La Voix De Sidi Bel Abbes

Sidi Bel-Abbès: nécessité de diversifier les ressources en eau potable

e05ac939deecb6dab836bf712ff49d68_l

Le ministre des Ressources en eau et de l’Environnement, Abdelkader Ouali a insisté, mardi à Sidi Bel-Abbès, sur la nécessité de diversifier les sources d’alimentation en eau potable dans la wilaya avec une exploitation optimale et meilleure gestion des eaux souterraines, à l’instar des forages disponibles.

Lors de sa visite d’inspection dans la wilaya, le ministre a mis l’accent sur la réhabilitation et la maintenance des puits situés dans la région, en vue de satisfaire les besoins de la population en eau en attendant l’achèvement des grands projets en cours de réalisation portant sur le transfert d’eau entre les wilayas.

« Nous ne devons pas compter seulement sur les barrages pour l’alimentation en eau potable », a-t-il souligné indiquant que la wilaya dispose de 10 forages en cours de réalisation et six faisant l’objet de réhabilitation, soit une production de 12.000 mètres cubes/jour pouvant sécuriser l’alimentation en eau surtout au niveau des zones rurales qui enregistrent un manque.

Abdelkader Ouali a ajouté qu’il faut exploiter ces ressources en attendant l’achèvement des projets de transfert de l’eau des Chotts Chergui et Gherbi qui sont des ressources souterraines de proximité, dans le cadre de la stratégie décidée par l’Etat pour gagner la bataille de l’eau.

Le ministre a valorisé la stratégie adoptée pour l’alimentation en eau potable dans le cadre de la solidarité territoriale pour fournir ce produit vital à travers les zones des wilayas limitrophes grâce aux grands transferts de l’eau, à l’instar de la wilaya d’Oran qui alimente, grâce à sa station de dessalement de l’eau de mer, plusieurs wilayas.

Abordant les grandes possibilités du secteur, le ministre a souligné que l’Algérie a gagné sa bataille de l’eau et produit actuellement plus que ses besoins, soulignant que ceci est tributaire d’une gestion rationnelle, la lutte contre la gaspillage, les fuites et  les branchements illicites et le contrôle des infrastructures, exhortant, dans ce sens, de créer des services et des entreprises de gestion de l’eau et de moderniser le secteur.

Sur le plan environnemental, il a insisté sur la nécessité d’activer le mouvement associatif en vue de préserver l’environnement et la biodiversité en collaboration avec tous les acteurs, ainsi que sur la mise en place d’un programme d’action sommant différentes entités industrielles à respecter les normes de préservation de l’environnement, le renforcement des opérations de tri sélectif des déchets et la lutte contre la pollution.

Le ministre a inspecté, lors de sa visite, un grand nombre de projets d’alimentation en eau potable, à l’instar du transfert de l’eau du chott Chergui vers les communes du sud de la wilaya où il a suivi un exposé sur le plan directeur pour renforcer l’alimentation de ce produit vital.

Il a procédé également à la mise en service des adductions à partir des champs de captage d’eau de Sidi Ali Benyoub et Tenira vers la ville de Sidi Bel-Abbès, Belarbi et Ain Trid.

Le ministre s’est enquis aussi du projet d’aménagement du lac de Sidi M’hamed Benali.

Au chef-lieu de wilaya, Abdelkader Ouali a inspecté le projet d’aménagement d’oued Mekerra au centre-ville et le jardin public ayant fait l’objet de réhabilitation. Tout en rappelant les potentialités naturelles que recèle la wilaya dans le domaine environnemental, il a assisté à une opération de tri sélectif des déchets.

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=69234

Posté par le Sep 21 2016. inséré dans CE QUE DIT LA PRESSE, SBA PROFONDE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez aller à la fin et répondre. Le Ping est actuellement interdit.

1 Commentaire pour “Sidi Bel-Abbès: nécessité de diversifier les ressources en eau potable”

  1. ebouterfas

    les paramètres qui régissent l’eau sont de deux types rationnel et irrationnel.
    Chez nous les musulmans on a justement cette conception d’irrationalité introduite par le coran  »nous faisons descendre de l’eau et vous ne pouvez pas le stoCKer ».cela n’empêche pas d’applique la façon de faire entre les TleMcenien et les autres. Pour faire l’argent il ne faut pas trop se tuer en travaillant mais en gérant en lutant contre le gaspillage la sur utilisation pas comme certain qui voit cela comme thésaurisation
    La gestion rationnelle connu chez les Tlemcenien sur la base de la mesure est entre deux conception
    ceux se tuent en travaillant et ceux qui se tuent en thésaurisant
    Pour apprendre a faire de la croissance y’a aucune honte d’aller vers la source de savoir pas la peine d’aller jusqu’en Europe ya des régions en Algérie qui sont très developpé faut voir comment ils font et apprendre d’eux. vous avez Tlmecen El oued LES FOUGARAS GHARDYA ETC…
    Le musulman algerein doit au moins prendre en charge de ce qui est de son coté  »la gestion mesurée » ensuite le coté du ciel et coran il y a des règles a respecter
    si ahlou el koura craignent Dieu font les salâtes de istiska et donne la zakate dans la récolte y’a aucun problème le robinet du ciel ne sera pas sévèrement contrôlé. pas la peine de verser trop d’eau mais ordonner a l’arbre de donner plus.. comme on peut ouvrir tous les robinet du monde et ordonner a l’arbre de ne rien donner. le muslman ne doit jamais yafrah  »inna Ellaha la youhibou el farihine » des qu’il voit la pluie il frotte ces mains et dira  »hakma »
    sans zakate ni salate faut pas compter sur le ciel mais compter sur soit même. vous avez l’eau de mer a dessaler et les barrages a remplir essayer de faire ce que vous pouvez. il parait que le tapis végétal aide la pluie a tomber vous n’avez qu’a voter un budget pour le reboisement c’est que font les nations qui n’ont pas le coran a lire pour eux y a personne qui fera ce travail alors ils font leurs travail c’est tout.
    jusqu’à maintenant y a aucun travail de recherche sérieux qui est effectué sur ce que rejettent les arbres comme gaz et quantité d’eau. les travaux en physiologie restent incomplètes
    au moins on doit analysé les gaz émis par chaque arbres en choisissant les variétés naines il est fort possible que le palmier rejettent des choses qu’on ignore.
    si on revient poiur voir comment les angent font de la production l’exemple est cité dans la sourate 32/33 el kahf
    32. Donne-leur l’exemple de deux hommes : à l’un d’eux Nous avons assigné deux jardins de vignes que Nous avons entourés de palmiers et Nous avons mis entre les deux jardins des champs cultivés.
    33. Les deux jardins produisaient leur récolte sans jamais manquer. Et Nous avons fait jaillir entre eux un ruisseau.
    On voit bien comment les anges ont choisie le palmier comme clôture et non une autre espèce y’a surement une raison , les colons chez nous ont adopté un autre système celui des brise vent alors que le palmier n’est pas un brise vent.
    lorsqu’on doit lire le coran on doit aussi insister sur l’activité des anges pour voir ce qu’ils font i faut seulement les copier en attendant d’analyser tous les paramètre d’un tel système de production

Répondre