La Voix De Sidi Bel Abbes

Sidi Bel Abbes : Mi-Octobre l’automne et l’hiver d’antan se font vivement désirés

Les agriculteurs de la wilaya de sidi bel abbés ne sont pas sortis de l’auberge. Entre l’enclume de la palpable pénurie des chutes d’eau saisonnière   de l’indisponibilité des ressources financières pour l’achat de la semence, la majorité des céréaliers peinent à entamer la campagne labours-semailles.

Ceux  sont de vive inquiétudes ressenties ces jours ci ou le mercure dépasse les 20 ° de quoi dire ou est l’automne et l’hiver d’antan (ezzerra) comme on dit arabe

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=17239

Posté par le Oct 17 2012. inséré dans ACTUALITE, SBA PROFONDE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

11 Commentaires pour “Sidi Bel Abbes : Mi-Octobre l’automne et l’hiver d’antan se font vivement désirés”

  1. Mohammed.G...

    Je me souviens,si Mekki,autrefois,les agriculteurs qui avaient la foi et la ‘nya’ en Dieu,ne s’inquiétaient nullement,ils ignoraient complètement les ‘calculs’,les avantages,les inconvénients…et mettez tous cela Aala Allah (au nom de Dieu) et la pluie ne s’arrêtait,quasiment,pas,d’où nous passions tous nos vacances scolaires d’hivers sous cette pluie qui est si chère!!!
    Nous implorons Dieu de nous accorder sa Miséricorde et sa Clémence!!!

  2. oueldserkhane

    Mr MEKKI je suis d’accord avec toi pour les ressources financieres pour l’achat de la semence ,ce ne sont pas les memes agriculteurs de l’année passée qui ont bourré les dock d’une production de céréale (blé dure et tendre) jamais vue durant plusieures saisons ,pourquoi ils n’ont pas gardé une quantité qui aura servi comme semence comme firent les vrais fellahs d’antan.

  3. oueldserkhane

    lire je ne suis pas d’accord

  4. Giselle de Marseille

    Bonjour, la photo de la une est celle de la riviére mekerra;la neige couvrait les méandres…Mais ce qui se passe ces derniéres années est l’effet du réchauffement climatique.Nous avons ressenti cela en France.Patience l’hiver arrivera.

  5. Dr DOUAR Hadj Benamar

    Mr MEKKI je ne suis pas d’accord avec toi pour les ressources financieres pour l’achat de la semence ,ce ne sont pas les memes agriculteurs de l’année passée qui ont bourré les dock d’une production de céréale (blé dure et tendre) jamais vue durant plusieures saisons ,pourquoi ils n’ont pas gardé une quantité qui aura servi comme semence comme firent les vrais fellahs d’antan.

  6. gherbi sba

    A vous trés proche de nous éclairer plus mais l’attente des pluies est sur les langues Rabi erhim

  7. sohbi 22

    Salat elistiska est utile croyants;

  8. chaibdraa tani djamel

    Chers amis tous ce que l’on voit de cette sécheresse ce n’est qu’une punition divine,regardez ces jours -ci le prix du mouton de l’aid il est de 35000,00 DA à 55000,00 DA le mois du ramadhan c’est aussi la flambée des prix il n’y a plus de RAHMA entre nous, sans oublier ERIBA (ansej,cnac) la vente des boissons alcolisés le vendredi jour de priére et de pardon,les soirées dansantes pendant le mois de caréme dans divers endroits pouilleux(cabarets,discothéque etc…)essayons de retourner vers ALLAH c’est la seule solution et il y aura de la pluie en abbondance(laou amanate el koura la anzalna 3layhim el barakate mina essamae) sadaka allah al 3dim

  9. Hamid T (Paris )

    Tu as raison mon cher Chaib Draa . C’est une punition d’Allah et ce n’est rien encore ! Je reviens d’Algérie oû j’ai passé 15 jours au lieu des 30 prévus . La société est malade : l’ égoisme , le je m’en -foutisme , la cupidité , la médisance , l’escroquerie , … et j’en passe . Oû va-ton comme ça . Au pays des « kouffars » , ça n’a pas une telle ampleur . Comment voulez-vous que Dieu nous protège . La société Algérienne doit se ressaisir , avant qu’il ne soit trop tard .
    Le grand poête Ahmed Chawki a dit :
    و انما الامم الاخلاق ما بقيت فان هم دهبت اخلاقهم دهبوا

  10. NOUAR Abdennour

    17 octobre 1961: la position de la France reste « celle de Maurice Papon »

    50 ans après le massacre de plusieurs centaines d’Algériens le 17 octobre 1961, les historiens regrettent le déni officiel de l’Etat français.

    Le bilan officiel de la répression du 17 octobre 1961 est de trois morts et 64 blessés. Le bilan réel se situe probablement autour de 200 morts, voire « plusieurs centaines », selon l’historien Jean-Luc Einaudi.

    Officiellement, il y a eu trois morts. Mais l’historien Jean-Luc Einaudi a chiffré à plusieurs centaines le nombre d’Algériens tués le 17 octobre 1961 lors d’une manifestation du FLN à Paris, dans son livre « la Bataille de Paris ». Jetés dans la Seine, tués par balle ou morts le crâne fracassé par des manches de pioche ou des crosses de fusils: 50 ans après, une chape de silence officiel pèse toujours sur la sanglante répression d’une manifestation d’Algériens le 17 octobre 1961 à Paris.

    Le bilan officiel de la répression est de trois morts et 64 blessés. Cent personnes sont mortes du fait des exactions de la police, soutiendra en 1988 Constantin Melnik, conseiller pour la police au cabinet du Premier ministre Michel Debré pendant la guerre d’Algérie. Le bilan réel se situe probablement autour de 200 morts, voire « plusieurs centaines », selon l’historien Jean-Luc Einaudi qui a levé le voile sur cette tragédie en publiant « la bataille de Paris » en 1991.

  11. scorpion 09

    a quel prix le mouton est vendu chez vous? SVP repondez moi .C TROP TROP TROP CHER CETTE SAISON ,

Répondre