La Voix De Sidi Bel Abbes

Sidi Bel Abbés : La forêt renaît de ses cendres .

La forêt Bouhriz, distante d’une quinzaine de kilomètres du chef-lieu de wilaya, semble assurément bien partie pour devenir l’un des sites les plus prisés par les promeneurs et autres randonneurs potentiels.

Déserté voilà quelques années, Bouhriz qui avait été, alors, en proie à une forte dégradation générée par une multitude d’aléas et autres négligences humaines, vient, en effet, de se réapproprier sa réputation de véritable espace de villégiature et de tourisme forestier.

Cette reconquête, font remarquer certains anciens habitués des lieux, est le fruit de multiples et laborieuses actions de reboisement et de réhabilitation qui n’ont pas été sans conférer au site son illustre image d’antan. Pour preuve, de nombreux adeptes de campings, bivouacs, et autres activités de plein air, ont fait de ce site récréatif un lieu de destination et de prédilection privilégié.

Bien plus, Bouhriz qui s’étend sur une superficie globale estimée à quelque 120 hectares, a eu, du reste, l’insigne mérite d’abriter les récentes festivités marquant la fameuse journée internationale des forêts, une opportunité qui a permis à bon nombre de visiteurs de redécouvrir ce merveilleux site. Il est utile de signaler que la wilaya de Sidi Bel Abbès compte 39 forêts qui chevauchent une quarantaine de communes. Leur superficie totale s’élève à 203.000 hectares.

Source El Watan du 26/3/2015

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=59434

Posté par le Mar 26 2015. inséré dans ACTUALITE, CE QUE DIT LA PRESSE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez aller à la fin et répondre. Le Ping est actuellement interdit.

5 Commentaires pour “Sidi Bel Abbés : La forêt renaît de ses cendres .”

  1. Mohammed

    Ce qui est fait en mal, détérioration volontaire ou pas, actes pyromanes etc… C’est connu, le plus urgent est de promouvoir et préserver ces jolis poumons naturels.

  2. Anonyme

    la foret de Bouhariz et de Boutene sont de vraies lieux de détente et de loisir pour toute la région de Sidi bel abbes ,mais la pollution causée par l’homme (bouteilles en plastique et en verre ,canette de bière ….etc)accélère la disparition de ces lieux naturelles.Le retour des gardes forestiers est une nécessite pour sauvegarder ce qui reste de ce patrimoine naturel, en plus d’ une mobilisation générale de la société civile pour promouvoir la culture du respect de l’environnement.

  3. benattou

    IL faut préserver ces sites en employant tous les moyens humains et matériels.

  4. M .M

    @mr benatttou ceux sont les mots qu’il faut On a tout a gagner en s’occupant de cette donnée naturelle que le bon dieu nous as mis a notre disposition

  5. Imène

    Idem ! si on veut préserver notre patrimoine naturel pour nous et les générations à venir , il faut mettre en place une politique , une démarche citoyenne qui repose sur 3 volets / Education , sensibilisation , répression ..concrètement , on peut par ex , mobiliser des  » brigades ( mobiles ) du civisme dans le cadre de l’emploi des jeunes ( des jeunes dynamiques qu’on aura au préalable formés , motivés ,..) qui vont aller au contact des citoyens sur les plages ou les lacs ,en forêts , montagnes , et même dans la rue .leur mission ne sera pas de toute facilité , c clair ( avec notre ghachi ! ) ils vont travailler en collaboration avec la gendarmerie nationale ( faut bien verbaliser ! )
    Une amie (qui travaille ds un organisme chargé de la protection du littoral ) m’a raconté que lors de leurs  » descente  » sur le terrain ( sur les plages , à la rencontre des familles , et baigneurs ) ils ( elles ) se font copieusement insultés par ces citoyens à qui on demande juste de mettre leurs ordures ( comprenez couches bb , épluchures , canettes , gobelets …) dans les sachets , afin de leur faciliter le ramassage ..mais m’a t-elle dit qu’au bout de 3 ou 4  » visites impromptues  » les gens deviennent plus receptifs , voire plus coopérants .comme quoi , le civisme est un long apprentissage ..salem !

Répondre