La Voix De Sidi Bel Abbes

Roms : «J’ai huit ans, je voudrais aller à l’école, s’il vous plaît»

666146-a-roma-child-uses-a-hammer-to-separate-metals-in-front-of-caravans-at-an-encampment-of-roma-families

Un enfant dans un campement rom, à Triel-sur-Seine, en région parisienne, en octobre 2013. Un enfant dans un campement rom, à Triel-sur-Seine, en région parisienne, en octobre 2013. (Photo Benoit Tessier. Reuters) »

AU RAPPORT Une ONG alerte sur la situation de ces enfants roms vivant en France et à qui les mairies refusent, ou compliquent, l’accès à l’école.

«Merci de me laisser aller à l’école pour devenir chauffeur.» C’est Fernando qui parle, face caméra. Un petit brun de huit ans, l’air grave. Il s’exprime en romani, sa langue natale, n’ayant pas encore eu la possibilité d’apprendre le français. Ses propos sont sous-titrés dans cette vidéo diffusée à la presse lundi matin par le Centre européen pour les droits des Roms (ERRC). Cette ONG, implantée dans quinze pays dont la France, lutte contre les discriminations envers les Roms migrants.
Actif dans les bidonvilles auprès des familles, ERRC agit aussi sur le terrain judiciaire pour que les tribunaux fassent respecter les droits élémentaires. Comme le droit à l’éducation. En France, la règle est pourtant simple : tout enfant entre 6 et 16 ans doit aller à l’école, quelle que soit la situation dans laquelle se trouve sa famille. Que ses parents aient des papiers ou non, un domicile ou non. Ça, c’est pour le grand principe. Mais dans les faits, beaucoup d’enfants roms n’ont jamais mis les pieds dans une école, sans que l’on puisse dire combien. Il n’existe pas de donnée chiffrée fiable à l’échelle nationale.

REFUS D’INSCRIPTION
L’ERRC a mené l’enquête entre janvier et avril dernier, interrogeant 118 personnes roms, vivant dans six bidonvilles : deux en Seine-Saint-Denis, deux dans la communauté d’agglomération de Lille et deux à Marseille. Des entretiens longs et approfondis menés par six «intermédiaires», des Roms vivant dans des bidonvilles, et parlant français. Les résultats de l’étude étaient présentés ce lundi matin.

La moitié des enfants rencontrés ne sont pas scolarisés. Pourquoi ? Dans 60% des situations, la municipalité refuse d’inscrire l’enfant à l’école. «Souvent, les agents font traîner les demandes, déplore Erika Bodor qui a coordonné l’étude pour l’ERRC. Par exemple, la mairie exige une adresse de domiciliation alors que selon la loi, une carte d’identité de n’importe quel pays est suffisante pour l’inscription.»

Dans d’autres cas, raconte-t-elle, le maire «se dédouane» en invoquant le manque de place dans l’école. «Sauf que dans ce cas-là, les autorités doivent faire remonter les besoins au rectorat pour éventuellement ouvrir une nouvelle classe. Mais ils ne le font pas.»

«A QUOI BON ALLER À L’ÉCOLE SI ON EST EXPULSÉ DEMAIN ?»
Pour Manon Fillonneau, chargée de mission droits de l’homme à ERRC, «les refus de scolarisation sont étroitement liés à la politique d’expulsion». Un maire qui veut expulser un camp installé dans sa commune a tout intérêt à ne pas scolariser les enfants, et ainsi éviter toute mobilisation des parents ou des enseignants. Quand une procédure de justice est engagée, explique-t-elle, le juge prend en considération le nombre d’enfants scolarisés et retarde l’expulsion quand beaucoup vont à l’école.

«Du coup, les mairies traînent des pieds, et des demandes d’inscription restent lettre morte. Quand les associations ne sont pas là pour se battre, les enfants ne vont pas à l’école», renchérit Erika Bodor. «Certaines familles baissent les bras, en se disant : à quoi bon envoyer mon enfant à l’école si on est expulsé la semaine prochaine…» Les familles interrogées ont déjà été expulsées quatre à cinq fois en moyenne depuis leur arrivée. 2013 a été une année record en nombre d’expulsions avec 21 000 enregistrées, selon le décompte de la Ligue des droits de l’homme. Le premier semestre 2014 est sur la même tendance, assure ERRC qui a comptabilisé 6 660 personnes expulsées au premier semestre 2014.

Les conséquences pour les enfants sont désastreuses. 67% des parents interrogés dans le cadre de cette enquête s’inquiètent pour la santé mentale de leur enfant. Comme cette mère qui raconte que son enfant se fait pipi dessus dès qu’il croise une personne portant un uniforme. L’école est souvent «le seul lieu stable de leur vie», insiste Erika Bodor. Leur en bloquer l’accès comme le fait la France aujourd’hui, c’est «leur voler leur avenir. On est en train de créer une génération de citoyens européens analphabètes.»

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=52514

Posté par le Juil 29 2014. inséré dans CE QUE DIT LA PRESSE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

25 Commentaires pour “Roms : «J’ai huit ans, je voudrais aller à l’école, s’il vous plaît»”

  1. Cheniti gh.

    Aid Said et plein de bonheur et de santé à toutes et à tous.
    Le sujet concernant les rrom (avec deux rr actuellement) est très délicat pour ne pas dire complexe à ‘régler’.D’abord il faut éviter de faire l’amalgame qui consiste à
    croire que cette population est Roumaine .Sont ils des gitans ? des tziganes?des manouches? des bohémiens ? des gens du voyage?
    L’on peut -innocemment -se poser la question pourquoi cherchent-ils à instruire leurs enfants alors que l’ essence même de leur mode vie -j’imagine- est basé sur les déplacements de pays en pays ? Enfin,le droit d’aller à l’école et par conséquent s’instruire ne détruira-il pas cette communauté dans l’avenir ??
    Qui dit instruction ,éducation …..dit intégration (ou acculturation c’est selon!) dans le pays ou sont installés ces rroms justement !!!!! et…qui dit intégration dit aussi disparition de cette communauté qui parait -il vient de l ‘Inde ! Je suis sûr que notre frère Karim 10 a son mot à dire pour éclairer ma lanterne ! Bonne soirée !

  2. Mohamed

    c la France et l’UE qui doivent régler le problème des roms, pas nous!

  3. kerroucha

    Préoccupante situation J’aime la variété des thémes vsba

  4. OUERRAD

    ET LE NOMBRE DE JEUNES ALGERIENS QUI NE VONT PAS A L ECOLE FAUTE DE MOYENS

  5. lecteur

    La Constitution algérienne garantit le droit à l’enseignement pour tous. L’Ecole en Algérie est accessible à tous les algériens, je ne pense pas qu’un Algérien puisse priver son enfant d’aller à l’école faute de moyen, d’autant plus que tout est gratuit.( les livres, les cahiers, l’assurance sont pris en charge par l’Etat., pour les démunis.

  6. noonadeedoo

    mais l’école algérienne est gratos pour les roms, même la cantine,je ne vois pas pourquoi ils veulent pas y aller.

  7. noonadeedoo

    + 4000 DA d’aide pour chaque écolier demuni, de quoi acheter ses livres scolaires (2300 DA) , et ses cahiers (1000 DA).

    • OUERRAD

      3000da la liste etablie metrafikia
      pourquoi ne pas augmenter les salaires
      toutes les subventions ne font la richesse que des ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;
      arretons de faire de la politique de l INDIGENAT

  8. noonadeedoo

    assurance étude : 1/2 EURO ( 75 DA)

  9. noonadeedoo

    excursion Tlemcen,Oran, Temouchent par car: 2 euros ( 300 DA)

  10. lecteur

    Un jour un chasseur cruel voulant mettre à l’épreuve un grand sage qui avait fait le vœu de ne jamais mentir, lui demanda, alors qu’il passait devant sa demeure en poursuivant un cerf « Maître, dites-moi dans quelle direction est parti le cerf qui vient de passer »
    Le grand sage qui était également non-violent, donc opposé à la chasse, lui dit alors la vérité sans pour autant mentir, ni livrer la pauvre bête à son bourreau : « Monsieur, sachez que mes yeux voient mais ne parlent pas. Quant à ma bouche, elle parle, mais ne voit pas ! » Comme quoi, il est parfaitement inutile de mentir, même en cas de danger pour soi ou pour autrui. Seul un peu de bon sens suffit !
    De toute façon, à quoi bon mentir, lorsque l’on a pris conscience que la Vérité, tout comme l’huile versée dans l’eau, finit toujours par remonter à la surface.

  11. noonadeedoo

    et enfin une fête tous les trois mois! chez nous, même les roms seront tentés de partager avec nous ces moments de joie, pourvu qu’ils ne nous chipent pas la tarte.

  12. noonadeedoo

    am going to sleep, good night SBA.

  13. BADISSI

    le problème des rroms doit être régler par leur pays d’origine et non la France , même leur mode de vie est complexe comme a dit cheikh Cheniti qu’on on se déplace souvent on ne peut garantir une bonne scolarité pour ces enfants , les rroms doivent s’intégrer dans leur pays d’origine et se stabiliser et il faut dire la vérité ils sont un fardeau pour la France , il s’installe n’importe ou des fois dans des parcs a coté de certains quartier , certains volent ,agresse , donc il faut voir le problèmes de plusieurs ongles

    • Danielle B

      @ BADISSI – bonjour monsieur
      mon commentaire ayant sauté je vais essayer de nouveau
      lorsque vous dites que le problème des roms est complexe vous êtes loin de la réalité monsieur, cette communauté est une plaie, une catastrophe un désastre pour les pays civilisés et il n’y a pas que la france qui soit touchée par ce fléau
      ces personnes qui viennent une main devant et l’autre derrière ne savent que profiter honteusement du système, ils sillonnent la france, s’inscrivent partout pour toucher les aides octroyées si généreusement par notre gouvernement, ils inscrivent leur femme comme étant mères célibataires et elles touchent des somme faramineuses puisque ça tombe de partout, , ils sont soignés gratuitement, obtiennent des aides qu’un français n’aura jamais la possibilité d’obtenir, nos petits vieux vivent proches de la misère avec une retraite dont l’état devrait avoir honte
      pour en revenir à ces roms, c’est vrai ils s’installent dans des parcs magnifiques, se branchent sur l’eau et l’électricité collectives et lorsqu’ils ont tout détruit et que les rats commencent à faire leur apparition ils partent ailleurs en laissant l’endroit dans un état indescriptibles , après avoir visité les villas alentours évidemment, lorsqu’ils se font attraper , il faut voir leur butin , impressionnant, même le cuivre de la sncf y passe c’est vous dire
      qui plus est comme voleurs, ils sont champions, mettre leurs enfants à l’école mais vous plaisantez, ils préfèrent les mettre sur le trottoir à mendier ou a voler ce qu’ils font avec une dextérité impressionnante et lorsque ces gamins se font attraper ils ne viennent même pas au commissariat les récupérer, aucun sentiment, chaparder et vivre aux dépens des autres voilà leur crédo
      la france est pour eux la terre promise comme ils n’avaient même jamais osé la rêver, et comme ils ne sont pas solvables lorsqu’ils se font choper 24h après ils sont de nouveau dans la nature et recommencent leur sale petit boulot qui consiste à agresser les gens , même à arracher les chaines du cou des enfants dans la rue, on n’ose même plus porter apparemment nos bijoux car croyez-moi ils sont trés forts
      quant à ces enfants qui aimeraient aller à l’école je suis sure que c’est ce qu’ils aimeraient faire, seulement voilà la mafia de leur communauté ne leur laisse pas le choix, celle-ci place tout ce petit monde sur le trottoir et le soir passe pour ramasser la plus grande partie de ce qui a été récolté
      croyez moi Monsieur nous aimerions bien être débarassés de ces sangsues mais voilà il faudrait rétablir les frontières et les bien pensants qui sont confortablement installés derrière les bureaux et qui tirent les ficelles ne voient pas les choses sous le même angle que le pauvre citoyen confronté à longueur de temps à tout ça
      croyez-moi monsieur la france n’est plus ce qu’elle était et c’est bien triste, je sais je sais je vais être encore taxée de fasciste ou je ne sais quoi mais tout ce que je viens d’écrire est LA VERITE et il est bon de temps en temps à ce qu’elle soit dite n’en déplaise à ceux qui ont des oeillères
      bonne journée monsieur
      cordialement

      • BADISSI

        @Danielle B
        Bonsoir Madame vous avez raison sur ce point j’ai horreur d’une immigration sauvage qui devient un fardeaux pour le pays d accueille , j ai vue des documentaires sur le rroms c’est une catastrophe , mais il faut pas les comparer au nomades car chez nous il y a des nomades qui vivent en harmonie avec la nature et les autres citoyens
        quand au problèmes des juifs c’est un autre sujets sans mélanger juifs et sionistes car ces derniers sont a anéantir par n’importe quelle moyen
        cordialement et bonne fin de soirée

        • Danielle B

          @ BADISSI bonjour Monsieur
          loin de moi l’idée de comparer les nomades du désert de notre pays avec cette communauté qui ne fait absolument rien pour qu’on la respecte bien au contraire
          les nomades du désert montrent une image bien différente de celle des roms, ils ne s’installent en permanence nulle part, mais ils respectent l’environnement, ceux qui vivent prés de leur campement et lorsqu’ils repartent rien ne laisse supposer qu’ils sont restés à cet endroit , j’ai toujours admiré ces personnes différentes des citadins, dont la vie quotidienne ne doit pas être toujours facile mais ô combien passionnante
          vous écrivez qu’il ne faut pas mélanger juifs et sionistes et pourtant je crois que les 2 sont intimement liés, vouloir anéantir le sionisme revient à dire qu’il faut aussi anéantir les juifs et Israel et là je ne peut pas vous donner raison, si vous voulez que la nation arabe et l’islam soient respectés , il faut que admettiez l’état Hébreu , seul le respect réciproque de l’autre pourra faire avancer les choses dans le monde entier, mais là je crois malheureusement qu’on rêve tout éveillé
          mais on peut toujours y croire n’est-ce pas????????la paix malheureusement ne pourra être qu’à ce prix
          cordialement
          bonne après-midi monsieur

  14. jamel

    la France est acculé trop de miséres que ce pays subit

  15. François le français

    T’as raison jamel, chaque pays doit s’occuper de ses ressortiissants

  16. chaibdraa tani djamel

    Quant on veut, on peut ,leur trouver un pays c’est facile comme ça était pour les juifs on leur offert un plateau garni en 1948 par l’ONU » la palestine » alors pour ces pauvres rooms je vois bien une petite part de l’AUSTRALIE qui est un immense continent mais je suis sur que la couronne britanique se fachera

    • Danielle B

      @ CHAIBDRAA TANI DJAMEL – bonjour Monsieur
      mais Monsieur ces roms , ILS ONT UN PAYS et leur mode de vie c’est eux qui l’ont choisi, ils préfèrent sillonner les routes, voler et vivre aux dépens des autres même dans leur pays plutot que de travailler
      ce sont des nomades qui ne s’intégreront jamais où qu’ils soient
      en plus ils sont sales , venez un peu voir dans quel état ils laissent le coin où ils ont passé la journée à squatter, c’est écoeurant et pourtant nos services municipaux passent plusieurs fois par jour pour éviter aux autres citoyens cet état de choses
      ne comparez pas avec les juifs monsieur, ce n’est pas comparable, quel que soit les torts qu’à Israel, il faut leur rendre cette justice, c’est que c’est un peuple constructif et partout où ils sont passés, même le désert a aujourd’hui un autre aspect, pour vous en convaincre il suffit de cherchez sur google des documentaires à ce sujet et comparez ce pays avant et après leur arrivée, ceci dit encore une fois hors contexte politique
      bonne journée monsieur

  17. chaibdraa tani djamel

    Lire leur offert

Répondre