La Voix De Sidi Bel Abbes

SIDI BEL ABBES: La récupération du patrimoine communal est-elle réalisable ?

indexL’affaire du terrain du manège n’est pas encore définitivement résolue et risque d’impliquer des maires et des élus qui ne sont plus actifs depuis un bon bout de temps. Une autre affaire presque tout à fait similaire et qui concerne un foncier du patrimoine communal fait déjà discourir et meuble des commentaires à juste titre. Le terrain du « caressage » d’une superficie de 7 hectares, qui a servi depuis l’indépendance de station d’enrobage à chaud de l’APC de Sidi Bel Abbès, fait jaser dans les milieux citoyens et au sein des cercles des élus locaux. Ledit terrain a été attribué, selon des sources proches du dossier, par l’ancien wali dans le cadre du CALPIREF pour la réalisation par un particulier d’un marché de gros de fruits et légumes. Le terrain a été attribué en 2011 à l’entreprise Tounsi sans l’aval de l’ancienne APC et les responsables de l’administration locale ont trouvé le prétexte selon lequel le terrain serait une propriété du domaine de l’Etat et que l’APC n’en était que l’utilisatrice. Si ces subterfuges s’avèrent d’un fondement légal et réglementaire car le CALPIREF était projeté dans des terrains appartenant à l’Etat, il n’en demeure pas moins que l’utilisateur jouit du droit inaliénable et de l’avantage par la préemption. La municipalité dans sa personnalité morale a été sciemment privée de ses droits car ni l’ancienne assemblée ni l’actuelle n’ont été jusqu’à preuve du contraire consultées pour se prononcer sur le sujet par une délibération. La suprématie du pouvoir d’un wali a prévalu un bon moment jusqu’à ce que vienne une décision « d’en haut » pour annuler toutes les décisions d’attribution des terrains pour des projets du CALPIREF. Les terrains du « boulevard de l’Excellence » ont été récupérés et vite affectés à des assiettes pour des projets de logements LPA et AADL. Curieusement, le terrain du « caressage » n’a pas été récupéré. L’opérateur économique qui en a bénéficié en a même entamé les travaux de terrassement et profité d’une aubaine d’une carrière de tuf qui a servi les travaux de réfection de l’autoroute Est-Ouest. C’est ainsi que des élus de l’APC comptent introduire ce point dans l’ordre du jour de l’APC pour débattre des moyens légaux et juridiques pour récupérer le terrain à moins d’un revirement de dernière minute qui serait la conséquence de pressions. Certains élus considèrent que la construction d’un marché de fruits et légumes devrait être une des prérogatives de la commune, ce qui par conséquent constitue une source de financement pour le budget communal. D’autres proposent des idées bien translucides pour penser dans un avenir proche à une extension du parc communal. Pour le moment, il s’agit de mettre les bouchées doubles pour récupérer le terrain, s’accorde-t-on à commenter.

NB: le texte est une revue de presse quand au titre il est de notre journal

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=51819

Posté par le Juil 20 2014. inséré dans ACTUALITE, CE QUE DIT LA PRESSE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

9 Commentaires pour “SIDI BEL ABBES: La récupération du patrimoine communal est-elle réalisable ?”

  1. Nory

    A mon avis le contentieux est lourd ;des complicités ont généré cette scrabreuse situation Je doute de ces intentions ;le contraire est le bienvenu

  2. kaid

    je doute il ya peu de volonté politique et les politiciens s’agitent

  3. OUERRAD

    I.. RRE ?? CU .. PE ?? RA ?? BLE
    trop de magouiles ont deja fait jurisprudence sur ce fameux patrimoine communale
    la ferme du legionnaire
    la pepiniere de gambetta
    l entreprise cassini
    L ENTREPRISE DE CARRELAGE objet de litige avec la dame d el graba avec des milliards à rembourser , un dossier qui en dit long .
    la fabrique de carrelage de sidiyassine
    les douches publiques de fg perrin et cayassone
    que dis ? le sommier mobolibier et immobilier est ignore par tous
    il y a à debattre dans ce DOSSIER trop LOURD
    QUI VA OSER Y TOUCHER ?
    BON COURAGE LES GARS ….

  4. Fouzia T

    Je remarque que vous défendez bien malgré votre éloignement selon vos posts

    • OUERRAD

      JE suis l un des fils de la maison , et j ai le label SIDIBEL ABBES qui me colle aux;;;;;;;;;; meme tres loin de chez moi.
      J ai ete membre de l executif communal , dans l APC de feu DJELLOULI RABI YARHMOU et m a conseille de fermer ma G……. Justement pour ce dossier que j ai essaye de depoussierer à ce moment là .
      Tant pis la roue tourne et , s il se trouve des jeunes dans l APC actuelle pour faire le nettoyage , je serai RAVI .

  5. OUERRAD

    LIRE on m a conseille de fermer ma G…..

  6. novice

    Le manege qui n’en n’ai pas un ,me donne des nausées à chaque fois que je rentre à SBA par la rocade ! est-il possible de construire sur un terrain presque marécageux des bungalows ,une salle des fêtes ! qui a attribué ce terrain à ce gars de l’Est,qui a décidé de le construie ! notre wilaya mérite mieux !
    Pourquoi on privilégie des gens qui ne sont pas ,je ne dis pas de la région ,mais du métier !
    J’ai su qu’un ancien Directeur de la Cassap de Telagh possédait un logement de fonction à Telagh depuis 1987 ,et que la commission de daira a voulu lui enlever le logement ,malgré le désistement ! je me suis dit qu’une compétence pareille qui a laissait ses enfants pendant la décennie noire,pour faire son travail,et pour que l’entreprise ne dépose pas le bilan,en prenant des risques ,en passant des années ,seul avec son fusil ,loin de sa famille qui habite SBA ,pouvait facilement avoir un logement ,sachant qu’il a passé toute sa vie au service de l’agriculture ,et donc de l’état !
    Et que certains membres de la commission de daira disent qu’il n’est pas de Telagh,qu’il est de SBA,alors là que dit-on des gens de l’Est qui ont bénéficié de patrimoine local irremplaçable (je ne suis pas régionaliste) mais ces agissements nous rendent fous furieux oua laho elmoustaane.

Répondre