La Voix De Sidi Bel Abbes

Sidi Bel Abbes : Bouchia Boubekeur, un autre serviteur s’en va.

l’automne aura été indélibile avrc Haoues amar ; Blaha z.Meftah Khemliche; ce sobre défenseur de lEMBA natif du 19 juilLet 39 a Sidibelabbes;qui fut entérré hier, puis celle d’un des fidèles adjoints du docteur Hassani abdelkader ; un parent de feu Tayebi larbi que nous avons évoqué hier par devoir de belabbésien qui reconnait les mérites et les actes des fidéles hommes et femmes du bled.Il s’agit de BOUCHIA BOUBEKER qui est décédé a Oran ouil résidait depuis des décenies lui qui futdirecteur de la CCLS puis directeur de lU.C.A .qui est une union des coopératives agricoles nous dit notre ami hadj benaouda Fekih qui a transmis nos condolénces a son frére par téléphone hier soir et comme l’un  de nos amis lec teurs Tewfikkhayi est son oncle Nous nous associons a cette démarche entamée par des lecteurs qui onr déja présenté leur condoléances Nous on a consolidé par un modeste papier ence vendredi saint.Toutes les petites catégories du club aux séniors se rappeleront certainement de ce dirigeant affable et trés dévoué  et aux soins de tous dans le comité directeur local et aussi national établi a ALger autour de Tayebi voir photo de la une RABI YERHMAH

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=18488

Posté par le Nov 9 2012. inséré dans ACTUALITE, ANNONCES, EVOCATION. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

8 Commentaires pour “Sidi Bel Abbes : Bouchia Boubekeur, un autre serviteur s’en va.”

  1. Dekkiche de Paris

    Mes condolénaces aux deux belabbésierns khemliche que j’ai vu jouer et mr Bouchia un ardent dirigeant avec bendella chikhi mokrane abbes qui est sur la photo rabia d’Alger.bravo VDSBA pour le travail.bévélvolen’en déplaise a gamra

  2. chaibdraa tani djamel

    mes sincéres condoleances à la famille MEKHFI aprés le décés de leur cher pére KHEMLICHE qui était joueur puis entraineur ge l’équipe des cheminots L »ASCBA ainsi qu »à la famille BOUCHIA aprés le décés de BOUBAKEUR un grand dirigeant sportif de SIDI BEL ABBES il a été méme président de L »EMBA mes condoléances à ZOHER ainsi qu »à son frére TOUFIK (tout deux résidants au CANADA) ainsi qu »à leur pére TAYEB

  3. Benhaddou Boubakar

    MES SINCERES CONDOLEANCES A MON frere et ancien voisin tewfikhayi BOUCHIA TEWFIK ,allah yarham ton oncle BOUBEKEUR;

  4. lalimi t sba

    Fort heureusement que nous avons la voix desba;j’aiperdu de vue ce gentil cadre belabbésien qui fut trés serviable.

  5. Mohammed.G..

    La saga des disparus continue.En effet,après Haouès Amar, Daoudji le journaliste,Blaha.Z, le pharmacien, Mefteh Khemliche, Voilà qu’une autre icône Bel-Abbésienne nous quitte sur la pointe des pieds,après avoir contribué efficacement aux progrès et au développement de notre ville,avec Tayebi Larbi,Hassani Abdelkader et bien d’autres figures emblématiques Rahimahoum Allah !!!
    Il s’agit de Monsieur Bouchia Boubekeur , l’oncle de mon ami et frère Bouchia Tewfik,connu sous le pseudo Tewfikhayi ,un lecteur assidu de la VDSBA, avec qui nous avons passé,ensemble près de 20 années de labeur!!!
    En ces circonstances douloureuses,je me joins à la famille BOUCHIA, et je partage entièrement son chagrin,en lui présentant mes sincères condoléances les plus attristées et en particulier, à mon frère Tewfik, qui son destin et son mektoub ont voulu qu’il soit installé loin,très loin de sa ville chérie et de son pays!!!
    Enfin,nous dirons ,dans tous cela,que Dieu en a décidé ainsi !!!
    Äadhama Allahou Adjarakoum….Inna lillahi oua inna ilayhi rajioun ou El-Hamdou lillahi Rab El-aalamine!!!

  6. REZIG

    Salam,

    je tiens à présenter mes vives et sincères condoléances à toute la famille BOUCHIA de Sidi-Bel-Abbès et d’ailleurs.

    Je tiens aussi à partager la peine de toute cette famille endeuillée et en particulier de Tewfik, neveu du disparu, feu Bouchia Boubekeur « Que Dieu ait son âme ».

     » Reposez en paix, cher Boubekeur, et qu’Allah vous accueille en son vaste Paradis !  »

     » À Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons !  »

    Avec toute ma compassion et toute ma sympathie,

    JAMEL

  7. tewfikhayii

    Salam,
    Je constate que la solidarité et la compassion ne sont pas de vains mots pour les Ouled Sidi Bel Abbès. Cet élan fraternel nous va droit au cœur et nous réconforte que Bel Abbès a enfanté des enfants qui la méritent. En ce qui concerne mon cher oncle Feu Boubekeur rahimahou ellah, il a toujours aimé Sidi Bel abbès, à tel point qu’il avait en 1962, refusé un poste très important au ministère de l’Agriculture, car il n’a jamais voulu être éloigné de sa ville chérie. Je vais essayer de faire une petite biographie sur mon oncle.
    Hadj Boubekeur Bouchia est né le 31 Mars 1930 à Sidi Bel Abbès, et il grandit au milieu des siens et de la fratrie des Mhadjas à La Calle Del Sol dans une maison située à l’angle de la rue soleil et le Boulevard Mohamed Khémisti. C’est là qu’il grandit et passa toutes ses classes à l’école publique où il réussit à obtenir son certificat d’études et de se préparer à rentrer au collège, mais les autorités de l’époque ne donnaient pas la chance aux ‘’indigènes’’ doués de faire des études supérieures, sauf pour certains privilégiés. Ceci le poussa à faire des études de comptabilité qu’il a fini avec succès. Étant devenu majeur, il a été obligé de ne pas répondre au service militaire français, de déserter l’armée française, et partir au Maroc pour rejoindre la diaspora algérienne établie,en s’engageant pour la cause nationale et préparer l’après révolution en faisant du nidham. Après l’indépendance, les cadres algériens se trouvant en Tunisie et au Maroc, ont été appelés par le gouvernement pour suppléer au départ massif des cadres français, mon oncle faisait partie d’eux et au lendemain du 5 Juillet 1962, ils sont rentrés au pays. Mon oncle avait demandé à sa tutelle de prendre un poste à sidi bel abbès, et comme les postes sensibles étaient vacants, on lui proposa de prendre un poste important au ministère de l’agriculture, il refusa poliment cette distinction. Sur insistance pressante du ministre, il accepta ce poste, mais à condition de rester à sidi bel abbès, c’est-à-dire, qu’il était directeur général au ministère de l’agriculture avec résidence à SBA, alors que normalement, il aurait dû résider à Alger. Il prit en charge la CCLS de Sidi Bel Abbès, et en fit un fleuron de nouvelles technologies et de gestion des Céréales au niveau national, à tel point que des experts de France, du Canada, des USA et du Mexique venaient à SBA pour voir en activité les progrès de gestion de ces denrées indispensables pour la nutrition .Il avait géré cette coopérative comme si c’était sa propriété mais au sens noble et désintéressé du terme, et il était tellement populaire parmi les travailleurs, du plus petit portefaix au cadre sous-directeur, il lui arrivait de croiser des travailleurs au centre-ville en pleine heure de travail et il faisait semblant de ne pas les avoir vu, car il disait toujours qu’un travailleur respecté par sa hiéarchie donnerait toute son énergie quand le besoin se ferait sentir. Dans cette coopérative, qui était à 50 % étatique et 50 % propriété des producteurs de céréales de la région avait un conseil d’administration, présidé conjointement par Boubekeur, représentant le ministre et Méziane KHÉLIFA (papa de feu ould Khélifa) pour les producteurs. Tonton boubekeur avait demandé de créer une amicale des travailleurs de la CCLS, qui s’occupait du social, en leur demandant de prélever une petite dîme, chaque mois, et cela permettait aux travailleurs de tirer au sort chaque année un certain nombre de personnes au Hadj et un autre tirage pour marier les plus jeunes, il avait aussi permis l,achat d’un cheptel de vaches laitières pour donner aux portefaix du lait frais de vache, car ces derniers travaillaient à longueur d’années dans la poussière, et cette dernière étant très nocive pour les poumons .Il avait aussi décicé de bâtir une colonie de vacances à Terga pour les enfants de l’agriculture et non pas seulement pour la CCLS, car il pensait que les bénéfices accumulés par leur Coopérative profiterait aussi aux enfants des travailleurs qui n’avaient jamais vu la mer de près. La CCLS (syndicat),la gare et la mairie étaient les seules entités qui fournissaient du travail aux Bel abbésiens et la Coopérative remplissait pleinement son rôle de créatrice d’emploi. Ce n’est qu’avec l’arrivée de feu Si Larbi en tant que ministre de l’agriculture et bras droit de feu Boumédienne que SBA sortit du lot et commença à prendre de l’importance sur l’échiquier national ,avec une équipe performante comme Tayeb Bouchia (mon papa) à l’ONALAIT, Benhadane au CPR, Mokrane à l’Onab,Sellek à l’Onapo, Cdt Mahi à l’Onama, et beaucoup d’autres à divers postes de responsabilités régional et national. Mon oncle a quitté SBA pour Oran à contre cœur car des ‘’soit disant amis’’ l’avaient calomnié et affirmé qu’il avait pris des fonds de la CCLS, l’affaire est arrivée devant la justice et il avait été lavé de tout soupçon, mais, le mal était fait et il avait été déçu par des personnes très proches de lui, comme quoi l’adage est toujours de rigueur :DIEU PRÉSERVE MOI DE MES AMIS, MES ENNEMIS, JE M’EN CHARGE : mais cela ne l’a pas empêché de venir très souvent retrouver ses amis, les vrais, et il était tellement sollicité qu’il nous arrivait de ne pas le voir, car il repartait ensuite, vu qu’il avait des engagements C’est ces personnes qui ont donné à SBA la stature qu’elle avait à la fin des années 1990; et dire qu’il y a des personnes mal intentionnées qui se permettent des critiques sur Si Larbi et son équipe de Ouled Sidi Bel Abbès, les réalisations sont là et personne ne peut dire le contraire. Mon cher oncle, était un grand amateur du jeu de la belotte devant l’éternel, et beaucoup de Bel Abbésiens, se rappelleront, la partie interminable qui avait débuté un Vendredi soir pour finir le Dimanche à midi nonstop. Les protagonistes étaient Feu Boubekeur (mon oncle défunt), feu Maâchou KERDAL, commissaire du parti à Tiaret, Zakmout, secrétaire général de la mairie, le 4ème, je ne me le rappelle pas, mais je sais qu’il y aura quelqu’un qui nous rafraichira la mémoire. Cette partie mémorable s’était déroulée au café KAHWAT ESSOUWAIHIA, qui a été démoli et remplacé par l’hôtel mekerra maintenant. Il (le défunt) était un mordu de l’USMBA, à tel point qu’à partir de vendredi, lors des déplacements de l’équipe fanion, on ne le voyait plus jusqu’à Dimanche soir. Ces dirigeants là , nous les retrouverons jamais. Il est parti après un dur combat contre la maladie, sans bruit, et les gens garderont de lui son sourire sympa, sa gentillesse, sa finesse, son éloquence. Je remercie du fond du cœur, Messieurs Mohamed G, mon frère, Benhaddou,Chaib Draa Tani Djamel, Dekkiche de paris, A.Dennoun,Rezig,Lalimi Sba,Kerroum, Abbès Mégherbi et les lecteurs de la VDSBA, ainsi que les administrateurs. ELLAH IJAZIKOUME TOUS.
    Salam.

  8. a.Dennoun.

    Tewfikkhayii,
    Merci pour tous ces details sur le defunt Boubakar,
    Un ami a moi qui a travaille avec boubakar a ete egalement inculpe dans cette affaire,il a purge plus de 2 annees en tole avant d’etre accquite par innocence,il avait laisse derriere lui son epouse et 5 enfants en bas age sans ressources,il a contracte plusieurs maladies durant son incarceration,il vit toujours mais avec difficultes morales et physiques.
    Merci encore d’avoir eveille en moi ce cafe Souahia que j’ai presque oublie.
    Je ne me souviens pas de cette partie de belote qui a duree 2-3 jours,possible qu’elle s’est deroulee apres mon depart de SBA. Le 4eme antagoniste ne peut etre que Ould khelifa Allah yarhamah, il faisait partie de ce groupe.
    J’ai pas frequente ce cafe souvent,,ma place prefere etait le chantaco,sinon au graba.
    Foot; Notre prochain tournoi des veterans de + de 60 ans se deroulera a l’autre bout du Canada, plus precisemment a Vancouver, pas encore certain des dates.Je te tiendrais au courant si jamais tu veux nous joindre,je sais que t’es encore jeune mais je te procurerais une « fake ID » if you know what i mean.
    portes toi bien l’ami,
    A.D

Répondre