La Voix De Sidi Bel Abbes

Sidi Bel-Abbès: Le diktat des transporteurs

Si la récente acquisition d’une entreprise publique de transport urbain est un plus avec une vingtaine de bus neufs qui desservent pour l’heure six lignes selon des données fournies par la wilaya, il n’en demeure pas moins que les bus privés manquent souvent de commodités, d’hygiène et notamment font de la surcharge, de l’excès de vitesse, en doublant les petits véhicules, en s’arrêtant tel un taxi… pour «racoler», s’indignent les citoyens de la ville outrés par cette gabegie qu’encourage l’attitude nouvelle des services de l’ordre, au vu de la conjoncture, vu que ces chauffards ont trouvé en ce contexte particulier dans le monde arabe. Pour les lignes de la nouvelle entreprise, l’on cite du centre-ville vers les 400 logements de Sidi Djillali, puis vers Sidi Lahcène, le Rocher à l’Est du chef-lieu, le quartier Benhamouda au nord de Sidi Djillali, la banlieue de Bellouladi et enfin du quartier Benhamouda à Sakia El-Hamra (ex-faubourg Thiers). Le nombre de bus varie entre deux et trois selon l’importance de l’axe retenu par les gestionnaires dont le siège est l’ex-direction générale du SPISME, un des fleurons d’une époque révolue. Dans les faits, c’est la cohue, des klaxons, de la promiscuité, des nuisances générées par toute cette armada qui profite de ce désordre urbain, conjugué à d’autres actes d’incivisme. Il est temps pour la tutelle du transport de rappeler les récalcitrants pour un mieux de comportement, de conduite, avec plus de respect aux familles, aux citoyens de cette ville accueillante et très hospitalière, où d’autres moyens de transport sont meurtriers tels que le train Oran-Sidi Bel Abbès qui n’a pas cessé de faire des victimes à Sidi Amar, Sidi Djillali. Des idées sont en l’air, dit-on, mais rien de concret pour faire cesser les larmes, les dépits des Belabbésiens.

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=887

Posté par le Mar 14 2011. inséré dans ACTUALITE, SBA VILLE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

Répondre