l.arrivè des français..Le.clan de Al Daoud a etait disant renforcè par le.ciel en lui accordant les techniques du traitement des meteaux qui avait abouti apres quelque siecle a la mise au point de la mecanique et ensuite la dexouverte des engins Donc politiquement parlant le clan davidien grace a la mecanique et redevenue trops riche donc trop influant les arabes et les al imrane et banou israil ne pouvaient pas trop l.affronter le clan davidien grace a l.arme et aux moteur est redevenu puissant en formant son empire..il avait de l.argent donc il pouvaient faire tout..en algerie les franCais etaient au moins de 2 type les al imrane les vraie chretien les laics qui etaient les al david et l.administration ou la machine imperiale qui elle avait ces propre regle de fonctionnement..seul les empereur savent ces regles.car ils l.ont decouvert sur une longue periode d.essais..Le maraboutisme est une affaire sociqle c.est de la culture sauf que a certaine epoque le maraboutisme a ètè exploitè pour faire des affaires comme.chez nous on a exploitè les anciens moujahidine ensuite le genereaux dans la periode chadli ensuite le islamiste pour faire peur en faisant pression sur les pouvoirs publique afin d.avoir des biens logement lot terrains credit npn remboursable des poste de responsabilitè sans diplime ni qualification etc..ce phenomene existe partout meme chez les colons en europe et ailleurs surtout lorsque les etats montrent des signes d.affaiblissement comme en europe de l.Est suite a la debandade des communiste..il ya beaucoup de secte qui se sont formè qui font Peur pour s.emparer des biens des etats..la machine imperiale ne fonctionne pas comme.ça elle ne compte pas sur un marabout ou a un saint chretien pour placer un Pont afin de faire traverser ses engins de construction ou de mort…des fois l.empire se reveillz devant un fou qui reussira et crea la surprise comme un caporal Hitler il a faillitEcraser l.empire Davidien on dit salkou bcha3ra

Répondre

x Shield Logo
This Site Is Protected By
The Shield →