La Voix De Sidi Bel Abbes

Sidi Bel Abbès à l’heure du 2ème salon international de zootechnie.

Le commissaire de la manifestation a présenté les solutions pour organiser la filière avicole.

arton5640-684dd

La salle de conférence de l’hôtel Eden a abrité lundi une conférence de presse animée par M. Boukhalfa Laala, commissaire du 2ème salon international de zootechnie, qui se tiendra du 14 au 16 décembre à la salle omnisports Adda Boudjellal.Un salon qui s’intéressera à deux filières, l’aviculture et le lait, des produits de large consommation. Abordant son intervention, le commissaire tirera la sonnette d’alarme sur l’anarchie qui a atteint la filière de l’aviculture à cause du disfonctionnement entre l’amant et l’aval, fera t-il expliquer, ajoutant que cette filière place l’Algérie en 2ème position au niveau mondial en matière de production des parentaux très développés et 2ème dans l’Afrique dans la production de la viande blanche. Un produit de 250.000 tonnes par an et peut atteindre 800.000 tonnes, et d’ajouter que cette filière connaît des difficultés dues essentiellement au manque d’abattoirs industriels inexistants dans la majorité des wilayas du pays et de ce fait, l’abattage du poulet se fait de façon clandestine et sans contrôle, l’absence de structure de stockage du produit pour le congeler à une température optimale de 30°, ainsi que le manque flagrant de chambre froide pour sa conservation. A ce sujet, il propose la réalisation de tunnels de congélation et de chambres froides et l’absence d’un marché avicole pour la commercialisation du cheptel reproducteur. Ainsi, il propose la mise en place d’une stratégie de commercialisation à même de permettre d’exporter la viande blanche halal vers les pays étrangers. L’interlocuteur annoncera qu’il existe 16 abattoirs publics et une trentaine d’abattoirs privés contrôlés au niveau national, alors que le secteur public détient 15% de la production avicole, 90% appartiennent au secteur privé, et 70% des élevages relèvent de l’informel. Pour le professionnel de l’aviculture, la réaction du conseil interprofessionnel et la réalisation d’une charte sanitaire peuvent régulariser et organiser la filière, ainsi que la vulgarisation de la pratique de l’élevage. La TVA taxée à 17% est l’autre problème pour lequel bataillent les professionnels de la filière avicole, afin de l’abaisser à 7%. Il n’omettra cependant pas de reconnaître que la filière avicole a été touchée par des maladies, Newcastle et Markela ont refait leur apparition cette année dans l’Ouest du pays et font des ravages. Le Markela une épidémie éradiquée en 1992, est la cause soit d’une mauvaise vaccination du cheptel dans ses premiers jours d’élevage, soit d’une mauvaise qualité du vaccin. Pour ce qui est de la production d’œufs de consommation, M. Boukhalfa rappellera que l’Algérie est le seul pays qui produit l’œuf roux depuis l’année 1982, une production qui a fait dans le temps distinguer l’œuf importé de l’œuf produit localement, jusqu’à l’année 1993 où l’importation de l’œuf blanc s’est arrêtée définitivement. La production est de 5 milliards d’œufs roux par an et peut augmenter à 13 milliards d’œufs. S’agissant de la filière lait, le directeur des services agricoles a tenu à expliquer que la wilaya de Sidi Bel Abbès qui est un bassin laitier a été à l’abri de la fièvre aphteuse, communiquant le chiffre de 46.000 têtes bovines vaccinées à travers le territoire de la wilaya, au lieu de 35.000 têtes recensées. Il ajoutera que le marché sera ouvert dès mercredi pour la commercialisation des vaches. A son tour, M. Kebir, médecin vétérinaire à la DSA, a indiqué que l’Algérie est très compétente dans la production du lait et de la viande blanche et peut mieux les développer grâce à la science. Un débat avait suivi les interventions.

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=55834

Posté par le Oct 28 2014. inséré dans ACTUALITE, CE QUE DIT LA PRESSE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez aller à la fin et répondre. Le Ping est actuellement interdit.

39 Commentaires pour “Sidi Bel Abbès à l’heure du 2ème salon international de zootechnie.”

  1. president51

    produit 250000 tonnes on peut produire 800000? ANA MA FHEMTCH ……………….. BOVINS VACCINES 46000 TETES ?RECENSEES 35000?ANA MA FHEMTCH ……

    • Amirouche

      president51
      Bonjour
      Je suis d’accord avec vous , ces chiffres me paraissent discordants !!! une recherche , ce soir après le travail, me semble utile ……….. ANA AUSSI MAFHEMTCHE , même en matière de production des parentaux ,si @ président 31 pourrait nous éclaircir ,car comment peut-on faire des performances mondiales (2eme) alors qu’on ne dispose pas d’assez de moyens ? !!!!!!

      Merci

    • Laala BOUKHALFA

      250.000 et 800.000 Tonnes sont le minimum et le maximum qu’on peut produire en matière de viandes blanches et ce en raison de l’Irrégularité du marché connaissant des fluctuations (Baisses et Hausses).
      46000Tètes vaccinées alors que le recensement porte sur 35000Tètes.

  2. Nory

    @President 51 Relisez pour mieux saisir.

    • president51

      J ai lu et relu et je suis du domaine ,cette facon de dire aux gens de relire me rend malade , le debat est devenu sterile sur ce forum .C est les chiffres qui ne me semblent creux dans le contexte , autant faire un article sans chiffres : passer de 250000 a 800000 c est se moquer de nous , arretez de nous prendre pour des cons .C est au commissire de m expliquer ces differences de chiffres ; s il est du domaine bien sur ;car j ai l impression que ce n est pas le cas ,,,,

  3. kaid

    Président 51c’est une nouvelle. Débattre.

  4. kaid

    Je dis que la vdsba nous as informé et à nous de débattre.

  5. Mohand

    Si le baril baisse au dessous de 70 $, votre poulet coûtera 2000 DA, et la viande 3000 DA, quant à l’oeuf, les poules s’abstiendront de pondre un produit qui ne leur est pas précieux.

  6. Mohand

    Quant au camembert , même payé cher (250 DA). Il est parfaitement imparfait, à j10 , on dirait du plâtre moisi et qui a durci. Même notre président est différent!

  7. R P

    sba l’universite se dote d’un centre dédié a l histoire Notre région sera t »elle sérieusement revisitée?

  8. mekri mustapha

    Pour la production laitière, cette manifestation est un événement car elle permettrait aux professionnels d`entamer des échanges d`idées en vue d`une amélioration quantitative et qualitative de la production laitière. Parlons uniquement du lait, aliment de base, les produits laitiers étant un bonus. La problématique réside d`abord, dans l`alimentation des vaches laitières qui n`est pas saine et équilibre.L`aliment vert est insignifiant au regard des surfaces irriguées qui sont faibles et a faible rendement. Les étables sont mal entretenues, c`est généralement des hangars qui ne répondent a aucune règle d`hygiène.Les vaches elles mêmes sont mal soignées. Des experts du domaines ont déclares,lors de la journée mondiale du lait organisée par l`université de sidi bel abbes ont déclarés qu a l`échelle nationale; 50 % des vaches laitières dont le lait est collecte sont mamiteuses. Les antibiotiques sont très mal administres donc des incidences sur la production fromagère.
    EN conséquences, dans le domaine laitier, il y a beaucoup de choses a dire et a faire.
    Bon courage et bonne réussite

  9. VDSBA

    Monsieur MM.Veuilez nous adresser votre Gmail Si vous ne voyez aucun inconvénient. Nos salutations amicales.

  10. Mohand

    Notre cheptel est maintenant si tendu, nerveux et hyperactif qu’on doit souvent lui administrer des tranquillisants – qui se retrouveront forcément dans le lait que vous buvez. son système nerveux a été mis à rude épreuve par des pratiques d’élevage hors normes.

    La vache ne sait jamais ce qu’il advient de ses petits. On les lui enlève dès qu’ils naissent.
    Il est évident que pour obtenir le lait on ne tue pas les vaches… Pour produire du lait, il est nécessaire qu’une vache mette bas, comme tout mammifère, et ce, une fois par an. C’est là que les choses se compliquent : si on laisse le veau-Etat téter, la vache va contrôler et donc freiner la descente de lait, nuisant à sa productivité. Le veau-Etat téteur lui est donc retiré quelques jours seulement après sa naissance.

    Les vaches laitières se voient couramment implanter des hormones servant à accroître leur production de lait (dopage au boulot) mais, après un certain temps, dans les conditions tel que mauvaise reconnaissance, piètre berger, les vaches diminuent inévitablement leur production.

  11. Mohand

    La production de lait en Israël est la meilleure du monde, avec 11.653 litres par vache israélienne contre environ 9 970 pour la vache américaine, 8000 pour la vache d’Europe, environ 5 000 pour la vache d’Australie et de l’ordre de 2 000 pour la vache de nationalité chinoise. Pour l’année 2010, plus d’un milliard de litres de lait ont été produits en territoire israélien.

    Avec 10 000 litres/an, les vaches laitières israéliennes détiennent le record du monde, en hausse de 50% par vache depuis 1960, grâce à des essais génétiques de l’Institut Volcani et ses cultures de sperme et ovaires de bétail de haute qualité. Une ferme pilote, « Afrimilk », située près de Tel-Aviv et dont les rendements de production de lait sont impressionnantes.

    N.B : nous avons des climats presque identiques.

  12. Mohand

    prière de corriger ‘ à cause du disfonctionnement entre l’amant et l’aval’
    surtout chez nous ou l’amont est fou de l’aval , sans Y au milieu!

  13. Mohand

    Pourquoi le prix du litre du lait oscille entre 25 et 95 DA?

  14. mekri mustapha

    Pour répondre brièvement a votre question, a savoir ,pourquoi le prix du lait oscille entre 25 et 95 da, sachez, Monsieur, que notre pays ,L`ALGÉRIE, est le seul pays au monde qui soutien les économies étrangères au détriment de sa production nationale.En effet, le lait en sachet est recombine a partir de la poudre et la matière grasse( MGLA) importées et soutenues par l`état. En ajoutant les charges d`usines et les marges de distribution, le prix de revient est a plus de 55 da/litre.Il est vendu au consommateur a 25 da/l !!!! La différence est soutenue par l`état.
    Quand on sait que la consommation moyenne de lait est d`environ de 100 l/habitant /an je vous laisse calculer le montant de la compensation annuelle.
    Cette attitude de soutien administratif des prix entraîne des effets négatifs a plus d`un titre .:
    1- le gaspillage : par exemple des sachets perces lors des manipulations.Le lait expose au soleil devenant acide et qui coagule au moment du chauffage.Donc des devises jetées a l`évier de cuisine;
    2-le lait soutenu est consomme par les nationaux riches ou très riches.Rien n`empêcher un quidam qui descend d`une luxueuse voiture d`acheter des sachets de lait.En Tunisie par exemple le lait reconstitue est distribue par la croix rouge a des personnes indigentes munies de cartes, comme chez nous pour le couffin de RAMADAN;
    3-le soutient du lait importe constitue une concurrence déloyale vis a vis de la production nationale car seul le lait cru livres aux laiteries est compense;
    4-La contre bande: notre lait soutenu garnit tous les matins les étalages de OUJDA et toutes les villes frontalières des pays voisins.La poudre va plus loin en Afrique;
    5-Un taux d`autoconsommation pratiquement nul:le fellah possédant quelques vaches préfère acheter des sachets pour ses besoins, éviter la traite soit disant fatigante et laisser le veau s`engraisser avec le lait cru
    6-certaines laiteries même publiques utilisent le lait recombine pour la fabrication fromagère mais vendent le produit comme s`il était fait a partir de lait cru. Ainsi un fromage a pâtes molles de 250 g ( camembert) nécessite 2,5 l de lait. Il est vendu a 200 DA. Double gain mais aussi double arnaque pour l`état et le consommateur.
    LA SOLUTION:il y a une seule mais elle n`est pas simple: il faut avoir le courage politique en instaurant des taxes douanières pour rendre le prix du lait importe plus élevé que le lait de production nationale comme pratique dans tous les pays.
    La «  » boulitique » » populiste et les quelques importateurs de poudre de lait le permettraient-t-ils?? La est la question !!!.
    salutations

  15. gamra de sidi khaled

    Hadj Mekri ;je suis content de lire des avis de spécialistes de la matiére.

  16. Laala BOUKHALFA

    Commissaire du salon international de la ZOOTECHNIE 2014.
    Je tiens à saluer toute personne ayant contribué à commenter l’article de ce journal.
    Effectivement la lecture de cet article nécessite un point de situation.
    Lors de la conférence j’ai bien précisé que l’Algérie fait partie des deux pays africains possédant les Grands Parentaux Chair ( NIGERIA-ALGÉRIE).
    Concernant les souches, elles se comptent sur les bouts des doigts, et détenues par les grandes firmes étrangères, surtout Américaines et Européennes.
    Il est quasiment possible que l’Algérie occupera le deuxième RANG MONDIAL; pour aujourd’hui c’est un rêve, il faut patienter des décennies pour espérer a l’obtention d’une souche.
    Concernant la critique portant sur la production des viandes blanches, les chiffres avancés durant la conférence de presse représentent le minimum et le maximum, soit le passage de 250.000 tonnes à plus de 800.000 tonnes, dans ce cadre j’engage volontairement ma responsabilité, et je cite comme référence les prix de vente s’affichant sur le marché soit de 150 DA / Kg et 600 DA / Kg , soit une différence du simple plus que le double.
    A chaque fois qu’il y a une surproduction, les prix s’effondrent, au contraire des pénuries ou nous constatant la flambé des prix.
    c’est la loi de l’offre et de la demande.
    Mathématiquement et tenant compte du rendement de chaque Reproductrice pouvant donner jusqu’à 146 Kg de viande blanche durant le cycle d’élevage et de production, et si nous concéderons que notre population est de 40 millions d’habitant, et si la norme de consommation est de 15 Kg / tête, nos besoins en viandes blanches seront de 600.000 tonnes.
    Ces besoins nécessitent 4.110.000 reproductrices en matière de mises en place.
    Alors que pratiquement la situation des mises en place en Algérie n’est pas stable et linéaire, elles se situent entre 2.5 millions et allant par fois jusqu’a 6 millions de reproductrices par an, expliquant réellement les chiffres avancés lors de ma conférence de presse.

    je reste a votre entière disposition pour plus amples informations.

  17. kaid

    Mr le commissaire. Ne pouvant assister à votre rencontre avec la presse. Puis je donc savoir quel est le but de ce salon international et si la wilaya de SBA’tira t’emmène profit de cela. Mr recevez mes salutations.

  18. kaid

    Me lire tirera t’elle profit.

  19. jamel

    Mr Boukhalfa. Ne pensez vous que l’on rechigne exagérément à s’occuper du travail dans le secteur agricole et toute performance reste tributaire de l’investissement de l’homme dans le travail de sa terre.

    • Belabbesien

      Mr Boukhalfa. Le choix de la salle adda. Boujellal est une erreur. Primo petite pour cet événement. Secundo l’axe routier est inaccessible en raison des travaux Tramway et puis ou vont stationner. D’autres raisons me font dire que c’est un choix bâclé sans étude pour la réussite du dit salon. D’autres sites plus spécifiquement appropriés existent Et c’est dommage.

    • Laala BOUKHALFA

      Le Choix de la salle OMNISPORTS est l’objet de choix en commun accord entre le président du Salon et les Autorités de la Wilaya compétentes en la matière

    • Laala BOUKHALFA

      De toute façon nous n’avons pas d’autres Choix;les Hydro carbures s’approchent de leurs fins ;la seule issue qui reste pour assurer notre sécurité Alimentaire est la prise en charge réellement de notre agriculture et développement du Tourisme. Le moment est opportun tant que le Pays dispose de moyens

  20. Laala BOUKHALFA

    Commissaire du salon international de la ZOOTECHNIE 2014.
    Je tiens à saluer toute personne ayant contribué à commenter l’article de ce journal.
    Effectivement la lecture de cet article nécessite un point de situation.
    Lors de la conférence j’ai bien précisé que l’Algérie fait partie des deux pays africains possédant les Grands Parentaux Chair ( NIGERIA-ALGÉRIE).
    Concernant les souches, elles se comptent sur les bouts des doigts, et détenues par les grandes firmes étrangères, surtout Américaines et Européennes.
    Il est quasiment impossible que l’Algérie occupera le deuxième RANG MONDIAL; pour aujourd’hui c’est un rêve, il faut patienter des décennies pour espérer a l’obtention d’une souche.
    Concernant la critique portant sur la production des viandes blanches, les chiffres avancés durant la conférence de presse représentent le minimum et le maximum, soit le passage de 250.000 tonnes à plus de 800.000 tonnes, dans ce cadre j’engage volontairement ma responsabilité, et je cite comme référence les prix de vente s’affichant sur le marché soit de 150 DA / Kg et 600 DA / Kg , soit une différence du simple plus que le double.
    A chaque fois qu’il y a une surproduction, les prix s’effondrent, au contraire des pénuries ou nous constatant la flambé des prix.
    c’est la loi de l’offre et de la demande.
    Mathématiquement et tenant compte du rendement de chaque Reproductrice pouvant donner jusqu’à 146 Kg de viande blanche durant le cycle d’élevage et de production, et si nous concéderons que notre population est de 40 millions d’habitant, et si la norme de consommation est de 15 Kg / tête, nos besoins en viandes blanches seront de 600.000 tonnes.
    Ces besoins nécessitent 4.110.000 reproductrices en matière de mises en place.
    Alors que pratiquement la situation des mises en place en Algérie n’est pas stable et linéaire, elles se situent entre 2.5 millions et allant par fois jusqu’a 6 millions de reproductrices par an, expliquant réellement les chiffres avancés lors de ma conférence de presse.

    je reste a votre entière disposition pour plus amples informations.

  21. Laala BOUKHALFA

    Pour la partie LAIT tous les commentaires me paraissent beaucoup plus juste de la réalité;nos besoins en LAIT sont pratiquement de 5 Milliards de litres.Pour répondre à cette large demande il suffit de mettre en valeur 200.000 h irrigués et 800.000 Vaches de Potentiel Hautement Génétique.à raison d’une moyenne de 7000 litres/Vache.
    La concrétisation de ce projet nous permettra un terme à toutes les préoccupations soulevées par Mr MEKRI Mustapha ;surtout la politique de soutien de Prix coûtant des sommes très importantes au trésor Public;ces sommes peuvent purement et simplement vers la réalisation du dit projet.
    Nous citons à titre d’exemple que le cas de l’ARABIE SAOUDITE devenu actuellement parmi les Pays exportateurs de LAIT.
    Ces thèmes peuvent faire l’objet de Communications à présenter lors du Salon.
    A cet effet nous sollicitons l’aide et l’assistance des universitaires et des spécialistes afin de Booster la réussite de cet événement à l’HONNEUR de la Ville de S.BELABBES.

  22. Laala BOUKHALFA

    Bien lire nous permettra de mettre un terme

  23. Beclabbesien

    Quels sont vos partenaires pour ce salon et possède t’il des références ou des traditions organisationnelles. Merci

  24. toumi

    il fallait lire, le cheptel était estimé à 35.000 par les services de la DSA, mais la compagne de vaccination a révélé un nombre plus important soit 46.000 têtes. le directeur de la DSA a fait apprendre dans un forum que même ce nombre n’est pas officiel par le fait que certains éleveurs restent dans l’anonymat.

Répondre