La Voix De Sidi Bel Abbes

Sidi Bel Abbes : Campagne électorale timide, le faux prétexte de la pluie…

A Sidi Bel Abbes et peu être probablement dans le territoire national, la cause des heureuses conditions climatiques est évoquée au vu du peu d’emballement des citoyens pour ce début officiel de la campagne électorale pour les législatives de 2012 qui parait des plus timides. D’ailleurs, sur les tableaux d’affichage, hormis quelques formations politiques qui se comptent sur les doigts  d’une main ont pu jusque là placardé quelques affiches pour tenter de se faire connaitre au près du lectorat de la wilaya de Sidi Bel Abbes. A noter que les nouveaux partis peinent par manque de moyens financiers à décoller.

Pour sa part, la presse nationale a commencé a évoqué cet événement politique pour le  »Le Temps d’Algérie », la campagne électorale a débuté « très timidement au niveau de la capitale », signalant que les panneaux d’affichages, installés pour permettre aux partis d’exposer leurs listes électorales et faire connaître leurs candidats d’Alger, sont restés « vides ».

« Au premier jour de cette campagne électorale, les grosses cylindrées politiques nationales affichent leurs intentions et parcourent les distances pour charmer les électeurs », écrit de son côté El Moudjahid. Notant que toute la classe politique a investi le terrain à l’occasion de la première journée de la campagne, El Moudjahid ajoute que « jusqu’au 6 mai prochain, ce sera une course électorale épique où les leaders des formations politiques et les candidats indépendants feront montre de leurs talents d’orateurs en animant des meetings populaires ».

« Départ raté », écrit dans son éditorial le quotidien Liberté, selon lequel la campagne électorale a commencé sur un « air timide, sur fond d’hésitation, mais surtout sur un air de déjà vu ». « Si pour les traditionnels FLN et RND le ton est à la continuité (…) pour les autres, le premier discours n’a pas été au niveau attendu », estime Liberté, qui ajoute que « le reste des trois semaines donneront peut-être la chance aux nouveaux visages surtout de se faire connaître. L’espoir est permis! »

Le Jeune Indépendant estime également que le début de cette campagne électorale a été « morose », un constat qu’il impute, dans un commentaire, à « l’absence d’enthousiasme chez l’électorat national et le désintéressement affiché par les citoyens, plutôt préoccupés par d’autres questions plus urgentes ayant un impact direct sur leur quotidien. »

« Les pouvoirs publics et la classe politique ont trois semaines pour convaincre un électorat peu enclin à se rendre aux urnes massivement », relève encore le journal. L’Expression abonde dans le même sens en relevant que  »le premier jour de campagne a été timide ». « A part quelques affiches, la campagne semble avoir du mal à imposer son parfum », écrit-il. Le Soir d’Algérie partage le même constat en titrant à la Une: « Campagne pour les législatives: un début timide ».

Par ailleurs, El Watan rend compte de son côté des activités des partis politiques en lice pour ces législatives, insistant notamment sur  »la détérioration » des panneaux d’affichage destinés à la publicité sur les candidats à Alger et à Bouira.

Pour l’Authentique, « cette élection n’arrive pas à trouver sa vitesse de croisière. Les citoyens restent rivés sur leurs problèmes au quotidien », alors que le quotidien (arabophone) El Massa, qui revient sur le début « timide » de la campagne pour les législatives 2012, l’explique par les « mauvaises conditions climatiques » et le « deuil » décrété à la suite du décès du premier président de l’Algérie indépendante, Ahmed Ben Bella. Avec cinq pages consacrées à l’événement, le quotidien Echaâb écrit que le début de la campagne électorale n’a pas connu l' »effervescence » enregistrée sur la scène politique ces derniers mois.

De son côté, le quotidien El Khabar s’arrête sur le constat de l’absence des partis politiques en lice pour ces législatives du 10 mai sur la Toile, notamment sur les réseaux sociaux.  »Les partis misent sur le terrain » et non sur la « communication virtuelle ». Le journal a réservé une large couverture à l’événement, qu’il a intitulée « feuilles de la campagne », où toutes les questions liées à la campagne et au scrutin sont abordées avec les déclarations des leaders des partis.

 »Froide », est d’autre part le commentaire d’El Fadjr sur le début de campagne électorale pour le scrutin du 10 mai prochain, signalant que la quasi-totalité des partis en lice ont préféré  »animer des meetings dans les wilayas centre du pays avec des discours et des promesses connus ». Dans un article sur « les choix tactiques » des partis en lice pour les législatives du 10 mai, Waqt El Djazaïr signale que la plupart d’entre eux, notamment ceux nouvellement agrées,

a opté pour « une intensification des actions de sensibilisation et du travail de proximité » alors que les « anciens partis » ont choisi d’entamer la campagne électorale par l’organisation de meetings populaires. Enfin, le Quotidien d’Oran, Echorouk El Yaoumi, Ennahar El Djadid, Horizons et la Tribune se sont contentés de publier des comptes-rendus des activités des différents partis politiques de l’ouverture officielle de la campagne électorale pour les législatives du 10 mai.

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=12559

Posté par le Avr 16 2012. inséré dans ACTUALITE, ALGERIE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

8 Commentaires pour “Sidi Bel Abbes : Campagne électorale timide, le faux prétexte de la pluie…”

  1. arbi zazou sl sba

    Joli flash mais le niveau est faible il ya un désenchentement la campagne présidentielle Francaise prend le dessous je ne dénigre pas khamis tou toujours les memes

  2. daho belabbes

    le désenchantement plane et la déssafection sur les afairtes politiquesest une rélité la fonction de député rime avec avantages sociux et sur qui allons nous voter..c’est lamentable

  3. azedin

    c est vrai jolie flash une compagne faible et que personne ne s intérrèsse . nous algériens il ne faut plus vote pour sanctionné ce gouvernement iligitime .

  4. kamara

    Choisir entre la peste et la médiocrité.

    La peste est la maladie qui touche les algériens et qui les affaiblit. Les microbes responsables de cette maladie s’appellent FLN et RND. Pour le reste il n y a que le vide sidéral. Des affairistes qui se proposent de représenter le peuple de Sidi bel abbés! Qui sont ces candidats ? Quel est le leur CV ? La représentation populaire n’est pas un Bizness. Représenter le peuple c’est comprendre ses revendications, les porter et agir pour les solutions. C’est se sacrifier pour un avenir meilleur. C’est honorable, c’est noble. Ce n’est surement pas l’objectif de ces candidats affairistes qui veulent faire leur beurre sur le dos du petit peuple. C’est une Maffia politico-financière et la preuve en est qu’un ministre( TOU)s’allie avec un trafiquant(KHAMIS) pour de la monnaie sale gagnée sur le malheur d’enfants drogués. On peut douter de la propreté de ces élections avec cette façon de faire. On est pas dupe. Dans le monde entier ceux qui constituent l’essentiel des chambres hautes, ce sont les universitaires. Qui mieux que les universitaires peut dessiner un projet pour la wilaya et le pays ?
    Sidi bel abbes a l’une des meilleures universités d’Algérie, avec un millier enseignants. Il n y a pas un seul prof universitaire tête de liste. Le doute sur l’efficacité de ces élections est largement permis

    Salut
    kamara

  5. ARAMAK

    Mr:kamara
    vous etre le paracitamol…I?

  6. nounou

    khamis de la pouriture

  7. citoyenne

    bonjour; j’interviens pour parler de cette gréve des enseignants des lycées qui se poursuit alors qu’ils reste aux candidats au BAC exactement 12 jours de cours je me demande comment ces profs vont faire pour rattraper ce retard je parle en connaissance de cause je suis en retraite aprés avoir été prof de maths pendant 30ans ARETTEZ DE PRENDRE EN OTAGE NOS ENFANTS wa hamdou RABBI القناعة كنز لا يفنى

Répondre