La Voix De Sidi Bel Abbes

Sidi Bel Abbès: Des projets en souffrance.

A Sidi Bel Abbès, les taux de scolarisation ont connu une nette avancée pour les enfants âgés de 6 ans ainsi que pour le préscolaire. Néanmoins, et selon les dernières informations ayant trait à certains dysfonctionnements intersectoriels relatifs aux projets en souffrance, l’on apprend le T.O.C. (taux d’occupation des locaux) est menacé. A dire vrai, la non-réalisation de 10 salles de classe aux CEM Gherbi Abdelkader et Haouès Belabbès dans la véritable deuxième ville dans la ville, à savoir Sidi Djillali, où réside plus de la moitié de la population, est un constat décrié par les parents et même les utilisateurs car, dit-on, la DLEP réalisatrice a failli. Tout cela a engendré des difficultés liées aux surcharges des effectifs dans le cycle du moyen, qui accueille 14 606 nouveaux élèves, avec un taux de redoublement en 4e AM appréciable pour les élèves qui n’ont pas redoublé et qui doivent avoir une seule chance pour continuer leurs études. Pour ce qui est de l’autre projet en souffrance, il s’agit du lycée de Ras El-Ma (ex-Bedeau), qui n’a pas été achevé, même si des palliatifs provisoires ont été pris. Ces projets en souffrance pénalisent, indique-t-on ce samedi, la rentrée scolaire à Sidi Bel Abbès-ville notamment et Ras El-Ma.

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=7923

Posté par le Sep 11 2011. inséré dans ACTUALITE, SBA PROFONDE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

3 Commentaires pour “Sidi Bel Abbès: Des projets en souffrance.”

  1. badrou

    c’est toujours la souffrance dans notre ville,il y avais aussi des travaux à coté de l’école moliére,c’est par l’occasion de la rentré scolaire..malgré que c’est bien pour notre cartier qui à souffris,on espéront qu’il y aurai des nouvelles pour notre cartier fillaj abbou

  2. M.S

    Chaque fois que nous entendons d’une diminution de la capacité d’assurer les interets du peuple et leurs besoins essentiels à chaque occasion de la vie (Ramadhan ,Aid el Fitr ,el Adha ,la rentré sociale
    et d’autres…) Nous sentons que nous ne sommes pas dans un pays
    capable d’améliorer les conditions de l’individu et la société . Combien de temps nous restons sur cette situation sans progrès tangibles .Nous ne voulons pas courir derrière ce qui est de notre droit ,nous voulons une vie décente.

  3. MIMOUNI KADDA

    ON TRAVAIL QUAND LA CORRIPTION S’arret;;

Répondre