La Voix De Sidi Bel Abbes

Sidi Bel Abbes : Le 49ème du 5 juillet, l’indépendance, ses hommes et ses symboles

Le 49ème anniversaire de la fête de l’indépendance qui a coïncidé avec les 2 festivals du rai et de la danse folklorique s’est déroulé dans une ambiance particulière, d’abord au niveau du cimetière des chouhadas. Le programme arrêté a vu une série de débaptisassions qui ciblèrent la cité des 146 logts, Sorecor-Boumlik, la polyclinique du quartier des frères Adnane Le Rocher. La nouvelle place du quartier des frères Adnane portera désormais le nom de la place du 5 juillet 1962, elle fut suivit par l’inauguration de la nouvelle annexe de l’APC de Hai Benhamouda ainsi que l’inauguration et la débaptisassions au nom de CHEIKH KABATI AHMED de la bibliothèque de wilaya du quartier de Sidi Amar et enfin l’inauguration de la première stèle innovée par le ministère des anciens moudjahidines au niveau du stade Adda Boudjellal. Cette stèle dont un plan pilote a été conçu par le ministère de tutelle fût réalisée par le service régie de l’APC d’autres stèles suivront pour mettre en évidence les grandes réalisations portant les noms de chouhadas. Pour ce qui est de la stèle de feu Adda Boudjellel el Hadj cadre ALN, militant de la cause nationale, ancien scout et fils de l’USMBA, père de nos amis Noureddine, Tayeb et le sympathique Toufik.

Les festivités se poursuivirent au niveau de la cinémathèque où une halte d’évocation par le biais de panneaux d’expositions retraçant le parcours militant des moudjahidines Zighoud Mohamed amine-Nedjadi Mohamed dit si Bekai et le docteur Amir Benaissa suivi par des conférences.

Cette indépendance, chèrement acquise est le fruit de sacrifice d’hommes et de symboles que nous devons a chaque fois pérenniser leurs actes inoubliables. Pour plus sur cet événement, un imminent confrère, auteur et écrivain, en a parlé aujourd’hui dans le Quotidien d’Oran, il s’agit de Abed Charef

Ils ont fait la guerre, et ils sont là, un demi siècle après l’indépendance.

Au beau milieu de la révolution égyptienne, Abdelhamid Mehri, interrogé sur ces dirigeants arabes qui ne veulent pas quitter le pouvoir alors qu’ils ont atteint un âge respectable, a répondu par une superbe formule : pas de problème, a-t-il dit, il n’y a qu’à remplacer Hosni Moubarak par son fils Djamel. Il aurait pu ajouter, alors que c’était la mode, que Seif El-Islam pourrait prendre la succession de Maammar Kadhafi, qu’on pourrait remplacer Ali Abdellah Salah par son fils Ahmed, et Abdelaziz Bouteflika par son frère Saïd, comme cela a été évoqué un moment. En fait, la boutade de Abdelhamid Mehri permettait de remettre les choses à leur place. Ce n’est pas l’âge des dirigeants qui constitue un handicap, mais le système de désignation des dirigeants. L’âge n’est, en lui-même, ni un avantage ni un handicap. Kadhafi lui-même a pris le pouvoir alors qu’il n’avait pas atteint trente ans. On sait ce qu’il en a fait. Bachar Al-Assad, le Roi Mohammed VI et Abdellah II de Jordanie sont arrivés au pouvoir relativement jeunes. Une fois installés, ils se sont comportés d’une manière qui ressemble jusqu’à la caricature à celle de leurs parents.

A l’inverse, Ronald Reagan, homme de droite, réactionnaire, à la vision primaire sur certains dossiers, a conquis la Maison-Blanche à l’âge respectable de soixante-dix ans, pour la quitter à 78 ans. Sa présidence fut une période faste pour l’Amérique. Il a notamment permis aux Etats-Unis de dépasser le syndrome du Vietnam. En 2008, John Mac Cain est candidat républicain à la Maison-Blanche à l’âge de soixante-douze ans, et le Time le classe alors comme le cinquième homme le plus influent du monde. En Algérie, où la confusion est la règle, l’âge des dirigeants est devenu un point de fixation. Un faux problème, comme c’est souvent le cas. Mais il alimente les faux procès et les analyses de comptoirs qui alimentent la chronique.

Le pays a même mis à la mode certains termes, comme dinosaures, pour évoquer les dirigeants issus de la guerre de libération. Ce qui aboutit, en fin de compte, à jeter le discrédit sur une génération qui a pourtant été la plus influente du pays depuis deux siècles. Aujourd’hui, le départ de cette génération, symbolisée par les moudjahidine et la fameuse famille révolutionnaire, est revendiqué publiquement. Son poids excessif dans la vie politique du pays pendant de longues décennies en a fait une génération encombrante, et provoqué une forme de rejet, débouchant sur un absurde conflit de générations. La confusion aidant, ce rejet s’est progressivement élargi pour porter parfois sur les symboles, ce qui constitue une dérive particulièrement grave. Ce n’est plus l’autoritarisme, la mauvaise gestion, le gaspillage et l’incompétence qui sont visés. C’est toute cette génération supposée les incarner qui est désignée comme responsable de tous les maux du pays. En ce début juillet, anniversaire de l’indépendance, les symboles sont un peu épargnés, et ceux qui les représentent ont de nouveau droit à certains égards. Mais cela ne devrait guère durer. D’autant plus qu’une nouvelle caste a décidé, au nom de l’ouverture et de la nécessité de briser les tabous, de ne plus rien épargner. Des hommes d’une exceptionnelle envergure se sont ainsi retrouvés traînés dans la boue par des personnages à la posture douteuse. Hocine Aït-Ahmed et Ahmed Ben Bella sont ainsi régulièrement attaqués. C’est comme si le pays décidait de s’en prendre à son propre drapeau. Lakhdhar Bouragaa, autre officier de l’ALN, rappelle pourtant ce que furent ces deux hommes : ils sont les derniers survivants de la direction historique de l’OS, ils étaient là lors de l’attaque de la poste d’Oran, premier acte de violence révolutionnaire du nationalisme algérien moderne, il y a soixante ans ; ils étaient là le 1er Novembre 1954, et à l’indépendance du pays, il y a un demi-siècle, ils faisaient déjà figure de vétérans. Ces monuments de l’Algérie moderne, d’une longévité exceptionnelle, sont attaqués avec une étonnante légèreté, alors que rien ne semble le justifier. D’autant plus qu’on ne peut même pas leur reprocher une responsabilité quelconque dans la situation actuelle du pays: Ben Bella a été évincé du pouvoir depuis 46 ans, et Aït-Ahmed n’a jamais exercé de pouvoir. Peut-être que le tort de cette génération est d’avoir fixé la barre trop haut. La déclaration du 1er Novembre apparaît en effet trop ambitieuse pour une seule génération. Mais la première génération a accompli le premier pas, ce qui a permis à Saad Dahlab d’écrire son livre : « Mission accomplie ». Il reste aux autres générations d’accomplir les pas suivants, avant de prétendre se mesurer aux géants qui ont fait du 5 Juillet un jour de liberté.

Abed Charef

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=5943

Posté par le Juil 5 2011. inséré dans ACTUALITE, ALGERIE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

5 Commentaires pour “Sidi Bel Abbes : Le 49ème du 5 juillet, l’indépendance, ses hommes et ses symboles”

  1. madame lassouli sba

    le 5 juillet a sidi belabbes je viens de voirque des actions ont ete entreprises et moij’ai aime le nouveau look special 5 juillet c beau est nationaliste tout cela normal des grands hommes survit la bonne releve et elle existe

  2. tewfik/Adda Boudjelal

    je ne sais pas si le sens de la rotation de la terre à subitement changer ..je pense bien sur à l’inauguration de la stèle du chahid Adda Boudjelal Hadj , il me semble que bel-abbés ne semble toujours pas se détacher de la demi-mesure..L’idée de la stèle est honorable , mais il me semble que dans cette fête on oublie un peu soit il  » mwalin éddar » en l’occurrence les descendants du Chahid chahid , je dirais encore un virage de raté !!!

    • miloua

      non cher frere tewfik nous n’avons pas oublié la famille chere à nos coeurs comme toi tewfik nourredine et sans oublier son enfant fel ghorba en dernier lieu des steles et parmi elle celle du chahid adda boudjellal les instances ont décidé de les inaugurer pour le 1er novembre qui symbolise le déclanchement de la revolution c’est pour cela qu’aucun pas n’a ete fait vers vous pour ne pas vous deranger inutilement avec mes excuses

  3. benchohra retraite

    ello hadri tu n’as rien a dire sur djillali fellah

  4. tewfik/Adda Boudjelal

    merci beaucoup si Hadri pour cette promptitude , je prend acte !

Répondre