La Voix De Sidi Bel Abbes

Sidi Bel Abbes éducation : Une protesta et débrayage demain et une exigence de départ du directeur du secteur.

Alors qu’une journée de protestation à l’initiative du syndicat UNPEF est programmée pour demain Mercredi avec un rassemblement devant le siège de l’académie à partir de 10h pour exprimer des revendications socio-professionnelles nationales, nous avons appris qu’une quarantaine de professeurs du secondaire, adhérent au (CNAPEST) de Sidi Bel Abbès, ont observé dans la matinée du lundi un sit-in devant le siège de l’académie, pour exiger le départ du directeur de l’éducation et la satisfaction de leurs revendications. Selon le contenu du communiqué rendu public, le directeur de l’éducation qui manque de pouvoir de décision, néglige tous les problèmes posés par les enseignants et écarte leurs représentants syndicaux de toute prise de décision et du droit de regard sur la gestion administrative, éducative et financière de la direction de l’éducation. Après une réunion, 35 membres du CNAPEST ont voté son départ, l’accusant d’être incapable de gérer convenablement les problèmes de son secteur. Il est également accusé de ne pas honorer ses engagements, de ne pas respecter les lois de la fonction publique et du travail. Les contestataires ont posé également le problème du retard dans la régularisation de la situation des enseignants, le retard dans le raccordement des lycées de la wilaya au réseau internet. L’installation d’une commission paritaire au niveau du lycée Boukhari s’est faite contrairement aux accords conclus entre le directeur et le syndicat. Le CNAPEST pointe d’un doigt accusateur, certains responsables de la direction de l’éducation pour leur pratique abusive et irresponsable à l’encontre des enseignants suspendus. Ces derniers n’ont demandé que le règlement de leur situation.

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=25296

Posté par le Avr 9 2013. inséré dans ACTUALITE, SBA PROFONDE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

10 Commentaires pour “Sidi Bel Abbes éducation : Une protesta et débrayage demain et une exigence de départ du directeur du secteur.”

  1. belamri abdelkader

    Ces syndicats qui se mutiplient et qui se relaient pour paralyser le fonctionnement de l’état et s’immiscer dans le fonctionnement des structures;quelle débandade voulue et autorisée par le pouvoir afin de se disculper de ses propres tares.Et ces enseignants qui choisissent des périodes de préparation aux différents examens pour exercer leur chantage sans se soucier de l’interet de l’éleve .Et la conscience professionnelle,vous qui etes sensés enseigner l’éducation civique,vous en faites quoi?Cela ne pourra pas durer eternellement car un jour viendra ou un autre pouvoir en place,légitime au sens démocratique du terme, ne considerera que la loi et rien que la loi et à ce moment là,vous saurez la signication exacte du dicton populaire :Alli yansef fi elben yachtaguah.

  2. abbassi mdegouti

    Les gréves arrivent dés q ue les examens approchent mais les grands perdants sont les éleves de parents pauvres quand aux enfants des riches c’est les profs en gréve qui vont chez eux leur donner des cours (des léches bottes)

  3. abbassi mdegouti

    que dieu nous envoie un dictateur incha allah

  4. k/faraoun

    L’interet de l’élève est primordial et passe avant tout et toutes les décisions doivent etre prises après les vacances et non avant. Les syndicalistes ne doivent pas prendre les élèves pour otages pour régler leurs problèmes. Je ne sais pas comment est gérée notre administration puisque c’est le syndicat qui décide du changement du directeur qui est nommé par décret ministériel.ALLAH YAHDINA

  5. abbes

    monsieur faraoun certainement vous ne connaissez pas ce directeur et ses acolytes

  6. k/faraoun

    Monsieur Abbes Je ne connais ni le directeur ni ses complices ni de quoi il s’agit mais j’ai dit que l’interet de l’élève passe en premier et ce n’est pas au syndicat de chasser le directeur parce que meme sa tutelle sera contre son départ en cette période difficile des examens . En cas ou le problème persiste et le syndicat n’aura pas gain de cause il faut avoir de la patience pour attendre la décision des responsables locaux sinon la décision ministérielle et en dernier faire une protestation qui aura lieu au début de la scolarité et non à la fin.

  7. Insanoune ââdi

    Dites-moi où est la sagesse dans tout ce cirque ??? Les notions de rigueur,de sérieux, de l’amour du métier,de la responsabilité,de la conscience et du don de soi où sont-ils passés ??Pour un rien, dès fois, les gens débrayent.Savez -vous pourquoi ou du moins a t-on essayé de savoir le pourquoi et le comment des choses ?? Il faut revoir les textes(et leurs applications! ) qui déterminent les responsabilités de tout un chacun et cessons ( une bonne fois pour toute!!!) de jouer avec l’avenir des élèves, qui ne nous pardonneront jamais une fois devenus adultes.Croyez-moi nous sommes -par égoisme et/ou intérêt-en train de creuser la tombe de toute une génération et par conséquent l’Algérie de demain (si ce n’est déjà fait maintenant!) Dès fois il nous arrive de désespérer en assistant à ses agissements qui éliminent -au départ- toute pondération ,sagesse et sérénité dans le règlement des conflits de travail.Et d’ailleurs ,sont-ils des conflits de travail ??? Si tel est le cas! N’y a t-il pas une loi qui régit tout cela ? Les gens feignent d’ignorer cette loi pour des raisons inexplicables et chacun va de ‘ses muscles’ ou son nombre de protestataires !En un mot on est pas loin de la loi de la jungle et où le nombre (même s’il a tort !) l’emporte sur la raison et le droit tout court.Croyez-moi je ne défends la position de personne mais essayons -au nom d’Allah le tout-puissant- de préserver les intérêts de nos enfants qui -je le redis- ne nous le pardonneront jamais parce qu’ils sont une AMANA entre nos mains nous qui croyons être adultes et sages ! Il y a péril en la demeure et la discipline doit être revue et ré-enseignée à tous! Déjà que les conséquences, dont le laxisme et la complaisance, se sont bien installés chez nous et cela pour une très très longue durée je le crains!

  8. badissie

    ALLAH YERHAME HOUARI BOUMEDIENNE. ET CES SYNDICAT QU’IL AILLE AU DIABLE c’est vraie abassi medigouti IL NOUS FAUT UN DICTATEURS

Répondre