La Voix De Sidi Bel Abbes

RAMADHAN 214 non loin de la grande mosquée AADAM: Une virée à la MEDERSA de la mythique Graba

Elles sont nombreuses les artères révélatrices des immenses préparatifs du sacré mois du Ramadan, où on enregistre une ruée sur l’achat d’épices «ras el hanout», ingrédient incontournable dans la préparation de la soupe «H’rira». A l’occasion de ce mois de Ramadhan, ces artères, a partir de trig L’article, très commerçante se dégage des effluves subtils d’épices, et sont prises d’assaut par les Bel Abbesiens et les visiteurs de notre ville qui viennent de partout pour faire emplettes de cet ingrédient indispensable dans la préparation des plats, mais aussi dans les pays du Maghreb, notamment en pareille période de ce mois sacré. L’engouement enregistré pour cette variété d’épices a donné lieu à la propagation de commerces et de magasins spécialisés dans la vente de «ras el hanout» dont les ingrédients sont cultivés localement et/ou importés. Hélas, le Ramadan c’est initialement la piété, la prière, le jeune, et toutes les valeurs de notre religion, mais nombreux sont ceux qui ignorent nos différents lieux de culte, a commencé par notre Mederssa, le choix est fortuit, car il y a la Mosquée El aâdam et autres espaces qui nécessitent des éclairages. Commençons ce soir par La Mederssa de Sidi Bel Abbes.

images

La construction de la medersa de sidi bel-Abbes est entamée quant a elle au cours de la seconde guerre mondiale. Conformément au principe du Cheikh Ben Badis selon lequel le financement, les équipements et les frais de fonctionnement doivent être pris intégralement en charge par la localité, la collectivité Bel Abbessienne – toutes tendances confondues- y a participé, chacun selon ses possibilités. Les plus aisés parmi les commerçants ont offert des sommes d’argent conséquentes ; d’autres ont cotisé selon leurs revenus. Certains ont apporté des matériaux de construction ; d’autres ont travaillé bénévolement.

Cependant, outre sa fonction unificatrice, la medersa aura servi a innover, revaloriser et propager la langue arabe littéraire dans la cité. Les fillettes sont tout naturellement et également admises dans la médersa islahite ; celle-ci est donc mixte et par certains aspects pédagogiques, elle est en avance, paradoxalement, sur ce que deviendra l’école Algérienne après l’indépendance .
Dés l’origine, son premier Comité directeur composé de Hadj Allal Sid Ahmed , Président, Hadj Bélèbna, Mohamed Taleb , Abdeddaim et Sekkal Bel-Abbes en avait confié la direction à un membre éminent de Djemiat El Oulama , Cheikh El Hadj Senouci ; Elle sera ensuite dirigée par Si Mustapha Benhallouche , Si Belkacem Rouag (1948) , Si Brahim Mazouzi , Si Ahmed Bendiab et enfin , en 1954 , par Si Kabati tandis que Si Abdelkader Tidjani , Si Omar Bounab et Si Azzeddine Mohamed y ont assuré les fonctions d’enseignants. Cependant, malgré tous les efforts consentis , cette médersa était restée en de ça des besoins de la population, à cause de son exigüité ; cette nécessité , d’une part, et la montée du nationalisme , d’autre part, ont amené dans les années 50 , le courant indépendantiste a créer sa propre médersa a l’instar d’Alger , Blida , Oran , Mostaganem … Celle-ci sera située , rue Pasteur , au « Point du jour » , un quartier populeux et déshérité de la ville .
Faute de moyens financiers conséquents , la tache d’édification a été encore plus difficile pour son premier comité directeur composé de Bel-Abbes Sekkal ,Président, qui avait déjà participé à la construction de la première médersa  , Bénaouda Abdeddaim , Trésorier , de Ali Bouait plus connu sous le nom de Marabout , Ahmed Guerrouache dit Hamida et Si Mohamed , Si Tayebi Labi et Si Maarouf Bouméddiene , tous connus parmi les premiers militants du P.P.A. à Sidi Bel-Abbes . Cette médersa nationaliste appelée An Nasr , plus petite que la premiere , ne comprenant que 2 classes , était alors dirigée par Si Hama Latreche tandis que d’autre militants du parti M.T.L.D. , Si Habib Ben Nassi , Si Benziane et Si Hadj y ont assuré les taches d’enseignement , en langue arabe bien sur , jusqu’au déclenchement de la guerre de libération. Ils rejoignent alors l’A.L.N. ou Si Habib Ben Nassi , faisant fonction de journaliste , connaitra une mort atroce prés de Slissen en étant brulé vif par les forces de la répression colonialiste qui considéraient qu’un combattant instruit , un homme de lutte était encore plus dangereux . Auparavant, dans l’ensemble, ils avaient pu former quelques centaines d’enfants et d’adolescents mais le niveau scolaire de cette médersa du nationalisme resté également élémentaire, indique notre source en l’occurrence le duo Tabet Ainet Redouane, et Nehari tayeb dans leur ouvrage consacré à Sidi Bel Abbes de 1830 à 1962.

e481e4ecbdf29538560de0f2dfc22dca

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=50483

Posté par le Juin 26 2014. inséré dans ACTUALITE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

4 Commentaires pour “RAMADHAN 214 non loin de la grande mosquée AADAM: Une virée à la MEDERSA de la mythique Graba”

  1. Melle Nouar .Sd

    je découvre toute une histoire sur notre medersa

  2. Gamra de Sidi khaled

    La médersa joua un grand role et la je vois un bon coup d’informations a savoir

  3. Fouzia T

    Je viens de connaitre le passé de cette madrassa qui a servie et sert beaucoup fidéles comme je souhaiter bon ramadhan a tous les musulmans

  4. MILOUA

    la medersa de l’avenue pasteur apres 64 ans a connu ces jours çi son extension grace au demenagement des voisins situes a l »angle de l’avenue pasteur et la rue shakespear.On citera lesvoisins de longue date de cette Medersa entre autres sur l’avenue Pasteur l’un des derniers immams Bachir bouiadjera et ses voisins Benyoucef et du cote de la rue shakespear la rue des Harmel,Ailas,Sabilellah,Tifrit,Chahmi,Tizi

Répondre