La Voix De Sidi Bel Abbes

Seize chercheurs algériens lauréats du prix « Thomson reuters awards » dont 2 de SBA

la Direction générale de la Recherche scientifique et du développement technologique, en partenariat avec la division scientifique « Thomson reuters », ont honoré Seize chercheurs algériens jeudi soir à Alger.

Les prix « Thomson reuters awards » ont été remis à ces chercheurs ayant publié le plus grand nombre d’articles scientifiques en cristallographie et sur le cancer de la prostate, du poumon et du sein, ont indiqué les organisateurs, soulignant que cette distinction permettra d’assurer aux lauréats une large diffusion de leurs recherches auprès de la communauté scientifique internationale.

Le prix du plus grand nombre d’articles publiés en 2011-2012 en cristallographie a été décerné à Sofiane Bouacida, maître de conférence à l’université d’Oum El Bouaghi, Leiala Ait-Gougam, maître de conférence à l’université des sciences et technologies Houari-Boumediene (USTHB) et Mouloud Tribeche du département de physique théorique de l’USTHB.

Le prix pour travaux sur la recherche scientifique sur le cancer de la prostate, du poumon et du sein a été décerné à Zoubida Zaidi et Djamel Abdellouche, de l’université Ferhat-Abbas de Sétif, alors que le prix du meilleur auteur algérien basé sur les citations des articles est revenu à Ali Boultif (université de Constantine), Oualid Hamdaoui (Université d’Annaba), Belkacem Benguella, Houcine Benaissa, Hafid Aourag (ex recteur de l’université de SBA), Mouffak Benchohra (Sidi Bel Abbes), Balarbi Samira née Hamani (Mostaganem), Amar Djeridane, Mohamed Yousfi, Djamel Boutassouna (Laghouat) et Boubekeur Nadjemi (Ecole normale supérieur de Kouba).

Dans un discours prononcé à cette occasion, le représentant du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique a « salué » cette initiative de primer des chercheurs algériens choisis selon des « critères universels, transparents et objectifs », soulignant que cette récompense constituera une incitation aux futures candidatures.

Thomson reuters est une des « plus importantes » sources mondiales d’informations qualifiées pour les entreprises et les professionnels, soulignant que ses informations sont une « synthèse d’intelligence humaine, d’expertise-métier et de technologie innovante ».


Source: http://sbanews.info/sidi-bel-abbes/actualite-sba/383-seize-chercheurs-algeriens-laureats-du-prix-thomson-reuters-awards

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=35608

Posté par le Déc 13 2013. inséré dans ACTUALITE, MONDE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

20 Commentaires pour “Seize chercheurs algériens lauréats du prix « Thomson reuters awards » dont 2 de SBA”

  1. Redaction

    @Amis lecteurs(es) Ceux encadrés en rouge sont messieurs Mouffak Benchohra et Hafid Aourag ex recteur de l’UDLde SIDI BEL ABBESet qui est actuellement directeur de la recherche scientifique au sien au ministére de l’enseignement supérieur avec a sa téte un autre enfant de la région mr Mebarki mohamed qui fut hote de la VDSBA

  2. fatima assistante amel fil hayat

    dieu merci pour ces futurs laureats l algerie a besoin de ces scientifiques qui c est peut etre qu un jour on trouveras la solution est remede a toutes les maladis rongeuses qui trainent est qui nous empoisonnes la vie aider nous avec vos recherches bonne chance est bravo on est fier de vous car vous etes l espoir de votre pay l algerie a besoin de vous rabi yahfadkoum wa yatikoum essaha

  3. gamra de sidi khaled

    Vous avez raison on est fier de cette distinction madame Le pays avance avec son élite pas avec les voleurs

  4. Med Telaghi

    Félicitations pour ces MESSIEURS et DAMES !!!!!! Aux nostalgiques de l.Exagone (la france haineuse) sachez que ces lauréats sont issus de l.école Algérienne et nous

  5. BADISSI

    Un grand hommage a ces scientifiques pour leur recherche en plus qu’ils ont choisie de rester dans leur pays

  6. Mohamed2231

    assalam 3alikoum khaoutis , je m adresse à ces chercheurs et je leurs dis  » votre pays a besoin de vous , ne le quittez pas comme ont fait d autres  » allah i3inkoum wa allah yarham man 3allamakoum wa rakoum maajourines in chaa allah wa tahya eldjazair .

  7. BADISSI

    @Mohamed2231
    Vous avez raison mon frère il faut qu’ils restent et qu’ils soient unis afin de surmonter tout les problèmes vous savez ces dernières années les bourses pour les lauréats du bac on étais suspendues car tout les étudiants envoyer ne revenez pas au pays donc l’état a raison de suspendre ces bourses

  8. Ahmed Khiat

    Toutes mes félicitations.

  9. algerien

    On ne peut que féliciter nos heureux lauréats, qui exercent leurs recherches dans différents domaines ( Physique, Maths, Médecine, chimie, etc…). Ce qu’il y a lieu de souligner c’est l’impulsion donnée à la recherche scientifique depuis 2008, un nouveau dynamisme, le chercheur longtemps laissé pour compte, trouve par cet espace de reconnaissance ( le prix thomson reuters) le moyen de faire valoir ses capacités et c’est sûr que cela encouragera énormément de chercheurs à se valoriser davantage, en figurant sur cette « dean’s list », on est également heureux que l’université de Sidi Bel Abbès figure en bonne place dans ce classement, elle qui n’a fait parler d’elle ces derniers temps qu’en termes peu élogieux, renoue ainsi avec un brin d’optimisme pour le futur. L’impulsion donnée par la DGRSDT pour une meilleure visibilité des chercheurs algériens est également à signaler, c’est de bonne augure, il reste toutefois énormément de travail à réaliser, ces récompenses doivent permettre l’émulation à plus d’efforts et de travail.

  10. belabbésien

    @algerien ce sacre réalisé par ces16 lauréats est un bon signe Toutefois dans cette UDL le nouveau recteur tarde a secouer le cocotier Cette place honorable fruit de la recherche ne rime pas a un gommage que je ne discute pas d’une dame de l’onou par un jour férié et installer un autre clan de Tou amar par un jour de repos JE SIROTE MON TE

    • algerien

      je ne vois pas le rapport entre la recherche scientifique et l’ONOU.

      • mohamed

        @algerien l’optimisme que vous signaler si bien est vrai Quant au rapport il existe dans la lecture globale de l »effet que donnent au commun des citoyens Lamda qui rétorquent qui est dérrier le départ de cette dame de lONOU que le DG lui méme est venue la déméttre de ses fonctions pour la placer dans un autre établissement Qui est derriére? Je ne défends personne je constate un brin d’air ici et des questions la bas Cela a des rapports JE SIROTE MON TE Je n’ai pas voulu parler de la sombre affaire du plagiat des pseudo profsde chimie CORDIALEMENT ALGERIEN

      • mohamed

        @algerien l’optimisme que vous signaler si bien est vrai Quant au rapport il existe dans la lecture globale de l »effet que donnent au commun des citoyens Lamda qui rétorquent qui est dérrierele départ de cette dame de lONOU que le DG lui méme est venue la déméttre de ses fonctions pour la placer dans un autre établissement Qui est derriére? Je ne défends personne je constate un brin d’air ici et des questions la bas Cela a des rapports JE SIROTE MON TE Je n’ai pas voulu parler de la sombre affaire du plagiat des pseudo profsde chimie CORDIALEMENT ALGERIEN

        • algerien

          Vous savez mon cher Mohamed, les inerties existent un peu partout, les vieux réflexes, la cupidité, le népotisme dans notre société sont devenus monnaie courante, l’université malheureusement en charrie, un brin d’optimisme ne ferait pas de mal, pour que nos jeunes et moins jeunes chercheurs ne voient pas tout noir. Quant aux problèmes de l’ONOU, l’ogre est tellement grand et féroce que ni vous ni moi ne pourront y remédier du moins dans le court et moyen terme.

          • gherbi sba

            @Algerien Devrions nous baisser les bras et verser dans le fatalisme?

            • algerien

              Loin de moi cette idée de verser dans le fatalisme, chaque jour qu’Allah fait, nous voulons changer notre quotidien pour le meilleur. Vous voulez peut être qu’on débâte de l’ONOU, des cités universitaires, du menu offert aux étudiants, du transport des étudiants, des associations estudiantines, des politiques derrière, du népotisme, des gestionnaires, de leurs diplômes, etc.., je pensai que le débat concernait les chercheurs primés par Thomson Reuters.

  11. mimouni

    News motivante certes et fort heureusement venue aprés le changement effectué dans l’udl avec la venue de mr khalfi resté peu communicatif et qui n’a pas dévoilé son programme laissant la routine et la stagnation s’ériger en pratique dévastatrice

  12. Adjiri

    c’est de la poudre aux yeux, en prend l’exemple de sofiane bouacida, il publie dans un journal payant, sans facteur d’impact et en plus c’est une banque de données. vraiment honteux de considérer ce chercheur comme un lauréat?? dahaktouna ya aourag? quel chercheur! c’est l’algérie dima yedourlna les blagues

  13. abbes

    votre commentaire ADJIRI peu convaincant !

Répondre