La Voix De Sidi Bel Abbes

« Recyclage », par notre confrère Bouchentouf Ghalem.

Salem

Lors de mon dernier séjour au bled, j’étais heureux de constater que la nature avait repris ses droits au point de voir, ô surprise, la Mekerra de mes jeux d’enfance coulait à flot comme autrefois, à cause d’une pluviométrie abondante certes mais surtout d’une retenue collinaire bénéfique en amont de son lit. J’étais triste aussi par le spectacle désolant qu’elle m’offrait devant la multiplication des tas de détritus qui l’agressaient dans l’indifférence totale et pourtant, il existe bien une équipe de nettoyage de la commune comme partout ailleurs, mais que peut-elle bien faire avec des moyens aussi dérisoire qu’une remorque et l’unique endroit à ciel ouvert depuis des lustres, représentant une décharge (bassoura) où l’on dépose tout et n’importe quoi accentuant de facto la désolation du paysage. Je me pose la question en vous sollicitant mais pourquoi donc ne sommes-nous pas capables d’éradiquer ce fléau d’insalubrité ? Le recyclage des déchets part d’un constat : toute activité humaine génère sa part de déchets. L’accroissement démographique et le développement de la société de consommation ont multiplié la quantité de ces déchets, qui ont doublé en 40 ans, pour atteindre par 480 kg par an et par personne en France par exemple, quid de l’Algérie ? Allah yaâlem comme on dit, un Dieu seul le sait qui dénote notre inaptitude à gérer un pays rationnellement. Si la connaissance du poids vous paraît fortuite, sachez qu’il y a des communes qui pour inciter les gens au recyclage leur font payer l’enlèvement des ordures dudit poids. D’où la nécessité de mettre en place une gestion des déchets pour s’occuper des problèmes engendrés par leur accumulation, dans le détail ces déchets ménagers comprennent généralement:

32,2% de matières organiques

21,5% de papiers-cartons

12,7% de verre

11,2% de plastiques

3% de métaux

19,4% d’autres éléments.

Ils représentent d’abord un risque sanitaire puis énergétique et enfin environnemental. Le recyclage est donc très important. Le traitement des déchets n’est pas toujours aisé à suivre, il est parfois encore compliqué pour les consommateurs Français et apparemment il l’est encore plus pour les consommateurs Algériens avec les milliers de ces décharges sauvages qui leur polluent la vie ! Si en Algérie la préservation de l’environnement est à priori secondaire [existe-t-il un ministère ou un secrétariat de l’environnement, je me le demande ?], les initiatives d’informations et de sensibilisation se multiplient en France pour corriger cet état de fait où il est prévu d’atteindre fin 2013 :

– Un taux de recyclage pour les déchets ménagers et assimilés de 35%, puis de 45% en 2015 (contre 24% en 2004)

– Un taux de recyclage de 75% pour les emballages ménagers (plastiques cartons verres etc.)

– Une réduction de 15% des déchets non recyclables enfouis ou incinérés.

Pour éviter de se retrouver envahis par ces déchets dangereux pour l’équilibre naturel et pour limiter les risques de pollutions et d’intoxications qui en découleraient, des procédés de leurs traitements sont mis en place comme le tri sélectif domestique où l’on met à la disposition du particulier des poubelles distinctes pour les déchets, une jaune pour les recyclables et une verte pour les non recyclables destinés à l’incinération ou à l’enfouissement. Pour les encombrants volumineux comme le mobilier, l’électroménager, les gravas et autres produits de consommation, il existe des déchetteries à ne pas confondre avec les décharges où l’on peut les déposer dans des bennes sélectives appropriées pour être recycler par des organismes spécialisés, sans compter bien sur les principes appliqués avant et après la production industrielle tendant a réduire les volumes, a diminuer la toxicité et a améliorer le recyclage par des emballages adaptés. Cependant une fraction de ces déchets ne peut être valorisée en l’état des technologies actuelles et de la faisabilité économique, cette fraction forme ce que l’on appelle les déchets ultimes qui ne subissent aucune modification à nuire à l’environnement, sont stockés dans des centres spécialisés et sécurisés. Ces centre de stockage des déchets ultimes (CSDU) ou d’enfouissement techniques (CET) appelés autrefois vulgairement décharges publiques, ont pour but après des aménagements appropriés, d’empêcher toutes fuites dans l’environnement qui pourraient engendrer des pollutions ou affecter la santé humaine et comme elles seront légués aux générations futures, la mise en décharge ne cadre pas avec les principes du développement durable, c’est pour cela que le Grenelle de l’Environnement a fixé comme objectif de les réduire de 15 % à l’horizon 2015 pour les éliminer à plus ou moins long terme.

Comme vous le constatez sur les photos jointes ici, tout est mis à la disposition du citoyen pour lui faciliter la tâche afin de préserver son environnement et de profiter d’une nature saine. Il existe même des conteneurs un peu partout où l’on peut déposer le verre, l’huile usagée des vidanges, le papier, le tissu d’ameublement : vêtements et autres, sans compter toutes les associations comme « Emmaüs » qui recyclent les déchets à des fins d’insertion des personnes en difficultés. Et puisque mon cœur balance entre les deux rives pour conclure, je dirais dans ce domaine de la politique environnementale que si en France les excellences se neutralisent, en Algérie les médiocrités s’additionnent. Cordialement

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=27199

Posté par le Mai 19 2013. inséré dans ACTUALITE, SOCIETE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

8 Commentaires pour “« Recyclage », par notre confrère Bouchentouf Ghalem.”

  1. BENHADDOU B

    salam:trop de questions qu’on doit poser à nos communes,hèlas sans rèponse!il faut vraiment une « rèvolution » « morale » pour changer la « mentalitè » de nos èlus qui la plus part d’eux ne cherchent qu’à remplir leur poche et apres eux le « dèluge »;personne ne pense à la Mekkera ni à notre jardin!

  2. belamri abdelkader

    Je ne comprends pas comment l’algerien s’émerveille devant sa tele (Plasma svp ) en regardant les emissions sur le tri des dechets et les efforts fournis par les vrais gens civilisés pour gerer leur environnement,objet ,en grande partie ,de leur existence et pratiquer la politique de l’autruche quand il s’agit de se prendre en charge dans ce domaine.Pourtant des gestes simples permettent d’améliorer un tant soit peu notre quotidien qui ne ressemble à rien sauf à une inconscience collective.Les preceptes de l’islam nous dictent d’etre propres et respecter la nature qui nous accueille dans notre vie et notre mort ;meme les cimetieres n’echappent pas à la regle et indiquent tout le chemin à parcourir pour se conformer aux regles de l’islam qui ne se limite pas à la parole pour en faire un usage pernicieux mais de le pratiquer au quotidien.Je vois rarement les gens balayer devant leurs demeures et ramasser les detritus,quand çà arrive c’est le voisin qui en fait les frais.Pouquoi jeter les bourses en plastique dans la nature en defigurant le paysage,notre environnement est polué par le simple fait des incivilités des citoyens et on est en train de le payer cher sans s’en apercevoir.Merci Mr Bouchentouf pour ce clin d’oeil destiné à plaider la réalité plutot que les preceptes theoriquement pour ne pas dire hypocritement.

  3. HAMID OURRAD

    Merci Mr BOUCHENTOUF pour cette analyse concernant le recyclage en France, mais ce qui m’a ébahi c’est le recyclage en Suède…..Savez vous que la suède manque d’ordure au point de devoir en importer depuis ses voisins
    .L’information a de quoi surprendre. alors que la limitation de déchés s’avèrent depuis de nombreuses années un enjeu dans les pays industrialisés.
    L’origine de cette histoire, c’est le grand succès du recyclage suédois, seulement 1 pour cent des ordures ménagère finissent dans des décharges, contre 38 pour cent pour le moyenne de pays européen. Vous allez vous demander pourquoi Stockholm importe des déches et bien parsque 50 pour cent des déchés sont incinérés, et la capacité d’incinération du pays s’avèrent bien supérieur aux qualité de déches produit ( 2 millions de tonne chaque année) pour faire tourner ses usines et éviter de perdre de l’argent la suède a alors récemment commencé a importer des ordures depuis l’Europe .
    Cette combustion des ordures génère aujourd’hui suffisamment d’énergie pour assurer 20pour cent de chauffage urbain du pays et un approvisionnement en électricité 300000 foyers………N’est ce pas merveilleux. Ce n ‘ai pas sorcier …nous avons tous les moyens 200 milliards dans les banques américaine et nous donnons même des prêts au FMI……no comment

    • belamri abdelkader

      Tu m’épates ,mon cher Ourrad;l’angle par lequel tu as traité le sujet est digne d’un citoyen cultivé et au fait de ce qui ce passe dans les pays dits civilisés au sens propre du terme.Tu as mis en lumiere,tant l’interet de traiter les dechets pour des raisons sociales ,environnementales,sanitaires que l’aspect économiques et tout cela ,en raison du comportement civique exemplaire, incontestable,du suedois.Auparavant,nos parents et grands parents étaient à cheval sur l’hygiene,la propreté, et la preservation de leur environnement;pourtant toutes les rues et ruelles étaient en terre battue,elles étaient balayées et entretenues à l’eau (rach ) et les voisins pouvaient s’asseoir sans crainte d’etre souillés,en sirotant allegrement leurs verres de thé.à la menthe bio svp.

  4. BENHADDOU B

    salam:il n’y’a pas mieux que la propretè,pourtant notre religion l’islam nous incite à ètre propres dans nos corps,habitats,maisons,rues,places etc… !ces photos envoyès par notre cher ami Bouchentouf G nous donne envie de faire beaucoup mieux sinon faire de mème;je me demende quece qu’il nous manque pour faire ègalement? la conscience peut etre? la volontè? on doit briser ce miroir de l’inconscience et penser à vivre dans un bon environnement qui nous protege de certaines maladies et nous èpargne un peu d’aller à chaque fois chez les medecins! prevenir mieux que guerir! ce travail de mr Bouchentouf G à pour objectif de « reveiller » ou « d’èveiller nos consciences qui sont en vrai ètat d’hibernation!

    • Bouchentouf

      Salem Si Boubakar, si pour son bien être naturel, l’Algérien doit être impliqué dans la politique de recyclage de ce qu’il produit comme déchets, c’est surtout à l’état garant de ses droits à la propreté publique d’agir pour un mettre en place les outils nécessaires à ce recyclage comme le démontre aussi M Hamid Ouerrad en Suède, au point d’importer des déchets d’autres pays pour le chauffage central, incroyable non ! En France, des actions comme celles-là recyclant les déchets, il y en a une foultitude où en dehors du chauffage central souvent des établissements publics, lycées, mairies et autres, on produit aussi de l’électricité à grande échelle en faisant fonctionner des centrales thermiques à petite échelle, du tout venant pour les routes avec les déchets de constructions, du compost avec les déchets verts pour nourrir les terres agricoles et même des vêtements polaires avec les bouteilles et les bouchons en plastiques, comme quoi il suffit seulement d’importer la technologie et le savoir faire pour les appliquer chez nous, une politique de longue haleine qui a mis 20 ans en France pour démontrer son efficacité mais qui nécessite au départ beaucoup d’investissements et une logistique drastique de collecte, de tri que nous ne sommes pas prêt de concevoir faute d’une politique de formation et d’une centralisation sclérosée qui ne permet pas aux communes la liberté de gérer ce genre de service en mettant en commun leurs budgets pour atténuer les dépenses et surtout pour éviter les doubles emplois synonymes de déficits budgétaires pourquoi pas un service technique des ordures ménagères et une déchetterie en gestion commune entre Tabia, Boukhanéfis et Sidi Khaled par exemple ? A défaut, il est grand temps de penser à construire au moins une usine d’incinération à Sidi Bel Abbés pour atténuer ce fléau des déchets qui dénature notre espace vital……… êtes-vous aussi prêt à payer 15.000 DA (150 €uro) par an pour l’enlèvement de vos ordures ? C’est que je paye ainsi que les habitants de ma commune selon un calcul judicieux pour équilibrer le budget en fonction d’autres investissements collectifs. Cordialement

  5. HAMID OURRAD

    Je m’excuse(Lire en quantité au lieu de qualité)

  6. FRIC

    je vous adore ,je parles tellement de la mekerra ,et des déchets ,que mes commentaires sont en attente de validation ….mes amis se sont découvert des ames d’écolos …sujet que j’aborde sans cesse ….je me rappelle si bien ,qu’un lecteur m’ a dit « soyez gentil fric ,laisse tomber la mekerra …ou quelque chose de ce genre ….tu devrai quitter ce site en catamimini ….elle est bien bonne celle la …sur ce site je suis indésirable ….tant pis …mes commentaires ils passent ou pas ….tant pis ou alors au compte goutte ….la pollution ,les déchets ,l’environnemment ,la préservation de la nature ,la gestion des déchets ,ca fait un siècle que j’en parles ….Que faites vous belabbessiens qui etes sur place d’assumer vos responsabilités au lieu de philosopher à longueur d’internet ….vos amis ,vos camarades ,vous meme peut etre etes aux affaires de responsabilités ….meme en simple lambda citoyen …scandalisez vous ,indignez vous …et surtout agissez ….c’est urgent …ou alors je prends la nationalité des martiens ….ALLAH EST GRAND

Répondre