La Voix De Sidi Bel Abbes

Sfisef : « La waada » nouveau adversaire du CRBSfisef

Tout le monde sportif sait que le CRBSfisef est depuis de longues année dans une situation difficile en terme de gestion a tout point de vue. Et voila que la waada (une fête traditionnelle annuelle) de Sidi Yahia, saint patron de la capitale de Ouled Slimane qui s’invite comme nouveau adversaire du CRBSfisef. Pensionnaire de la régionale ouest. En effet, l’alarme est tirée par l’entraineur du chabab de Sfisef Mr HAMAK était dans tous ses états, hier alors qu’il venait tout juste de terminer son entretien avec les responsables de la ville.Le CRBSfisef qui pour le compte de la 1ère journée « régionale 1 » recevait au stade des 3 frères Amarouche l’équipe de Sidi Said,Sfisef avait ce jour là concédé une lourde défaite (4-0). Et pour le compte de la 3ème journée le chabab espérait enfin jouer à domicile,devant son public. Tout était OK, la délégation venue pour homologuer le stade est partie satisfaite. Or une situation bizarre est venue perturber la troupe de Hamak. Quelle mouche a piqué le maire a solliciter le service d’ordre qui devait lui aussi présenter son rapport à la lofa, qui concerne la sécurité des lieux et l’on trouva l’astuce qui a obligé la ligue à déprogrammer le match le transférant vers Sidi Bel Abbes. Que s’est-il passé au juste? Hamak est formel on a préféré la waada à un match qui revet une importance particulière dans la mesure où l’équipe n’a marquée aucun point après 2 défaites consécutives. Après enquete il s’avere effectivement qu’au programme du week end il va y avoir la waada. Le foot ball prend du recul meme par rapport à une fete qui aurait donné peut-etre une meilleure image aux visiteurs car après la waada, un match aurait été une fiesta réussie sur tous les plans. Pourquoi n’avoir pas programmé le match à Sfisef par un vendredi soit la veille de cette manifestation traditionnelle qui est à coup sur, une tradition à honorer par tous les moyens mais pas au dépend de toute une ville foncièrement sportive au passé prestigieux relaté dans nos colonnes au mois d’Aout passé par nos amis Reffas Driss et Kadiri Mohamed, en évoquant le WACML. Certes c’est une affaire à suivre mais on aura tout vu.

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=8765

Posté par le Oct 20 2011. inséré dans ACTUALITE, SBA PROFONDE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

19 Commentaires pour “Sfisef : « La waada » nouveau adversaire du CRBSfisef”

  1. mansour h sfisef

    le maire fln est tente par un 2mandat catastrophique comme le premier il n’a pas assez eu de projets .il fait du populisme enallant a l’encontre de ce match de notre club.la campagne rnd a commence le fils du haoeut aussi aide par des larbins distribue des chaises .hadi bel abbes le bien malacquis devient source de propagande.

  2. mellali mostefa

    le maire est de sfisef .oueld el haouete comme tu dit est de sfisef et toi qui est tu ? fakou …tu veux le tlemceni comme maire .les tleceniens ont brigue plus de 4 qutres mandat depuis .RAHAl -MRABET -le fils de mrabet c est quoi ça on a pas des hommes comme eux a sfisef ? toujours les gents de tlemcen qui nous dirigent on à assez de ces gents là – ils disent à Tlemcen nedroma et mcirda ( hmarna est mieux que aoudhoum ) حمارنا ولا عودهم alors ya sfisfya bakacoum taklou baadhkoum fikou nous voulons wlads blads tfahmou et kounou rjal on est là pour aider et que le meilleur gagne qui connais sfisef et ses problemes de chomage et de stagnation .notre meilleur cadre n est que directeur d ecole alors que nos docteurs sont reconnus en amerique en canada england et france mais nous somme mahgourine .je peut citer beaucoup de nom ( mesbahi -reguig- djermouni- sabri …….- la liste est longue )

  3. mellali mostefa

    voilà vous connaisser sfisef .je corrigrge ( sfisef zefzouf barani yakoul wald blad ychouf).quand au maire qui est né a sfisef et qui n est pas de sfisef .toi tu connais les quartiers lui quand un citoyen de sfisef est aller le voir pour lui parler de sa misere il lui a demander ou tu habite et qu il lui a repondu que je suis du village oueld ali .il lui a repondu c est pas de ma competence moi j ai deux villages bnitala est belbouche .il n est jamais aller voir ce quartier oueld ali .voilà il est né chez nous mais il est rester tlemceniens il ne nous connais pas il n a jamais partager un café avec l un de nous meme les fetes de leur mariage et entre eux .j ai des amis de ces familles qui me respectent et que je respectent mais chaque que l FLN nous impose l un deux je leur dit il y a des sfisfis blond et gentille comme eux on veut les notres ces gent là ne connaissent rien de nos quartiers et de nos gents . ceci dit je les respecte comme ils me respectent ….Sfisef aujourdhuit c est la fete de sidi yahia et nous sommes hospitaliers mais il est temps qu on s unissent pour le bien .de notre ville de notre wilaya belabbes et de notre pays l algerie

  4. sFISFI

    Maitre SAFA, tu as complétement raison, mais tu sais pertinemment, que les maires ne sont jamais élus,et qu’ils sont désignés d’avance, et que les élections ne sont qu’un trompe l’oeil , alors quelle est la solution?

  5. Veritas

    Ya Safa il y a des critères universels dont on peut s’inspirer que l’on soit de Lacombe Sfisef ou de Tataouine Saken.
    Tu me suis y a khayi?
    La cité doit être gouvernée par ses meilleurs membres, c’est-à dire les plus compétents pas ceux qui achètent des voix ou sont nommés.
    L’élu doit habiter une maison de verre!
    Tout doit se faire dans la transparence et par rapport aux règles de droit.
    Pas de pouvoir sans contrôle, donc il faut un contre-pouvoir et un partenariat avec les citoyens.
    L’Etat providence ou EL BAGRA est fini et il faut se prendre en charge: comité de quartier
    suivi des actions
    prospectives et primauté du droit et sutout un développement durable.
    Vive les chênes-lièges de Sfisef

  6. Souvenirs

    El MRABET celui qui est est lié aux forces spirituelles.
    Celui qui est le truchement, le go-between entre la réalité profane et le sacré.
    Du point de vue anthropologique les psychiatres ont réalisé qu’il fallait s’appuyer sur l’habitus du patient, ses croyances pour induire l’effet placebo d’une visite chez le marabout.
    Sans négliger l’irrestible fumet de viande grillée qui met en transe les djinns et les jeunes filles en attente de mariage et les cousins poussés en herbe.
    J’ai de la nostalgie pour ces visites familiales et cet effet impulse, ce deux en un: le plein d’air pur et de savoureuses cotellettes d’agneau persillées.
    On guérissait de n’importe quelle affliction en lorgnant la naissance d’une poitrine prometteuse chez la cousine en faisant des rêves de mariage halal qui ne rencontrerait aucun véto familial.
    Ces visites au marabout permettaient de s’isoler un instant pour se soulager en humant les essences sauvages qui embaumaient l’air.
    Mieux que la coupole de Paris où je m’abime donnez moi la coupole de SIDI YAYHIA ou le mystère confiné de SIDI BOUMEDIENE dans lequel je retrouvais ma spiritualité égayée dans le quartier latin.
    Dans cette quête d’Allah on se lance à la poursuite de soi en espérant ne pas confondre avec son ombre.
    Mon algérianité n’est ni conflit ni combat: elle est une certitude puisée au coeur de mon terreau et de ma culture populaire que le vernis civilisationnel n’a pu etouffer

  7. watani

    El Mrabet – le marabout de nous aïeux- est un moindre mal.
    Il est synonyme de bonté et de générosité, le lieu par excellence de l’offrande et du partage, des retrouvailles, de la communion , de l’échange et de la convivialité.
    Il est mille fois préférable au salafisme, étranger à nos coutumes séculaires, froid, impersonnel, sectaire , perturbateur et destructeur de notre société fondée sur les valeurs de l’Islam rassembleur et tolérant.

  8. Algérien

    A part sidi Yahia à sfisef il y a aussi Sidi Larbi et sid Ahmed.
    Voici une légende ancienne que j’ai entendu lorsque j’étais petit:
    Entre sfisef et Ain Aden au niveau du monument aux morts des soldats français tués aux combats avec le groupe de Djillali el blendi et à côté du lieu ou l’armée française executa 8 prisonniers civils qu’elle avait sortie des prisons pour se venger, non loin de la s’élève une petite colline boisée qu’on appelle El Khalwa.C’est pourquoi chaque fois que vous passez sur cette route et sur ce tournant recueillez-vous pour les âmes de ces morts car beaucoup et jusqu’à présent ont entendu les gémissements de ces martyres qui étaient liés avec du fil barbellé.
    Bien avant la venue des colons français, la région de sfisef était trés boisée et le lion de l’Atlas y habitait.Les gens ne pouvaient traverser cette forêt qu’en groupe, car comme chacun le sait »El Haouma Tghleb Esbaa ». Un saint homme très pauvre à l’habit rapiècés avait décidé de se retirer du monde pour méditer(El Ibada). Personne ne savait comment il se nourrissait et d’ou prenait-il son eau. Un jour un groupe de felahs qui revenait de Sfisef vers Boudjebha, décida d’apporter un peu de nourriture à notre abed. Grande fut leur étonnement de le trouver entouré de perdrix et de pigeons alors qu’il méditait. On raconte qu’il est resté dans cette position des années et des années .
    Bien plutard les gens du douar de Shamda lui construisirent un mausolé et chaque année célébrèrent la Wada de Sid Ahmed.
    Si cela vous interresse je vous raconterais la bataille de Sidi El Hachemi contre sidi Ali Ben Oumer et la remonte vers le Tell de Sid Cheikh, mais cela est une autre histoire.
    Merci d’avoir lu nos histoires du terroire.

  9. Veritas

    Petit, ma famille se rendait au bain maure en affrêtant un calèche.
    Celui-ci, mieux entretenu que le carosse de la reine d’Angleterre s’arrêtait en bas de chez moi et j’y transportais tout le matériel de bain destinée à la gente féminine.
    Ce rituel était délice et non corvée.
    Il me permettait de me hisser à côté du cocher et parfois il me laissait même les rênes.
    Il s’appelait Bourras et était plus vieux que Mathusalem mais on racontait que son épouse était la plus belle femme de la région.
    Il était aussi le descendant d’un saint prestigieux:
    SIDI BOURRAS qui aurait réussi à domestiquer un lion qui veillait dans sa zaouia.
    La baraka de Sidi Bourras, implorée par tous était surtout prisée par les jeunes filles qui se languissaient de trouver chaussure à leur pied.
    A chaque mariage qui se concluait avec l’entremise de matrones, les familles s’acquittaient d’un don au profit du Saint ou plûtot de ceux qui avaient capté la rente.
    Mais ceci est une autre histoire.
    Ce monde enchanté, peuplé d’entités bienveillantes ou maléfiques et de saints nous a structuré et nous n’avions besoin de nul écrivaillon pour formater notre imaginaire!

  10. Bladna

    Bravo Watani!

    Pourquoi ce monsieur ne peut-il pas m’expliquer que moins de 10 après la mort du Messager ses proches se massacraient pour le pouvoir et des visions de la religion antagonistes.
    Quelle réalité entre un Islam des origines fraternel et des Saoud à la remorque des services secrets britanniques et maintenenant américains.
    Le dernier souffle de Sultan n’a pas rendu à la Mecque mais dans un hopital américain pour milliardaires et dirigé par un professeur juif.

  11. sfisefihabitantsidibelabbes

    ya si mellali hcham les merrabet et les rahal ce sont les vrais ouled sfisef barka madire fi elfitna ce sont des gens de culture el haj rahal ct un grand moudeyane il ne sortait pas de la mosquée ce sont des gens éduqués cultivés ce sont des gens réservés ils vivent un peu à l’écart c leur problème pourquoi tu leur en veut c dans leur culture khatihoum la magouille el kedb!!!!!!!!!!!!!

  12. Hamza sfisef

    ayb ya si mellali.

    Les Mrabet et les Rahal ce sont les enfants de Sfisef. Des grandes familles comme les reffas et hamdad et Amroun….
    Hchouma un avocat parle comme ça.

  13. mehadji

    les grandes familles de sfisef sont les amroun , hamdad, berrabah, bourzig, arbouche, bouasria, mekika, boularedj, maghraoui, et si mellali a raison de dire que les merabet et rahal ne sont pas de sfisef

Répondre