La Voix De Sidi Bel Abbes

Sidi Bel Abbes .Gros plan sur un couple d’athlètes, entraîneurs déterminés et passionnés qui bute face a de sérieux handicaps paralysants…Par notre ami Adel B.Z

C’est avec un grand plaisir que  nous avions  tenu à  partager  cette  entrevue réalisée avec  ces deux  athlètes-entraineurs  que sont le couple Aidoun Roba ( Entraineur de Gymnastique Rythmique, acrobatique et Karaté) et Bounia Youcef (entraineur de Karaté Shotokan et Do Shin ky, King Boxing, El Matrag  etc)  qui enseignent à des enfants de tous les niveaux et de tous les âges, la pratique du sport  au sein d’une association  qui œuvre avec beaucoup de difficultés en moyens matériel, et très peu d’aide  de soutien et d’émancipation qui bloquent la, possibilité de participer aux compétitions , stages et de la sorte  évoluer dans ces sports qui sont des questions que les autorités concernés  de la  wilaya devraient  résoudre.

Le couple Bounoua Youcef et Aidoun Roba, sont deux sportifs qui depuis leur tendres jeunesse, se sont investis  dans le monde du sport et n’ont jamais déserté les salles  et les tatamis ou les disciplines  de Karaté qui surgissait à l’époque, comme des modes, envoutants les passionnés. Ils se sont confrontés ensembles,  pour opposer leurs forces, leurs  performances  et pour compléter leur techniques. Ils ont remportés  avec succès des trophées et des médailles lors des nombreuses compétitions et  championnats. Puis arrivés  à leur âge d’adulte, décidèrent d’unir leur capacités et leur connaissances, en liant  mariage, d’avoir un enfant et de vivre, le sport avec un engouement, qui ne cesse de prendre l’ampleur, malgré les grandes difficultés et embuches, rencontrées tout le long de leur parcours  social, familial et sportif.

Pour commencer, nous dirons que ce couple de citoyens-sportifs.est

,  devenu malgré sa fougue anonyme, alors qu’ils méritaient mieux. Sans emploi, ni logement, ni avenir social certain, ils vivent, difficilement grâce à de petits boulots par-ci et par là, lui dans le bâtiment, et elle là ou elle pourrait aider et être rémunéré. Une situation sociale très bouleversante, avec un enfant sur le dos. Ils agissent noblement, difficilement mais surement pour ne pas faire sombrer leur association « Ikhlass ». En tant que citoyen, ils désirent être moralement tranquillisé et sécurisé- Ils sont en besoin d’un logement dont ils en ont fait la demande en 2005 et sont dans une infernale attente-Ils ont longuement accepté de vivre  aux milieux de 14 personnes avec les beaux parents – Le couple  fut contraint de louer un appartement du type  social à Benhamouda pour 15.000DA/MOIS- chez  un propriétaire, qui n’a rien  d’un cas social (et dire que l’on attribue des logement sociaux à des gens qui ne sont pas dans le besoin, qui  obtiennent cet avantage  pour le relouer à 15.000DA/mois, à de pauvres algériens n’ont pas ou loger. Cela  devrait inquiéter les responsable sur ces attributions, donné à des gens qui n’en ont pas besoin et en font un moyen de commerce, alors que d’autre souffre.

Le couple Bounoua Youcef et Roba né Aidoune, est l’un des rare couple  sportif  algérien, qui s’investissent totalement, malgré les manques et les insuffisances, qu’ils rencontrent. C’est alors qu’ils créèrent, l’association « Ikhlass » avec l’ardent désir, de promouvoir  autant qu’il sera possible les disciplines dont ils en sont des entraineurs de grandes qualités. Des athlètes sportifs ayant décidés de vivre dans l’activité sportive dont ils ont la charge, avec le désir de les promouvoir

Mme Bounoua né Aidoun Roba, nous  confiera, avoir traversé le même parcours sportif, que son époux, qu’elle apprenait les mêmes disciplines que lui, qu’elle obtenait les mêmes grades, le même nombre de dan, Qu’elle obtenait également  de très bons résultats. MmeRoba, fut  dès son jeune âge, considérée au sein de la famille comme une fille  résistante et de forte  copulation. Pour la petite histoire, elle nous racontera, qu’elle travaillait aux champs avec son père, comme une grande, ne montrant jamais des signes de fatigue. Quand la famille Aidoun décida de venir vivre en ville pour des raisons sécuritaires, elle découvrait, la salle de Karaté de Bouroumi Ahmed, dont elle devenait à 8 ans de son âge, l’une des athlètes les plus attentionnées.  Encouragée par ses parents, qui voyait en elle une «future Championne », elle s’entrainait avec grande fougueDans ses souvenirs, elle  reconnaissait aussi avoir été  influencé, par la première Karatéka de Sidi bel abbès, celle qui obtenait  la 1ere dan à 13 ans attribuée par  le grand maitre Japonais Kasé, la plus jeune  athlète qui en 1982 fut  membre de l’équipe nationale avec Réda Benkaddour(champion du monde), une athlète de grande capacité, qui aurait pu apporter des résultats internationaux si au niveau de la wilaya on l’avait encouragée, celle qui après avoir entrainé  les filles à la briquèterie et à l’université, quittait le monde du Karaté en anonyme, comme elle en était venue, elle nommait Benkhelouf Rabéa Donc « Roba »,passait les grades  avec grand succès et participait aux différentes compétitions locales, régionales et nationales et obtenait de très bons résultats. « J’ai été plusieurs fois championne locale, régionale et nationale. J’obtenais ma ceinture noire  et la 2ieme dan  en m’entrainant qu’avec des jeunes hommes, compte tenue de l’absence de fille dans cette discipline. Je faisais l’impossible, pour promouvoir cette  discipline aux filles  de la ville »….Elle fut athlète  de compétition, dans  plusieurs disciplines  du karaté dont le Karaté Do, Do Shun Ky, le Ful Contact, Jiu-jitsu, le Tékoando, El Matrag, le Ful-contact, le Kung-fu  etc etc  à travers  lesquelles, on lui décernait, grade, titre et  résultat au niveau local, régional et national. Sa qualité était  de s’exprimer merveilleusement bien, dans toutes ces disciplines  qu’elle approchait, et qui n’avaient pas de pratiquante féminine. Contrainte alors  à s’opposer à des hommes  pour revenir avec de très bons résultats et une bonne performance. Elle entraina durant  plusieurs années, ces disciplines du Karaté, en collaboration avec son mari  Puis en 2010, ayant été  invité à faire un stage de gymnastique rythmique, elle découvrait alors une nouvelle passion, qu’elle n’a plus quitté et qu’elle tente de promouvoir  dans la wilaya, ou déjà de très bons résultats, sont obtenus pas son association dont le championnat national de Saida, ou elle obtenait la 1ere place en individuel et la 2ieme place en groupe. Elle assure être rassuré que le résultat est proche, pour d’autres horizons, et cela est le fruit d’une coopération, d’entraide aide dans l’association.

Mme Roba me fera, comprendre qu’en leurs qualités d’entraineurs mariés, ils représentent les seconds parents pour leurs jeunes athlètes. Ils en deviennent des modèles, l’autorité inaccessible à laquelle ils se fient, mais avec laquelle ils ne collaborent jamais vraiment d’égal à égal… sauf dans le cadre du sport ! « Les élèves, jouissent d’un sentiment de confiance, qui a des répercussions positives sur leur développement personnel », nous  ajoutera  Mr Youcef Bounoua. « A travers les activités sportives qui sont dispensées, les jeunes athlètes acquièrent de façon ludique et donc non rébarbative certaines valeurs telles que, le sens de l’entraide, du collectif, du dépassement de soi, de l’effort, qui sont des messages qui passe beaucoup plus facilement ! » précisera Mme Roba. Avant d’être, là personne très  impliquée  et très heureuse de pouvoir contribuer à l’avancement de son association sportive et particulièrement au volet de la Gymnastique Rythmique, qu’elle gère depuis 2010, avec fougue. « N’ayant appris que le sport, dont je suis une passionnée. Je trouve  tout mon temps pour transmettre à mes élèves, la passion qu’il offre que l’on pratique et son apport physique et mental. J’aime beaucoup les enfants et je suis toujours fascinée de voir à quel point ils me font cheminer dans ma vie personnelle! Je souhaite pouvoir continuer à faire progresser les disciplines que j’enseigne tel que la gymnastique rythmique, qui doit s’acquérir a un très jeune âge, pour la flexibilité et l’agilité du corps »Elle ajoutera «Mes ambitions visent à ramener  des médailles et des coupes  de karaté  à ma ville car, nous disposons de jeunes athlètes, capable d’apporter de bons résultats qui ont besoin que l’on  organise  pour eux, des stages et des formations. Nous ne pouvons que tendre la main aux autorités, si elles veulent, nous accompagner humainement, psychologiquement et  matériellement, pour soutenir le karaté  Bel abbésien. » 

Mr Bounia Youcef, actuellement entraineur de Karaté Do au sein de l’association « Ikhlass », nous apprendra  que « Sidi bel abbès a toujours été une ville de champion et de référence, à travers des rencontres, locales régionales,  nationales  et même  internationales. C’est cette place que nous ne devrons pas perdre». ll déplorera  toujours, l’insuffisance des infrastructures d’entrainement et de formation, par rapport à d’autres wilayas. Il nous racontera  que très jeune, dans le début de1993, il s’engageait dans  l’apprentissage  du Karaté  dans la salle de  maitre Bouroumi Ahmed. Jusqu’à l’obtention de la 2ieme dan. Puis  percevant une régression  du karaté do, il s’en allait  découvrir d’autre discipline dont  le Do Shun Ky  auprès de Maitre Réguibat Med 10ieme Dan à Oran, Il se permettait  pendant plusieurs  années de faire la navette, afin d’acquérir cette pratique. Il devenait athlète de performance dans le « Do Shin Ky » et obtenais en plus des titres locaux  et régionaux  le titre national  de champion d’Algérie en  l’an 2000 à Blida .(La première place revenait à Sidi bel abbès ou  en individuel et en groupe – Oran fut classé en 2ieme place  et Alger la 3ieme place). Il obtenait  en cette période le grade de la  2ieme dan….Nous apprendrons, que cette discipline   n’est pas différente du Karaté do, et possédait d’autres avantages qui englobaient  une variété d’arts martiaux dont, le « Ful contact », le « matrag traditionnel », le « self défense », les « armes blanches » , les « armes noires »  le « fo-Vietnam », le « mon-tym ». Puis voyant  une fois de plus que  cette discipline  n’évoluait pas à son tour, sur le plan compétition, au niveau national, Bounoua Youcef  s’activait dans le  « Kingboxing » (1ere Dan), « Teakando » (1ere Dan), « judo » (ceinture marron).

 La détermination est un mot incontournable chez ce couple,  qui  est  toujours déterminé à donner le meilleur de lui même. Les sacrifices et les efforts, les mènent  sur le chemin de la confiance et le goût du dépassement, les amènent  à relever des défis passionnants. Ils  demeurent cependant en attente d’une attention  encourageante. Nous signalerons que L’équipe  de  Gymnastique Rythmique de l’Association IKHLASS que dirige Roba a  été sacrée en l1ere place au Championat National le « Cerceau d’Or » de Saida en Juin 2013. Donc l’équipe belabbésienne a été sacrée Championne d’Algérie  en individuel et 2ieme place en groupe.

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=32032

Posté par le Août 25 2013. inséré dans ACTUALITE, INDIVIDUELS, SPORTS. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

4 Commentaires pour “Sidi Bel Abbes .Gros plan sur un couple d’athlètes, entraîneurs déterminés et passionnés qui bute face a de sérieux handicaps paralysants…Par notre ami Adel B.Z”

  1. gherbi sba'

    la direction de la jeunesse et la wilaya doivent aider ce couple

  2. BADISSI

    Ont doit les aider , dommage des champions marginalisée et en championnat du monde ont envoient des bras casées , qui ne ramène aucune médaille la preuve le dernier championnat a Moscou , merci a la VDSBA qui nous fait connaitre des champions de notre ville , ou est le DJS ???????????????

  3. miloua

    Il faut tenir bon Mme et Mr Bounia tot ou tard vos efforts seront recompenses
    Mme Bounia a evoqué des souvenirs qui m’ont interpelés losqu’elle a evoque Mr Benkadour et Melle Benkhelouf lors de leur passage (1987) à la briquetterie.
    En effet c’etait une epoque merveilleuse qu’a vécu cet etablissement regie sous ma direction en Complexe de la jeunesse et des sports parrainé par le wali Mr Sellal actuel premier ministre
    Cet homme a reussi lors de son passage de realiser ce complexe,de doter la coupole d’un planetarium et d’ouvrir le CIAJ.
    De la briquetterie et la coupole il fit un veritable complexe culturel et sportif avec une autonomie de budget d’equipemenrts et de gestion qui dépassait le milliard par an.
    C’etait la premiere fois que des educateurs culturels et sportifs percevait une vacation ,tous les moyens materiels etaient à leur disposition.De ce temps là on encourageait les educateurs dans tous les domaines à l’image de Benkhelouf (Karaté) et Benkadour ,Belkheir (judo),Belgadi (Basket),Rahou (hand ball) (Bousmaha (Folklore) avec Kazouz, feue Reguieg Rachida (ballet),les feres Baraka (andalous) hadj aissa (poterie),Talha Zouaoui (escrime) Melle Frih (aerobic) et la cerise sur le gateau le groupe Raina Rai du marhoum Djillali.amarnas.Meme l’equipe de l’usmba drivée par Hasnaoui okacha profitait des installations,(salle informatique,baby foot,tennis de table,projection video en salle de cinema,cafeteria)
    Chacun se demandera comment ce bijou est devenu une ruine tout simplement il a subi le tsunami de la decennie noire

  4. belabbésien

    il est toujours tant de le récupérer la formation prof n’as pas réussi son projet de maison artisanat une sale affaire

Répondre