La Voix De Sidi Bel Abbes

Ramtane Lamamra à propos de l’accord d’association Algérie-UE “L’Algérie a donné plus qu’elle n’a reçu”

Considérant son bilan négatif, la partie algérienne estime qu’une autre évaluation de l’accord s’impose.

Le gouvernement s’est rendu compte que l’accord d’association paraphé entre l’Algérie et l’Union européenne (UE), entré en vigueur depuis dix ans, a été négocié au détriment de notre pays. L’Exécutif s’est résigné, en fait, à faire siennes les critiques acerbes mais objectives apportées à ce partenariat par des économistes depuis plus d’une décennie.
Les experts avaient, en effet, tiré la sonnette d’alarme quant aux conséquences qu’induirait l’accord tel que conçu au début des années 2000. C’est à Ramtane Lamamra, ministre d’État, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, qu’a échu la mission de transmettre le mécontentement de l’Algérie aux instances dirigeantes de l’UE. Il a saisi l’opportunité de la tenue à Bruxelles, de la 9e réunion du conseil d’association pour leur faire savoir que l’accord a beaucoup plus profité aux Européens. Pour le chef de la diplomatie algérienne, une autre évaluation de l’accord s’impose actuellement car le bilan demeure négatif pour l’Algérie.
“Dans ce partenariat, l’Algérie a donné plus qu’elle n’a reçu”, a déclaré le ministre lors d’une conférence de presse, animée à l’issue de la rencontre. “Nous pouvons faire des adaptations dans la mise en œuvre de ce document de telle sorte que les intérêts de l’Algérie soient pris en charge”, a expliqué M. Lamamra. Il a, à ce propos, relevé que la baisse des recettes douanières, engendrée par le démantèlement tarifaire des produits importés des pays de l’UE, ne s’est pas traduite pour autant par un accès des produits algériens au marché européen comme le stipule pourtant l’accord. “Il est clair que nous n’avons pas eu l’accès que nous souhaitons au marché européen. Il y a des barrières tarifaires et d’autres non tarifaires. Des écueils bureaucratiques et autres obstacles ont fait que nos producteurs publics et privés n’ont pas pu réaliser le potentiel en matière d’exportation vers l’Europe”, a-t-il constaté.
En d’autres termes, ce qu’ont exigé les Européens pour leurs exportateurs comme facilitations des procédures et la levée des barrières douanières, ils l’ont obtenu mais ils n’accordent jamais ce type d’avantages à leurs partenaires. Pour une fois, l’Algérie ne s’est pas trop attardée sur les pratiques et exigences protocolaires pour dire tout haut ce qu’elle pensait tout bas, il y a déjà plusieurs années. L’on se rappelle effectivement la sortie médiatique du ministre du Commerce, Amara Benyounès, qui, dans un entretien paru il y a 7 mois, dans les colonnes du magazine The Parliament Magazine, une revue du Parlement européen, a déclaré : “L’accord n’a pas eu l’effet escompté, celui de promouvoir les exportations hors hydrocarbures et d’attirer les investissements directs étrangers (IDE), qui constituent pour l’Algérie deux objectifs motivant la signature de tout accord de libre-échange.”
Le ministre a reconnu que les Européens ont “consolidé” leur part de marché par le biais des importations algériennes, alors que leurs investissements (IDE) restent très faibles. Pis, le ministre des AE a également noté avec regret la réduction des parts de l’Algérie sur le marché gazier européen à environ 13%, alors qu’elle garantit un approvisionnement stable sur des bases commerciales. Ce sont autant de contraintes qu’il faut aplanir avec la partie européenne en vue d’équilibrer le partenariat économique bilatéral qui doit désormais dépasser le caractère strictement commercial pour devenir un acte de développement.

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=61460

Posté par le Juin 6 2015. inséré dans CE QUE DIT LA PRESSE, MONDE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez aller à la fin et répondre. Le Ping est actuellement interdit.

3 Commentaires pour “Ramtane Lamamra à propos de l’accord d’association Algérie-UE “L’Algérie a donné plus qu’elle n’a reçu””

  1. Imène

    ….L’Algérie a donné plus qu’elle n’a reçu .. » S’bah el kheir ya si Lamamra ou Saha ennoum !!!! Le partenariat Algeie – UE : le marché des dupes ! ALLAH el mousta3ane !

  2. OUERRAD

    LAMAMRA se reveille 10ans apres ,et AMARA BENYOUNES , c est 16 ans apres qu il s aperçoit que les consetionnaires ne pâient pas leurs impots ic chez nous .ILs avaient ou la tete au moment de signer la saignee de l economie DZ .RABI WKIL KOUM

  3. boiterfas

    On n’a dit que le but de cet accord etait seulement monaitaire. L’euro etait fortement évalué par rapport au dollars, les importations de la’zone euro devenaient trop cher par raport a l’asie…
    Sinon les investissements etrangers dans un pays obeissent a des lois de famille..une famille ne peut pas investire dans un pays socialiste qui demain va nationaliser..
    Le maroc est malin, il n’a pas expulser les algeriens par mesure de repressaille. Vous croyez qu’il aiment les algeriens..La famille royale sait comment reflechisse les famille du capitale..
    Si le maroc avait commis l’erreur d’expulser tous les etrangers presents chez lui plieront bagages..
    Vous n’avez pas le choix en algerie faut ouvrire le champs aux investisseurs nationaux ceux qui ont la chkara et ont peur du fisc pour sortit..c’est bien de supprimer les 10 millions pour la creation des société sarl et eurl. Mais ce n’est suffisant reste la fiscalité a mettre en avant c’est elle qui protege le producteur contre l’administration car demain si o’inspecteur des impots tente de comprendre p’incapacité de payer l’impot, le producteur lui cite les barriere.
    Les impots ont le pouvoir executoire..l’inspecteur avec un coup de telephone ordone a la ge’darmerie d’aller voir et verifier..Les producteur ne voie de o’impot que son coté  »imposition » ils ignorent le coté avantageux..
    Je pense il faut publier le forfait imposable..pour chaque activité.
    Tu veux ouvrire un magasin le forfait par zone est affiché tu payes a l’année ou par tranche.
    Les choses seront claires et chacun fera ces calculs d’investissement, il saura si l’investissement est rentable dans ce lieu ou il faut se délocaliser vers des zones moins imposable..
    Toutes les activites que soit pme pmi industrie sont imposé au forfait anuel selon la consommation electrique ..
    Si vous attendez les investisseurs venir de l’etrangers vous risquez d’attendre l’eternité..
    Il ne falait pas nationalisé en 74 c’est tout..la balle est sortie vous ne pouvez plus la refaire revenir..peut etre que c’est une bonne chose car chaque chose provoque des inconvenient et laisse place aux avantages de se repositioner

Répondre