La Voix De Sidi Bel Abbes

Sidi Bel Abbes : Ténira, garnison romaine et capitale fugitive de l’Emir AbdelKader.

Nous avons le plaisir de publier une nouvelle contribution de notre ami et frère monsieur El Hadj Abdelhamid qui a toujours été cet ami contributeur prolifique comme le sont nos autres amis le docteur Reffas Driss, le docteur Mourad Salim Houssine, le docteur Ould En Nebia Karim, Christian Vezon, en attendant que messieurs Smiley, Mémoria, Frère Ennemi, Veritas se joignent à nous pour le bien du journal, en nous livrant leurs contributions que nous aurons le plaisir de les partager avec nos milliers de lecteurs(ices). Au passage concernant l’Emir Abdelkader, nous souhaitons bien publier d’autres travaux d’un fin lettré de Sidi Bel Abbes, notre ami Mohamed Senni.

Par : Kadiri.M

Sidi Bel-Abbès a un  ancêtre romain, Ténira, la Vallée du jardin des Perdrix ( Kapput Tassacora ? ) dans sa banlieue géographique.

Nous avons retrouvé, il y a quelques jours, la trace des blocs de granite portant des inscriptions en latin mises à jour par des fouilles en 1938. Dés que les conditions pratiques le permettront, nous ferons partager aux lecteurs de la VDSBA des photos des vestiges.

Voilà pour Ténira la Romaine, la soumise. Plus proche, il y a Ténira la Résistante ; voici le récit d’un topographe français publié en 1865 : ‘’ A l’est de la Mekerra, s’étend la vallée de la Ténira….’’, ‘’ Nous y avons rencontré ( dans les montagnes de Ténira) un gisement de kaolin, (matière première de la porcelaine), de ‘’couleur ardoisée tirant sur le roux…’’

Lorsque les Français déjà maîtres de Mascara et Tlemcen s’établirent à Sidi Bel-Abbès en 1842, c’est sur ce point qu’Abd-el-Kader porta son camp’’, ‘’Il eut même l’idée de construire un moulin et des ateliers.’’

Ténira ( qui doit son nom à la rivière La Ténira ou Téniéra ) est située au pied d’une énorme montagne, sur le côté Nord de la vallée.

Voilà ce que dit encore ce ‘’ topographe ‘’ : ‘’ on eût mieux situé Ténira en l’installant de l’autre côté de la plaine là où les Romains avaient bâti à mi-côte de mamelons peu élevés, attendu qu’il exposé en plein aux ardeurs du midi….privé des brises de mer et de vents frais de l’Ouest par l’énorme montagne au pied de laquelle il est situé’’.

Pour notre part, de l’autre côté de la plaine à mi-côte de mamelon, là où est situé le Maleh Fougani, le douar ( aujourd’hui repeuplé ) bombardé par l’armée coloniale et déserté par ses habitants qui ont été cantonnés dans le ‘’ regroupement ‘’( le Maleh actuel ) autour de la ferme-caserne, nous avons retrouvé un gisement de …marbre ( origine granitique commune du marbre et du kaolin ? ) en exploration actuelle et bientôt en exploitation, tout près d’un ancien moulin.

Devinette. Que peut-il y avoir de commun entre Rome, la Légion Etrangère et Ténira l’Africaine ?

Réponse : un lion !

Le 1Juillet 1861, le 2ème Bataillon du 2ème Régiment de La Légion Etrangère quitta

Sidi Bel-Abbès pour Dhaya. Arrivée du détachement à Télagh le 2 Juillet où le fusilier Redon manque à l’appel ; les restes du légionnaire, lambeaux de vêtements ensanglantés et fragments d’os, crosse du fusil griffée…sont retrouvés à la sortie de Ténira. Un Espagnol et un militaire avaient vu un lion rôder dans les parages.

Voilà un lion de Ténira bien patriote qui ne doit pas descendre d’un lion des arènes du Colisée de Rome qui a sûrement désossé  bien de gladiateurs berbères algériens.

A suivre…

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=12407

Posté par le Avr 10 2012. inséré dans ACTUALITE, HISTOIRE, SBA PROFONDE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

40 Commentaires pour “Sidi Bel Abbes : Ténira, garnison romaine et capitale fugitive de l’Emir AbdelKader.”

  1. hadj dekar sd sba

    Mr docteur abdelhamid on vous tire ecore chapeau vous nous faites découvrir notre région et surtout ce lien avec l’Emir abdelkader

  2. madame mostefaoui

    Jevois le des informations qui devraient interrser les srtuctures cuture unversité musée merci monsieur

  3. Mémoria,

    Heureux de te retrouver Si Abdelhamid au « Café-théâtre » de la VDSBA qui a besoin de tous ses enfants éparpillés en Algérie et dans le monde.
    Heureux et surtout curieux de lire tes textes et ton style qui me rappelle « Don Camillo » de Giovanini Guareschi…joué de façon magistrale par Fernandel.
    Tu es resté un fils du terroir et aussi un archéologue de la mémoire collective et…locale.Ton texte parle symboliquement des rapports de force qui transformèrent le Bled et aussi de l’antagonisme des hommes en interaction avec la nature et aussi …d’autres hommes.Je sais que tu es capable de parler de la cohabitation (avec ses histoires ) qui a existé entre toutes les communautés durant la colonisation qui s’est terminée en « apothéose » par la guerre de libération.D’ailleurs ton livre sorti chez Edilivre et Aparis (France) et intitulé « Dar Schlomo,un été 62 » reste un révélateur de ce que l’histoire officielle a négligé de part et d’autre des deux rives…Je ne te fais pas de publicité car je te sais trop modeste…Je suis certain que tu as terminé ton deuxième bouquin!
    Je me rappelle que tu m’avais parlé (Pêcherie) à une certaine époque de l’histoire d’un officier de la légion étrangère d’origine ukrainienne et qui avait concocté un cessez-le-feu « clandestin » entre ses légionnaires et le FLN local bien avant le 19 mars 1962 ! Est-ce une réalité ou de la mythologie ?
    Quant à la Rédaction qui m’a attitré,en me faisant cet honneur, du diplôme de Docteur que je ne suis pas réellement,je signale tout en le remerciant à notre frère Kadiri que je suis psychologue-clinicien de formation…entre autres !
    Bonne Journée !

    • elhadj abdelhamid

      Mémoria
      Ben Bella, un nom qui claque comme un fouet dans l’Histoire pour secouer les consciences ingrates.
      Mon ami, te souviens-tu cet été 82.
      On voulait être de tous les combats; on voulait partir à Beyrouth pour rejoindre les Palestiniens assiégés? toi, tu t’es retrouvé dans une caserne syrienne où on t’avait expliqué qu’au Liban, avec les Palestiniens ou les Libanais, il fallait passer par les Syriens alors tu as rebroussé chemin; on s’est retrouvés à Genève, à la Gare Cornavin; il était 14 heures ; à l’aéroport, c’est à moi qu’on avait retenu le passeport, avec mes cheveux bouclés et ma moustache pure ALN-FLN, on m’avait pris ( comme tu as rigolé ce jour-là derrière la vitre) pour un terroriste palestinien, c’est ce que tu me disais.
      On avait pris le dernier avion pour Paris. 9h30.
      Le soir, alors qu’on était au lit, Europe 1 annonce un attentat , quelques heures après notre passage, à la Gare Cornavin.
      Je t’ai réveillé en sursaut et je t’avais dit : Nous sommes foutus
      Heureusement qu’un groupe arménien, Asala, avait revendiqué l’attentat
      A Paris, on voulait approcher Ben Bella; on avait réussi, grâce au journal El Badil de Ben Bella, de rencontrer un  » contact », à la Mutualité, je crois; Mais, cette fois aussi, comme dans la chanson de Brassens, pas de veine! A la Une du Figaro, le lendemain, on lisait :des proches de Ben Bella , l’ancien patron du FLN, impliqués dans une tentative d’attaque de banque( tiens, tiens, Oran 1949 ) et Ben Bella est renvoyé par Mitterrand ( sous l’ère Chadli ) en Suisse.
      Mon ami Mémoria, je n’oublierai jamais ce slogan sur Ben Bella que j’écrivais sur le tableau de l’amphi: Ahmed, où es-tu ? que peu comprenait.

  4. attou sba

    beau texte monsieur nous avons besoin de nos enfants du bled

  5. benhaddou boubakar

    tenira est un site ou j’ai passè mes premieres annees de l’enseignement 1981 1984. de beaux souvenaires dans ses plaines forestieres;je remerccie dr abdelhamid pour ce texte memorial

  6. hamidi

    du nouveau sur l’histoire et les traces de l’emir et a sidibelabbes on atted la siute.

  7. Lectrice

    hamidi vous etes une femme moi j’ai connu une certaine hamidi a ibn zaidoun ??

  8. hamidi s

    oui mais cela fait 25ans ou plus

  9. lectrice

    c bien mais une question tes amies fihoum salal ,fatima,et d’autre

  10. lectrice

    c pour vous madam hamidi cette question j’ai hate de savoires que tes amies fihoum ismahan S et fatima Z et d’autres

  11. gherbi sba

    un travail supllémentaire sur belabbes

  12. Tayeb H de sba

    Un ami de Maghnia vient de me confirmer le décès aujourd’hui de Ben Bella . Un autre Historique qui s’en va sans révéler les dessous qui ont jalonné l’histoire du pays . » Allah yerhmah »

    • Christian Vezon

      ALGER (Reuters) – Ahmed Ben Bella, premier président de l’Algérie indépendante (1962-1965), est décédé mercredi à son domicile familial d’Alger, a confirmé mercredi l’agence de presse officielle APS.
      Il était âgé de 95 ans.
      D’après l’APS, qui cite des proches de la victime, il avait admis il y a plus d’un mois à deux reprises dans un hôpital militaire à la suite d’un malaise
      Ben Bella, qui fit partie des chefs historiques du FLN qui mena le pays à l’indépendance en 1962, avait été renversé le 19 juin 1965 par un coup d’Etat militaire conduit par Houari Boumédiène.

      Christian Lowe, Jean-Loup Fiévet pour le service français

      • elhadj abdelhamid

        Tout le monde, à la VSBA, s’est réjoui du retour de Christian Vezon, en attendant celui d’autres  » boudeurs ».
        Un petit commentaire sur Ben Bella m’a quand même un chagriné: Ben Bella n’était qu’un adjudant de l’armée française!
        Il n’était jamais facile, pour un Algérien, même à la bravoure légendaire, de gagner des galons.
        Ferhat Abbès,même avec ses études supérieures et son diplôme qui n’étaient pas à la portée de beaucoup d’officiers français, a eu le grade…d’adjudant. Cà, c’était l’apartheid militaire de la France.
        Le passé des grands du monde n’est jamais simple, plutôt imparfait et souvent composé.
        Le pape Benoit XVI, qui s’est offusqué, à Ratisbonne, de la  » violence du glaive  » pour la propagation de la foi de  » Mahomet », était,à la force de l’âge, un Jeune Hitlérien et soldat du nazisme qui prêchait, à l’instar du moine Raoul, le massacre des Juifs.
         » Tuez- les tous, Dieu reconnaîtra les siens » .
        De Gaulle a décoré Ben Bella à Monte Cassino. Lors de la Grande Guerre, l’officier de Gaulle s’était enfui avec son tank devant les Allemands qui l’ont fait prisonnier. Lors d’une cérémonie , les Allemands avaient invité les officiers prisonniers mais seuls ceux qui se sont battus ont eu droit à leurs insignes( grade, épée..) et l’officier de Gaulle y avait assisté en simple soldat de deuxième classe.
        Ainsi, le poltron de la Grande Guerre avait décoré le héros de La Seconde.
        Dire qu’à Colombey-Les-Deux-Eglises, comme au marabout de Sidi Biçinti de Sidi Bel-Abbès, les femmes qui attendent désespérément d’avoir un enfant viennent s’accroupir sur la tombe du  » Général ».

        • arbi zazou sl sba

          si Abdelhamid mr Christian Vezon est un ami du journal depuis sa création

        • Christian Vezon

          Salam Elhadj Abdelamid, je n’ai porté aucun jugement de valeur sur le grade d’adjudant de Ben Bella.Mon père était militaire de carrière,de 1930 à 1964.Héros de guerre,bardé de décorations et il finit Adjudant-chef,donc pas mieux considéré par l’Armée Française.J’ai connu un Maïzza ,sergent de l’Armée Française,Légion d’Honneur au feu,en Indochine,d’une intelligence rare ,et il n’était que sergent.Chez nous le courage n’est pas récompensé et j’en sais quelque chose.Je n’ai fait que retranscrire un article du magazine « LE POINT »,donc je ne suis pas le rédacteur premier,j’ai connu la Pharmacie Ferhat Abbas,elle était juste à coté de mon lycée de Sétif.Ferhat Abbas était quelqu’un de grande culture et il y avait beaucoup d’algériens de cette époque qui l’étaient.
          AMitiés

          • Mr ouhibi reda sba

            On ne s’arrete pas de savoir en vous lisant messieurs Elhadj A et C vezon;Memoria et tous ceux qui nous fournissent des nouveaux éléments qui levent le voile sur beaucoupde non dits

          • elhadj abdelhamid

            Salam, Christian Vezon,
            Arbi zazou tient à me rappeler que vous êtes un ami du journal depuis sa création; je n’en ai jamais douté et nous resterons toujours les amis de Christian Vezon.
            En lisant votre commentaire du Point, j’ai pu penser que vous pouviez être solidaire des propos du journal qui, il m’a semblé, comportaient une touche péjorative ( Ben Bella n’était qu’un adjudant) surtout rapportés le jour de sa mort.
            Je m’excuse de cette lecture  » chatouilleuse ».
            L’histoire de votre père et celle du sergent Maïzza, héros de guerre, me rappelle celle du caporal Steïner du film  » Croix de fer  » avec James Coburn.
            Le caporal Steïner, héros du film, fut d’une bravoure jamais égalée par les nombreux officiers de son entourage.
            Amitiés.

            • Mémoria,

              Si Abdelhamid,

              Et justement le caporal Steiner ce héros de la Wehrmacht (et non des SS) avait comme mot de passe;
              D E MA R C A T I O N …..il fût trahi lui et son unité et il s’en sorti quand même …sous le feu ami ?!?!
              Tout un programme !

            • Christian Vezon

              Salam Elhadj,mon père fût un héros aux multiples batailles blessé gravement de nombreuses fois,aux nombreux ennemis (il s’est même battu contre les anglais en Syrie,et il en a décimé de nombreux lors d’une contre offensive dans le désert lorsqu’il leur a repris une oasis stratégique) et dès 1946 il a demandé son affectation dans une unité non combattante,une unité vétérinaire le 32 eme Groupe Vétérinaire à El Eulma,il en avait assez des batailles.Malgré tout il a toujours eu son accés au grade d’officier barré par ses chefs,il étit une tête brulée,un peu comme moi.Le Sergent Maïzza (Chevalier de la Légion d’Honneur au feu) était un grand combattant,grand ami d emon père,il m’a pris souvent dans ses bras et je me souviens d’un homme grand et fort,avec une grande moustache et un rire généreux.Il est mort pour l’indépendance de l’Algérie,en Chouhada,il avait rejoint le FLN.Mon père a pleuré sa mort ,il en parlait souvent et a été marqué jusqu’à la fin de sa vie (à 92 ans) ,surtout qu’il avait eu l’occasion de lui aprler avant sa mort et que Maïzza lui avait dit ne rien regretter de ses choix.
              Mais je vois que les films de guerre et les westerns que nous regardions au Palmarium le dimanche après midi continuent d’avoir du succès.Je vous avoue que quand il y a une retransmission à la télé des vieux « cow boys » de l’époque je regarde,comme j’ai regardé une série de films arabes avec Samia Gamal en me souvenant mes 10 ans avec émotion..
              Amitiés à tous,ces souvenirs m’ont donné le cafard,je ne vais pas tarder à décrocher

            • Christian Vezon

              Salam Elhadj,mon père fût un héros aux multiples batailles blessé gravement de nombreuses fois,aux nombreux ennemis (il s’est même battu contre les anglais en Syrie,et il en a décimé de nombreux lors d’une contre offensive dans le désert lorsqu’il leur a repris une oasis stratégique) et dès 1946 il a demandé son affectation dans une unité non combattante,une unité vétérinaire le 32 eme Groupe Vétérinaire à El Eulma,il en avait assez des batailles.Malgré tout il a toujours eu son accés au grade d’officier barré par ses chefs,il étit une tête brulée,un peu comme moi.Le Sergent Maïzza (Chevalier de la Légion d’Honneur au feu) était un grand combattant,grand ami d emon père,il m’a pris souvent dans ses bras et je me souviens d’un homme grand et fort,avec une grande moustache et un rire généreux.Il est mort pour l’indépendance de l’Algérie,en Chouhada,il avait rejoint le FLN.Mon père a pleuré sa mort ,il en parlait souvent et a été marqué jusqu’à la fin de sa vie (à 92 ans) ,surtout qu’il avait eu l’occasion de lui aprler avant sa mort et que Maïzza lui avait dit ne rien regretter de ses choix.
              Mais je vois que les films de guerre et les westerns que nous regardions au Palmarium le dimanche après midi continuent d’avoir du succès.Je vous avoue que quand il y a une retransmission à la télé des vieux « cow boys » de l’époque je regarde,comme j’ai regardé une série de films arabes avec Samia Gamal en me souvenant mes 10 ans avec émotion..
              Amitiés à tous,ces souvenirs m’ont donné le cafard,je ne vais pas tarder à décrocher

            • Christian Vezon

              Si Abdelhamid j’ai rajouté un commentaire sur votre réponse.

            • Christian Vezon

              Elhadj Abdehamid avez vous lu la réponse que je vous ai faite sur votre évocation du Caporal Steiner??

        • ghosne el bane

          bjr el hadj abdelhamid concernant le grade de ben bella c’etait un engagé.Concernant Mr ferhat Abbas malgré ses études supérieures il se faisait son service militaire (appelé).

  13. Msirdi

    Oui BENBELLA est mort.

  14. Le Nouvel Observateur

    Sauf votre respect, moi je pensais que la Tassacura (la colombe en berbère) était l’oued Sig, autrement dit l’oued Mekerra dans son cours supérieur, et que Kaputassacurra était plutôt sitiée du côté de Sidi Khaled ou bien pourquoi pas sur le site de Sidi Bel Abbès.
    Tenira est aussi un nom berbère de même que presque toute la toponymie de la région densément peuplée à l’époque romaine.
    Mais j’avous que j’estime les gens comme vous qui s’enquièrent de l’histoire de notre région et je souhaite avoir tord pour que vous m’en convainquiez à force d’arguments.

    • elhadj abdelhamid

      Mon ami l’Observateur
      Je ne suis pas plus convaincu que vous; aussi ai-je pris soin de mettre un point d’interrogation; à l’origine, l’hypothèse  »historique » est de mon ami le Dr Reffas Driss, qui est le meilleur  » fouilleur » des vestiges de notre région, à mon humble avis.

      • D.Reffas

        Bonjour Si El Hadj Abdelhamid.
        Tasaccora était une cité romaine (Sig actuellement). Concernant Kapputtasaccora, Gsell l’identifie par rapport à Tenira dont le nom est bien connu avant Chanzy et cité en abrégé Tect… En consultant le  » Catalogue Raisonné » des objets archéologiques du musée de la ville d’Oran édité par le commandant DEMAEGHT ancien conservateur du mussée, dont la deuxième édition est revue par M.F.DOUMERGUE conservateur on lit à la page 92: »Les ruines de Tect…sont situées à 2km environ à l’Est du centre européen de Ténira, à 25 km au S.E de Sidi Bel Abbès, sur la rive droite de l’Oued de Tenira, dans un terrain appartenant à M.Brun.Elles ont été découvertes vers 1890, sous une couche épaisse d’alluvions , mais elles n’ont été identifiées que le 14 avril 1894, à la suite de la découverte de deux bornes milliaires. Les fouilles pratiquées par M.Brun ( mon ami Abdelhamid doit nous renseigner sur ce nom à Tenira) ont mis au jour les pieds droits d’une porte de la citadelle et un aqueduc voûté…..En outre il faut admettre, avec M.M Gsell et Albertini qu’une erreur de numérotage de certaines bornes a été commise.Les distances de XIX et XX milles, portées sur les milliaires N° 140 et 142, sont en effet inférieures aux distances réelles qu’il y a entre Chanzy et les points où on les a trouvés placés. Quoi qu’il en soit, il vaut mieux supposer une erreur du lapicide, dont il y a d’autres exemples, que de renoncer pour cela à l’identification de KAPPUTTASACCORA à Chanzy. »
        Ce qui est sûr, le poste de surveillance Romain et gardait par des légionnaires Parthes (ramenés de Mésopotamie) qui se trouvait sur le lime était situé entre le trajet Tenira- Chanzy , peut être plus près de Chanzy dans un découpage administratif colonial. Je pense avoir répondu à mon Hadj Abdelhamid en lui demandant de prendre soin du lion.

        • D.reffas

          Lire: Citée-gardée. ‘commentaire sur Ténira…)

        • elhadj abdelhamid

          Mon cher ami Driss,
          Merci pour les précisions historiques scientifiques. Les deux bornes miliaires sont actuellement abandonnées dans une ferme; nous avons entrepris des démarches pour les prendre en charge et les faire découvrir au public et surtout les lecteurs de VSBA.
          Lorsque les Romains ont du gagner la Vallée du Jardin des Perdrix, peut-être à partir de la cité romaine Tasaccora ( Sig) , Ténira ( le village européen), pas plus que Chanzy, n’existait pas.

          Tect… ( les ruines d’un poste ? ) est situé à 2 km à l’est du village . Gsell l’identifie par rapport à Ténira, certainement non en rapport au village mais à la vallée de la rivière Ténira, vallée qui s’étend à l’est de la mekerra, par un défilé étroit jusqu’à…Chanzy: voilà peut-être la source de l’amalgame.
          Mekerra qui se jette…à Sig ( Tasaccora)
          Si les Français n’ont pas voulu renoncer à l’identification de Kapputtasaccora à Chanzy pour des raisons techniques( facilitation de topographie militaire) moi je préfère m’en tenir à ton hypothèse  » historique », Kapputtasaccora = Ténira !

          Pour les Lions d’Afrique , je crois que le Continent a perdu aujourd’hui l’un de ses derniers, Ben Bella.
          Alors, longue vie au Dernier des Lions Africains, Mandéla!

  15. Mémoria,

    Fayçal Métaoui ,journaliste à El Watan, »conservateur » culturel des Béni-Mezghena et correspondant de MEDI 1 y va d’une intervention ce matin sur le site tangerois(07h 30 locale) en parlant de la mort de Ben Bella le premier président de l’Algérie indépendante.Métaoui parle très vite du pourquoi et des conditions « obscures » de la déposition du premier élu du système politique FLN en 1963…par un coup de force de l’armée des frontières assimilé par beaucoup d’observateurs de l’époque à une trahison d’un frère d’armes pour la seule ambition du koursi.Il n’y a aucune opacité à formuler ce que les spécialistes ont pérennisé.Ben Bella était un historique du FLN, Boumediène fût un militaire certes efficace et honnête mais aveuglé par son ambition morbide du pouvoir absolu;il ne pouvait supporter l’aura d’un grand homme qu’aimaient les leaders de l’époque :Tito,Castro,Indira Ghandi,JF Kennedy,N’Krumah,Chou En Laï,Nasser et j’en oublie…Hassan II l’aimait et le craignait à la fois parce que l’Algérien qu’était Si Ahmed Allah Yarahmah ne lui céda ni Tindouf,ni Béni Ounif…grâce à l’aide des troupes de Mohand Ou Elhadj aussi…et des cubains !
    Vouloir tenter de réhabiliter la mémoire de certains au détriment d’autres réclame la compétence des historiens et des témoins d’époque.
    Il serait peut plus judicieux pour F.M. de fouiner ou interroger les témoins vivants de la ZAA et le gouvernement provisoire du Rocher Noir pour médiatiser que Boumediène fût incarcéré par ceux qui tenaient Alger à cette époque,puis libérer par Ben Bella…Triste retour de manivelle pour celui qui sera le Masque de Fer de la Révolution Algérienne que même les interventions informelles des leaders du Tiers Monde n’arriveront à libérer des peur et « culpabilité » de Boukharrouba !
    Le peuple de Annaba n’a pas oublié aussi celui qu’ils adulèrent …

  16. Mr ouhibi reda sba

    Merci mlesieurs pour ces données utiles

  17. Karim 22

    croyez le ou pas, déjà les romains, donnèrent un nom à Sidi Bel Abbes, c’été ASTASILYS, car les premières légions romaines passèrent à travers la vallée de Mekkera au environs de 30 A.V jésus-christ !!!

Répondre