La Voix De Sidi Bel Abbes

Retour dans l’univers d’Hergé ! Tintin à Sidi bel abbes. par Tewfik adda boudjelal

Parole et écriture à accueilli, cet après midi, Mr Michel Pierre, grand orateur aux multiples casquettes, auteur d’articles et ouvrages sur l’histoire coloniale du XXIème siècle. Il fut maitre de conférences à l’institut d’études politiques de Paris. Il a occupé plusieurs fonctions au ministère des affaires étrangères, notamment au service culturel de l’ambassade de France à Alger.

André Pierre, hôte de la ville, en fin conférencier a exorcisé une partie de notre jeunesse, qui fut nourri par la Bande dessinée. Le thème abordé fût celui de Tintin.

Georges Prosper Remi, le père de « Tintin », reste toujours célèbre pour ses « Aventures de Tintin «.Cet auteur Belge né le 22/05/1907 et décédé en 1983 à Woluwe-St Lambert, fut d’abord dessinateur amateur d’une revue scoute, à partir de 1924.il signe ses planches du pseudonyme « Hergé » formé à partir des initiales « R » de son nom et « G » de son prénom. Quelques mois plus tard, il entre au quotidien Le Vingtième siècle et devient rapidement l’homme providentiel grâce aux Aventures de Tintin.Ces dernières débutèrent le 10 janvier 1929.Une idée de génie fut trouvé, celle d’indexer un supplément au journal, destiné aux enfants, « Le Petit Vingtième ».Stratégie qui s’avérera payante, car les ventes du jeudi augmentaient d’une façon remarquable et par ricoché, préparait un lectorat de l’avenir. Hergé diversifie son activité artistique- illustrations de journaux, de romans, de cartes et de publicités- dans les années 30, tout en poursuivant la bande dessinée.

Quelques œuvres de l’auteur /

-Les exploits de Quick et Flupke (1930)

-Popol et Virginie au pays des Lapinos (1934)

-Les aventures de Jo, Zette et Jocko (1935)

-Tintin au pays des soviets, propagande antirusse, parti de la ville des Cosaques, « Rostov sur le Don »-à l’époque, et qui inspira fortement Hergé pour réaliser cette album.

-Tintin au cango, ah, le fameux Congo-Belge qui fut une colonie Belge dont le parlement avait finit par reconnaître au roi le titre de souverain de l’État Indépendant du Congo, et le Roi des Belges considérait à juste titre le Congo comme étant sa propre propriété personnelle.

-suit alors Tintin en Amérique.

Au début les dessins d’Hergé furent de mauvaise facture, et furent réalisés en noir et blanc. Mais au fil du temps, il affina son coup de crayon. En 1934, une rencontre avec un jeune étudiant chinois, Tchang, venu étudier à l’Académie Royale des Beaux arts de Bruxelles, bouleversa la pensée et le style d’Hergé. Il commence à se documenter sérieusement, et crée Le Lotus bleu, toujours en noir et blanc. Durant la Seconde Guerre mondiale, Hergé publie les aventures de Tintin dans le supplément jeunesse du quotidien Le Soir, alors contrôlé par l’occupant allemand ; cela entache sérieusement sa réputation et lui vaut, à la libération, d’être accusé de collabo. Il est cependant remis en selle, par Raymond Leblanc, devenu éditeur et qui lance, en 1946, le journal Tintin. Hergé est devenu directeur artistique de cet hebdomadaire. Grace au succès de la bande dessinée, il impose son style propre,

« la ligne claire ». Pour l’anecdote, à chaque fois qu’un album était bouclé, on organisa une mise en scène avec des comédiens et le célèbre Milou, sous le theme « le retour de Tintin », et la place de la gare de Bruxelles était noir de monde à chaque fois .Le nombre de fans grandissait sans cesse.

Durant les années 1950 et 1960, perfectionniste et visionnaire, Hergé développe cette technique graphique dans le journal Tintin sans oublier de reprendre Jo, Zette et Jocko et, surtout Quick et Flupke. Tintin demeure cependant son œuvre principale, et lui vaut une renommée européenne, puis internationale.

Les histoires d’Hergé, véhiculent des messages forts et toujours d’actualité. Vers la fin des années 50, Hergé fait une dépression nerveuse, et « devient le confident des ses pensées « Il meurt d’une leucémie en 1983. Depuis, il est considéré comme l’un des plus grands artistes contemporains et a vendu plus de 230 millions d’albums, traduits dans une centaine de langues. L’œuvre d’Hergé est gérée par sa veuve Fanny Rodwell via la société Moulinsart et la Fondation Hergé.

 

En réaction à l’article, consacré à « Hergé Tintin », notre ami, « Slim », notre star Bélabésienne d’abord et mondiale ensuite, m’a envoyer cette sympathique planche sur « Tintin en Algérie ».
Alors, sans hésiter je la partage avec nos lecteurs de la voix de Sidi-Bel-Abbès.

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=42280

Posté par le Mar 28 2014. inséré dans ACTUALITE, ZOOM ASSOCIATIONS. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

20 Commentaires pour “Retour dans l’univers d’Hergé ! Tintin à Sidi bel abbes. par Tewfik adda boudjelal”

  1. Houari Choucha

    Bonjour Tewfik, bonjour l’équipe VDSBA l’ infatigable,

    Entre Hergé Tintin et Tintin Hergé c’est une grande Histoire d’amour plein d’aventures, merci Tewfik pour ce partage, VDSBA propose des sujets variés,c’est du professionnalisme.

    Khayicalement

  2. elhadj abdelhamid

    Bonjour Tewkik
    Michel Pierre et André Pierre, cela doit sûrement être Dupont et Dupont.
    Mais peut-être que le souvenir de Bata et de André où l’on allait acheter nos chaussures de la rentrée est toujours vivace.

    • Cheniti Gh.

      @ Abdelhamid ,bonjour .
      Au fait ,pourquoi on achetait beaucoup plus chez Bata que André cher Doc ?

      • elhadj abdelhamid

        Bonsoir, mon cher Ghalem
        Bata, originaire de Tchécoslovaquie, était considérée, à mon humble avis, comme la marque des …pauvres. D’ailleurs, son fondateur, Bat’a avait dit, en 1930 :
        Ne craignons pas l’avenir. La moitié de la planète va pieds nus.
        André, de France, Le chausseur sachant chausser, a pour devise : André, souliers de mode depuis 1900 !

  3. TOUBIB

    @HAKIM HADJ Qu’est devenu le siége de BATA et ANDRE Les nouveaux citadins en quéte de noms,le savent ils?

  4. Bonjour khayi
    Toujours émergé dans la culture, de la musique avec Raina Hak aux bandes dessinées de Tintin. Merci de nous avoir fait cet abrégé historique sur RG.

  5. CHOT LAHCENE

    Hamdoullah que notre Tewfik …est la pour détendre l’atmosphère avec un zezt d’humour …sinon avec les paranoia qui voient des ennemis partout on est mal barré ….132 ans de colonisation plus 10 années de décennies noires …notre cerveau est traumatisé à jamais ….

    ALLAH YAHAFDEK

  6. Djamel

    la culture de l’oppurtunisme n’est pas à apprendre.
    La melodie, c vous qui la chantez, et ce sont les oppurtunistes qui en vivent.

    • Danielle B

      bonjour mr DJAMEL
      je trouve que vous avez la dent un peu dure envers mr BOUDJELLAL qui lui comme bien d’autres s’évertuent à vous ouvrir d’autres horizons
      si vous n’aimez pas Tintin ou ses autres interventions qui vont dans le sens d’intéresser les jeunes, les moins jeunes à l’art, n’essayez pas de dégouter ceux qui essaient de trouver dans ses interventions une manière plutot agréable non seulement d’apprendre mais aussi de s’évader et de découvrir le monde
      à mon avis tous les efforts faits pour que la culture s’épanouisse devraient être applaudis
      cordialement

  7. BARAKA

    je vous tire chapeaux MR TEWFIK ADDA vous etes a la hauuteur dans le domaine de la culture de ptit paris meric mille fois ;
    BARAKA

  8. mohamed

    @Danielle B Ceux sont des moments de jalousie maladive Ce mr A B Tewfik est plus grand que ces bassesses auxquelles livre ce gars Ce n’est ni le premier ni le dernier Bonne soirée

    • Danielle B

      bonjour MR MOHAMED
      100% d’accord avec vous, mais que l’on descende en flèche mr Boudjellal
      qui s’investit à fond pour montrer aux bel-abbésiens qu’il existe mille et une façons de s’intéresser aux belles choses , j’ai trouvé dommage de laisser passer sans intervenir mais je vois que tous les autres posts sont des éloges et ça me fait plaisir
      bonne journée monsieur

  9. BARAKA

    MERCI ADDA BOUJLEL TEWFIK PTIT PARIS VOUS AIMEZ.

  10. BARAKA

    Bonne chance ADDA BOUJLEL ptit paris vous aime.

  11. merabbi

    Essalamoualaikoum!

    Dàbord merci aux organisateurs et un grand merci à la VSBA.
    Je voulais juste proposer d ìnviter auteurs de BD Bel abbesiens et à ma connaissance il y en aurait 3 à savoir ;
    lEgrand et le maitre SLIM et le non moins célèbre MASMODI ainsi quùn autre jeune qui avait .comme atelier.la boutique de son père lequel vendait des meubles dòccasion .
    Lìdée est que la BD soit présente à proximité.
    Par rapport à HERGE cela reste interressant sauf que certains historiens de la BD ont mentionné quà`un certain moment il servait la propagande Belge que la culture ( Tintin au congo ) illustrant les noirs avec de grosses lèvres rouges ect..
    Une facon de dire que BD pourBD il faudrait songer à constituer un club dàuteurs « locaux ».

  12. K. Taleb présidente

    Un grand bravo a monsieur Adda boudjellal qui a couvert l’événement par ce bel article ,mais il faudrait surtout remercier et encourager l’association paroles et écriture qui est à l’origine de cet événement et les membres de cette association qui ne se sont pas menagés pour la reussite de cette rencontre ..
    Pour répondre @ merabbi cette même association a organisé deux rencontres avec notre grand Slim et une autre avec notre généreux Le Hic au sein de la bibliothèque paroles et écriture .

  13. Hakem Abderrahmane

    J’espère que Tintin n’est pas venu à Sidi bel abbes pour une campagne électorale!Il vaut mieux un Tintin que certains pantins! Merci à Tewfik pour l’article!

  14. HAMID Ourrad

    Merci gentleman Taoufik pour ce voyage dans le temps, dans le monde de Tintin,parce qu’on n’oublie pas tout à fait nos rêves d’enfants ,j’ai beaucoup aimé le titre de l’article Tintin à SidiBelAbbes  qui m’a  rappelé bien de quelques titres de ce reporter belge qui se retrouve toujours mêlé à des affaires dangereuses parmi ces titres que j’ai lu dans mon enfance.   (Tintin en Amérique ,) (Tintin au Congo,) et enfin (on a marché sur la lune) ou l’auteur était bien en avance sur les américains .
    Bravo Adda boudjelal…on t’aime bien..

  15. Argos

    L’article de Tewfik est plein d’enseignement sur cet art de la BD qui a bercé l’enfance d’une partie d’entre nous mais pour être complet, il fallait l’origine de la « Bulle » sans qui la BD ne serait qu’un simple dessin sans charme et sans doute pour cela éprouvons-nous le besoin d’échapper à la pesanteur de notre planète malade pour nous réfugier dans le monde de la BD où les rêves ont la légèreté de la bulle. De tout temps, l’homme éprouva le besoin de raconter des histoires au moyen d’images. Déjà, il y a bien longtemps quelques uns de nos ancêtres sahraouis, représentaient sur les parois des grottes leur combat quotidien contre les bêtes sauvages. Des milliers d’années avant eux, les Egyptiens couvraient de dessins et d’hiéroglyphes les murs des temples et des tombeaux des pharaons. Mais tous cela ce n’était pas la bande dessinée puisqu’il manquait l’élément essentiel que l’on appelle la « bulle » ou plus scientifiquement : le phylactère, qui était à l’origine un porte bonheur, un étui que les juifs (aïe) pratiquants portaient toujours sur eux et à l’intérieur duquel, ils glissaient un verset de la Torah. Au moyen âge, on appelait donc « phylactère », une banderole que les peintres ou les maîtres verriers dessinaient au dessus des Saints qu’ils représentaient et dans laquelle ils inscrivaient une phrase attribuée aux dits personnages. Si la BD est presque inexistante chez nous exception faite de quelques bédéistes dont le talentueux Slim, ailleurs, à travers le monde c’est l’âge d’or avec les albums qui se vendent à plusieurs millions d’exemplaires chaque année et en France il existe même une capitale de la BD : Angoulême. Parfois, on se demande même si les petits personnages d’encre et de papier dont les aventures nous enchantent ou nous ont enchantés ne sont pas vivants parmi nous ? Et comme n’importe quel homme célèbre, ils possèdent leur statue dans les parcs et les monuments historiques. Bonne continuation à la Bibliothèque « Paroles et Ecritures » qui ne ménage pas ses efforts pour nous proposer des rencontres étonnantes et conviviales à bien des égards.

Répondre