La Voix De Sidi Bel Abbes

Sidi Bel Abbes : des condamnations de terroristes qui semaient la terreur au sud de la wilaya

selon notre confrère H.S du quotidien d’Oran, on a appris qu’une coalition terroriste armée a volé en éclats suite aux coups consécutifs infligés par les forces de l’ANP, dont notamment des opérations de ratissage synchronisées, début février 2010, dans les secteurs de notre wilaya de Sidi Bel Abbes, ainsi qu’à Saïda et Tlemcen.  Les membres arrêtés de Djamâat Houmat Daâwa Salafia (DHS) et ceux qui leur prêtaient main-forte se succèdent les uns après les autres devant la justice, au gré des arrêts de renvoi.

Hier, un autre ex-trio de cette phalange terroriste en agonie était au programme du tribunal criminel d’Oran. Néanmoins, sur les trois mis en cause concernés, seulement un, B. Abdelghani, 50 ans, comparaissait au box du fait que les deux autres, B. Mohamed et B. Amine, sont encore en fuite. Ils devaient être jugés (contradictoirement pour le premier, par contumace pour les deux autres) pour « appartenance à groupe terroriste armé ». Après avoir bénéficié, en 2006, des dispositions de la charte nationale pour la paix et la réconciliation nationale, B. Abdelghani a récidivé quelque quatre années plus tard en rejoignant les rangs du groupe DHS, alors sous la houlette de l’émir Houdhaifa, de son vrai nom Halfaoui Lahcen, qui sera abattu par les forces de l’ANP en février 2011 au djebel Tafrent, dans la commune de Taourira, daïra de Merine, wilaya de Sidi Bel-Abbès.

La plupart de ses affidés liquidés ou arrêtés, leurs « cellules » de soutien démantelés et leurs sources d’approvisionnement en vivres, couvert et moutons asséchées, B. Abdelghani n’a eu d’autre choix que de se livrer à nouveau aux services de sécurité, misant sur la mansuétude de l’Etat dans le cadre de la réconciliation nationale. C’est sans compter, cette fois-ci en tout cas, sur la lucidité et l’intransigeance du procureur général, qui, du haut de son siège surélevé de représentant du ministère public, a martelé ne pas croire une seule seconde à l’histoire de prise de conscience avancée par le « faux repenti » pour endormir le tribunal et en obtenir l’acquittement. Juges et jurés, eux aussi, sont restés incrédules quant au prétexte présenté par le mis en cause pour justifier son retour aux maquis après la grâce amnistiante de l’Etat au nom du peuple, à savoir : « ils (les terroristes) m’ont forcé à remonter en me menaçant d’exécuter tous les membres de ma famille et d’incendier ma maison ». « Tu n’es pas redescendu par acquit de conscience mais parce que toi et tes copains maquisards n’avez rien à trouver à manger en cette période-là.

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=2394

Posté par le Avr 5 2011. inséré dans ACTUALITE, SBA PROFONDE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

Répondre