La Voix De Sidi Bel Abbes

Sidi-bel-abbés / Le 18 avril 1967 , Azza Abdelkader s’éteignit .

azza2

En ce même jour du 18 Avril de l’année  1967, dans la maison qui le vit naître, Azza Abdelkader s’éteignit. Comme il est de tradition , la voix de Sidi bel abbés  lui consacre une pensée en ce jour anniversaire de sa disparition . Nous reproduisons intégralement  un hommage appuyé à ce grand serviteur du savoir , un nationaliste de la première heure par l’un de ses anciens  élèves / La rédaction .

Un guide, un éducateur complet, un nationaliste courageux, Azza Abdelkader fût tout cela à la fois .Nous étions très attachés à lui. Auprès de ce professeur, dont la démarche aurait fini par marquer nos esprits de son imposante personnalité, nous nous sentions comme protégés. Un ancien élève évoque en ces termes l’homme dont le principal lycée de Sidi-Bel-Abbès porte le nom. Issu d’une famille aisée, Azza Abdelkader est né un matin d’hiver de l’année 19O5.Après des études primaires à Sidi-Bel-Abbès, le jeune Azza se dirige vers la Medersa de Tlemcen d’où il sortira quelques années plus tard nanti d’un diplôme de fin d’étude. A l’âge de 24 ans, il est déjà licencié es lettres et prend possession de son premier poste de professeur d’Arabe au collège de Sidi-Bel-Abbés.
Nous sommes en 1929.Azza milite dans divers organismes politiques. L’hostilité de l’occupant ne tarda pas à se manifester. En 1957, Azza dut s’exiler au Maroc où il continuera de militer au sein du F.L.N et d’enseigner. Notre souveraineté reconquise, Azza retrouve sa ville natale. Il a alors 37 ans et une solide expérience qu’il met au service des enfants de Sidi-Bel-Abbès. En tant que Proviseur du lycée, Azza fut un fervent défenseur de la poésie populaire arabe. N’allait-il pas en 1963 jusqu’à soutenir une thèse à La Sorbonne sur le poète populaire Mostefa-Ben-Brahim .
Il en sortira brillamment Docteur es Lettres .Tour à tour, professeur à l’école de journalisme, professeur d’ethnologie à la faculté d’Alger, Azza poursuivit dans l’Algérie libre sa mission d’éducateur. Le 18 Avril 1967, dans la maison qui le vit naître, Azza Abdelkader s’éteignit..
Un an après sa mort, son nom a été écrit en lettres d’or sur une plaque de marbre qui désigne le plus ancien lycée de Sidi-Bel-Abbès. En présence de préfets de plusieurs départements (Wilayas), des autorités locales, amis et anciens élèves de la population, tous ont tenu à rendre un hommage mérité à cet homme illustre.

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=59824

Posté par le Avr 18 2015. inséré dans ACTUALITE, PENSEE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez aller à la fin et répondre. Le Ping est actuellement interdit.

13 Commentaires pour “Sidi-bel-abbés / Le 18 avril 1967 , Azza Abdelkader s’éteignit .”

  1. mohamedDD

    Allah yarhamuh wa yarham kul men yakhdem watanih bil ikhlass amin

  2. chaibdraa tani djamel

    Je me souviens de cette triste journée, j’avais 10 ans , c’est un voisin de chez nous (ALLAH YARHAMAH) Rue de la Mosquée-GRABA-, le cerceuil funébre fut transporté dans une LAND ROVER militaire jusqu’au cimetiére SIDI BEL ABBES,parmis les officiels ,il y avai la présence de ses voisins de la rue des MAURES , Dr MOHAMED BEDJAOUI (ministre de la justice);Dr AMIR MOHAMED (secrétaire général de la présidence,ALLAH YARHAMAH ) .Ses funerailles furent passés le soir à la télévision lors du journal télévisé ,avant c’était TELE- ORAN. INA LILAHI OUA INA ILAYHI RAJI3OUNE

  3. OUERRAD

    Ce nom , evoque toute une partie de notre adolescence , on ne jurait que par le lycee AZZA.
    On ne peut evoquer , l education nationale sans evoquer cet illustre fils du BLED , qui marquat de son empreinte nos premiers pas dans un lycee qui a vu de nombreux enfants devenir adultes , sous l oeil attentif du proviseur AZZA .
    Quelques annees plus tard ce n est plus le proviseur , qui nous guidait mais grand frere qui a donne son nom a notre lycee .Ce n est qu à ce moment là que l on a compris notre proviseur bien aime . Depuis bien d autres ont pris la releve , mais son ombre etait toujours là .GLOIRE A NOS MARTYRS et nos EDUCATEURS .

  4. chaibdraa tani djamel

    J’ai oublié il y avait méme la présence de FERHAT ABBES (allah yarhamah)

  5. allah yerahmou wa yerham mawta el mouslimines .il a beaucoup donne pour son pays , la liberte et l’enseignement puisqu’il etait le createur de l’association de< YA OULED< qui millitait contre l'analphabetisme et la misere que subissaient les enfants des indigenes pendant l'occupation .

  6. Benattou

    C’était un intellectuel de renom, un indigne lettré, une personnalité modéré ,un vrai
    nationaliste. Allah yarhamah.

  7. Benattou

    un indigène lettré

  8. Allah yerahmou .il a milité pour la liberté et pour le droit a l’éducation des enfants d’indigène et dans diverses formations politiques . en 1932 il crée Cercle Culturel Musulman de Sidi Bel Abbés et en 1937 avec des amis l’association ″EL Ifrane″ pour venir en aide aux étudiants nécessiteux

  9. Abdeddaim N

    Allah yarhmah. Je me souviens comme si c était hier . quand il nous donnait son cours d arabe classique . et aussi Le professeur d arabe dialectal . M Mami Secoussi.

  10. Nadia Azza

    Mon Oncle Kader est un géant de son époque.
    je salue en lui la conquête intellectuelle et la volonté de partager cette conquête tout en restant fidèle a sa ville natale et sa famille.
    Il nous faut beaucoup de personnes comme lui….

  11. rouai

    Bonsoir à tous. Je reconnais là les enfants de mon grand-père! vous ne l’avez pas oublié, comme chaque année, vous le faites revivre quoi que ce géant comme dit si bien Nadia, n’est jamais mort et restera toujours vivant dans nos coeurs. Chacun de vous, je le sais, a un mot, une pensée particulière tous les jours, ne serait ce qu’en passant devant ce grand lycée qui vous a vu grandir et qui grâce à votre professeur proviseur vous êtes devenus des Hommes, des élites, des nationalistes ( il vous l’a inculqué)…Merci Si Ouerrad, fidèle à cet homme que vous avez eu la chance de croiser et….man ‘alamani harfen…aj’alni lahou ‘abden. Merci à Chaibdrâa, tu es toujours le bon voisin d’elgraba, même si tu n’avais que dix ans, tu es resté marqué par ce triste jour, merci à Si Benattou, gentil d’avoir rectifié « indigène lettré »…je remercie la rédaction, qui nous ouvre de nouveau son journal pour pouvoir avoir une pensée pour ce valeureux, homme, ce géant, ce grand maître qui m’a légué un lourd héritage, « ses écrits et ses pensées… », j’ai fini de les transcrire, et je vous invite (ceux qui le veulent) à ajouter votre témoignage personnel. Je viens également vous demander de ne pas oublier tous ceux qui nous ont quitté en 2015, et qui ont eu l’honneur et le bonheur de l’avoir comme professeur…Abdedaïm Salah, Alloula Abdelmalek, Commandant Mahi…Allah yerhamhoum ajma’in. Je reconnais madame lazza, qui est sa belle-fille qui ne l’a jamais connue, mais qui suis ses traces, avec son souhait de faire arriver ses petit-enfants sur les pas de leur grand-père! Sa fille aînée a pleuré en vous lisant….encore merci….j’attends d’autres commentaires. Amina Rouai.

  12. mohamedDD

    M. l’Administrateur, Salem je m’aperçois que c’est la 1ere fois qu’une autre personne pourrait transmettre un comment. à ma place, d’ailleurs, j’ai un problème avec mon pc (antivirus non fiable), sur ce j’ai pas renouvelé mon abonnement depuis le 14 avril 2016. A l’instant, je suis sur un autre site et je ‘tombe’ sur : mohamedDD 18 avril 2015 – 19 h 42 min
    Allah yarhamuh wa yarham kul men yakhdem watanih bil ikhlass amin ????????
    Heureusement que le msg est positif mais une autre fois pourrait être moins positif !!!!
    Prière intervenir
    merciiiiiiiiii

Répondre