La Voix De Sidi Bel Abbes

Sidi bel-abbes-Oujda : La contrebande de l’huile de table fait aussi jaser

A sidi bel abbes et dans sa vaste région les effets de la contrebande en genéral sont souvent au menu des discussions si ce n’est pas la droque c’est le gasoil et c’est aussi   le theme les marsiens qui ressugit encette phase préelectorale , un terme usuté pour nommer les milieux politiques opportunistes débarqués des l’ éte 1962 pour prendre plusieurs rouages de l’etat et du glorieux FLN en otage il n ‘ya pas que cela dans cet inventaire du gachis; il ya aussi ces jours ci;  la contre bande alimentaire qui touche l’huile E n effet selon notre source .Les industriels estiment le volume d’huile de table algérienne de contrebande introduite via les frontières entre 500 et 1000 t par mois. La contrebande des produits alimentaires subventionnés par l’Etat fait encore parler d’elle. Le préjudice financier occasionné par ce phénomène menace sérieusement l’économie nationale, mais aussi celles des pays voisins du Maghreb. Au Maroc, les raffineurs d’huile de table, touchés de plein fouet par les produits algériens introduits frauduleusement, crient à la catastrophe. Intervenant sur les colonnes du quotidien économique marocain L’Economiste, Samir Oudghiri Drissi, président de l’Association des raffineurs du Maroc et directeur général de Lesieur Cristal, affirme que les quantités d’huile algérienne, qui passent à travers les mailles des frontières, atteignent jusqu’à 1000 tonnes par mois. Selon le même responsable, ce volume représente «5% de la consommation nationale au Maroc et 60% de la région est du pays». Et de préciser qu’aujourd’hui, 80% des huiles vendues dans cette région sont de marque algérienne. Bien entendu, l’écart des prix en est la principale cause. «A Oujda, par exemple, explique le journal, la bouteille d’huile de table algérienne de 5 litres coûte 55 dirhams, alors que la marocaine est vendue entre 78 et 83 dirhams, selon la marque. Il faut préciser que ce fléau, bien ancré dans les pratiques des réseaux des trafiquants depuis bien longtemps, a ciblé l’huile alimentaire algérienne depuis mars 2011, date à laquelle le gouvernement a décidé de plafonner son prix à la consommation et les marges plafond à la production, à l’importation et à la distribution, au stade de gros et de détail. Globalement, la subvention des produits de première nécessité coûte annuellement à l’Etat 300 milliards de dinars. Conclut la même source


URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=12238

Posté par le Mar 31 2012. inséré dans ACTUALITE, SBA PROFONDE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

29 Commentaires pour “Sidi bel-abbes-Oujda : La contrebande de l’huile de table fait aussi jaser”

  1. abassia

    Les importations de l’Algérie sur les marchés à Oujda

    70% de l’économie du Maroc Oriental dépend de la contrebande
    Les importations de l’Algérie sur les marchés à Oujda

    Commerce illicite veut dire «produits algériens écoulés dans cette région est du royaume». Et pour obtenir un indice sur l’ampleur de «l’importation» par les chemins détournés de la marchandise «made in Algeria», un tour au «souk el fellah» du boulevard Allal El Fassi, à Oujda, s’impose. Sur les lieux, tout respire algérien, à commencer par la musique raï stridente qui vous accueille. D’emblée, on est effarés par la présence du lait de vache et de la galette de Maghnia, des limonades l’Exquise et Hamoud Boualem, des yaourt et fromages portant toujours le prix en dinars, de l’eau minérale Mansourah… «Le souk porte bien son nom, n’est-ce pas ?» lance notre ami Abderrahmane, sarcastique.

    La semoule, la farine (taxées à 90% au Maroc contre seulement 5% en Algérie) l’huile de table, les œufs, les ustensiles, l’électroménager et l’électronique provenant d’Algérie — des produits pour la plupart subventionnés par l’Etat algérien — sont fortement prisés, essentiellement pour leur prix. «Normal, la ménagère opte pour le moins cher», explique notre interlocuteur, nullement impressionné par notre air médusé. «Vous savez, il y a une sorte de Bourse entre les différents partenaires des deux côtés de la barrière.

    Actuellement, 1000 DA algériens sont échangés contre 75 dirhams marocains. Vous comprenez donc qu’une bouteille d’eau minérale de Mansourah d’un litre et demi, achetée 25 DA à Maghnia, Bab El Assa ou Souani (il énumère les villes et villages algériens avec une aisance déconcertante) revient à peine 1 dirham au citoyen marocain, alors que son équivalent marocain de même contenance coûte 6 dirhams. Cela explique donc tout cet intérêt pour le produit algérien…»

    Les médicaments importés par le ministère algérien de la Santé sont également proposés. De véritables pharmacies à ciel ouvert. Saïdal y est présente, aussi. D’où la colère des officines officielles qui crient au manque à gagner, en expliquant leur inquiétude par «le danger pour la santé de la population engendré par ces médicaments suspects». Pourtant, ajoute Abderrahim, au fait de tout ce micmac, «un patient opte plus facilement pour la boîte de 30 comprimés d’Azantac (anti-ulcéreux) algérien à 110 dirhams plutôt que pour son équivalent vendu dans les pharmacies : une boîte de 20 comprimés à 190 dirhams».
    «Le gasoil algérien, selon un pompiste sur la route de Nador, a provoqué la fermeture d’une vingtaine de stations-service dans cette région. Actuellement, on n’en compte que six, et encore, elles ne font que dans les services, comme le lavage-vidange et très peu dans la vente de carburant, dont seules les institutions publiques sont clientes.»

    Ce trafic est tellement vital pour le Maroc que la crise du carburant qui a touché la wilaya de Tlemcen, ces dernières semaines, a alerté les autorités du royaume, si bien que l’Observatoire de la contrebande de la Chambre de commerce d’Oujda a appelé les autorités marocaines à prendre les mesures qui s’imposent afin de prévenir la paralysie de toute la région est du Maroc. Le rapport de cet Observatoire a tiré la sonnette d’alarme : «Les flux de carburant vendus en contrebande peuvent être coupés à tout moment. Ainsi, l’alimentation d’un stock stratégique de carburant national au niveau de l’Oriental s’avère nécessaire.»

    Et de souligner, en outre, que «depuis la faillite des stations-service de la région, la majorité des voitures et engins agricoles évoluant dans les villes du Maroc oriental (Oujda, Taourirt, Berkane, Saïdia…) dépendent du carburant algérien dont le prix a connu une hausse de 100%».Voilà un aveu des autorités marocaines sur les «retombées d’un phénomène illégal dont bénéficie le Maroc et dont le préjudice, pour la partie algérienne, serait évalué à des centaines de milliards de dinars (sic) un phénomène contre lequel les Algériens luttent depuis de nombreuses années».

    Pour rappel, les éléments de la Gendarmerie nationale de Tlemcen ont saisi, en moins d’une année, plus d’un million de litres de carburant. Quant à la quantité qui est passée entre les mailles du filet, on l’estime à plus de dix fois celle saisie. Pour avoir une idée des «bienfaits» pour nos voisins de cette contrebande, fions-nous à la Chambre de commerce, d’industrie et de services de Oujda qui, dans un récent rapport, a indiqué que «70% de l’économie de la région orientale dépend de la contrebande. Nous estimons le chiffre d’affaires moyen de cette activité à 6 milliards de dirhams par an (…). Le secteur informel emploie plus de 10 000 personnes et couvre l’essentiel des besoins de consommation de l’Oriental». Et Abderrahmane de conclure, toujours sur un ton sarcastique : «Montre-moi le dinar et je te ramène ce que tu veux de Dzaïr !» A méditer…

  2. abassia

    Le marché d’Oujda ou le « made in Algéria » !!!

  3. Demarcation 2

    On attend les lumières de CH sur la question!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    • Mme CH

      Demarcation 2 Salam!!!!! Personne ne pourra faire la lumière sur cette question, sauf peut être les personnes qui détiennent le pouvoir, l’argent et les ficelles de ce trafic. Vous devriez savoir que les petits Hallabas, les petits Besnassas ou les petits vendeurs ne sont que les arbustes qui cachent toute une forêt, ah! pardon, toute une jungle. Et ce phénomène n’est pas typiquement Algérien, car il existe dans toutes les villes transfrontalières du monde. Les connivences sont à tous les niveaux ainsi que la corruption, et les gros bonnets vous savez où ils se cachent, mais hélas, pour mourir en fin de compte.
      mais il faut dire que le pouvoir ferme l’oeil sur bien des choses pour acheter la paix sociale, mais je pense que c’est une politique dangereuse à moyen et à long terme. Alors il faut couper avec les pratiques du passé et donner au peuple quelques signaux de bonne volonté de changement, sinon personne ne pourra dire où le train va se garer.
      D’ailleurs le choix des listes nominatives de tous les partis pour les élections législatives ont été encore une fois une erreur colossale et monumentale, commise par les gens qui tirent les ficelles, et ils ne doivent blâmer que leurs conseillers après les résultats du scrutin du 10 Mai.
      Voilà Demarcation, je ne sais pas si je vous ai un peu éclairer, mais je sais que tout ce que j’ai dit vous le saviez déjà!!!!!!
      Salutations distinguées!!!!!

  4. hami sba

    sujet trés précccupantqui touche notre économie nationale mais le gouvernement Algérien est a 90pour cents marocain maalich

  5. senhadji TLEMCEN

    je vous encourage comme tj a aller de l’avant gens de la voix avec ces sujets

  6. Terkmani t GAMBETTA SIDIBELABBES

    messieurs il n ya pas de réelle volonté poltique pour arreter ce phénomene de la contrebande qui range le pays Nos frontiéres sont des passoires et une complicité existe entre les marocains et les passeurs et les officiels du pays le savent La frontirte est du bidon du khorti .

  7. benali

    franchement les sujets de la voix de sba sont bien recherchés et la contrebande est une institution en ALGERIE

  8. kaddous cv sba

    une sérieuse problématique pour notre pays cela dure sans solutions

  9. ammou sba

    ils ont ou raflé les produits subventionnés par létat le mazout le gazoil l »essence les produits cosmétiques pharmacetiques ils nous donnent du kif et on est spectateur

  10. Démarcation 2

    Merci Madame

  11. Mcid

    les marocains, c de la m…e.

  12. Mme CH

    Ita9i Allah, ya Mr Mcidi!!!!!!

  13. merabbi

    Bonjour madame CH,messieurs les lecteurs et mesdames les lectrices .
    UNe question trés simple et facile.
    Pourquoi rejetter la faute sur l’ autre ? n’est-ce pas l’acheteur qu’il faudrait accuser ?
    une personne pou ne pas dire une population qui dit à un dealer «allah yessoutrak» et ne le dénonce pas , alors … vous devinez les conséquences.
    Que chaque citoyen fasse sa part en éduquant sa progéniture et en dénoncant les dealers et il y aura du changement.« Inna allaha la youghairou bi kaoumin ma youghayirou ma bi anfoucihim »
    Encore une fois ya «el ababsa» soyez citoyens et faites comme les tlemcenniens ou les nedromis qui veillent à la quiétude de leur ville .( faites comme les kabyles ) creez des comités de quartiers et à leur tête mettez des personnes capables de rassembler la population pour assurer la quiétude et la paix . entraidez- vous ,les voyous ,voleurs, dealers profitent de votre anarchie et de votre passivité,
    aucune arrière pensée mes frères et soeurs

  14. Mme CH

    Mr merabbi Salam!!!! Bon puisque vous vous êtes directement adressé à moi, je vous dirai que vous avez entièrement raison sur toute la ligne.
    Sauf que les choses ne sont pas aussi simples que vous croyez. le mal est tellement profond et varié qu’une seule opération chirurgicale ne pourrait suffire pour éradiquer la gangrène, Allah yaltaf bina inchaalah! C’est un travail de longue haleine qu’il faudrait entreprendre, avec l’entraide de toutes les bonnes âmes.
    C’est vrai que nous sommes passive, car chacun a peur de l’autre et personne ne fait confiance à personne. On manque d’éducation, de civisme, d’amour pour notre patrie, d’amour pour notre prochain, car nos valeurs et nos moeurs ont été tellement affectées par ce projet de société étranger à notre culture, à nos traditions et à notre religion, au nom de la mondialisation et de la modernité. Pourquoi croyez-vous qu’il y a quelques années seulement, un jeune se levait pour laisser sa place pour un vieux ou une dame dans le bus, ou faisait traverser un vieux ou une vielle dans la rue; pourquoi on partageait tout avec les voisins et on faisait confiance aux amis(es). Pourquoi il n’y avait pas de centre pour les vieux (nos pères et nos mères), pour les femmes célibataires, pour les orphelins, les femmes battues. Pourquoi on ne trouvait pas de nourrissons dans les poubelles ou dans les cages d’escalier. Pourquoi les gens étaient toujours souriants et chaleureux même s’ils étaient pauvres. pourquoi on respectait nos profs et on changeait de trottoir quand on les apercevait de loin. pourquoi on respectait nos parents, nos grands frères, nos oncles et nos tantes. pourquoi nos villes et nos places publiques étaient belles et propres. pourquoi on ne jetait pas les ordures des fenêtres. pourquoi il y avait beaucoup moins de divorces, de viol, d’agressions, de vol, de crime. pourquoi les femmes portaient le Hayek ou la Djalaba et étaient bien respectées. pourquoi les gens intervenaient lorsqu’il y avait une agression ou une bagarre. pourquoi…..pourquoi…….et pourquoi???? La solution se trouve dans la réponse!!!!!
    Vous me parlez de quiétude et de paix à Tlemcen, Nedroma et en Kabylie, je vous assure Mr que ce n’est plus le cas comme avant, peut être à Nedroma un peu plus, car c’est une petite ville et les gens se connaissent ou dans les villages sur les montagnes de Kaylie, sinon pour les chefs lieux des Wilayas, vous pouvez dire bye bye à tout ça. Il reste que le degré diffère d’une ville à une autre. Mais les systèmes politico-socio-économiques adoptés par le pouvoir Algérien depuis l’indépendance jusqu’à ce jour est le seul responsable de cette situation catastrophique, en plus de l’ingérence et de la connivence des traîtres Algériens avec soit , la France l’URSS et les USA. ils ont tout fait pour que l’Algérie reste un sleeping Partner de 1er choix et désintégrer la société Algérienne qui n’a pas encore bien compris quels sont les grands enjeux de la mondialisation et du néo-colonialisme. On est devenu un 9awm Toubbe3 sans foi, ni loi, ni identité, « Wal Madbouha T3ayeb 3la El Masloukha Wal Mgat3a Chab3et Dahk », et on tourne dans un cercle infernal. On paye les frais de la modernité et du développement technologique, alors les gens parlent plus de robots et d’automates que d’êtres humains, de l’argent que des sentiments, de matérialisme que d’humanité, les valeurs et les sentiments ont été relégués à la dernière place du classement.
    Ceci dit, je ne peux que vous féliciter pour votre approche que je trouve très intéressante et qui mérite toute l’attention de la part des lecteurs de la VDSBA.
    Bravo Mr pour votre sens de citoyenneté et pour votre amour pour votre ville et votre pays. Je sens combien vous devez souffrir en voyant et en entendant tout ce qui se passe à SBA et ailleurs.
    Allah yahdina jami3an wa Akthirou mina Dou3aâ
    Sincères amitiés!!!!!

  15. Marie-Ange

    Madame CH;
    (bonjour aux Bélabésiens)
    Je reprends votre texte qui retrace l’exactitude des faits, aussi bien en France.
    « mais il faut dire que le pouvoir ferme l’oeil sur bien des choses pour acheter la paix sociale, mais je pense que c’est une politique dangereuse à moyen et à long terme. Alors il faut couper avec les pratiques du passé et donner au peuple quelques signaux de bonne volonté de changement, sinon personne ne pourra dire où le train va se garer. »
    Nous n’avons plus qu’un mois à attendre pour obtenir un « nouveau Président » mais je ne me fais pas d’illusion, il y aura beaucoup de travail, et lorsque l’on aime son Pays, alors il faut comme disait « Merrabi » éduquer nos enfants, l’argent facile détruit tout où il passe.
    sincères salutations

  16. per MEKKI B VDSBA

    Personnelement en tant que membre du journal;je me réjouis du retour je veux dire la pose de commentaires de Mme Marie Ange qui durant l’été passé aux cotés d’autres Belabbésiens intervenaient souvent et ces superbes interventions a l’instar d’autres avaient un seul but le débat et j »espére que cela renouera madame Mon bourjour Belabbsien

    • Marie-Ange

      Je vous remercie Mr; MEKKI, je suis régulièrement les commentaires, mais par crainte d’incompréhension, il m’est préférable de m’abstenir, alors que j’ai de très bonnes relations avec mes voisins algériens avec lesquels nous pouvons bavarder de beaucoup de choses sans pour cela se déchirer, alors que nous avons 30 ans de différence. J’ai gardé avec eux la même cordialité que j’avais il y a 50 ans déjà. Mais pour moi la page est tournée, mais, mes souvenirs restent intacts..
      sincères salutations.

      • Nathalie

        Re-Bienvenue Madame Marie-Ange,vos commentaires même s’il ne sont pas dans le sens de tout le monde sont les bienvenue j’en suis persuadé,le but n’est pas d’aller dans le même sens des gens pour satisfaire tout le monde mais de donner votre avis personnel alors,ne vous interdisez pas de venir apporter votre contribution
        Bonne fin de jourée

        • Mme CH

          Bien dit chère « Ange gardien du journal »
          Mme Marie-ange, permettez-moi, tout d’abord, de vous dire que vous portez là, un bien joli prénom.
          N’ayez aucune crainte Mme, car considérée comme une liberté fondamentale, la liberté d’expression est inscrite dans la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme (ONU, 1948, article 19) : « Tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit. »
          Alors des personnes ne peuvent être interdites sur un espace libre, mais rien n’empêche que leurs propos soient contestés et que des contre-propos viennent démonter leurs arguments. À chacun ensuite de se faire librement son opinion.
          il nous plait de rappeler ici que la liberté d’expression, corollaire de la circulation des idées, plus généralement de l’information et de la connaissance, est l’une des plus précieuse qui soient.Dans un monde où certain politiquement correct, mais aussi scientifiquement ou juridiquement correct, exerce une pression et suscite une autocensure de certaines personnes,avant tout cet espace est qualifié de liberté dans lequel toute personne peut s’exprimer et oser dire que le roi est nu…
          Salutations amicales chères dames !!!!

          • Nathalie

            Salam Mme CH,
            Vos opinions et commentaires nous sont chères aussi,c’est trop d’honneur que de me nommer ange gardien du journal lol
            bonne fin de journée 🙂

  17. ghosne el bane

    ya si mekki Mme CH c’est la star du journal il faut reconnaître et nous souhaitons la bienvenue nous aussi à tout ce beau monde pour enrichir l’espace dans la bonne humeur la joie et gaieté les belabesiens sont des tresors et sont precieux.Bonne journée à tous les lectrices et lecteurs.

  18. Mme CH

    Mr Ghosne el bane Salam mon frère et Merci!!!!!
    « Le monde est un beau livre, mais il sert peu à qui ne le sait lire. »
    Vous savez mon frère, dans la vie, chacun de nous à un penchant vers quelqu’un ou quelque chose, et en suivant les interventions de Mr Mekki que je salue au passage, je vois qu’il se penche vers des penchants plus penchés, ceci dit, je n’oublierai pas que Mr mekki m’a souhaité la bienvenue dés le premier jour de mon apparition sur le journal, avant que je ne devienne un mauvais penchant pour lui,peut être. Et comme chacun se plaît dans ses penchants, le journaliste bénévole doit bien faire son travail alors je lui dis bonne continuation Mr Mekki.B.
    « L’habitude des penchants bons on mauvais fait le caractère , comme l’habitude des mouvements gracieux ou désagréables fait la physionomie. l’habitude nous poursuit dans toutes les positions; elle ne nous quitte quelquefois pas même à l’approche de la mort. »
    Salam fraternel !!!

  19. mekki b vdsba

    Mes amis je ne souhaite pas m’attarder mes interventions vont dans le meme sens et souhaiter la bienvenue est une expression que j’utilise en m’adressant a tous et a toutes.Un geste ce cordialité ..

Répondre