La Voix De Sidi Bel Abbes

Saison 1955 – 56 : L’USMBA au sommet de la gloire Par notre ami Hassani Mustapha

SAISON 1955 – 56

L’USMBA AU SOMMET DE LA GLOIRE

L’histoire de l’USMBA est un profond trésor que j’ai décidé d’écrire et transmettre aux générations futures. D’ailleurs je dois préciser que l’USMBA est le moule dans lequel s’est fondu le mouvement sportif Bel-Abbésien dont la création remonte à l’année 1933.

En 1955, le Docteur HASSANI Abdelkader qui gagna l’estime de toute la population d’abord par sa profession de médecin, mais aussi par sa maitrise de diriger le club envoya une délégation à Marseille composée des vice-présidents OUHIBI Said, BEKKOUCHE Mokhtar et du dirigeant ISSAD Abdelkrim pour prendre contact avec la perle noire Larbi BEN-BAREK qui portait les couleurs de l’Olympique de MARSEILLE. Le meilleur joueur du monde de son époque accepta les offres Bel-Abbésiennes et le transfert du siècle jamais réalisé en Afrique fut conclu par l’USMBA.

Avec le concours de cette star, l’entraineur Maurice LACASA avait entre les mains une pléiade de vedettes pour aborder le championnat d’Oranie, la coupe d’Afrique du Nord et la coupe de France.

Au cours de cette saison de nombreuses équipes prestigieuses avaient fait les frais de l’invincible USMBA.

L’USMBA a atteint le sommet de la gloire en accédant en finale de la coupe d’Afrique du Nord, cent pour cent Bel-Abbésienne qui devait l’opposer au SCBA.

Nous vous présentons ci-dessous les joueurs et l’entraineur qui ont ouvert des perspectives et de nouveaux chemins à notre jeunesse.

LES ONZE JOUEURS ET L’ENTRAINEUR FINALISTES DE LA COUPE D’AFRIQUE DU NORD

DEY MOKHTAR : N°1 GRADIEN DE BUT

Souplesse, détente, coup d’œil et excellent placement.

Il a terriblement progressé au fil des matches. Dégagement amélioré en puissance et en précision. C’est un bon gardien sur qui on peut compter.  Il a des reflexes superbes et franchement, au sein de l’équipe Bel-Abbésienne, il est régulier et constant dans ses performances.

DAOUADJI AHMED : N°2 ARRIERE DROIT

Vitalité, dynamisme, marquage strict, il n’hésite pas à mener quelques montées offensives en essayant de construire le jeu. A multiplié les efforts afin d’être toujours prêt. Il a toujours porté avec fierté les couleurs ‘’ Vert et Rouge ‘’ de l’USMBA qui demeure sa source de réussite. En accédant en finale de la coupe d’Afrique du Nord, il a reçu les fruits de ses efforts.

HARRACHE GHALEM DIT GUELLA : N°3 ARRIERE GAUCHE

L’acrobate de la formation unioniste, extrêmement athlétique, viril, ciseaux, retourné désespéré mais efficace, refrène difficilement son tempérament offensif. Il a réussi objectivement à faire prévaloir ses capacités de grand défenseur et il s’est avéré un atout indispensable dans la composante de l’équipe Bel-Abbésienne.

NEHARI MILOUD : N°4 DEMI DROIT

Ex professionnel et sélection d’Oranie. Sens du jeu très développé, lucidité et « métier ». Un maitre sur le terrain. Le premier attaquant de l’équipe. Il a une technique digne d’un meneur de jeu. Il relance juste et offre même des balles de buts. Il a une frappe de balle exceptionnelle, une bonne vision et perd très rarement le ballon. Il a sû imprimer une certaine conduite à son groupe.

ARGOUB HABIB : N°5 ARRIERE CENTRAL

Une détente exceptionnelle, vitalité, hargne. Un intercepteur difficile à prendre de vitesse. Très accrocheur, ne construit pas ou rarement. Ne prend aucun risque. Il demeurait un élément de base dans l’effectif Bel-Abbésien.   Il n’a jamais failli à son rôle de défenseur. L’entente et la solidarité entre les joueurs ont été bien présentes et la réussite a toujours suivi.

DJENDOULI ABDELKADER DIT DJALTI : N°6 DEMI-GAUCHE

En très grande condition physique. Un battant extrêmement rapide, accrocheur sur l’homme. Avait l’avantage d’occuper le poste de demi-droit, sa zone de prédilection. Sur le terrain, il affichait un visage rayonnant en sachant offrir des solutions diverses à ses coéquipiers. Son caractère droit et la bonté de son cœur lui gagnait l’affection de tous ceux qui l’entouraient.

SMAIN MOHAMED : N°7 AILIER DROIT

Il n’a jamais manqué de mouvement, de concentration, d’efficacité et d’opportunisme ne ratant jamais de marquer quand l’occasion se présentait à lui. Un fin technicien, parait lent à l’aile jusqu’à ce qu’il soit en action.    Excelle dans les tâches, ce qui lui permet de garder le contrôle de la balle dans des situations invraisemblables. Il rentre toujours directement dans le vif du sujet en s’acquittant de son rôle du meilleur des moyens.

HAMADA MOHAMED DIT PETIT ABBES : N°8 INTER DROIT

Un « longiligne » une bonne technique, facilité dans l’action. En se montrant performant, il s’est avéré comme un joueur en puissance dans le compartiment de l’attaque. Grâce à sa sérénité et sa fraicheur physique, il n’a pas tardé à s’imposer au niveau du milieu de terrain. Très efficace, il dominait ses adversaires facilement. Il est décrit comme un joueur plein d’allant, attentif et appliqué dans son jeu. Avec ses partenaires, l’attaque de l’USMBA a été métamorphosée.

BEN-BAREK LARBI : N°9 AVANT CENTRE

Un quadragénaire bien conservé. 17 fois international. Le plus prestigieux footballeur de son époque. De part sa personnalité a complètement modifié la façon de jouer de l’USMBA. Grâce à lui en pointe de l’attaque, le club Bel-Abbésien présidé par le docteur HASSANI Abdelkader a retrouvé une certaine crédibilité en enchainant les victoires au point de se retrouver avec assurance finaliste de la coupe d’Afrique du Nord.

BENDIMERED NOURI : N°10 INTER GAUCHE

Excellente technique, rapidité, hargne, enthousiasme et fraicheur physique, tirs d’instinct des deux pieds. Extrêmement dangereux par ses percées rageuses. Cet attaquant de valeur a réussi à mettre son expérience au service du onze Bel-Abbésien.

Drivé par l’entraineur Maurice LACASA, grâce à son but inscrit en demi-finale contre l’USSCTémouchent au stade MONREAL à Oran, l’USMBA a arraché son billet de qualification pour la finale de la coupe d’Afrique du Nord.

KEBIR ABDELLAH : N°11 AILIER GAUCHE

Technique acceptable, volonté, résistance, initiative, dynamisme, toujours à l’affut de la moindre occasion, détente et vitalité. Personne n’avait de doutes quant à ce joueur offensif qui a toujours donné une satisfaction chez les supporters et le staff technique. Très mature, il n’est pas facile à manier. Courageux à toute épreuve, il évoluait à l’aise au milieu de ses coéquipiers.    Il se sentait capable de réussir face à une grosse concurrence.

LACASA MAURICE : ENTRAINEUR

En arrachant sa qualification pour disputer la finale de la coupe d’Afrique du Nord contre son voisin Bel-Abbésien le SCBA, l’USMBA a réalisé le rêve de toute une ville. L’entraineur Maurice LACASA a également gagné son pari. Quand il a pris ses responsabilités à la barre technique, notre éducateur sportif avait son idée du football quant à l’utilisation du ballon mais il a toujours tenu compte du style de jeu de l’adversaire. Mais le plus impressionnant, c’est qu’il disposait d’une marge de manœuvre considérable. Il possédait dans ses rangs le meilleur joueur du monde de son temps Larbi BEN-BAREK et des joueurs talentueux aussi bien en défense qu’en attaque avec un gardien de but d’une classe insolente. Il avait aussi une idée précise sur son groupe. Dans son travail, il a commencé par la supervision des joueurs d’une manière régulière pour l’évaluation de leur forme et de la constance dans leurs performances. Il ne s’enflammait jamais. Tout en restant modeste, il mettait en exergue le mérite de ses joueurs dans les succès ramenés.

11 

USMBA 1955/1956

Deb. G à D : GONZALES-SMAÏN-BEN-BAREK-GUELLA-KEBIR-MUSTAPHA-NEHARI-LACASA

Acc. G à D : DJENDOULI-ARGOUB-DAOUADJI-DEY-HAMADA « Petit Abbes »

 

LE DUEL USMBA – SCBA…

222SCBA 1955/1956

Deb G à D: ESCUDERO-PERLES-SALAS-GUITIERREZ-MOULON-OLMICCIA-MARION-CANO

Acc G à D : GROS – TAILLEPIERRE – MARTINEZ – BIELETSKI – DIAZ

 Malgré leur différence d’approche, les dirigeants de l’USMBA et du SCBA se sont toujours échangés des amabilités et ils ont trouvé le plus souvent des terrains d’entente. Par leurs actes et leurs gestes, ils ont pû éviter des heurts aux deux communautés.

En gérant les comportements et les mentalités au sein de son association, le président HASSANI Abdelkader (Médecin) est apparu aussi grand que son homologue PAYRI (Vétérinaire) bien que ce dernier avait un appui financier colossale de la part des plus grands colons d’Algérie implantés à Sidi Bel Abbés.

La dimension et l’habillage des deux clubs phares de la MEKERRA ont prévalu, ce qui les a conduit à arracher leur billet pour jouer la finale de la coupe d’Afrique du Nord (100% Bel-Abbésienne) qui devait se dérouler à Oran, au stade Vincent MONREAL (devenu Habib BOUAKEUL après l’indépendance de l’Algérie).

Ce rendez-vous historique a été annulé purement et simplement aussi bien par le FLN que par le Préfet d’Oran.

… ET L’ENTHOUSIASME DES SUPPORTERS.

Chaque dimanche, après la fin du match de l’après midi, les supporters Bel-Abbésiens aussi bien de l’USMBA que du SCBA se retrouvaient dans les cafés de Bel-Abbés pour connaitre les résultats des rencontres de la journée et apprécier le tableau du classement, cette hâte fébrile pour savoir ce qui venait de se passer sur les stades, démontrait l’incomparable vitalité du ballon rond.

Lors de l’affichage dont le journaliste MAZAUD installé au Boulevard de la République, en plein centre fut le spécialiste et en première ligne, que des joies ou des déceptions pouvaient représenter toutes ces petites cases et ces chiffres. Aussitôt jaillissaient les discussions, les hypothèses allaient bon train, atténuant ou renforçant certains établissements en cafés chantants ou en…murs des lamentations !

LE PRÉCIEUX DOUZIEME HOMME.

ENGAGEMENT, SOLIDARITÉ ET FAIR PLAY.

Hier comme aujourd’hui, les supporters Bel-Abbésiens ont toujours démontré qu’ils ne lésineraient jamais sur leurs moyens et leur énergie pour accompagner l’équipe fanion où qu’elle aille et quelque soit la difficulté de la mission. Avec cet esprit de soutien indéfectible qui marque l’attention, nos sympathisants et ils sont très nombreux ont envahi tous les stades et ils le font encore aujourd’hui sans faire de calculs, car, comme le dit si bien l’adage « quand on aime, on ne rechigne pas » et ils ont de ce fait constitué partout ce douzième homme indéniable et tellement précieux dans les compétitions de coupe et de championnat.

Un hommage à ces valeureux inconditionnels des ‘’Vert et rouge’’ dont l’enthousiasme est chaque fois affiché.

Avec l’incorporation de l’inégalable Larbi BEN-BAREK, l’USMBA a permis aux Bel-Abbésiens de vivre des moments mémorables.  

 

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=54066

Posté par le Août 28 2014. inséré dans ACTUALITE, CE QUE DIT LA PRESSE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

9 Commentaires pour “Saison 1955 – 56 : L’USMBA au sommet de la gloire Par notre ami Hassani Mustapha”

  1. kaid

    Belle page historique

  2. Hocine .C

    C’était l’age d’or du football belabbesien ,une génération exceptionnelle avec de trés grands dirigeants .Merci à la VDSBA et à M Hassani pour ces riches témoignages . L’USMBA restera toujours un trés grand club.

  3. Krimo pointu

    Elle était magnifique cette union sportive musulmane,comme toutes ses sœurs.

  4. kerroucha

    on apprend de bonnes choses avec ces anciens dirigeants

  5. BADISSI

    La belle époque merci cheikh Hassani pour ce récit historique .

  6. Mehdi

    MERCI CHIKH HASSANI POUR CES CONTRIBUTIONS A TOUS LES NIVEAUX POUR L ECRITURE DE L HISTOIRE DE USMBA …..ON ATTEND AVEC IMPATIENCE LA SORTI DE VOTRE LIVRE SUR NOTRE CLUB BIEN AIMÉ…BRAVO WA ELLAH YEHAFDEK

  7. hmida

    Le journalisme n’est pas donné a tout le monde. Hassani Mustapha a fait ses preuves dans ce domaine depuis fort longtemps. L’écriture c’est son dada. Le bulletin, flash foot des années 80 lequel etait destiné aux supporters Bel Abbé siens ayant trait a la vie du club demeure sa marque de fabrique. HassanI Mustapha, étant aussi l’un des rares dirigeants ayant contribué avec son staff les Hadj HAmidou et consorts au bien être de son équipe fanion l’USMBA . Merci Président

  8. Abbassi S. Yassine

    C ‘est vrai Mr Hmida , bien dit .

  9. benyounes

    avant dey il y avait benyounes surnomme le chat noir il fesait la pluit et le beau temps rabi yerhmah

Répondre