La Voix De Sidi Bel Abbes

SIDI BRAHIM : 1er DEBRAYAGE DANS LE SECONDAIRE,POUR SURCHARGE EFFECTIF

C’EST LE PREMIER  DEBRAYAGE DANS LE SECONDAIRE,POUR SURCHARGE EFFECTIF ET ON AVAIT SIGNALE DANS NOTRE DERNIER ARTICLE QUE LA WILAYA DE SIDI BEL ABBES  ETAIT CONCERNEE MALGRE QU-OFFECIELLEMENT DIX WILAYATES SONT CITEES PAR LE NOUVEAU MINISTRE  A SIDI  BREAHIM POURTANT ,DES DEMARCHES D’ALLEGEMENT DES CONDITIONS DE SCOLARITE ONT ETE PRISES PAR L’ADMINISTRATION DU LYCEE DES «12 ENSEIGNANTES MARTYRS» DE LA LOCALITE DE SIDI BRAHIM (EX-PRUDON), SISE A 8 KM DU CHEF-LIEU. TOUTEFOIS CECI N’A PAS RASSURE LE COLLECTIF DES PROFESSEURS DE CE CYCLE DU SECONDAIRE, AVEC LES NOUVELLES VAGUES D’ARRIVEES D’ELEVES DU CYCLE MOYEN DE ZEROUALA, SIDI HAMADOUCHE ET LA LOCALITE MEME DE SIDI BRAHIM. AINSI, CES DERNIERS, A SAVOIR LES PROFESSEURS DE CE LYCEE DE LA BANLIEUE, ONT OBSERVE UN DEBRAYAGE CONTRE PRINCIPALEMENT LA SURCHARGE DES CLASSES. UN CONSTAT QUI EST CERTES NATIONAL, MAIS A SIDI BEL-ABBES, C’EST LE RETARD DANS LA LIVRAISON, VOIRE LA REALISATION D’UNE DIZAINE DE LYCEES QUI EST L’UNE DES PRINCIPALES EXPLICATIONS QUI REND DIFFICILE LA MISSION DES UNS ET DES AUTRES. INFORME PAR CE DEBRAYAGE, LE SG DE LA DIRECTION DE L’EDUCATION S’EST DEPLACE HIER , VERS LES COUPS DE , POUR PRENDRE LANGUE ET SENSIBILISER, DIT-IL, LES PROFESSEURS EN GREVE.

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=16184

Posté par le Sep 11 2012. inséré dans SBA PROFONDE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

11 Commentaires pour “SIDI BRAHIM : 1er DEBRAYAGE DANS LE SECONDAIRE,POUR SURCHARGE EFFECTIF”

  1. MIMOUN

    Des problèmes de dernières minutes et comme d’habitude les élèves sont souvent les perdants..Ou sont les responsables de l’éducation ?

  2. Lecteur

    Le texte est écrit en majuscules, est ce pour signaler l’urgence?

  3. Nasri

    Salam
    La surcharge des classes figure à la tête des obstacles majeurs à la réforme du système scolaire. Ce qui rend difficile la tâche de l’enseignant. La réussite ne rime pas avec la surcharge qui asphyxie certains établissements scolaire.
    Les élèves ne peuvent pas prétendre à une éducation de qualité. Tel est le constat général de certains enseignants. Le phénomène de surcharge n’est que la partie apparente de l’iceberg.
    Le surpeuplement des classes inquiète les parents comme les enseignants ; cinquante élèves par classe c’est exagéré. Les enseignants estiment qu’enseigner est devenu un véritable calvaire quotidien à cause de ce problème.
    Le nouveau locataire du ministère de l’éducation à du pain sur la planche………!

  4. gamra de sidi khaled

    les responsables de sba ont menti ;ils avaient caché le probléme de surcharge ; en juin 2012les effectifs sont connus et les prévisions vous signalent l’alarme..on devait dire la vérité .le résultat le voila..

  5. Moumen sidi brahim

    je suis celui qui a écrit ces lignes.

  6. MIMOUN

    IL faut que le ministère de l’éducation prend en considération une norme concernant le nombre d’élèves par classe qui serait peut etre de 30 et la direction de l’éducation travaille en collaboration avec la wilaya pour exécuter un programme à long terme pour éviter ces problèmes de surcharges.Les potentialités financières et humaines existent alors pourquoi ce retard dans la réalisation qui engendre la surcharge des classes

  7. prof

    on vous dit merci messieurs de véhiculer dans l »oipinionces trés mauvaises conditions de travail.C’est du jamais vu.

  8. lectrice sba

    La déliquescence dans laquelle se trouve l’ École et l’université, est sans précédent. Le laxisme des autorités ( en charge de l’éducation) conjugué à leur incompétence ont causé des dégâts impardonnables.
    Combien même, il y aurait, maintenant, une volonté politique pour remédier à cet état de ruine de l’éducation, le mal est très profond. Va falloir plusieurs années pour sortir de cette misère sociale dont les victimes sont, essentiellement, nos enfants et petits enfants. Pourtant, il ne faut pas sortir d’une grande école pour savoir qu’il est impossible de maîtriser une classe, tant au point de vue discipline et transmission des connaissances, lorsque le nombre d’élèves est important.
    Les réserves financières existent dans notre merveilleux pays pour pouvoir recruter beaucoup de jeunes diplômé(e)s afin de pallier à ce problème de surcharge et ses malheureuses conséquences sur la formation

Répondre