La Voix De Sidi Bel Abbes

Sidi bel abbes : notre medersa de la Graba tout un passé

Elles sont nombreuses les artères révélatrices de cette ambiance du mois sacré du Ramadan, où  avant cette période on a enregistré une ruée sur l’achat d’épices «ras el hanout», ingrédient incontournable dans la préparation de la soupe «H’rira». A l’occasion de ce mois de Ramadhan, ces artères, a partir de trig L’article, très commerçante se dégage des effluves subtils d’épices, et sont prises d’assaut par les Bel Abbesiens et les visiteurs de notre ville qui viennent de partout pour faire emplettes de cet ingrédient indispensable dans la préparation des plats, mais aussi dans les pays du Maghreb, notamment en pareille période de ce mois sacré. L’engouement enregistré pour cette variété d’épices a donné lieu à la propagation de commerces et de magasins spécialisés dans la vente de «ras el hanout» dont les ingrédients sont cultivés localement et/ou importés. Hélas, le Ramadan c’est initialement la piété, la prière, le jeune, et toutes les valeurs de notre religion, mais nombreux sont ceux qui ignorent nos différents lieux de culte, a commencé par notre Mederssa, le choix est fortuit, car il y a la Mosquée El aâdam et autres espaces qui nécessitent des éclairages. Commençons ce soir par La Mederssa de Sidi Bel Abbes.

La construction de la medersa de sidi bel-Abbes est entamée quant a elle au cours de la seconde guerre mondiale. Conformément au principe du Cheikh Ben Badis selon lequel le financement, les équipements et les frais de fonctionnement doivent être pris intégralement en charge par la localité, la collectivité Bel Abbessienne – toutes tendances confondues- y a participé, chacun selon ses possibilités. Les plus aisés parmi les commerçants ont offert des sommes d’argent conséquentes ; d’autres ont cotisé selon leurs revenus. Certains ont apporté des matériaux de construction ; d’autres ont travaillé bénévolement.

Cependant, outre sa fonction unificatrice, la medersa aura servi a innover, revaloriser et propager la langue arabe littéraire dans la cité. Les fillettes sont tout naturellement et également admises dans la médersa islahite ; celle-ci est donc mixte et par certains aspects pédagogiques, elle est en avance, paradoxalement, sur ce que deviendra l’école Algérienne après l’indépendance .
Dés l’origine, son premier Comité directeur composé de Hadj Allal Sid Ahmed , Président, Hadj Bélèbna, Mohamed Taleb , Abdeddaim et Sekkal Bel-Abbes en avait confié la direction à un membre éminent de Djemiat El Oulama , Cheikh El Hadj Senouci ; Elle sera ensuite dirigée par Si Mustapha Benhallouche , Si Belkacem Rouag (1948) , Si Brahim Mazouzi , Si Ahmed Bendiab et enfin , en 1954 , par Si Kabati tandis que Si Abdelkader Tidjani , Si Omar Bounab et Si Azzeddine Mohamed y ont assuré les fonctions d’enseignants. Cependant, malgré tous les efforts consentis , cette médersa était restée en de ça des besoins de la population, à cause de son exigüité ; cette nécessité , d’une part, et la montée du nationalisme , d’autre part, ont amené dans les années 50 , le courant indépendantiste a créer sa propre médersa a l’instar d’Alger , Blida , Oran , Mostaganem … Celle-ci sera située , rue Pasteur , au « Point du jour » , un quartier populeux et déshérité de la ville .
Faute de moyens financiers conséquents , la tache d’édification a été encore plus difficile pour son premier comité directeur composé de Bel-Abbes Sekkal ,Président, qui avait déjà participé à la construction de la première médersa  , Bénaouda Abdeddaim , Trésorier , de Ali Bouait plus connu sous le nom de Marabout , Ahmed Guerrouache dit Hamida et Si Mohamed , Si Tayebi Labi et Si Maarouf Bouméddiene , tous connus parmi les premiers militants du P.P.A. à Sidi Bel-Abbes . Cette médersa nationaliste appelée An Nasr , plus petite que la premiere , ne comprenant que 2 classes , était alors dirigée par Si Hama Latreche tandis que d’autre militants du parti M.T.L.D. , Si Habib Ben Nassi , Si Benziane et Si Hadj y ont assuré les taches d’enseignement , en langue arabe bien sur , jusqu’au déclenchement de la guerre de libération. Ils rejoignent alors l’A.L.N. ou Si Habib Ben Nassi , faisant fonction de journaliste , connaitra une mort atroce prés de Slissen en étant brulé vif par les forces de la répression colonialiste qui considéraient qu’un combattant instruit , un homme de lutte était encore plus dangereux . Auparavant, dans l’ensemble, ils avaient pu former quelques centaines d’enfants et d’adolescents mais le niveau scolaire de cette médersa du nationalisme resté également élémentaire, indique notre source en l’occurrence le duo Tabet Ainet Redouane, et Nehari tayeb dans leur ouvrage consacré à Sidi Bel Abbes de 1830 à 1962.

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=15075

Posté par le Août 1 2012. inséré dans ACTUALITE, SBA VILLE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

21 Commentaires pour “Sidi bel abbes : notre medersa de la Graba tout un passé”

  1. hadj dekar SD SBA

    Bonsoir mes amis de la vdsba ; faisons connaitre notre patrimoine nos valeurs car elles partent en labeaux avec le déchirement de la société actuelle Je remercie kadiri la memoire et le belabbsien dynamique.

  2. Mohamed.G...

    Bonsoir, tout le monde,
    Naturellement,il n’y a que notre ami Kadiri Mohamed qui nous emmène au fond de notre terroir,et encore une fois,à travers l’évocation de la médersa,c’est aussi des souvenirs de jeunesse où nous préférions salat ettaraouih dans cette médersa dont bon nombre de bel-abbésiens sont passés par là,et ils y sont même.
    C’était un peu particulier de prier dans cette médersa,avec ses « dorosses » , explications et récitations du coran…enfin une ambiance ramadanesque bien de chez nous.

  3. giselle de Marseille

    Bonsoir et bon mois de ramadhan; je me souviens de cette mosquée dans le village négre c’est comme cela qu ‘on appelait;vous direz graba Enfin j’ai souvenance de ce lieu.

  4. hamidi

    Dommage pas de photos des personnages cités.

  5. chaibdraa tani djamel

    merci mr KADIRI de ce recit historique dont c’est la fierté de mon quartier natal GRABA ,la medersa c’est l’histoire de l’algerie musulmane contre l’occupant français.Une petite anécdote peut étre que la plus part de belabbesiens ne le savent pas,il y a la rue des MAURES à coté de cette medersa dont sont issus 3 ministres ,Dr AMIR mohamed benaissa(allah yarhamah ex ministre du travail et de la formation professionelle, pére fondateur de la santé militaire ,ex secrétaire général de la présidence au temps du président HOUARI BOUMEDIENE(allah yarhamah) , Dr BEDJAOUI MOHAMED( ex juge à la cour internationale de la haye ex ministre de la justice et des affaires étrangéres), DJILLALI LIABES(allah yarhamah ex ministre des univesités et de la recherche scientifique, CHEIKH EL MADANI(allah yarhamah) et sans oublier AHMED ZARGUI(allah yahamah) ,mitoyen aussi de cette medersa la famille AZZA dont est issu AZZA AEK,les DRIDER ou vivait chez eux leur neuveu le grand AEK ALLOULA et en plus il y avait une famille juive à coté ou vivait chez elle le directeur actuel des télevisions françaises JEAN PIERRE EL KABBACH(une notion en plus)

  6. Mme mostefaoui SAB

    Des notions supplémentaires sue ces édifices de notre ville de sidibelabbes sont les bienvenues.

  7. un parmi d'autres

    Qu’attendent-ils pour rénover ce chef-d’oeuvre de la culture cultuelle ou nous allions mon frère et moi suivre nos cours d’arabe et la salle de classe se trouvait au 1er étage et on y accédait par la porte de droite sur la photo pendant que notre papa entrait à la mosquée par la porte de gauche et malheureusement sa fermeture en 1957 nous a sciait les rotules enfin je garde de très bons souvenirs de ce passé ou nous vivions dans l’insouciance .
    Toujours est-il que chez nous les pouvoirs publics n’ont aucun respect pour venir en aide à ces chefs-d’oeuvres en périle comme bon nombre d’autre patrimoine qui sont tombés en ruine.

  8. Smain

    je n’ai qu’a vous dire Nous ne connaissons rien de ce passé .Grand bravo a la vdsba.

  9. nabila t sba

    je découvre la richesse du passé et surtout cette mederssa avec ses hommes et fidéles

  10. benhaddou boubakar

    la « medersa » est un patrimoine a conserver, c’est une histoire de sidi belabbes comme d’autres bien sur! ex la grande mosquèe de la « graba »! saha ftourkoum !

  11. sohbi 22

    les marchés des trottoirs de la place carnot du lac sont faramineux que représente la madersa,?

  12. AMINE .R

    je ne retrouve pas mon commentaire sur la médersa et ce après lecture de ce récit historique de mr Kadiri qui est très à remercier et le pourquoi de la raison qui m’a poussée à faire ce commentaire. je l’ai fait par mémoire des gens qui l’ont dirigés et parmi eux mon père Allah Yarhamou. Merci comme même pour ces rappels de notre glorieuse histoire et la richesse de notre patrimoine culturel.

  13. B ..H

    Mosnsieur Kadiri ,c’est bien beau ce que vous faites comme travail et des efforts que vous fournissez ,mais a aucun moment vous aviez cité feu cheikh Bouyadra Daho ainsi que chekh Feddal qui étaient enseignant au moment même de sa fermeture par les autorités française.,j’avais 8 ou 9 ans mais je me souviens comme si c’était aujourd’hui . Merci Kadiri.

  14. abbassia de toulouse

    je suis née en1964, el graba et notamment cette medersa a bercé mon enfance, mes grands parents paternels habitaient juste à coté la rue molière plus precisément, et mon defunt père m’y avait inscrit pour des cours coraniques un certain temps je n’y suis pas restée tres longtemps je preferais rester aures de ma mere que je cheris plus que n’importe qui au monde et je me rappelle que je passais voir ma grand mere qui m’offrais toujours de l’argent pour acheter el hami dont l’odeur ne me quitte pas toujours et ces petits petits pains en forme de chaussons bref….
    c’est là ou priaient mes ailleules t c’estlà ou tout mes precieux souvenirs s’arretent.
    ah! El Graba et sa mosquée quelle nostalgie!
    rihet ahli w rihet ness el mlah wine rah hedek el wakt!
    lioum on a presque tout hamdoullah et on a rien wine raha rihet ramdane d’antan? wine rahoum ness el hnane comme dirait mon defunt pere wledet el bled????
    OUI je sais je suis nostalgique mais ce n’est que ces souvenirs qui me rendent heureuse.
    saha ftourkoum et ya rab ychaffi w yeaffi mardana AMINE.

    • Mohamed.G...

      Bonjour,Abassia,
      Votre commentaire est émouvant et nostalgique,je comprends parfaitement votre douleur quand on est loin de ses siens et de sa ville natale,vous avez évoqué surtout la belle époque et le bon vieux temps car c’est grâce à ces beaux souvenirs qu’on arrive à faire la différence « des temps ».

    • mekki b de la VDSBA

      Bonjour Mme Abbassia .nous sommes en train de recenser nos lecteurs de votre région pour un contact.Et si vous pouvez nous envoyer votre gmail a la redaction on vous expliquera davantage.ce que nous projetons MERCI BENT BLADNA

  15. abbassia de toulouse

    merci pour vos commentaires, en fait, mon prenom n’est pas abbassia, mais c’est plus à ma ville natale qu’est sidi bel abbes que je me suis faite ce pseudo, je suis la fille de feu Monsieur bentabet abdelkader dit TABET ellah yerhmah l’encien coiffeur bcp d’entre vous qui l’ont connu s’en souviendront en priant pour lui en ce saint ramadan.
    et ce que je garde de sidi bel abbes est plus par rapport aux souvenirs que m’a laissé mon cher pere qui me parlait souvent de wledt el bled comme il disait .
    respect à mes chers belabbesiens et a bientot pour d’autres commentaires .

  16. AMINE .R

    Mr Kadiri cet article me rappelle bien des choses de mon enfance et parmi eux que mon pére Belkacem Rouag Allah Yar hamou (en 1993) avait dirigé comme indiqué dans votre merveilleux article , cette historique Médersa en 1948 . Je vous remercie beaucoup pour le noble travail de mémoire que vous êtes en train d’accomplir . Au fait cette mosquée est elle Baptisée . MERCI

  17. taleb ghaouti

    je vous remercie aussi pour ce travail , il y’a de noter que le terrain de la mederssa
    a était offert par TAbdelkader ( ancienne ecurie )

  18. taleb ghaouti

    il y a lieu de noter que le terrain de la mederssa était une ancienne écurie appartenant a monsieur TALEB Abdelkader qui la offert pour la construction de la mederssa

Répondre