La Voix De Sidi Bel Abbes

Sidi Bel Abbes : Un grand scepticisme et craintes vis-à-vis de l’application de loi sur le permis à points

A Sidi Bel Abbes, et en parallèle aux joies engendrées par les différents résultats scolaires, au début  en tremble des mariages, beaucoup plus bruyants que d’habitude, avec de nouveaux itinéraires, telles les rocades de la ville, les discussions de cette journée ont tournés avec dépit et amertumes, à l’annonce au niveau de beaucoup de citoyens même s’il y a une minorité qui est pour l’application du projet de loi sur le permis à points, qui sera présenté prochainement au gouvernement. C’est ce qu’avait annoncé, avant hier, le ministre des Transports, en marge des travaux de la journée d’évaluation de l’application du code de la route.

«Nous avons déjà préparé le texte d’application sur le permis à points », a-t-il dit, ajoutant que les parties concernées, dont le ministère des Transports, la Justice et la Gendarmerie nationale, se sont réunies pour étudier toutes les propositions faites par les départements ministériels et se sont mises d’accord pour la rédaction finale de ce projet de loi consacrant le permis à points.
Le permis à points vise la protection de la vie des usagers de la route et l’application de la loi, mais permet aussi au conducteur de corriger ses erreurs. Car pour la directrice du transport terrestre et urbain, le facteur humain est la cause la plus élevée dans les accidents de la route. Elle a fait savoir que le permis à points est un dispositif pédagogique qui contribue aux objectifs de sécurité routière. Du capital de 24 points, il sera retiré 4 points en cas de contravention et 8 points en cas de délit.
Le conducteur peut obtenir reconstitution des points s’il se soumet, à ses frais, de poursuivre une formation. Lorsque le conducteur perd la totalité de ses points, il est fait mention au fichier national d’infraction aux règles de la circulation routière. Cette mention est retranchée de ce fichier lorsqu’il n’aura pas commis d’infraction pendant les deux années qui suivent. Dans son intervention à l’ouverture des travaux. Le ministre avait affirmé que de février 2010 à janvier 2011, 3.639 morts et 53.045 blessés ont été recensés. Soit une baisse de 976 en termes de victimes et 11.103 de blessés par rapport à la période de février 2009 à janvier 2010.
Le ministre avait indiqué que de février à mai 2009, le nombre de personnes tuées dans les accidents de la route a atteint 1.322. Une baisse a été enregistrée pour la même période en 2010. Toutefois, a-t-il constaté, durant la même période en 2011, elle a atteint 1277 victimes, soit 277 de plus.
Le ministre explique cette hausse par une certaine retenue de la part des agents de l’ordre public suite aux émeutes de janvier et aux événements dans la région du Maghreb. Le ministre avait précisé qu’« après l’application de l’approche pédagogique en privilégiant la sensibilisation des conducteurs, on s’est rendu compte de la nécessité d’appliquer de manière rigoureuse des nouvelles dispositions ». Le ministre a affirmé que si la loi n’est pas appliquée, on perdra 1000 âmes cette année. Le représentant de la Direction générale de sûreté nationale a constaté que comparativement à 2010, une hausse de 25% des accidents a été enregistrée pour le premier trimestre de l’année en cours, avec 26% de blessés de plus et de 2% de morts. Dans le même ordre d’idées, il a affirmé que les accidents ont coûté 40 milliards de dinars en 2009 et pas moins de 32 milliards de dinars en 2010. Le même orateur a indiqué que depuis janvier dernier, il a été enregistré 13.540 contraventions, 4033 infractions et 8273 mises en fourrière.
De son côté, le représentant de la Gendarmerie nationale avait affirmé que les transports de voyageurs et de marchandises, qui ont causé 45% des décès survenus sur les routes, sont à l’origine de 3% des accidents et 32% des blessés. Il a relevé que depuis février dernier, le nombre d’accidents a connu une hausse de 35,37%, celui des morts 23,31%, et les blessés 36,98%. Sur un autre plan, il a noté le retrait, depuis janvier dernier, de 97.452 permis de conduire.
Le directeur du Centre national de prévention et de sécurité routière avait mis l’accent sur la formation, la sensibilisation et la répression pour limiter le nombre d’accidents de la route. Pour les Bel Abbesiens, du moins, les personnes avec qui on s’est entretenu, craignent le comportement des policiers, et des agents de l’ordre, et surtout la prolifération de la corruption (rachwa) et surtout ils nous on dit pourquoi pas il n’y a pas eu une consultation des citoyens sur cette loi ? car les députés n’ont même pas ouvert des permanences pour être a l’écoute des administrés, ils sont convoqué pour lever la main et applaudir tout ce que l’on leurs présente.

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=5687

Posté par le Juin 28 2011. inséré dans ACTUALITE, SBA VILLE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

5 Commentaires pour “Sidi Bel Abbes : Un grand scepticisme et craintes vis-à-vis de l’application de loi sur le permis à points”

  1. reponse

    ceux qui sont sensé parler au nom du peuple, en l’occurence les députés, sont les premiers à enfreindre la loi. Plus on se sent près de la « houkouma » et plus on se sent intouchable. D’autant plus que les flics de la circulation s’en tapent de ce qui peut se passer dans les ronds-points: ils préfèrent siroter un café-presse que de faire leur boulot. Les gosses de ces intouchables conduisent sans permis au vu et au su de tous. La « rachwa » et les passe-droit ont de beaux jours devant eux

  2. belabesien

    une loi repressive contre les chauffards est necessaire et non une loi qui ne s’applique qu’aux zghaba. tout le monde doit s’y soumettre y compris les plus hautes autorités de l’état. lorsque la justice recouvrera la fonction de la vue, notre pays ira mieux mais tout le monde sait bien que c’est une utopie. le gros poisson mangera le plus petit. le bateau « algerie » coulera mais pas ceux qui auront deja préparé leur retraite

  3. ottmani mohammed

    quand on éxèrce son droit avec la dernière rigueur, on risque de commettre une injustice.donc une loi préventive mieux qu’une loi répressive.

  4. benkada

    dites nous maitre ce que vous pensez vous fils de notre graba 50da de la graba a la la place 1nov c est normal aidez zrabas maitre et saluez les messieurs de ce journal

  5. Larbi D. ( Paris)

    Le grand problème de l’Algérie , c’est qu’on pense toujours : répression , éradication , nihilisme ,dialogue de sourds,… au lieu de faire comme les pays développés qui pensent toujours : prévention ,récupération ,éducation , deuxième chance , débat, écoute ,…

Répondre