La Voix De Sidi Bel Abbes

SIDI BRAHIM : Quand la Mekerra était une Rivière

Hier:
Avant 30 ans ou plus l’eau de la mekerra était limpide et claire ,propre à la comsommation
bestiale et même humaine dans quelques endroits précis de la rivière,on y trouve la présence de certains poissons comme les barbeaux et anguilles se reproduisant dans un milieu favorble, également des tortues amphibiens et des canards sauvages où les riverains s’adonnaient à des parties distrayantes de pêche et de chasse à la longeur de l’année ,et durant l’été les jeunes escapadaient leur domiciles où la chaleur est ardente pour faire des baignades rafrichaîssantes,quand aux femmes leur profits se réside au lavage de la laine des moutons par des eaux abondantes et propres.

La valleé des jardins de Sidi Brahim dont la superficie dépassant les 150 hectares est traversée par l’oued empruntant un trajet sinueux,cette grande vallée est divisée en
plusieures parcelles qui sont irriguées par des eaux provenant de la rivière par l’intermédiaire de canaux cimentés.
Apres l’indépendance ces terres ont été gérées par l’état sous forme de domaines agricoles,à Sidi Brahim il y en avait deux,les fellahs cultivaient outre la luzerne comme aliment de vaches,des différentes sortes de potagères dont la récolte est expédiée vers l’OFLA (office des fruits et legumes algeriennes) qui s’occupait de la distrubition et de la gestion des prix et c’est ainsi que le système socialiste de l’agriculture fonctionna.

Aujourd’hui:
Aprés l’instauration de l’autogestion des terres de l’état,l’agriculteur est devenu propriétaire et gestionnaire de sa propre terre,mais au lieu de cultiver il a cedé sa
terre à un autre agriculteur qui l’exploite par location,dont son principal objectif est la rentabilité .
L’oued de mekerra est ainsi devenue un petit cours d’eau qu’on peut le traverser par un simple saut sans mouiller les pieds,l’eau qui coule est nauséabonde venue des égouts des zones urbaines avoisinantes de la rivière,cette eau est impropre à l’utilisation,riche en produits chimiques et toxiques de la zone industrielle de Sidi Bel Abbes, dépourvue de toute sorte de vie aminale.
Sauf certains fellahs qui exploitent leur puits,les autres sont malhonnêtes en irriguant leurs jardins par des eaux usées de l’oued et ceci malgrés les éfforts déployés par les autorités pour empêcher ces actes fripons.l’irrigation se fait à l’aide de pompes et l’eau est acheminée par des tuyaux.la récolte est achetée sur le champ par des mandataires qui la livrent au marché de gros tout en régissant les prix.

En fin si vous trouvez des piments verts massifs et exeptionnellement gros et des pastèques pesant jusqu’à 20 kg à l’étalage du marché,sachez bien que ce 1er choix est arrosé par des eaux contenant des excréments humains et des produits toxiques ,mieux acheter le 2eme ou le 3eme choix pour être rassurer.

Dr .Douar Hadj janvier 2011.

Un pont

2966098301_2_3_6ikf3ff9
Les jardins et la cité MARINA

2966098301_2_5_km6r7kke
La plaine de SIDI BRAHIM

2966098301_2_7_k6v3l9dj

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=69774

Posté par le Nov 12 2016. inséré dans ACTUALITE, SBA QUAND TU NOUS TIENS. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez aller à la fin et répondre. Le Ping est actuellement interdit.

6 Commentaires pour “SIDI BRAHIM : Quand la Mekerra était une Rivière”

  1. bouatra

    سلام حجي دوار قال رسول الله (ص) إذا أسند الامر إلى غيره فانتظر الساعة

  2. chaibdraa tani djamel

    On a tous pris un bain dans ce ex merveilleux OUED MEKERRA et péché plusieurs poissons quand le bon vieux temps était « trés bon »

  3. BENHADDOU BOUBAKAR

    qui de nous n’a pas bu l’eau de la « mekerra » ? ,il y’avait des sources où on buvait de l’eau à volontè !!!

  4. ABBES.2

    Mis qu’est-il arrivé à la mentalité algérienne?
    Rien ne va plus.
    Là ou tu vas il y a la tricherie, l’escroquerie, la tromperie.
    On est arrivé à injecter le pastèques par le mazout !! Mais qu’elle idée satanique?
    Rani mfouker.
    Bonne nuit

  5. SBA

    Beaucoup de travail et de sensibilisation des riverains restent à entreprendre.

Répondre