La Voix De Sidi Bel Abbes

Sidi Bel Abbes:A l’Hotel Eden ,recherche scientifique : Portes ouvertes sur les nanosciences et la nanotechnologie

Cette manifestation prévoit un cycle de conférences magistrales animées par des experts algériens et étrangers. La Direction générale de la recherche scientifique et du développement technologique (DGRST) du ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique organise, aujourd’hui et demain, à l’hôtel Eden, des  journées portes ouvertes sur les nanosciences et la nanotechnologie, indique un communiqué de presse de la DGRST. Cette importante manifestation, qui entre dans le cadre de la promotion des activités de recherche et du soutien aux échanges scientifiques, prévoit un cycle de conférences magistrales animées par des experts algériens et étrangers travaillant dans ce domaine, comme elle sera également l’occasion de mettre en valeur les résultats des projets de recherche menés dans le cadre des Programmes nationaux de recherche (PNR), souligne-t-on dans le même communiqué. Les organisateurs de ces journées soulignent  que «les recherches en nanosciences et en nanotechnologies sont un objectif prioritaire à l’échelle internationale, et leur maîtrise reste de ce fait indispensable pour aborder la révolution industrielle du 21e siècle». Pour bon nombre de chercheurs, les pays développés ont consenti un engagement considérable en ressources humaines et financières et investi à outrance, vu l’enjeu stratégique et l’énorme potentiel de développement économique que représentent les nanotechnologies. Il y a lieu de préciser que ces deux journées verront la présence du Pr. Hafid Aourag, directeur général de la recherche scientifique et de la technologie, nominé pour le prix Nobel de physique en 2006 et récipiendaire d’un Doctorat honoris causa aux Etats-Unis. En Algérie, la recherche en nanosciences existe à travers 71 projets et équipes de recherche, recensés lors du dernier appel à projets PNR, avec plus de 377chercheurs impliqués. À l’échelle mondiale, les montants accordés à ces disciplines sont considérables. En 2005, les investissements se mesuraient déjà en milliards de dolla

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=27702

Posté par le Mai 28 2013. inséré dans ACTUALITE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

25 Commentaires pour “Sidi Bel Abbes:A l’Hotel Eden ,recherche scientifique : Portes ouvertes sur les nanosciences et la nanotechnologie”

  1. kaabi nory

    Aourag un vrai universitaire message codés

  2. tewfikhayii

    Salam,
    J’espère inchallah, que les investissements dans ces nouvelles technologies seront conséquentes, au lieu de mettre tout le fric dans des broutilles.
    salam.

  3. kaid

    une rencontre de haut niveau ceci fait honneur a notre wilaya

  4. HAMID OURRAD

    Les nanosciences et les nanotechnologies sont la révolution technologique et scientifique d’aujourd’hui comme l’a été la micro technologie avec les microprocesseurs et les microordinateurs dans les années 1970_1980
    C’est un champ scientifique en émergence, ou les ETATS UNIS sont les leaders.
    Dernièrement ,un chercheur de l’université d’Harvard spécialisé dans les nanotechnologie a développé un Protocol pour cultiver en laboratoire des fleurs minérale microscopiques .

    • Nano

      « Dernièrement ,un chercheur de l’université d’Harvard spécialisé dans les nanotechnologie a développé un Protocol pour cultiver en laboratoire des fleurs minérale microscopiques . »

      Permettez moi khayi de vous corriger : une échelle microscopique c-à-d 10^-6 m est 1000 fois plus grande qu’une échelle nanoscopique (10^-9 m). On ne peut donc considérer la culture de ces fleurs minérales comme de la nanotechnologie.

  5. LA REVOLTE

    Salem,l’Université n’a même pas les moyens pour faire du MACRO, qu’on nous sorte les nanotechnologies. C’est de la foutaise, une forme encore pour dilapider de l’argent.Allez voir l’état et le fonctionnement des laboratoires; à part 1 ou 2 c’est le vide, même qu’il y en a qui ont le nom sans local. Alors où se fait la recherche? ABSTRAITEMENT???Cela confirme les affaires de plagiat qui envahissent l’institution.Des investissements en milliards de Dollars, et nous ne sommes même pas capables de produire une serpillière. Mr AOURAG arrêtez de prendre les gens pour des cons, faites vos affaires sans nous raconter des salades! Mr le journaliste, pouvez-vous SVP me prouver que Mr AOURAG a été nominé pour le prix Nobel de physique et le Doctorat Honoris? Sachez que les prix Nobel scientifique ne sont décernés qu’aux sionistes, à moins que ce monsieur ait des aïeuls juifs comme certains d’algériens! J’ai mal de lire et de voir l’iniquité partout, jusqu’à quand bon Dieu! Où sont passés les hommes de cette nation??? PAUVRE ALGERIE…

  6. hakemA

    Vous racontez à votre tour des salades mr la révolte!Commencez par décliner votre identité d’abord ensuite citez les structures que vous attaquez ramenez des preuves!Quant à la fabrication de serpières nous fabriquons de bonnes serpières et beaucoup d’autres choses !Arretez le dénigrement!Le prix Nobel a été décerné meme aux arabes!Ensuite l’Algérie n’est pas pauvre(elle a déposé 5 millards de dollars au prés du FMI qui prete à d’autres grandes nations telle La France…

    • LA REVOLTE

      Salem,
      Non Mr HAKEM, je ne raconte pas des salades!
      Tout d’abord je ne suis pas obligée de décliner mon identité, vu que le journal a accepté mon inscription; ensuite je vous signale qu’universitaire de longue date, je sais ce que j’avance.Ayant été victime d’harcèlement et de représailles! C’est par mes écrits que je me manifeste Je n’ai rien contre Mr AOURAG, il a été mon supérieur et je lui dois tout le respect; et mon éducation ne me permettrait pas d’avancer n’importe quoi, ‘JE SUIS MALADE DE CE QUE JE VIS ET VOIS A L’UNIVERSITÉ » Seulement, c’est à ce système, aux agissements, gaspillages, connivence,à la fraude, à l’injustice… que j’en veux.
      Bien sûr, que j’aimerai que mon pays soit au premier rang, et sachez que les compétences algériennes existent, mais elles sont mises à l’écart.
      Réellement,les manifestations scientifiques, les projets de recherche, les Doctorats, les Magister existent par milliers, mais le niveau est loin d’honorer l’Université. C’est la fraude et la triche qui prend le pas sur le comportement des enseignants et automatiquement sur les étudiants (consultez mon article paru sur SBA INFO sur l’Université et la fraude). L’état des laboratoires pédagogiques et de Recherche, des salles de cours, des bibliothèques, des salles de calcul (micro jetés par dizaine) laissent à désirer (après 50 ans d’indépendance et des richesses que nous envie l’Europe). Des budgets pédagogiques ou de recherche, alloués par milliard par la tutelle, alors que beaucoup d’étudiants achètent leur produits au coût de millions pour faire leur recherche… Et j’en passe! Où vont les richesses de l’Algérie???Quand aux serpillières Mr HAKEM, je vous confirme elles sont importées de Chine, c’est aberrant! Pour les prix NOBEL, je cite bien scientifiques, consutez SVP :http://blogs.mediapart.fr/blog/association-iremmo/080113/les-arabes-et-le-nobel-la-maigre-recolte.
      Je sais que l’Algérie est riche, malheureusement ce n’est qu’une certaine tranche qui en profite; pour ainsi dire le FMI et le SIONISME nous ont mis un doigt dans l’œil nous glissant en état d’amnésie.
      L’Ecole, l’Université algérienne et toutes nos institutions vont mal,du fait de la mauvaise gestion!
      Pour terminer, je vous demanderai d’aller l’après midi visiter la Faculté des Sciences, c’est tout sauf un lieu d’éducation!
      Ce n’est pas du dénigrement mais la vérité, que certains n’admettent pas!
      Salutations…

      • Hakem A

        La youghayirou Allah ma bikaoumin hata youghayirou ma bi infoussihim!Ya la révolte vous n’avez rien de révolutionnaire!Prenez plutot un autre pseudo!Vous avez peur d’affronter vos res ponsables vous n’osez pas faire des sacrifices(Ben m’hidi lotfi Benboulaid Djilali LIabes eux se sont des révolutionnaires)Vous continuez à dire des contre vérités!certains commerçants au niveau de la ville ne vendent que du produit national (privé et public) et ils sont de bonne qualité.Il faut savoir acheter!N’achetez pas chinois c’est comme ça qu’on change les choses!J’étais moi meme dans l’industrie et nos produits sont de bonne qualité par rapport au produit chinois!On ne peut pas aborder tous les problèmes maintenant dans ces courts commentaires mais tout ce que je peux vous dire c’est qu’il faut s’organiser connaitre les vrais ennemis élaborer une stratégie s’unir et Allah yensourkoumet chacun dans son domaine !Je sais ce n’est pas chose facile! Il faut je le répète des sacrifices!Mes salutations !

  7. Chot Lahcène

    Voila un bon sujet ,et voila la marche à suivre de l’Algèrie ,se lancer dans la nanotechnologie ,ds le numérique ,dans le développement durable ,afin que les jeunes puissent avoir un job interressant pour le futur ..se projeter dans le futur faire en sorte que la science fiction deviennent une réalité .investir dans la recherche ….encourager les jeunes à inventer et laisser libre court à leurs imagination inventif …balayer les carcans bureaucratique qui bloquent les initiatives ….par ce biais de la science le pays sortira de ce marasme mental qui plombe les mentalités dans un esprit digne du stalinisme dépassé et obselète ….l’avenir est l’ouverture au monde par le biais du numérique des technologies nouvelles ,qui donneront une impulsion nouvelle aux générations montantes ….fabriquer des ordi…des tablettes des iphones;;; ipaad etc….made in Algéria tel est le défi de demain …ALLAH EST GRAND

  8. miloua

    Je me souviens de l’enfance de ce genie HAFID AOURAG qui il faut le rappeler sa famille paternelle est de chlef et t la famille maternelle les HACHEMANE sont nos voisins de quartier sa maman un cadre de l’education en retraite .tres jeune enfant HAFID etait tres doué et tres eduqué et respectueux envers le voisinage.Il fit un passage comme cadre a l’université de sba .Sa maman que DIEU la garde a rejoint sa ville natale sba et son quartier d’origine HAFID en tant que fils et enfant modele ne manque jamais à rendre visite à la famille et aux voisins que DIEU le protege dans sa nouvelle mission

  9. AL HANIF

    Le dénigrement permanent est devenu une marque de fabrique de l’esprit algérien.
    A l’antipode, le nationalisme aveugle et les réactions épidermiques relèvent de l’ADN blédiste. Le réflexe ‘ tous comme un seul homme’ relève de Pavlov!
    On oublie de se réjouir quand il ya lieu et de s’honorer de posseder de la matière grise à l’intérieur et à l’extérieur du pays.
    L’avalanche de critiques qui déferle à propos de tout et de rien saura-t-elle observer une pause?
    Dans un pays où les vieux brident les jeunes, où l’identité est en déshérence et ne trouve que des valeurs refuges ‘sécurisantes’, voir de la ‘ valeur ajouté ‘ est jouissif.
    Félicitations à ce jeune chercheur qui cherche……et qui trouve!

    • HakemA

      Nous avons besoins de tous nos savants qui sont à l’étranger qu’ils nous aident qu’ils participent au débat qu’ils apportent surtout des solutions meme s’ils restent dans les différents pays hotes que nous remercions!Je suis certains que notre intelligence qui est à l’extérieur aiment au meme titre que nous tous l’Algérie leur pays leur maman !

  10. Hachemi Lahcene

    merci khouna AL HANIF

  11. Chot Lahcène

    Les NTIC regroupent les innovations réalisées en matière de volume de stockage et de rapidité du traitement de l’information ainsi que son transport grâce au numérique et aux nouveaux moyens de télécommunication (fibre optique, câble, satellites, techniques sans fil). Leur impact s’étend sur de multiples domaines, notamment sur notre mode de vie et notre économie. Les secteurs de production et d’utilisation de ces nouvelles techniques acquièrent une part croissante du PIB des économies développées et émergentes, d’où le concept de « nouvelle économie » ou « économie du savoir ». Cela ne fait pas disparaître l’économie traditionnelle, mais fait du savoir et de la connaissance, des éléments clés de la compétitivité économique.

    Un robot pour les personnes âgées
    Voici Hobbit le robot, conçu pour les person-
    nes âgées. Il aime attraper des choses qui ont
    la fâcheuse habitude de tomber au sol. Hobbit
    inlassablement les ramasse…

    La peinture qui génère l’électricité
    Des scientifiques ont mis au point des pein-
    tures conductrices qui peuvent être appli-
    quées sur des matériaux de construction pour
    leur permettre de générer de l’électricité.

    Les ordis au doigt et à l’oeil
    Les interfaces entre les ordinateurs et les uti-
    lisateurs se sont multipliées ces dernières
    années, avec toute une série de reconnais-
    sance sensées faciliter leur utilisation.

  12. HAMID OURRAD

    Permettez moi khayi Nano de vous dire que je ne suis ni Docteur, ni spécialiste en nanotechnologie ni chercheur ,l’information que j’ai cité dans mon commentaire, je l’ai pas inventé Mais je l’ai lu dans une revue spécialisée en la matière,(Science et Vie)
    AMICALEMENT KHAYI

  13. Chot Lahcène

    Après les deux satellites « Alsat 1″, lancé le 28 novembre 2002, et « Alsat 2A », ALSAT-2A, mis en orbite le 12 juillet 2010 par la fusée indienne PSLV depuis la base de lancement de Sriharikota, le CDS, inauguré jeudi par le President de la République, est appelé à fabriquer, avec des équipes de spécialistes et d’ingénieurs algériens, ses propres satellites, dont « Alsat 2 B »

    « Alsat 1″, le premier satellite algérien, a fait partie d’une série de cinq microsatellites lancés dans le cadre d’une constellation internationale dite DMC (Disaster Monitoring Constellation) pour fournir des images multi-spectrales de résolution moyenne pour la surveillance, notamment des catastrophes naturelles, ainsi que pour d’autres applications thématiques de la télédétection. Onze ingénieurs du Centre national des techniques spatiales (CNTS), basé à Arzew, ont été formés au Surrey Satellite Technology Limited (SSTL), en Grande-Bretagne, et ont participé a la construction de Alsat 1. « Alsat-2A », qui s’inscrit dans le programme spatial national horizon 2020, adopté par le gouvernement en 2006, prévoit 86 projets opérationnels d’application spatiale à mettre en œuvre et huit systèmes spatiaux à concevoir et à réaliser.

  14. khaiko

    Ya si hakem laissez les gens dire ce qu’il pensent…répondez, donnez des arguments ,mais ne soyez pas ce tireur qui tir sur tous ce qui bouge

    • HakemA

      Je tire sur tous ceux qui touchent à mon pays ceux qui dénigrent ceux qui mentent ceux qui donnent de fausses informations ceux qui volent les corrompus je suis avec tous ceux qui veulent construire et non détruire mon pays je suis pour le débat démocratique le vrai je ne suis ni un beni oui oui ni beni non non!Nous algériens connaissons tous les problèmes que rencontre notre peuple et il y a des hommes et des femmes qui veillent au grain nous avons suffisament de cadres valables pour relever les défis et nous acceptons tous ceux qui veulent nous donner un coup de main mais sans arrières pensées et que chacun soit libres mais la liberté de chacun de nous s’arrete là où commence celle d’autrui! Li aoudah haran ha mleta!sans rancune!Vive l’Algérie(et Algériens)indépendante et gloire à nos martyrs!

  15. Chot Lahcène

    En plus du projet de satellite « Alsat 2 B », qui sera fabriqué au CDS d’Oran pour être mis sur orbite avant fin 2013, l’Agence a programmé le lancement d’une série de satellites dont « Alsat 4 » d’une technologie de pointe, en plus du satellite de communications « Alsatcom » qui permettra la réalisation d’un bon nombre d’objectifs dans le domaine de la radiodiffusion, le développement de la photo numérique et l’utilisation du téléphone portable et fixe.

    Le programme de développement de l’activité spatiale algérienne, qui s’étend de 2006 à 2020, porte sur le développement des compétences, la concrétisation de diverses innovations telles que l’intégration des caméras dans les satellites et de panneaux solaires dans cette activité, ainsi que sur la modernisation des applications et des expériences pour le stockage de données et de contenus. Loin d’être des projets de « luxe », ces satellites serviront d’outils d’une grande importance pour plusieurs projets de dimension nationale, en fournissant une imagerie précise, acquise dans le passé en devises à l’étranger.

    Incontestablement, entre le projet « Alsat 1 » et « Alsat 2 », il y a une évolution progressive de l’appropriation et la maîtrise du savoir-faire technologique.

    Le premier satellite a été un « projet école », comme l’avait souligné le directeur général de l’ASAL, M. Azzedine Oussedik.

    Pour lui, l’aspect le plus important dans ce programme spatial ce n’est pas le satellite mis en orbite ni les infrastructures mais cette valeur immatérielle que constitue le potentiel humain d’ingénieurs algériens qui ont appris à réaliser le satellite.

    C’est justement ce potentiel humain et ces compétences avérées qui relèveront le défi de réaliser à Oran, ce troisième satellite. Avec le CDS, l’Algérie aura franchi un palier d’autonomie dans la réalisation des satellites. Son implantation au pôle technologique d’Oran, à proximité de l’Université des Sciences et Technologies « Mohamed Boudiaf », reflète ce souci de complémentarité entre les secteurs de la recherche de pointe et celui de l’enseignement supérieur.

  16. belamri abdelkader

    L’arbre qui cache la foret aurons nous tendance à dire!Pourquoi ne pas ne profiter de cette manne petroliere et cette embellie financiere pour s’offrir cette possibilité de construire un village de recherche integrée d’excellence, comme cela se fait ailleurs, pour donner la possibilité à nos chercheurs d’etre regroupés et ne se consacrer qu’à la recherche au lieu de tout consommer de l’exterieur.Seul l’investissement dans la recherche est susceptible d’assurer un développement harmonieux et durable de notre pays ,tout le reste n’est que conjoncturel et donc voué à la disparition.Si nous disposons d’un potentiel humain appréciable destiné à la recherche,l’nfrastructure et les moyens d’accompagnement sont insuffisants.L’absence de stratégie dans le domaine de la recherche est évidente tant nos laboratoires et autres sont démunies en matériel adéquat.Les milliers de travaux de recherche de toute sorte moisissent dans les placards de la bureaucratie et ne trouvent meme pas matiere à leur édition.Parler de recherche c’est bien,la rendre effective et profitable à tous ,c’est mieux.Pour cela ,la volonté politique doit s’exprimer clairement pour asseoir un programme ambitieux et favoriser le retour de nos chercheurs qui font le bonheur des universités étrangères et qui ne revent que de servir leur pays mais avec la considération due à leur rang.N’investissez plus dans le laboratoire de l’hémicycle( parlement ),il est contre productif (rires ).

    • LA REVOLTE

      Salem,
      Bien parler Mr BELAMRI!
      Ce n’est que de la poudre aux yeux!
      L’idéal serait d’adopter les idées que vous proposez vous et Mr CHOT; seulement nos dirigeants ne veulent pas le bien de la nation!!!
      Pour terminer, Mr HAKEM je vous donne rendez-vous Mai 2014 pour le bilan des nanotechnologies, si on sera encore de ce monde….
      Ce n’est que foutaise, la recherche c’est la continuité, alors que dans l’esprit des dirigeants de l’université, c’est le blocage!!!
      A bon entendeur salut…

  17. Chot Lahcène

    escusez mes amis …..heu …..je propose que les scientifiques algériens et plus particulièrement de SBA….de fabriquer des robots guidés par ordinateurs spécialement concus …pour nettoyer la mekerra et ses environs …..que pensez vous de cette idée faramineuse ….heu ….que je suis bète ….je dis que des bètises …

    • BENHADDOU B

      des fois vous dites des bètises mais vous n’ètes pas bète si Lahcène! seulement vos idèes sont irrèalisables ;mais comme mème elles sont bonnes!

  18. Chot Lahcène

    Une énergie renouvelable, ou EnR en abrégé, est une source d’énergie qui se constitue ou se reconstitue plus rapidement qu’elle n’est utilisée.

    Ainsi, l’énergie solaire est inépuisable à l’échelle des temps humains, de même que les énergies qui en dérivent : l’énergie éolienne, l’énergie hydraulique (cycle de l’eau), la biomasse produite par photosynthèse et une partie des énergies marines.

    Il en est de même pour l’énergie due à la gravité (énergie marémotrice) ou à la géodynamique interne (énergie géothermique).

    En revanche, des sources d’énergie dont le renouvellement est infiniment plus lent que leur consommation, comme le pétrole, ne sont pas renouvelables.

Répondre