La Voix De Sidi Bel Abbes

SIDI BEL-ABBES: Le calcul numérique en débat

rectorat__UDL-2-c4288

Des recteurs, des chefs de centres universitaires, des professeurs-chercheurs des universités, des praticiens du calcul scientifique et des représentants de ministère et des entreprises nationales sont présents depuis avant-hier à l’hôtel Eden de Sidi Bel-Abbès pour un workshop sur le calcul intensif au service du développement placé sous le haut patronage de Monsieur le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique.  La cérémonie d’ouverture a été marquée par la présence du secrétaire général représentant du wali de Sidi Bel-Abbès ainsi que des partenaires d’institutions françaises spécialisées dans le calcul numérique. Les participants se sont relayés pour de courtes allocutions protocolaires pour situer le rôle et la vision de chaque partenaire dans cette manifestation scientifique qui dure 3 jours, du 29 novembre au 1er décembre 2014. Selon les termes d’un communiqué de presse «l’objectif est d’affiner un plan de développement national pour le déploiement d’une infrastructure matérielle et logicielle en calcul haute performance». On évoque le soutien de l’institut national de recherche en informatique et automatique (INRIA) et la société BULL (France).  C’est dans un souci «de répondre aux enjeux stratégiques du HPC qui sont un instrument incontournable de la recherche et un outil stratégique de compétitivité pour les entreprises». La maitrise de ces technologies de pointe est d’une utilité impérative pour la souveraineté du pays et son indépendance technologique. «Avec la projection de l’Exaflop à l’horizon 2020, les technologies HPC constituent un terrain privilégié pour le développement de bien des cursus de formation».  Plusieurs domaines seront concernés par ces hautes technologies en étroite relation avec la compréhension de plusieurs phénomènes complexes de notre écosystème, à l’image de «l’ensablement, la désertification, l’invasion des criquets pèlerins, les changements climatiques, les énergies renouvelables, les biotechnologies, la santé, l’exploration minière et la prévention des risques majeurs».  Ces ateliers organisés par le ministère de l’Enseignement supérieur sont «co-encadrés par des partenaires scientifiques traditionnels français» et s’articulent autour de trois grands sujets, «enseignement recherche, passerelle industrie, recherche et écosystème», lit-on sur le communiqué de presse rédigé pour la circonstance.

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=56730

Posté par le Déc 1 2014. inséré dans ACTUALITE, CE QUE DIT LA PRESSE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez aller à la fin et répondre. Le Ping est actuellement interdit.

22 Commentaires pour “SIDI BEL-ABBES: Le calcul numérique en débat”

  1. OUERRAD en squatteur

    Reunion , seminaire , moultaka , cela ne finira jamais , on se rencontre , on parle mais on ne s ecoute pas et cela finit toujours en queue de poisson .A ce jour , on n a plus echo des rencontres qui ont eu lieu pour tel ou tel sujet . Arretez le massacre SVP et travaillez au lieu de vous reunir dans les grands HOTELS pourris , edifies avec l argent ???????????

  2. un ancien

    L’observation est bien placée.

  3. L'écoeuré

    C’est le calcul enta3 tmenyc et beaucoup bla bla bla pour bien mettre les gens et le pays dans une amarra et eux rempliront leur chkara .
    De toutes les manières ils font zaama et à côté de cette belle ex école d’agriculture l’opital par en ruine et les chatsfont leur boulevard à la recherche de souris et de rats qui ravagent tout sur leur passage.
    Allah yestor mordana wa ya3tihoum el saha.

  4. Mathématicien chouia

    Avec l’avancée dans la scolarité, le calcul va intégrer de nouvelles formes et de nouveaux objets. Au collège, le calcul littéral doit prendre place dans les moyens d’expression et de résolution de problèmes disponibles pour l’élève. En arithmétique, l’élève progressait du connu vers l’inconnu, en
    produisant pas à pas des résultats intermédiaires. En algèbre, il s’agit pour lui d’établir des relations
    entre connu et inconnu, puis de calculer sur ces relations jusqu’à obtenir le résultat cherché.
    Un renversement de pensée dont l’enseignement sous-estime souvent la difficulté, en pensant qu’il suffit d’en montrer le fonctionnement à l’élève dans quelques cas pour que sa nécessité s’impose.
    Sujet très important.

    • OUERRAD en squatteur

      C houia oula bezzaf , la n est pas le probleme , sommes nous au top niveau pour cela , non on est toujours au cartable qui pese 10 kilos des le primaire , alors que d autres nations en sont au lap top scolaire .Pourquoi toutes ces rencotres qui n aboutissent jamais .Avez vous jamais entendu parler d une these qui a ete mise en application ?Les bibliotheques universitaires regorgent de ces themes jamais utilisees sinon par les araignees .Combien coute une rencontre pareille ? Arretez de nous raconter des conneries , on n a meme pas le niveau primaire des gens serieux . Pas plus tard qu un ou deux articles precedents vous parliez du bilinguisme ? Ou en est on de tout cela , arretez de rever de WIFI sur air COUSCOUS……..

  5. Sayede A.

    Le calcul haute performance (HPC) est devenue un outil essentiel de la recherche scientifique, technologique et industrielle. il permet de remplacer les expériences qui ne peuvent être menées en laboratoire quand elles sont dangereuses ou coûteuse, de longue durée (climatologie), inaccessibles (astrophysique) …… La simulation améliore également la productivité en procurant un gain de temps important.

    • OUERRAD en squatteur

      Mr Sayede A , vous parlez d un temps que nous autres n avons pas encore atteint .Arretez de rever , et de parler des autres , soyez realistes et voyez ce qui se passe chez vous ;des rencontres couteuses juste pour le M AS TU VU ???

    • un ancien

      Sayed. C’est un enfant de notre ville il a souvent intervenu pour voir sa cité épanouie Vraiment content de le lire.

  6. Mathématicien chouia

    Des qu’on débatte d’un sujet sur ce forum , on est toujours contredit des fois même avec pas mal de véhémence.
    Si on est pas au top niveau on essaye quant même  » li ma chra ytnzah »
    pour passer du rêve à la réalité faut agir vite le monde bouge , ce sont les chercheurs qui font avancer le progrès.
    Allez bon courage.

  7. Mohand

    C’est grâce aux séminaires , aux réunions de travail, aux congrès et aux meetings qu’on apprend les bonnes choses, le nouveau , le contact avec les autres scientifiques, algériens ou étrangers.

  8. OUERRAD en squatteur

    Moi , je parlais de seminaires qui n aboutissent pas et dont les resultats restent dans les placards , sinon je ne contredit personne .Chacun est libre de penser comme il veut , et le debat doit apporter des idees sinon a quoi bon , lisons et fermons nos GUEULES c est ce que vous voulez ??

  9. Amel

    Bel abbes aura son centre national de calcule intensif comme elle vient d’avoir l’ecole d’informatique et prochainement école d’agronomie

    • Mohand

      et il y aura inchallah des meetings et des séminaires d’agronomie, d’informatique , de médecine. C’est une bonne chose pour notre université et surtout pour les villes d’autant plus que la ville s’est dotée de bels hôtels pour héberger des conférenciers venus de partout .

  10. Abbes

    Un remerciement pour cette information Mme ou Melle

  11. hanane2

    Toutes les nations organisent des rencontres onéreuses en vue d’echanges de nouveautés et d’experiences, cela dans tous les domaines. Notre pays fait de son mieux pour atteindre ses objectifs. Les troubles-fète et les opportunistes ont toujours envahi toutes les scènes. C’est connu comme comportement. Il y a lieu de lever la barre haut quand on est de niveau haut.

  12. un ancien

    Votre remarque est opportune cela est vrai

  13. Mohand

    c’est pendant la restauration ou dans les chiottes (hachakoum) qu’on va retrouver ces opportunistes, mais pas pendant un débat scientifique.

  14. amine

    l’univ de Bel Abbés est sur la bonne ligne depuis l’arrivé de la nouvelle equipe
    je partage l’avis de Amel et j’ajoute c la 1 ere fois depuis des annés qu’une rentré universitaire a sba est faite sans scandale, je temoigne par le concours de residanat de cette année qui s’est déroulé dans d’exelent condtion, bonne continuation surtou pour notre cher ville sidi bel abbes

  15. Abbes

    Mais les actuels responsables de l’université ne parlent pas de ces choses telles que vous les voitures.

  16. Hanane2

    Le workshop sur le calcul intensif au service du développement, qui s’est tenu récemment à Sidi Bel Abbès, apporte une grande lumière sur la maitrise des nouvelles technologies. Les domaines concernés vont des prévisions météorologiques , à l’industrie des hydrocarbures et à l’industrie pharmaceutique.C’est tout simplement une opportunité de savoir qui nous est offerte.

Répondre