La Voix De Sidi Bel Abbes

Sidi Bel Abbès : La Sonelgaz lance son premier sondage d’opinion

Sonelgaz-p-300x224

La société de distribution de l’électricité et du gaz de Sidi Bel Abbés a lancé,  son premier sondage d’opinion devant cibler la clientèle. S’étalant sur une dizaine de jours, l’opération qui a été entamée dans les huit agences commerciales de la wilaya, devrait permettre aux agents de collecter les avis et suggestions des abonnés sur la qualité des prestations de service. Intervenant à l’issue de multiples projets réalisés, ces derniers temps, dans une optique de renforcement des réseaux d’approvisionnement en électricité et gaz naturel, ce sondage devrait, à terme, être sanctionné par une étude objective des doléances et préoccupations exprimées par des citoyens issus de diverses couches sociales. Les résultats de telles analyses devraient faire office d’un plan de travail répertoriant les actions à mettre en pratique en vue de colmater d’éventuelles brèches et autres insuffisances affectant les prestations de service.

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=56073

Posté par le Nov 4 2014. inséré dans ACTUALITE, CE QUE DIT LA PRESSE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez aller à la fin et répondre. Le Ping est actuellement interdit.

10 Commentaires pour “Sidi Bel Abbès : La Sonelgaz lance son premier sondage d’opinion”

  1. Hamma

    Peut on savoir combien cette société investit pour garantir ses prestations pour colmater ses possibles insuffisances ? Et est ce qu »elle est parvenue a mettre fin aux branchements illicites? Le sondage sera utile si une suite sera donnée.

  2. jamel

    Souhaite publication en toute transparence des enseignements aboutis au terme de cette enquête ou sondage.

  3. CHAIBDRAA TANI DJAMEL

    Mon opinion c’est que la sonelgaz doit ouvrir d’autres agences parce que la ville s’agrandit , avec des techniciens de dépanage sur place (dans chaque agence) et surtout répondre aux abonnés quand on appelle pour les urgences

  4. MOUHA

    la sonelgaz reste une entité économique renommée au vu des efforts gigantesques qu’elle déploie pour parvenir à la satisfaction des citoyens en énergie que ça soit le gaz où l’électricité mais ce qui est absurde sur quelle base les constructions illicites sont elles raccordées? ne faut il pas exiger un acte d’urbanisme ?où s’agit -il simplement de renflouement de ses caisses au détriment de la réglementation, normalement elle doit exiger le permis d’occuper que doit délivrer la municipalité? pour l’économie de cette énergie il serait souhaitable de projeter le fonctionnement de l’éclairage public par l’énergie solaire.

    • Mme CH

      Effectivement, la quasi-totalité de la production électrique algérienne repose actuellement sur les combustibles fossiles, pourtant la Sonelgaz pourrait diversifier ces techniques à même de produire en grande quantité de l’électricité.
      Au futur très proche, la stratégie de la production de l’électricité devrait se baser sur l’exploitation efficace des énergies renouvelables. Chez-nous, ce potentiel est largement dominé par le solaire, car de par sa situation géographique, notre pays dispose d’un des gisements solaires les plus élevés au monde, une pertinence et un réel support au développement socio-économique, notamment à travers la mise en place d’industries génératrices de richesse et d’emplois….!!! En effet, cela lui permettra d’avoir des investissements moins coûteux et de diminuer au maximum les effets nuisibles du gaz à effet de serre sur l’environnement….!!!

      Même si les capacités en éolien, en biomasse, en géothermie et en hydroélectricité sont beaucoup moins importants que le solaire, il n’en demeure pas moins qu’il faut initier des projets dans ces domaines non négligeables….!!!
      Actuellement, en matière d’énergie, le Danemark est très souvent évoqué en exemple avec ses 26% d’énergie d’origine éolienne ! Mais là, l’Uruguay table sur 30% d’éolien dans son mix énergétique, le reste étant constitué à 45% par l’hydrolien et 15% par la biomasse ….soit au total, 90 % de l’électricité renouvelable d’ici 2015…!!! Avis aux chasseurs du Gaz-Schistes….!!!!

      Je crois que l’Allemagne était prête à s’engager dans le solaire en Algérie à travers le projet « Desertec » si ce n’est les fouteurs de trouble, devinez pour le compte de qui et pourquoi…!!! Ah! Sleeping partner quand tu nous tiens…!

      Sonelgaz, rapprochez-vous, beaucoup plus, de vos consommateurs….!!!! Je pense que ce sondage est un bon début, pourvu que les opinions soient respectées et prises en considération pour l’amélioration des prestations de services et de la qualité des employés surtout ceux qui sont en contact avec la population….!!!!

      Merci, c’était mon opinion…!

  5. madjid

    moi je trouve utile écouter ses abonnés surtout dans les urgences.

  6. Mohand

    Le classement mondial des 100 compagnies énergétiques les plus écologiques est tombé, et «as usual» l’Algérie, avec son fleuron national Sonelgaz, ne s’en sort pas bien. Voire «mauvais élève», puisque cette dernière a été jugé «pollueuse» en lui réservant la 87e place sur 100 compagnies. Elle ne produit que 9,8 Giga-watts.
    L’étude annuelle a été établie par le site d’informations Energy Intelligence, et menée par des équipes d’experts et de spécialistes. Ces derniers ont évalué l’intensité des émissions de carbone par les entreprises productrices d’énergie, ainsi que leur capacité à produire de l’énergie renouvelable. D’ailleurs, les entreprises ayant fait l’objet de l’étude représentent 60% de la production mondiale d’électricité. En effet, à l’issue de ce classement, on constate que Sonelgaz a été classée à la 87e place, et a perdu de ce fait quatre places par rapport au classement de 2013, où elle était classée 83e.
    Dans la région du Moyen-Orient Afrique du Nord (Mena), Sonelgaz occupe la sixième place devant l’égyptien Electricity Holding, l’émiratie Taqa, la qatarie Kahramaa, et les deux compagnies saoudiennes Acwa Power et Saudi Electricity Co. Dans ce classement, les entreprises étaient soumises à un barème de 300 points pour les émissions en CO2 par Mégawatts produit, et de 200 points pour la capacité de création d’énergie renouvelable en Gigawatts. Dans ce volet, Sonelgaz a totalisé 34 points en matière d’intensité d’émissions de CO2, alors que sa capacité de production a été évaluée à 9.8 GW.
    Par ailleurs, en bon élève «écolo», la compagnie espagnole Iberdrola a gardé sa première place pour la deuxième année consécutive, avec 245 points en termes d’intensité d’ émissions de CO2, et une capacité de production de 45GW. En deuxième position, figure l’entreprise portugaise «Energias de Portugal» avec une capacité de production de 22,3 GW.
    La China General Nuclear occupe la troisième place avec 18,6 GW de capacité de production. Quant au bas du tableau, il est occupé par Polska Grupa Energetyczna (Pologne), Eskom (Afrique du Sud), et Public Power Corp (Grèce).
    A noter que dans le «Top ten», figurent quatre compagnies européennes, deux chinoises, et deux américaines. Selon des études d’experts, l’Algérie possède un potentiel d’énergie solaire quasi «infini». D’après ces derniers, elle dispose d’un potentiel dépassant largement les 5 milliards de GW/ an, avec une moyenne d’ensoleillement variant de 2550 heures dans le Nord à 3819 heures dans le Sahara, avec une capacité de production respective de 1700 et 2 650 Kwh au mètre carré par an.
    Le programme national algérien de développement des énergies renouvelables, «prévoit» qu’à l’horizon 2030, environ 40% de la production d’électricité destinée à la consommation nationale seront d’origine renouvelable. En dépit des projets déjà achevés dans le domaine de l’éolien, en l’occurrence la mise en marche de la ferme éolienne d’Adrar, qui est composée de 12 éoliennes, dotées d’une capacité de production de 10 MW, ainsi que le photovoltaïque, mais également la mise en place en cours de 10 stations de mesures du potentiel éolien et solaire, l’Algérie peine toujours à se tourner «sérieusement» vers le renouvelable, et ses responsables sont peu enthousiastes.
    Elle accuse de ce fait un considérable retard en matière d’énergies renouvelables, et le plan énergie du gouvernement ne suit pas les échéances fixées.
    En attendant, les énergies fossiles accaparent la plus grosse part du lion de la production énergétique du pays.

  7. Mohand

    avec le gaz de schiste , ça sera pire !

  8. houari

    Ah le projet Desertec est mort et enterré, Siemens et Bosch ont quitté le navire il y a deux ans , c’est au tour du groupe BTP Bilfinger d’emboîter le pas.
    Les principaux partenaires et associés du consortium ont abandonné le projet et plier bagage.
    Effectivement sonelgaz était implique avec des partenaires européen et maghrébin ( Maroc Tunisie) Vous avez une idée sur le coût global du projet Mme CH.!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

  9. Mme CH

    Non, Mr houari, je ne connais pas le coût global exact de l’opération, (centaines de milliards d’euros), mais j’ai vu que pour « transporter de l’électricité vers l’Italie, à travers des interconnexions électriques, le montant de l’investissement s’élève à plus de 2 milliards d’euros »..? Toutefois, selon un rapport du consortium Dii, les importations d’électricité renouvelable depuis la région MENA (« Middle East and North Africa ») pourraient permettre à l’Europe d’économiser près de 33 milliards d’euros par an, soit 30 euros par MWh d’électricité importée….!!! N’est elle pas belle la vie…???

    Alors, contentons nous pour le moment, d’un « Desertec » à l’échelle nationale…!!! Si toutefois, l’eau d’Evian le permet, car le Gaz-schiste sera en danger de mort….!!!!

Répondre