La Voix De Sidi Bel Abbes

SBA: Importante opération de volontariat à M’CID (concrétisation) du projet « UN BELABBESIEN, UN ARBRE PAR AN » par Ayadoun Sidahmed.

« Un Bel Abbésien un arbre par an » Ce n’est plus un slogan d’un noble projet lancé il ya juste quelques semaines et qui avait débuté par une sortie de lancement de la dite opération au cimetière Moulay Abdelkader en présence de notre ami le Dr Benhamouda et qui a continue a l’ouest du chef lieu de wilaya précisément dans la commune de Lamtar par une action de volontariat entreprise il y a 15 jours. Pour ce Samedi 23-01-2016 c’est une autre commune également à savoir la localité de MCID qui était concernée par une nouvelle campagne de volontariat et la les élus locaux pour rendre a césar ce qui lui appartient étaient avec nous sur le terrain et a leur tête le maire qui était mobilisé au vrai sens du terme et c’est la un signe d’encouragements voir un exemple à citer pour les besoins de l’objectivité de notre bref résumé. Plusieurs associations à l’image de Niama, Sidi Bel Abbés Tessala tourisme, la prévention routière, la culture routière ainsi que les scoutes locaux de la commune ont répondu à notre appel celui de notre association initiatrice « JEUNESSE VOLONTAIRE » pour se joindre a cet élan de la concrétisation du projet « UN BEL ABBESIEN UN ARBRE PAR AN »qui ne cesse de faire des émules. Au terme de cette journée et pour être précis 2.261 arbustes ont étaient plantés au sein du cimetière de la commune de MCID et comme on se trouvait pas loin de la commune de Ain Aden nous avons pensé aux 11 enseignantes assassinés le 27 septembre 1997 ainsi on a tenu d’observer un petit hommage à ces martyre du devoir en plantant 11 arbustes dans un carré spécialement réserver à cette pensée ALLAH YERHAMHOUM. A noté le bon accueil qui fut réservée par les habitants et par l’APC locale aux participants à cette journée inoubliable qui appelle d’autres INCHA ALLAH

2_1546_1545244185790782_1037147334343978418_n 2_12376372_1545271569121377_7110428283865651356_n 1_12509524_1545267832455084_7174501230078553651_n 1_12512589_1545552229093311_4399484822306052412_n 12573163_1545384419110092_8714845918848358455_n

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=63048

Posté par le Jan 24 2016. inséré dans ACTUALITE, SBA VILLE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez aller à la fin et répondre. Le Ping est actuellement interdit.

27 Commentaires pour “SBA: Importante opération de volontariat à M’CID (concrétisation) du projet « UN BELABBESIEN, UN ARBRE PAR AN » par Ayadoun Sidahmed.”

  1. OUERRAD

    bon vent ,,, merci sid ahmed

  2. benhammouda

    LES RÔLES DE L’ARBRE SUR L’ÉQUILIBRE URBAIN (source ARBO QUEBEC)
    L’arbre représente une ressource vitale pour la société. L’extrait qui suit porte sur les nombreux avantages de l’arbre en milieu urbain.
    La vie débute avec les plantes. Sans le couvert boisé de notre planète qui regroupe plus de 300 000 espèces végétales, la vie animale telle que nous la connaissons n’aurait jamais pu exister. S’adaptant continuellement à la dynamique naturelle de leur environnement, ces formes arborescentes ont rapidement envahi la presque totalité des terres émergées pour former les premières forêts.
    Les arbres ont toujours été intimement liés à l’évolution humaine. Cependant, par méconnaissance de l’importance de ceux-ci ou pour des raisons strictement historiques, les espaces verts ont été parmi les premières victimes du développement urbain.
    Ces bénéfices se regroupent en quatre fonctions principales qui sont: écologiques, esthétiques, sociales et économiques.
    Fonctions écologiques
    L’arbre producteur d’oxygène et source de vie
    Le phénomène de la photosynthèse, dont seuls sont capables les végétaux, utilise l’énergie lumineuse pour convertir l’eau et le gaz carbonique en nourriture de base pour l’arbre (sucres) et en oxygène qui purifie l’air. Les arbres ont grandement favorisé l’avènement de la vie animale sur la terre.
    L’arbre purificateur de l’air
    Les arbres et autres végétaux influent sur la qualité de l’air que nous respirons, en agissant comme de véritables filtres à air (absorption des poussières). En effet, les polluants et les poussières en suspension dans l’air peuvent être captés par les feuilles des arbres, limitant ainsi leur circulation dans l’environnement.
    L’arbre: synonyme de diversité biologique
    La diversité des organismes, principalement en forêt, constitue une mesure fondamentale de la santé du milieu naturel. La disparition d’une seule espèce végétale peut entraîner à elle seule l’extinction de 30 espèces animales. L’énergie produite et emmagasinée par les plantes est source de nourriture pour les animaux.
    L’arbre lutte contre l’érosion du sol
    L’arbre améliore la qualité de l’eau
    Les racines des arbres permettent de filtrer l’eau et ainsi obtenir une meilleure qualité de l’eau. Les végétaux contribuent à absorber l’eau de pluie par la percolation au niveau du sol et par les racines des arbres. La présence d’arbre réduit le volume des eaux de ruissellement, protège les sources d’eau et prévient ou du moins réduit les dommages causés par les inondations.
    Les végétaux limitent la pollution des eaux de surface qui autrement, s’écouleraient sur des espaces pavés contenant des polluants tels que le plomb ou déchets de toutes sortes et qui seraient drainés vers les cours d’eaux ou encore captés par les égouts fluviaux.
    Les forêts servent à emmagasiner et à purifier l’eau. La litière emprisonne l’eau et diminue le ruissellement et l’érosion du sol. De plus, le couvert forestier réduit l’évaporation du sol, le stabilise et retarde la fonte des neiges.
    Une bande de végétation près d’un cours d’eau peut absorber une bonne partie des eaux de ruissellement qui peuvent être chargées d’éléments fertilisants. Ces éléments, retenus par le système ricanerez des végétaux, diminuent ainsi la sur-fertilisation des plans d’eau et limitent le développement des algues et autres plantes aquatiques.
    L’ombre créée par les arbres sur l’eau réduit le réchauffement de l’eau, particulièrement des étangs ou des lacs peu profonds et donne, par conséquent, lune meilleure oxygénation, essentielle à la faune aquatique puisque le taux d’oxygène présent dans l’eau est inversement proportionnel à sa température.
    L’arbre participe à la régularisation des écarts extrêmes de température
    Les arbres dégagent de la vapeur d’eau dans l’atmosphère par le processus de l’évapotranspiration. Ce phénomène influe sur le degré d’humidité locale et tempère les variations extrêmes du climat. Il a été démontré que le déboisement augmente la température de l’air, augmente la vitesse des vents et modifie la configuration régionale ou locale des précipitations.
    L’arbre protège contre la chaleur
    Les espaces boisés constituent une protection contre la chaleur par le rafraîchissement de l’air ambiant. L’être humain recherche l’ombre lors des journées ensoleillées. Dans les parcs et les boisés urbains, la température de l’air est généralement plus fraîche qu’en milieu ouvert. Le feuillage des arbres intercepte, absorbe et reflète la radiation solaire et ainsi réduit l’intensité du rayonnement et la chaleur qui en résulte. En période estivale, les arbres autour d’une maison créent un ombrage sur les bâtiments et permettent de maintenir des températures plus fraîches.
    L’arbre protège contre la pluie
    Les arbres constituent des protecteurs contre la pluie. Ils interceptent les précipitations telles que la pluie et la neige et protègent les promeneurs. Un conifère adulte peut intercepter jusqu’à 40% d’une précipitation alors qu’un arbre feuillu de même dimension en retient 20%.
    L’arbre peut améliorer les sites arides et perturbés
    Certains arbres, membres de la famille des légumineuses, ont la capacité de fixer l’azote atmosphérique et de croître dans des conditions de sol pauvre tel les sites particulièrement arides et perturbés. Nous retrouvons le février, le chicot du Canada et le robinier faux-acacia dans cette famille.
    L’arbre et les brise-vents
    L’arbre réduit la vitesse du vent en offrant une résistance au déplacement de l’air. Un écran dense formé de végétation peut permettre de créer, derrière lui, une zone d’accalmie. La vélocité peut être réduite de 50% sur une distance de 10 à 20 fois la hauteur de l’écran. Le degré de réduction sera en fonction de la hauteur, de l’épaisseur et de la perméabilité des arbres utilisés. Les brise-vents sont utilisés pour protéger et isoler des aires spécifiques (cours, pépinières, aménagement paysager, culture, résidence) situées loin des bâtiments, le long des routes et pour contrôler les effets des rafales de neige durant l’hiver. La présence d’arbres le long des rues rectilignes où le vent est canalisé et amplifié a pour effet d’agir comme brise-vents et diminue l’ampleur des courants d’air.
    L’arbre est un attrait pour la faune
    Les arbres assurent l’habitat (abri, protection et nourriture) à plusieurs espèces d’oiseaux, insectes et petits animaux. Certains arbres et arbustes dont les aubépines et les sorbiers conservent leurs fruits en hiver pour le plus grand plaisir des oiseaux. De nombreux fruits d’arbres (glands, samares, baies) attirent et alimentent plusieurs mammifères. Les végétaux leur fournissent également une protection contre certains prédateurs.
    L’arbre protège contre le bruit
    Fonctions esthétiques
    L’arbre : élément architectural (mise en valeur du paysage)
    L’arbre écran
    Les arbres aident à définir et à séparer les grands espaces extérieurs. En zone résidentielle et dans les aménagements publics, la végétation assure le caractère privé de certains espaces. La conservation d’une bande boisée permet souvent d’isoler une zone résidentielle d’une voie de circulation importante ou d’une zone fortement industrialisée. Pour éviter le piétinement et contrôler la circulation pédestre, certains types de végétaux (aubépines, berbéris, rosiers), plantés à des endroits stratégiques, aident à limiter la fréquentation et le piétinement. Ces végétaux munis d’épines ou d’aiguilles acérées dissuadent et réorientent le déplacement piétonnier.
    Fonctions sociales
    L’arbre et ses effets psychologiques sur les humains
    Les arbres de nos villes sont beaucoup plus qu’une décoration dans notre environnement urbain. Ils viennent rappeler aux citadins l’existence d’un monde extérieur ponctué par le rythme immuable des saisons. La coloration automnale des feuilles, le verglas sur les branches durant l’hiver, le réveil printanier qui amène l’éclosion des bourgeons et des fleurs, le parfum de la floraison tel que le parfum des fleurs des lilas, des cerisiers, des pommiers et des tilleuls sont autant de manifestations qui agissent sur nous.
    L’arbre et la qualité de vie
    L’arbre en milieu urbain est avant tout source de bien-être physique et de santé mentale des citadins, en contribuant par sa présence à l’amélioration de la qualité de vie. II constitue une forme d’ambiance remarquable et suscite un sentiment d’admiration. Les espaces boisés permettent de maintenir une certaine proportion d’éléments naturels indispensables à l’équilibre psychique des individus. Les arbres et arbustes donnent une dimension humaine à la ville et au paysage urbain. Les plantations de rues créent un espace plus confortable pour les piétons. Les gens sont plus intéressés à circuler à pied, en empruntant des rues agréables. Les arbres servent également à séparer l’espace piétonnier de l’espace routier lorsqu’ils sont plantés en banquette et assurent ainsi un sentiment de sécurité aux piétons.
    L’arbre et l’ornementation
    La végétation, particulièrement les arbres, améliore l’esthétique du paysage urbain en créant un changement de texture, un contraste de couleurs et de formes par rapport aux bâtiments adjacents. L’arbre d’ornement est caractérisé par la beauté de sa floraison spectaculaire, de son feuillage, de sa forme, de sa couleur, de la texture de son écorce et de toutes les autres caractéristiques ornementales.
    L’arbre et la récréation
    Les espaces verts (parcs urbains, parcs de quartier, parcs linéaires, centres de plein-air, cimetières) favorisent les activités de plein-air et servent de lieux de récréation pour la détente, la promenade, la marche, la bicyclette, la course à pied et l’observation de la nature. Leurs fonctions sociales proviennent du rôle qu’ils jouent en facilitant l’accès aux citadins pour leurs activités de loisirs, et ce en favorisant les rencontres entre les citoyens.
    L’arbre et l’éducation environnementale
    Les espaces boisés urbains et certains parcs municipaux, situés à proximité des écoles et des résidences, représentent des lieux privilégiés de rencontre avec le milieu naturel pour l’interprétation de la nature, la sensibilisation à la conservation des espaces verts, la vulgarisation scientifique des phénomènes écologiques dans lequel l’arbre agit en étroite relation avec son milieu. Certaines municipalités organisent leurs espaces verts en réseaux d’interprétation de la nature pour les citoyens, les écoliers et les visiteurs.
    L’arbre et la médecine
    Plusieurs de nos aliments et produits pharmaceutiques viennent d’extraits ou de transformations de substances végétales. Les Indiens et certains aborigènes connaissaient déjà le pouvoir guérisseur de nombreux végétaux. Parmi les remèdes les plus connus, citons l’aspirine élaborée à partir d’écorce de saule. Mentionnons également le pedophyllum et le taxol, dérivé du taxus, lesquels auraient des vertus prometteuses pour le traitement de certains cancers. Ces chefs-d’œuvre de la nature sont une partie intrinsèque des écosystèmes que nous devons perpétuer pour les générations à venir.
    Fonctions économiques
    L’arbre et la production fruitière
    Les vergers et les plantations isolées d’arbres fruitiers comme les poiriers, les pruniers et les cerisiers ainsi que les arbustes fruitiers tels que les framboisiers et les groseilliers sont un apport économique indéniable pour leur propriétaire.
    L’arbre: moteur économique
    La valeur économique des arbres en milieu urbain est considérable. Les milliers d’emplois directs et indirects que génèrent l’arboriculture et l’horticulture en font une branche économique importante. La majorité des grandes municipalités accordent beaucoup d’attention à ces domaines, et ce pour le plus grand bien-être de la population.
    L’arbre : attrait touristique
    Les habitants des grandes villes ne sont pas sans connaître les parcs, les boisés et les quartiers pourvus de magnifiques arbres. L’engouement pour de tels sites suscite l’intérêt d’un grand nombre d’individus. Les boisés et les parcs urbains à haut potentiel ligneux font également la convoitise des touristes. Ceci est un atout économique non négligeable pour une municipalité.
    L’arbre : économiseur d’énergie
    Une plantation d’arbre située du côté nord d’une résidence peut contribuer à réduire sensiblement les coûts reliés aux frais de chauffage durant l’hiver. En période estivale, les arbres judicieusement placés autour d’une habitation abaissent la température et diminue du même coup l’utilisation du climatiseur.
    L’arbre et la matière ligneuse
    En milieu forestier, la transformation de la matière ligneuse constitue une force majeure de l’économie. Que ce soit dans l’utilisation de matériaux de construction, de bois d’œuvre, de bois de chauffage ou de pâte à papier, l’industrie de la transformation de produits forestiers est indispensable à la survie de l’économie actuelle. Chacun de nous bénéficie de cette ressource. C’est pourquoi, il est dans notre intérêt de bien la gérer.
    L’arbre et la production sucrière
    L’érable à sucre, cet arbre à grand développement et aux couleurs automnales flamboyantes, forme plusieurs peuplements purs le long de la vallée du Saint-Laurent. La sève de l’érable à sucre fournit au printemps un sirop et un sucre à l’arôme particulier et fort recherché. Sa fabrication est très profitable pour plusieurs producteurs.
    L’arbre: inhibiteur d’accidents
    La présence d’arbres en bordure des voies rapides permet la réduction des vents. Ces aménagements aident à réduire la poudrerie durant l’hiver (ce qui augmente la visibilité), servent de barrières aux automobilistes circulant entre les deux voies et réduisent l’éblouissement causé par le soleil. Les végétaux contribuent donc, à leur façon, à réduire le nombre d’accidents routiers.
    L’arbre et la plus-value financière d’une propriété
    Les arbres, par la plus-value financière, accroissent la valeur des propriétés. Cette plus-value peut augmenter d’environ 10 à 23% la valeur d’une maison et parfois aller jusqu’à 30% de la valeur totale. La présence des arbres dans les espaces de verdure a tendance à faire accroître la valeur des propriétés avoisinantes. De plus, les propriétés situées en périphérie d’espaces verts (parcs, terrains de golf, etc..) acquièrent aussi une plus-value au moment de la revente car les acheteurs sont souvent prêts à investir plus d’argent que pour le même genre de propriétés situées à des endroits moins avantagés.

  3. Ayadoun Sidahmed

    Dr Benhamouda @
    Merci énormément pour ces informations très pertinentes pour tous ceux qui aiment la nature.

  4. ABBES2

    Un jeune homme voyait un jour un vieillard de 90 ans presque, entrain de plantait des arbres.Alors le jeune lui demanda: A cette age vous plantez des arbres !!!
    Le vieillard lui répondit calmement : Ils ont planté et nous avons mangé.Et c’est a notre tour de planter pour qu’il mangerons.
    Bonne journée

  5. ABBES2

    je corrige: entrain de planter

  6. Amirouche

    “Lire un livre sous un arbre en double le plaisir. On ne sait plus si on tourne les pages ou si on feuillette l’arbre.”….Le temps passera vite et l’arbre grandira, il ramènera le vent qui poussera les nuages donnant des trombes d’eau; et la petite fille sur la photo en robe noir tachetée de fleurs rouges serait une grande demoiselle, elle se cachera sous l’arbre en disant « c’est moi qui l’ai planté il y a longtemps… »
    Merci SidAhmed

  7. mohamedDD

    merci Dr pour ce cours magistral, spécialiste en botanique expert en boomtic (arbre : boom en afrikaans, c’est joli en couleur et en son de notre continent).
    Je plantes un arbre par amour pour ma ville, mon pays et ma Terre Earth -sadaka-
    les bonnes actions n’ont pas de prix, bonne continuation

  8. lecteur

    si vous avez fait une bonne chose pourquoi ne pas
    avoir avoir planter les figuiers
    au moins d’une pierre deux coups
    si vous etes musulmans
    c’est un 3amalou salih
    et une sadaka jariya..
    apres votre mort tout ce qui mangera de cette arbre les anges
    le metrront dans le compte du planteur..puisque l’arbre peut se reproduire un arbre sur 1 millions d’années peut donner des millions d’arbres imaginez un isntant ce que le planteur recevera comme annuité..
    mais si quelqu’un plante une sadra une chouka aussi il aura une PUNITION JARIYA
    la sadra va se developper et reproduire apres 1 millions d’années va couvrir
    la terre en sadra et tout le monde ne mangera que en’bague ..
    bien que il parrait que 3roug essadra c’est bon contre le shour la sorcelerie noire..
    donc si le sadra sera employer contre le shour peut etre que les anges vont la convertir de PUNITION JARIYA en BONIIFICATON JARIYA..(sourate saba)..lol

    • Ayadoun Sidahmed

      Lecteur@. Je n’est pas compris votre attitude et comme toujours dans la plus part de vos commentaires …!!! (Si vous êtes musulmans) ??? Vous vous doutez de notre islam??? On a pas planté des figuiers mai on n’a pas planté la sadra..!!!! Pourquoi vous vous engager pas pour planter des figuiers vous même??? Et pour parler de l’islam je ne pense pas que vous êtes le bon exemple pour un bon musulman, quant un musulman dit (sourate saba) normalement on dit (SADAKA LAHOU EL3ADIM) on ne dit pas lol (laughing laughter)

      • OUERRAD

        voilà SID ahmed qui s enerve ,,,,
        merci sid ahmed pour tout ce que tu fais ,,, bien faire et ,,,,,,,,merci encore une fois cependant une remarque si tu le permets ,,, mais ne t enerves pas ,,,
        , pourquoi concentrer ces actions uniquement sur certaines zones la wilaya est vaste ,,,, il faut au moins toucher une commune par derriere ,,, sans façons juste une remarque ,,

      • ABBES2

        Salem si Ayadoun
        je peux jurer que j’ai connu ce lecteur, son style m’est familier.
        Mais n’attend jamais que tout le monde soit satisfait .
        إرضاء الناس غاية لا تدرك- إنّك لاتجني من الشوك العنب-
        Bonne continuation- vous êtes sur la bonne voie

  9. ABBES2

    Le samedi matin 23 j’ai pris la route de M’cid en allons ver MALGHIR et près du cimetière de MHADJA j’ai vu un groupe de jeunes puis quelques voitures alors j’ai dit à mon neveux qui m’accompagnait qu’est ce qui ce passe ici?il m’a répondu il se peut que c’est un volontariat . Là j’ai ajouté si c’est un volontariat il se peut que le fameux sid ahmed ayadoun est là.
    Et ce n’est qu’hier que j’ai su que j’avais raison.
    Je n’ai pas pu participer malgré que j’étais très content en voyant de jeunes volontaires sacrifiaient de leur jour de repos pour un acte noble.
    Je n’ai pas pu participer parce que j’allais avec mon neveux planter nous aussi quelques arbres au près de la terre de mes ancêtres MELGHIR.
    Que dieu vous bénisse mon frère SID AHMEDوأكثر الله من أمثالك
    Bonne fin de soirée

  10. Mme CH

    Il faut toujours encourager les bonnes actions…!!! Oh! Qu’ils sont mignons les enfants qui plantent ses arbres….Bravo…!!!

    La protection de la nature, c’est aussi un problème culturel et d’éducation …Et pour réussir, on doit passer par un grand nombre de changements comportementaux…sinon G3adna…..!!! La conjugaison de tous les efforts est primordiale pour l’éducation, la sensibilisation et la formation du citoyen….!!!!

    Voudriez vous connaître quelques renseignements sur les arbres et leurs records…!!! Une question posée à nos chérubins, car la VDSBA c’est aussi ça…!!!

    « L’arbre vivant le plus vieux à ce jour est un « épicéa » en Suède. Sa partie visible n’est pas ancienne mais ses racines sont âgées de 9.553 ans d’après les analyses au carbone 14. Cette espèce, comme beaucoup d’autres, est dite clonale, c’est-à-dire que même si la plante-mère disparaît, de nouveaux plants émanent du système racinaire originel.

    Si on prend en compte l’âge des racines et des clones d’un même organisme, alors la palme de la longévité revient à « Pando ». Pando est le nom donné à une immense colonie de peupliers faux-trembles dans l’Utah. Toutes les pousses sont issues d’un immense système racinaire unique. Cette colonie de 40 hectares est considérée comme l’organisme vivant le plus lourd et le plus vieux de la planète, avec un poids estimé à 6 millions de kilogrammes, et un âge de 80.000 ans. »….Ah! Si seulement les arbres pouvaient nous raconter leur vie….!!!

    L’arbre le Grand de la planète s’appelle « Hypérion » et « mesure 115,61 mètres. C’est un séquoia à feuilles d’if, connu également sous le nom de « séquoia toujours vert » (Sequoia sempervirens) qu’on retrouve dans le Redwood National Park, au milieu des montagnes californiennes. Découvert en 2006, sa localisation est tenue secrète pour éviter que l’afflux de touristes ne perturbe son écosystème. »….Ha El Hadra….!!!

    Le plus Gros arbre du monde est un conifère mexicain. Le » Taxodium », ou cyprès du marais, détient le record avec 50 mètres de circonférence au sol.

    Il y aussi « l’Olivier de Vouves », Crète : 3000 ans. Planté à l’époque où le Roi David règne sur Banou Israël. Il produit toujours des olives….!!! Allah Ybarek…!!

    Voilà; « «Agissez pour ce monde comme si vous deviez vivre éternellement, et pour l’autre comme si vous deviez mourir demain.» (Notre prophète SAWS)

    Salam…!

    • Mme CH

      Lire SVP: Qui plantent ces arbres…!!! Oh! cette langue de Molière ou de Voltaire….de temps en temps je corrige, sinon ayez l’amabilité de le faire à ma place…!!! Merci…!

  11. Mme CH

    A tous et A Toutes, je vous dédie ce poème:

    L’arbre

    Tout seul,
    Que le berce l’été, que l’agite l’hiver,
    Que son tronc soit givré ou son branchage vert,
    Toujours, au long des jours de tendresse ou de haine,
    Il impose sa vie énorme et souveraine
    Aux plaines.

    Il voit les mêmes champs depuis cent et cent ans
    Et les mêmes labours et les mêmes semailles ;
    Les yeux aujourd’hui morts, les yeux
    Des aïeules et des aïeux
    Ont regardé, maille après maille,
    Se nouer son écorce et ses rudes rameaux.
    Il présidait tranquille et fort à leurs travaux ;
    Son pied velu leur ménageait un lit de mousse ;
    Il abritait leur sieste à l’heure de midi
    Et son ombre fut douce
    A ceux de leurs enfants qui s’aimèrent jadis.

    Dès le matin, dans les villages,
    D’après qu’il chante ou pleure, on augure du temps ;
    Il est dans le secret des violents nuages
    Et du soleil qui boude aux horizons latents ;
    Il est tout le passé debout sur les champs tristes,
    Mais quels que soient les souvenirs
    Qui, dans son bois, persistent,
    Dès que janvier vient de finir
    Et que la sève, en son vieux tronc, s’épanche,
    Avec tous ses bourgeons, avec toutes ses branches,
    – Lèvres folles et bras tordus –
    Il jette un cri immensément tendu
    Vers l’avenir.

    Alors, avec des rais de pluie et de lumière,
    Il frôle les bourgeons de ses feuilles premières,
    Il contracte ses nœuds, il lisse ses rameaux ;
    Il assaille le ciel, d’un front toujours plus haut ;
    Il projette si loin ses poreuses racines
    Qu’il épuise la mare et les terres voisines
    Et que parfois il s’arrête, comme étonné
    De son travail muet, profond et acharné.

    Mais pour s’épanouir et régner dans sa force,
    Ô les luttes qu’il lui fallut subir, l’hiver !
    Glaives du vent à travers son écorce.
    Cris d’ouragan, rages de l’air,
    Givres pareils à quelque âpre limaille,
    Toute la haine et toute la bataille,
    Et les grêles de l’Est et les neiges du Nord,
    Et le gel morne et blanc dont la dent mord,
    jusqu’à l’aubier, l’ample écheveau des fibres,
    Tout lui fut mal qui tord, douleur qui vibre,
    Sans que jamais pourtant
    Un seul instant
    Se ralentît son énergie
    A fermement vouloir que sa vie élargie
    Fût plus belle, à chaque printemps.

    En octobre, quand l’or triomphe en son feuillage,
    Mes pas larges encore, quoique lourds et lassés,
    Souvent ont dirigé leur long pèlerinage
    Vers cet arbre d’automne et de vent traversé.
    Comme un géant brasier de feuilles et de flammes,
    Il se dressait, superbement, sous le ciel bleu,
    Il semblait habité par un million d’âmes
    Qui doucement chantaient en son branchage creux.
    J’allais vers lui les yeux emplis par la lumière,
    Je le touchais, avec mes doigts, avec mes mains,
    Je le sentais bouger jusqu’au fond de la terre
    D’après un mouvement énorme et surhumain ;
    Et J’appuyais sur lui ma poitrine brutale,
    Avec un tel amour, une telle ferveur,
    Que son rythme profond et sa force totale
    Passaient en moi et pénétraient jusqu’à mon coeur.

    Alors, j’étais mêlé à sa belle vie ample ;
    Je me sentais puissant comme un de ses rameaux ;
    Il se plantait, dans la splendeur, comme un exemple ;
    J’aimais plus ardemment le sol, les bois, les eaux,
    La plaine immense et nue où les nuages passent ;
    J’étais armé de fermeté contre le sort,
    Mes bras auraient voulu tenir en eux l’espace ;

    Mes muscles et mes nerfs rendaient léger mon corps
    Et je criais : » La force est sainte.
    Il faut que l’homme imprime son empreinte
    Tranquillement, sur ses desseins hardis :
    Elle est celle qui tient les clefs des paradis
    Et dont le large poing en fait tourner les portes « .
    Et je baisais le tronc noueux, éperdument,
    Et quand le soir se détachait du firmament,
    je me perdais, dans la campagne morte,
    Marchant droit devant moi, vers n’importe où,
    Avec des cris jaillis du fond de mon cœur fou.

    Emile Verhaeren

  12. mohamedDD

    Quel est le plus ancien des arbres? Celui qui a la bonne réponse est trop fort.
    merci

    • Mme CH

      Salam mohamedDD….!!! Si je ne me trompe pas, vous voudriez peut être parler de celui qui a fait sortir Adam et Hawa du Paradis…!!!!! Ah! S’ils n’avaient pas été dupés par Satan, on serait maintenant au Paradis…!!!!
      Allez je me sauve…!!!

  13. Benhammouda

    Baobab 5.150 ans. Cèdre japonais (Cryptomera) 5.200 ans. Châtaignier commun900 à 1.000 ans. Chêne 4.000 ans. Chêne-liège 250 à 500 ans. Cyprès 1.970 ans. Frêne commun 250 à 275 ans. Ginkgo 3.000 ans sur le Mt Fulaï. If 3 000 ans. Larrea tridentata 11.700 ans. Olivier (avec souches recépées) 2 000 à 4 000 ans. Peuplier noir 500. Pin Huon 10.000. Pinus longaeva (pin brestlecone) 4 900 environ (vie potentielle 5 500 ; record 5 100 au Nevada, encore vivant : le  » Mathusalem « , 4.700 ans en Californie). Pinus aristata 4 600 ans. Platane 800 ans. Poirier 700 ans. Rosier 1.100 ans. Séquoia géant 2.000 ans. Tilleul 400 ans. Grande-Bretagne : chêne près de Nottingham où Robin des Bois et ses compagnons avaient l’habitude de se cacher, 800 ans. enfin un peuplier au USA 80 000 ans ?

  14. mohamedDD

    100/100 Mme CH, fortiche qu’ Allah te protège. Si Ben, si je ne me trompes pas, vous avez cité 22 espèces !!!! (un hasard ou par amour à la ville SBA haaaaaa), dites nous si le palmier est assez récent????? Le palmier existait au temps de notre Bien Aimé Mohammed saws, à travers ahadiths nabaouia – Entre nous, j’ai plus entièrement confiance sur les pages web, l’histoire en leurs défaveurs est falsifié ……….. ex histoire des indiens d’amérique, des mots usités par le passé, alors concernant l’Islam, son l’histoire et ses hommes (les découvertes des savants musulmans sont inscrits à l’ordre de alan, pierre et paul).
    Et malheureusement, beaucoup de nos ‘intello’ suivent aveuglement leurs traces ($$$$$$$$$$$$ les oscars,….), ils te donneront des 1000000$$$$ et tu deviendras leur ‘préféré(e)’ si tu dénigre ta religion (s’il en a une??), ton histoire, ton pays, tes racines….
    en l’habillant par « liberté d’expression, démagogie heu pardon démocratie » – Mme CH n’en a cité qu’un parmi …….(ces personnes -honte à moi de les nommer homme ou femme- sont ignares si je ne me trompes, ‘eux’ les appellent intellos, quand ils les arrangent) et les hommes (et femmes) les vrai(e)s qui ont des valeurs immatérielles, qui sont appellés par ‘eux’ les enfants d’indigènes ou d’autochtones – ce terme est péjoratif, pourquoi ils disent jamais en parlant des anciens habitants de frança (ils les appellent françés de souche -au fond des mers oui- ), les habitants du maghreb avec l’Andalousie et ailleurs dans le monde musulman avaient une riche histoire et ses Hommes, la colonisation barbare a détruit en grande partie nos acquis passé et aujourd’hui et ses sbires racontent des bobards en grande partie relire l’histoire …comme ce « grand » journaliste de chez nous, pour parler de notre histoire contemporaine il a utilisé stupidement ce terme, plagiat sans mesure !!!! peut être pour avoir un oscar.
    Je voudrais trop vous ennuyer mais faregh mci toi, toi et toiiiiiiiiiii

  15. Imène

    Azzul !
    Sitôt dit , sitôt fait ! Bravo et Merci messieurs les initiateurs pour votre promptitude à mettre le projet sur les rails et de joindre l’acte à la parole – c’est ce qui nous fait énormément , épouvantablement défaut à nous les DZ – bravo les participants , grand bravo pour les enfants..trop mignons ! Merci Mme CH pour le poème -trés joli – Merci Benhammouda pour votre contribution sur le rôle ( les rôles ) de l’arbre sur l’équilibre urbain : c’est fascinant ! soubhana Allah ! et bien sûr Bravo et merci Ayadoun pour l’info , pour tout ce que vous faîtes , bonne continuation , wa djazakoum Allahou kheir ..Salem

  16. Ayadoun Sidahmed

    Kader Dennoun Ah jeunesse Volontaires!
    La fierté que j’éprouve pour vous est sans limites
    d’autant plus que j’ai eu l’honneur de vous côtoyer et partager votre enthousiasme durant le nettoyage de notre cimetière Sidibelabbes l’été dernier.Merci et bon courage.I love you all.
    Je n’aime plus · Répondre · Message · 1 · 23 janvier, 17:20
    Jeunesse Volontaire
    Jeunesse Volontaire we also we love you Kader Dennoun
    Voir la traduction
    J’aime · Répondre · Commenté par Sidahmed Ayadoun · 23 janvier, 17:48
    Reda Abdelkrim Benyakhlef
    Reda Abdelkrim Benyakhlef très content d’y avoir participer en espérant que ça soit une entame d’une belle initiative citoyenne, on a aussi planté de l’espoir, de la bonne action et …. des grammes de finesse dans notre monde de brutes émoticône smile émoticône smile C’est beau de faire du bien émoticône wink c’est du bonheur émoticône smile on le fait à soi même… et aux générations futures.
    Je n’aime plus · Répondre · Message · 2 · 23 janvier, 15:46
    Jeunesse Volontaire
    Jeunesse Volontaire Merci pour votre participation, au nom de tout les membres de notre association je vous dis merci d’être en famille et la seul famille présente (Benyakhlef) Merci
    J’aime · Répondre · 1 · Commenté par Sidahmed Ayadoun · 23 janvier, 16:14
    Chot Lahcene
    Chot Lahcene Une prise de conscience citoyenne qui permet a chaque personne d’être responsable de son environnement et c’est cela la dynamique de ces actions qui s’inscriront dans le temps au sein de la mentalité citoyenne dans un esprit positif pour le renouveau et la renaissance du pays. .je suis certain que d’autres associations a travers le pays suivront votre exemple
    Je n’aime plus · Répondre · Message · 3 · 23 janvier, 15:35
    Jeunesse Volontaire
    Jeunesse Volontaire Mr Chot Lahcene , sans vous connaitre j’ai de l’estime pour vous. Juste un noble qui comprend la noblesse, Merci pour vos encouragements ça nous pousse de faire mieux encore et encore pas pour nous mais surtout pour les générations futures INCHA ALLAH
    J’aime · Répondre · 2 · Commenté par Sidahmed Ayadoun · 23 janvier, 16:12
    Ahmed Benhammouda
    Ahmed Benhammouda Bonjour mes amis (es). Je suis en même temps heureux et triste. Triste parce que je suis pas avec vous pour être heureux de planter des arbres pour l’épanouissement de ma ville et mon pays. Je suis heureux pour vous pour tous ce que vous faites pour vo…Voir plus
    Je n’aime plus · Répondre · Message · 3 · 23 janvier, 15:36 · Modifié
    Jeunesse Volontaire
    Jeunesse Volontaire Vous êtes toujours avec nous KHOUYA Ahmed Benhammouda par votre cœur votre enthousiasme qui nous donne de l’énergie de continuer et de planter le maximum d’arbre pour les génération futures, vous nous avais fait bouger et nous avons décider de bouger autant KHOUYA.

  17. tessala tourisme

    A un vieil arbre

    Tu réveilles en moi des souvenirs confus.
    Je t’ai vu, n’est-ce pas? moins triste et moins modeste.
    Ta tête sous l’orage avait un noble geste,
    Et l’amour se cachait dans tes rameaux touffus.

    D’autres, autour de toi, comme de riches fûts,
    Poussaient leurs troncs noueux vers la voûte céleste.
    Ils sont tombés, et rien de leur beauté ne reste;
    Et toi-même, aujourd’hui, sait-on ce que tu fus?

    O vieil arbre tremblant dans ton écorce grise!
    Sens-tu couler encore une sève qui grise?
    Les oiseaux chantent-ils sur tes rameaux gercés?

    Moi, je suis un vieil arbre oublié dans la plaine,
    Et, pour tromper l’ennui dont ma pauvre âme est pleine,
    J’aime à me souvenir des nids que j’ai bercés
    c’est pour vous khouya sid ahmed
    que le bon dieu soit avec nous
    ce qui est bien en vous, vous renoncé jamais, a très bientot

  18. Ayadoun Sidahmed

    Merci KHOUYA Mr Bouras mon compagnon de route dans la vie associative, vous êtes aussi un model qui lutte pour le bien être des autres, Merci

Répondre

x Shield Logo
This Site Is Protected By
The Shield →