La Voix De Sidi Bel Abbes

Sidi Bel Abbès: Absence de chauffage dans les classes Les enseignants et élèves du CEM Larbi Kouider boycottent les cours.

Les enseignants et les élèves du CEM Larbi Kouider de la commune de Tighalimet relevant de la daïra de Télagh située dans le sud de la wilaya de Sidi Bel-Abbès ont boycotté les cours dès leur retour à l’école, et ce, pour contester contre l’absence de chauffage dans les classes.
Les éducateurs et leurs élèves ne supportent plus le froid glacial et la baisse vertigineuse de la température surtout en ces jours d’hiver où leur localité se vêt de manteau de neige, indiquant que la panne de la chaudière perdure depuis 7 années et cette scène, qui revient chaque année, demeure préjudiciable pour eux, au moment où toutes leurs requêtes aux autorités et aux responsables concernés à prendre leur cas au sérieux n’ont pas été fructueuses, tous ont fait la sourde oreille et les ont laissé geler de froid. Ils se voient, aussi, obligés de ne pas enlever manteaux, bonnets et gants, afin de supporter les classes qui ressemblent à des réfrigérateurs.
Une situation qui reste insupportable et qui doit trouver résolution, ce qui les a fait sortir de leur silence et revendiquer une considération.
Solidaire avec les 520 élèves et leurs enseignants, l’association des parents d’élèves lance un appel en direction du wali de Sidi Bel-Abbès auprès duquel, elle souhaite une prise en charge de ce calvaire, afin de permettre de aux enseignants et élèves de reprendre les cours dans les jours prochains dans de bonnes conditions.

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=36270

Posté par le Jan 6 2014. inséré dans CE QUE DIT LA PRESSE, SBA PROFONDE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

13 Commentaires pour “Sidi Bel Abbès: Absence de chauffage dans les classes Les enseignants et élèves du CEM Larbi Kouider boycottent les cours.”

  1. H Bouasria

    En 21eme siècle et un demie siècle de gérance en plus dans un pays qui craque en pétrole et en gaz des classes d’écoles sans chauffages en plein hivers comment on veut ces gosses maitrisent leur leçons

  2. yahia D

    Télagh est oubliée

  3. H.H

    présente ses sincères condoléances à Mr Ouici Bachir (TIC TAC), suite au décès de la Mère Mme OUISSI née KAOUANE FATIMA à l’age de 88 ans; domicile mortuaire Rue Bahlouli Abdelkader , centre de ville en face la résidence Hasnaoui, L’enterrement aura lieu demain, le lundi 06 Janvier au cimetière de Sidi Bel-abbes après la prière du Dohr à la mosquée ERRAHMA Que Allah le tout puissant apaise la souffrance de la famille, et accueille les défunts en son vaste paradis. انـا لله و انا اليه راجعون.

  4. N Télaghi

    C’est inacceptable qu’en 2014 qu’un établissement scolaire (CEM) est dépourvu de chauffage depuis sept années dù à une panne de la chaudiére.C’est honteux !!!! La responsabilité incombe totalement la Direction de l.Education de SBA car je suis formel que le chef d’établissement a du signaler à ses Messieurs d’EN HAUT »

  5. tedj eddine

    monsieur N TELAGHI ,je ne suis pas d’accord avec toi puis que la responsabilité n’incombe nullement à la direction de l’éducation de SBA, ses responsables ne ménagent aucun effort pour assurer toutes les conditions de scolarisation à nos enfants.le vrai problème en est autre,il réside dans la médiocrité du responsable de la slep de TELAGH limité dans le temps et dans l’espace,un technicien de grade.demandez le que veut dire le terme tarif 3 en chauffage et que signifie le coefficient K,sans parler de l’étanchéité,il ne sait même pas à quoi est relatif S pour le matériau composite 36 S.ce qui est inacceptable comment fut désigné dans une ville à la taille de TELAGH. C’EST MALHEUREUX!

  6. mus

    @tedj eddine l »académie doit veiller

  7. N.Télaghi

    A lire votre commentaire Mr Tedj Eddine je déduis votre expérience dans ce domaine. A inculper le « Slep » de Télagh ????? je lui en veux pas car de tout temps TELAGH est toujours considéré au titre d’école  » d’Apprentissage » ( systéme de RODAGE!!!!!!!!!!!!) IDEM pour l’Enseignement.. On apprend On se dote d’une petite expérience et HOP!!! on retourne au bercail au coté du décideur. Je crois que vous m’avez compris. A bientot

  8. badsi

    N Telaghi a raison

  9. tedj eddine

    Je vous ai compris Mr N TELAGHI ,toutefois il m’est utile de vous préciser qu’à travers mon commentaire je relate une évidence qu’on ne peut nier et de plus ces énergumènes sont ceux qui sont à l’origine du recule deTelagh considéré jadis comme une école au sens propre du mot dans tous les secteurs-en 2014,un responsable ALIBI gère un secteur vital avec des notions obsolètes.REGARDEZ MOI LE MASSACRE DE LA PLACE DU 1er NOVEMBRE A TELAGH QUE FONT LES DÉCIDEURS DE TELAGH DEVENU LE GITE DE …

  10. Med Télaghi

    Merci Mr Tedj Eddine et Mr Badsi je crois qu’on s’est compris mutuellement . Nos points de vue se sont joints parce que la »démagogie » n’est pas notre recette. L’occasion m’est donné pour vous informer à titre officiel que 70% de la population du TELAGH ( Ouled Bled ) ont quitté la ville pour d’autres cieux. Et l’Exode rural en a « accouché » de nouveaux décideurs sans bagage intellectuel (Niveau de la cantine scolaire !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!) . Alors les 30% qui restent se sont carrément « retirés » pour savourer leur petite Retraite et contemplent avec douleurs la détoriation de la ville de TELAGH de jour en jour..

  11. lecteur de la VDSBA

    Le jardin public de Télagh était une petite merveille. c’était d’ailleurs le cas de tous les jardins publics de toutes les villes. Mieux, les villes étaient agréables et les villages étaient beaux. Des villes comme blida, sidi bel abbés ou mostaganem étaient des merveilles et d’opulentes petites citées comme Télagh El malah étaient des bijoux qui sentaient le parfum.
    Le jardin décrit dans cet article se trouve à proximité de deux marchés. le premier transformé en souk el fellah et le second est réservé aux fruits et légumes. Pire, il est coincé entre deux rues, envahies tôt le matin par des revendeurs d’habillement, de jouets, d’articles ménagers, d’outils divers et d’apprentis brocanteurs.
    c’est donc un espace très fréquenté pendant toute la journée à la fois par les beni safiens mais aussi par les visiteurs des villages environnants surtout pendant la saison estivale. Et avec tout ce monde il n’y a pas une seule vespasienne!
    les toilettes publiques qui existaient dans les sous-sols du vieux marché sont condamnés depuis les années 70 au motif qu’il n’y avait pas d’eau. Le préposé aux toilettes y habitait jusqu’en 83 et si mes souvenirs sont bons, ses enfants ont agrandi les lieux et y ont fondé des familles mais je ne sais pas où font-ils leurs besoins. Dans le jardin public ?AH le jardin public de Télagh avec ces belles roses, jadis bien entretenues par AAMI OURED allah yerhmah. Qui dit jardin bien entretenu dit pelouse courte, arbres taillés, pesticides et fongicides. Autrement dit, un jardin sans vie. Mais quoi de mieux qu’une sieste à l’ombre d’un arbre, avec le piaillement des mésanges picorant les moustiques, le bourdonnement des abeilles pollinisant vos fleurs. Voici quelques astuces pour avoir un jardin à la fois impeccable et bien vivant.

Répondre