La Voix De Sidi Bel Abbes

Sidi Bel Abbès : Un arrêt de travail du personnel de la santé pour éxiger un plus sécuritaire…


Pour revendiquer sa sécurité au moment de l’accomplissement de ses fonctions

Le personnel de la santé observe un arrêt de travail
Le personnel des établissements de santé publique de Sidi Bel Abbès ont observé dans la matinée de lundi, un arrêt de travail de deux heures, en signe de protestation contre l’insécurité et la violence dont ils font l’objet durant l’exercice de leur fonction.
Répondant à l’appel du syndicat algérien des paramédicaux qui avait rendu public un communiqué, à travers lequel il a sollicité le personnel médical et paramédical et les travailleurs du CHU Abdelkader Hassani et des établissements de la santé de wilaya, à se regrouper devant leurs établissements, afin de dénoncer toutes formes de violence et exiger le recrutement des éléments de sécurité au niveau des services des urgences et de chirurgie.  Cet appel intervient suite à l’incident qui s’était déroulé la semaine écoulée au niveau des UMC du CHU, où un groupe d’individus accompagnant un jeune qui a été électrocuté, avait saccagé la porte d’entrée du service et créé la terreur au sein du personnel, outre les autres mauvais comportements des délinquants qui entravent la fonction.  Le syndicat des paramédicaux ne veut que préserver la dignité du personnel médical et les protéger contre toutes agressions afin de leur permettre d’accomplir leur travail dans de bonnes conditions et dans la sécurité et aussi afin d’obliger les responsables du secteur de la santé à renforcer la sécurité au niveau des différents services de la santé publique.

images

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=56736

Posté par le Déc 2 2014. inséré dans ACTUALITE, CE QUE DIT LA PRESSE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez aller à la fin et répondre. Le Ping est actuellement interdit.

10 Commentaires pour “Sidi Bel Abbès : Un arrêt de travail du personnel de la santé pour éxiger un plus sécuritaire…”

  1. Un Bel Abbesien

    Un responsable local juste un gratte papier est entouré de planctons d’agents de sécurité à son service en bon nombre Mais au niveau d’une polyclinique ou centre de santé. C’est la vulnérabilité Ces travailleurs méritent plus de considération.

  2. Nory

    Une pause de deux heures est insuffisante pour toucher l’opinion publique sur ce problème qui reste in soluble depuis plusieurs années de violence

  3. chaibdraa tani djamel

    Regardez l’entrée de cet hopital construite par des connaisseurs dont on voit ces jours-ci des travaux de transformation catastrofiques

  4. Fethi

    A part cela il ya urgence dans la sécurité

  5. OUERRAD en squatteur

    La securite , c est le point noir national , il existe un nombre plethoriques d agents dit de securite et ceci au niveau de toutes les administrations . Mais leur role est mal defini , cet agent generalement appartenant a ces societes dites de securite , mais en fin de compte ne font que dans le gardiennage ?Ces societes , appartiennent aux amis retraites de l armee qui leur sucent le sang .Car ne recevant qu un tiers de leurs salaires ?L administration , doit etre qutoriser a recruter des agents de SECURITE au vrai sens du terme , bien remuneres , bien estimes , bien formes et a qui l administration demande des comptes ?Au niveau des hopitaux , des ecoles , des administrations sensibles renforcer ce dispositif par des AGENTS DE L ORDRE PUBLIQUE .
    Au des hopitaux , c est pour dissuader les bandes de voyous qui accompagnent souvent leur collegue blesse ou agresse .
    Au niveau des ecoles ces agents se chargeront de la circulation au sorties des classes pour faire traverser les ecoliers .
    SINON .LA SECURITE N EXISTE PAS A TOUS LES NIVEAUX ,,,,

  6. Mehdi

    Cette action du personnel paramédicale fait suite à une série d’actions que tous les corps de santé ne cessent de faire régulièrement à fin d’alerter les responsables de l’insécurité régnante dans tous les structures de santé spécialement les services des urgences et les polycliniques.. Devant l’indifférence des autorités concernées ,cet aspect prend une ampleur de plus en plus importante mettant les travailleurs de ce secteur dans un environnement d’insécurité permanent avec l’installation d’une véritable psychose surtout pendant gardes nocturnes …
    En fin il devient évident que la sonnette d’alarme est déclenché envers les autorités concernés car ce phénomène peut influer négativement sur la prise en charge médicale de nos malade…. à bon entendeur salut..MERCI

  7. Un Bel Abbesien

    Merci docteur pour cet avis précieux Vous qui êtes dedans ce grand secteur vital.

  8. Mohand

    c’est notre société qui devient violente, dans les stades, les écoles, les hôpitaux et les souks. Même au sein de la famille, la communication avec les enfants devient difficile, et dans un autre article on a parlé de violence à l’encontre des femmes. Donc il y a un problème d’éducation et de civisme, et surtout de respect d’autrui. A l’extrême , la répression s’impose.
    On a a tué un joueur camerounais, donc on va pas encore tuer un médecin algérien , ou cubain à Adrar , à El Bayadh ou ailleurs.

  9. Mohand

    Aujourd’hui, s’il apparaît évident que l’hôpital doit assurer dans son enceinte la sécurité des biens et des personnes, sa Direction doit aussi intervenir lorsque
    son personnel se trouve confronté à une vulnérabilité certaine (injures, menaces), ou s’est retrouvé confronté à une dangerosité exprimée (violences physiques ou matérielles), quel que soit l’auteur de ces actes.

  10. Mohand

    Dans ses hôpitaux français , Sur l’Ascom d81 PTI, l’alerte sur un risque peut être enclenchée de façon discrète ou bruyante, selon les circonstances.
    Quatre niveaux de violence à l’hôpital y sont reconnus:

    NIVEAU 1
    – Injures, insultes et provocations sans menaces (propos outrageants, à
    caractère discriminatoire ou sexuel), Consommation ou trafic de substances illicites (stupéfiants) ou prohibées en milieu hospitalier (alcool), chahuts, occupations des locaux, nuisances, salissures.
    NIVEAU 2
    – Menaces d’atteinte à l’intégrité physique ou aux biens de la personne, menaces de mort, Port d’armes (découverte d’armes lors d’un inventaire
    ou remise spontanée ou présence indésirable dans les locaux).
    NIVEAU 3
    – Violences volontaires (atteinte à l’intégrité physique, bousculades,
    crachats, coups), menaces avec arme par nature ou par destination (arme à feu, arme blanche, scalpel, rasoir, tout autre objet dangereux), agression sexuelle.
    NIVEAU 4
    -Violences avec arme par nature ou par destination (armes blanches, armes à feu, scalpels, rasoir, tout objet dangereux), viol et tout autre fait qualifié de crime (meurtre, violences volontaires entraînant mutilation ou infirmité permanente,…).

Répondre